Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | August 18, 2018

Glières: épopée héroïque

Glières : épopée héroïque

Grüß Gott !

Un jeune lieutenant, dans un combat désespéré, meurt au champ d’honneur.

Glières / Vivre libre ou Mourir / mars 1944 / L’épopée héroïque et sublime / Michel Germain / La Fontaine de Siloé / 1994:

„ Discours d’André Malraux :

„ L’avant-poste de la passe d’Entremont, dix-huit hommes, est attaqué par deux bataillons. Deux sections de renfort atteignent la passe. Le premier fusil-mitrailleur s’enraye. Le second est détruit, son servant tué. L’un des deux chefs de section, Baratier, a l’impression d’être seul à tirer : il ignore qu’il survit seul. Il se replie en continuant à combattre, et pris à revers et tué. Il défendait la passe depuis une heure et demie.“ (…)

Les Glières / 26 mars 1944 / François Musard / Laffont / 1965:

„ 14 heures : fin de Baratier. “

„ Les Allemands ont vu, eux aussi, que la défense est réduite à un seul homme. Des deux côtés, ils avancent, afin de serrer Baratier dans leur étau. Celui-ci a prévenu la manoeuvre. Il tente de décrocher, couvrant sa retraite du feu ininterrompu de son fusil qui, maintenant, lui brûle les mains. Il réussit à se glisser entre les deux colonnes et atteint un éboulis de roches sur lequel il va prendre appui et tirer, tirer jusqu’à épuisement de ses munitions. C’est un combat désespéré, il le sent bien, car partout, autour de lui, la neige foulée porte la trace des bottes de l’envahisseur. Il a gagné pourtant, de rocher en rocher, un couloir d’avalanche qui aboutit au sentier d’Entremont. C’est peut-être le salut. Mais voici qu’un groupe compact de soldats allemands débouche en face du jeune officier. Toute retraite est désormais coupée. Baratier épaule encore, mais il n’a plus, cette fois, le temps de presser la détente… Une rafale le couche sur la neige. Il aura tenu seul pendant près de deux heures.“

Glières / Une grande et simple histoire / mars 1944 / Michel Germain / La Fontaine de Siloé / 2008:

„ Pierre Barillot (Baratier) (…) Anjot lui confie le commandement du secteur de Monthiévret, vital pour le bataillon. Après l’attaque du 26 mars, il réussit à s’échapper.“ (…)

„ Le lieutenant Baratier s’est retrouvé seul. Très angoissé, craignant le pire, il a appelé ses gars, par leur nom, un par un, dans l’obscurité. Personne ne lui a répondu. Il a appelé à nouveau et, resté sans réponse, il s’est mis à leur recherche.” (…)

Le maquis des Glières / Alain Dalotel / Plon / 1992:

„ Après ces deux tirs nous fûmes pris pour cible par l’artillerie et les mitrailleuses allemandes. (…) Le lieutenant Baratier nous donne l’ordre d’arrêter les tirs car nous allions nous faire massacrer par l’artillerie.“

„ Selon François Musard… Baratier restant seul survivant avec un fusil à 12 h 35, continuant à combattre des centaines d’Allemands jusqu’à sa mort à 14 heures et ainsi de suite. “

Aubert:

„ Maintenant les Allemands montent vraiment. Cela tire de partout. A un moment, le chef Minouche (Guillemenet) […] vient me chercher et me dit d’aller au chemin du bas qui mène à Entremont pour aller remplir les chargeurs d’un FM (…) Je me dirige vers ce lieu et je rencontre le lieutenant Baratier qui me dit : „ Je pars en reconnaissance.“ Je lui réponds: „ Mon lieutenant vous ne passerez pas, les Allemands sont partout.“ Il est descendu mais il n’est jamais remonté.“

„ Vers 16 heures, Baratier et Chocolat sont venus chercher du renfort. (…) Nous partons en file indienne. Nous étions six : il y avait Lespine, Chocolat, Lebelge, Baratier, un camarade dont je ne me souviens plus du nom, et moi-même. “

„ Vers 17 heures, Baratier nous appela pour connaître notre position. Nous n’avons rien dit afin que les Allemands ne nous repèrent pas. “

„ Qu’est-il exactement arrivé à Baratier ? “

„ Quand Baratier, le chef de section, a vu que tout était attaqué en-dessous, il est parti pour voir et essayer de renforcer ce côté qui donne sur l’entrée du col. “

„ Roy le confirme : Baratier, avec une équipe, réussit à maintenir l’assaut. “

Guillemenet :

„ Deux des tireurs au FM, dont Chocolat, chef de groupe, sont tués. Un chargeur tombe, un autre est grièvement blessé. Plusieurs voltigeurs sont tués. Un quart d’heure après l’attaque le lieutenant Baratier, commandant sur la droite disparait. Je ne sais s’il est tué, blessé ou prisonnier.“ (…)

„ Ainsi André Malraux fait-il mourir Baratier que d’aucuns ont vu, des années plus tard, en Algérie au moment de la guerre, et que le colonel Jourdan a rencontré il y a une dizaine d’années à Paris. Comme d’autres rescapés, Baratier avait perdu le contact avec ses camarades depuis cette époque. Que s’est-il passé pour lui le 26 mars ? “

„ Dans son témoignage Gaillard rappelle :

„ que Baratier „vers 17 heures“ a appelé les hommes pour connaître leurs positions et que lui, ainsi que Gaillard et les autres n’ont pas répondu afin que les Allemands ne les localisent pas. Cela signifie, notons-le au passage, qu’ils ne tiraient plus à ce moment-là. Jourdan observe, à juste titre, que „ce pauvre Baratier s’est trouvé paumé“, personne ne lui répondant et qu’il a sans doute alors décidé de décrocher vers le Petit-Bornand.“

„ Après la guerre, il expliquera que, coupé de Monthievret, il ne put jamais rejoindre et qu’il réussit à passer à travers les lignes. Ainsi se dissipe la légende du lieutenant Baratier tué à la tête de ses troupes en se repliant avec son FM.“

Témoignage de Berry:

„ Selon lui après le déclenchement du feu, „ça pilonnait. Ils étaient là, présents, ça tirait de partout. ”

Ses camarades se sont inquiétés de l’absence de Baratier vu ses „fonctions“ et ses „connaissances“ : „ Baratier n’étant plus là, un copain est parti le chercher […]. Baratier s’est perdu dans la nature : en allant voir pour apporter du renfort aux autres, il s’est trouvé encerclé et il n’a pas pu revenir vers nous.“ (…)

Robert Halgrin:

„ Le lieutenant Baratier est parti immédiatement aux renseignements en nous donnant l’ordre de ne tirer que sur son ordre. (…) Notre lieutenant n’est plus revenu, ce fut la débandade. J’ai abandonné mon arme et en compagnie de Midonet et de Aubert nous avons quitté les lieux furtivement. “

Le maquis des Glières / Mythe et réalité / Claude Barbier / Perrin / 2014:

Robert Halgrin:

„ Le 26 mars nous avons été attaqués par les troupes allemandes. L’attaque s’est déclenchée à la chute du jour. Sur le côté du Plateau situé vers Entremont. Le lieutenant Baratier, est parti immédiatement aux renseignements en nous donnant l’ordre de ne tirer que sur son ordre. Notre lieutenant n’est plus revenu, ce fut alors la débandade. “

Fernand Guillemenet:

„ Le lieutenant Baratier je suppose a été blessé au début de l’engagement, car je ne l’ai plus revu.“ (…)

„ Pierre Barillot n’est habituellement pas mentionné parmi les officiers présents sur le plateau de Glieres (…) Deux raisons expliquent la part d’ombre qui entoure Barillot : d’abord qu’il ne faisait pas partie des officiers du 27e BCA d’armistice mais, plus encore, son attitude supposée lors de la tentative d’incursion allemande le 26 mars au soir, où il aurait quitté le Plateau sans ordre une fois le coup de feu fait. ” (…)

Dimanche fatal aux Glieres / 26 mars 1944 / Robert Amoudrouz / Jean-Claude Carrier / Cabedita / 2011:

„ André Malraux en arrive à ce passage de son discours ou il évoque la journée du 26 mars 1944 à Monthievret:

„ L’avant-poste de la passe d’Entremont – dix-huit hommes – est attaqué par deux bataillons. Deux sections de renfort atteignent la passe. Le premier fusil-mitrailleur s’enraye. Le second est détruit, son servant tué. L’un des deux chefs de section, Baratier, a l’impression d’être seul à tirer : il ignore qu’il survit seul. Il se replie en continuant à combattre, est pris à revers et tué. Il défendait la passe depuis une heure et demie. “

„ A ces mots, André Gaillard explose littéralement et crie en direction du colonel Pierre Barillot, alias Baratier, bien vivant en chair et en os parmi les officiels: „ Oh ! Baratier ! C’est pas toi qui le tirais le FM, c’est moi ! ““ (…)

„ C’est le lieutenant Barillot-Baratier qui soulève cet après-midi le plus de questions. La majorité des présents porte sur lui un jugement impitoyable. Ils le voient comme un incapable doublé d’un traître ! “

„ Etait-ce dans son rôle, disent-ils, de partir ainsi avec cinq ou six hommes ramassés en chemin pour se diriger on ne sait où. Il était le seul officier ici. Il devait rester parmi les hommes pour organiser la défense, maintenir le moral, empêcher la panique. Au lieu de cela, il les a laissés tomber et il s’est tiré. C’est lamentable. Et le soir, pourquoi ne s’est-il pas replié sur le plateau ? “ (…)

„ Quoi qu’il en ait été, une chose est certaine : en proie à toutes sortes de faux bruits et pour la plupart isolés dans leurs sections, les hommes sont massivement saisis par la peur et le désespoir de la défaite.“

„ Sur la barre rocheuse, Baratier ne fait sûrement pas exception mais lui se doute peut-être que l’ordre d’exfiltration va être donné, puisque les conditions exigées par Rosenthal lui paraissent à l’évidence réalisées. Il ne faut donc pas s’étonner s’il tente sa chance vers Entremont avec l’espoir que sa qualité de fonctionnaire des Eaux et Forêts lui permettra de passer.“ (…)

*********************************

„ sublime “

Claire GRUBE

Advertisements
Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | August 13, 2018

Alésia: nombre de Romains

Alésia : nombre de Romains

Grüß Gott !

Les troupes romaines, en Gaule, au moment du siège d’Alésia, étaient légions.

Wikipedia.org / Siège d’Alésia / Forces en présence / Internet:

« Rome : 10 à 12 légions (soit 72.000 fantassins) + la cavalerie romaine/germaine (environ 10.000) »

« Coalition gauloise : 80.000 guerriers + 8.000 cavaliers (armée de secours) + 240.000 hommes (armée de secours) »

„ César et ses dix à douze légions, soit seulement 40 à 72.000 hommes, décident de mettre le siège autour de l’oppidum d’Alésia, qui contrôle la route vers la Province. “

Dailymotion.com / Le débat / Alésia / La bataille continue / Benoît Duquesne / Franck Ferrand / Alain Houpert / Laurent Olivier / Video / 20.11.2010 / Internet:

Benoît Duquesne:

« Parce qu’on dit que les légions romaines étaient quand même une machinerie assez lourde, assez peu mobile, qui prenait beaucoup de temps pour bouger, alors que les Gaulois étaient beaucoup plus rapide. C’est ça ? Et beaucoup plus, heu… » (…)

Laurent Olivier :

« Vous imaginez, en Gaule, une armée, il y a six légions, ça fait à peu près 24.000 hommes. Il faut considérer aussi qu’il y a des esclaves, qu’il y a des marchands, qu’il y a des gens qui sont là pour faire des affaires immobilières, hein, parce que la guerre rapporte, hein… » (…)

Benoît Duquesne:

« C’est quoi, alors, les personnes qui se promènent, enfin, qui se déplacent en même temps, c’est 50.000 hommes ? »

Laurent Olivier:

« On n’en sait rien ! »

Franck Ferrand:

« C’est entre 60.000 et 75.000 hommes. »

Laurent Olivier:

« C’est plusieurs dizaines de milliers d’hommes, bien sûr, évidemment. » (…)

Benoît Duquesne:

« Tout compris, hein, avec ses marchands, aves les esclaves, hein, avec tout ce qui environne. ? »

Franck Ferrand:

« Et avec les machines de guerre. Donc, ça veut dire que ça passe pas par n’importe quel petit sentier. C’est une énorme armée en marche. »

France culture / La dernière bataille d’Alesia / Michel Redde / Internet:

« Quant aux forces romaines, nous sommes obligés de les reconstituer à partir de mouvements de création et de retrait des différentes légions césariennes. On les estime à 10 ou 12. Même pour les spécialistes, il y a un doute. Mais 10 ou 12 légions, ça représente… 4.000 hommes par légion. Donc, vous voyez, nous avons 40.000 hommes au bas mot qui s’opposent au 80.000 de Vercingétorix. Mais c’est là une estimation qui n’est pas forcément la bonne. »

« J’ai dit tout à l’heure que les Romains étaient environ, au moins 40.000 au bas mot, probablement un peu plus, mais au moins 40.000. »

Archeologie-alesia.fr / Taille des camps / Le siège césarien / Internet:

„ Quels étaient les effectifs romains au moment du siège d’Alésia ? “

„ Jules César ne nous a pas laissé d’indications précises sur l’effectif romain, il faut donc s’en remettre aux estimations des nombreux spécialistes qui ont traité cette question :

„ Napoléon 1er : 80.000 hommes “

„ Napoléon III : 75.000 hommes sans compter les valets “

„ Camille Jullian : 40 à 50.000 combattants romains “

„ Joël Le Gall : dix légions avec six mille combattants chacune “

„ Jérôme Carcopino : onze légions “

„ Christian Goudineau : Douze légions (en théorie 48.000 fantassins) plus 4.000 auxiliaires, soit 52.000 combattants, il faut à peu près doubler ce chiffre pour tenir compte des accompagnateurs “

„ Michel Reddé : dix à douze légions, 40 à 45.000 hommes au bas mot, quelques corps auxiliaires, la cavalerie germanique, les valets. “

„ Jean-Louis Voisin : dix légions (4.200 hommes par légion en début de campagne), plus auxiliaires, valets, esclaves, marchands. “

„Yann Le Bohec : 50.000 légionnaires (5.000 hommes par légions).“

« Claude Grapin : dix ou douze légions, pas moins de 45.000 hommes. »

« Le nombre de combattants romains s’établirait donc entre 40.000 et 60.000 hommes (pour ne retenir que les estimations les plus contemporaines), le nombre total des effectifs romains ne pouvant qu’être largement supérieur aux effectifs combattants, sinon de l’ordre du double (cf. Ch. Goudineau). »

Wikimini.org / Bataille d’Alésia / Déroulement de la bataille / Internet:

« Vercingétorix et ses hommes (composés de 80.000 guerriers, 240.000 fantassins et 8.000 cavaliers) étaient encerclés par les Romains (composés de 65.000 à 72.000 légionnaires, bien entraînés et ravitaillés.) Leur camp était à proximité sur les hauteurs. Les Romains avaient réalisé des fortifications en bois et creusé un fossé tout autour d’Alésia. »

Ballade-medievale.fr / Romains / Bataille d’Alésia en 52 av JC / Internet:

„ César décide d’assiéger les Gaulois en profitant de leur retraite improvisée. Afin d’éviter la tenaille dont il fut victime lors du siège de Gergovie, César fait preuve d’une exceptionnelle maîtrise de l’art du siège en entreprenant une double protection de lignes fortifiées : l’une de 15 km orientée vers l’oppidum pour résister aux tentatives de sortie des 80.000 Gaulois retranchés : la contrevallation. L’autre de 20 km orientée vers l’extérieur pour résister à l’armée de secours demandée par Vercingétorix aux autres peuples gaulois pour lui venir en aide : la circonvallation.“

«  L’armée romaine est alors composée de 10 à 12 légions, soit près de 70.000 légionnaires (dont certains étaient d’ailleurs des Gaulois !). »

Youtube.com / Storia voce / La bataille d’Alesia / Yann le Bohec / Audio / Internet:

« César a eu très probablement à sa disposition environ dix légions, c’est-à-dire 50.000 légionniares. A peu près, hein, les chiffres sont très approximatifs. Tel autre vous dira : mais non, il en avait douze légions, l’autre vous dira : mais non, il en avait que neuf. Bon, dix légions, 50.000 hommes. Plus des auxiliaires. Ça, on sait pas du tout combien il y en avait. Des alliés, des Gaulois notamment, la Gaule a été conquise par des Gaulois, en grande partie, d’autant que les légionnaires venaient de la Gaule cisalpine de l’Italie du nord. En gros, on peut lui prêter une armée d’environ 100.000 hommes, dont 50.000 étaient des combattants de première ligne, c’était des légionnaires. »

*****************************

Les troupes romaines étaient donc :

100.000 ?

82.000 ?

80.000 ?

75.000 ?

72.000 ?

70.000 ?

65.000 ?

60.000 ?

50.000 ?

45.000 ?

40.000 ?

24.000 ?

moins ?

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | August 5, 2018

Mouammar Kadhafi: mort par la France ?

Mouammar Kadhafi : mort par la France ?

Grüß Gott !

Le convoi du colonel Kadhafi, en fuite dans le désert, est frappé par une grosse bombe.

Youtube.com / L’émission politique / Pujadas / Sarkozy / Vidéo / Internet:

« – La Libye ! Regrettez-vous d’être intervenu, non pas pour sauver Benghazi (…) mais d’avoir outre passé en quelque sorte ce mandat, et d’être aller jusqu’à tuer, ou de fait, faire tuer, livrer le colonel Kadhafi à la rebellion ? »

« Vous perdez la raison, monsieur Pujadas ! (…) Monsieur Pujadas, vous m’accusez d’avoir fait tuer monsieur Kadhafi ? Ai-je compris cela ? » (…)

« – Son convoi a été bombardé au moment précis où il a été tué. » (…)

Youtube.com / L’assassinat de Kadhafi / Dominique Ugeux / Vidéo / Internet:

« François Gouyette aura la très délicate mission de fermer les représentations de la France dans ce pays et de rapatrier l’ensemble du personnel après que Sarkozy eut pris secrètement la décision, je dis bien secrètement la décision, dont on mesure aujourd’hui à quel point elle fut catastrophique, de bombarder Tripoli, de renverser le régime de Kadhafi, et de contribuer à l’élimination physique de ce dernier. » (…)

« A partir de cela, Nicholas Sarkozy, le président français, avec bien entendu Cameron, le premier ministre britannique, commence à violer allègrement, à dépasser la ligne rouge en bombardant Tripoli, en s’en prenant avec beaucoup d’acharnement à Kadhafi. » (…)

« – Pourquoi cet acharnement contre Kadhafi ? » (…)

« Bref, Kadhafi est assassiné le 20 octobre. (…) Il se fait que Kadhafi est assassiné le 20 octobre. Bon, on connaît les circonstances, ça a tourné en boucle, il a été torturé, une baïonnette dans l’anus. Et puis alors, abattu par des Forces spéciales étrangères… tout le monde subodore de quelles Forces spéciales étrangères il s’agit. » (…)

Youtube.com / Mediapart / Le débat / Permis de tuer / Vincent Nouzille / Tueurs de la République / Video / Internet:

« – Alors, sur la Libye, vous racontez, vous confirmez même, vous amplifiez ce qui a déjà été dit, notamment, de mémoire, dans le Canard enchaîné, c’est que il y avait des hommes au sol des Services français au moment de la mort du colonel Kadhafi à Syrte en octobre 2011, je parle sous votre contrôle, ce qui paraît être, aujourd’hui, en contravention avec ce qui était le mandat de résolution de l’ONU en terme d’intervention militaire en Libye. » (…)

« Alors, je raconte, parce que c’est assez documenté, dans le fond, cette histoire, que la volonté d’éliminer le clan Kadhafi était très claire. Les frappes multiples et répétées sur les différentes personnes du clan, les fils, les enfants, et lui, Kadhafi lui-même, à plusieurs moments des frappes de l’Otan, puisque c’était un groupe sous mandat onusien, montrent qu’il ne s’agissait pas seulement de venir en aide aux populations de Benghazi assiégées, et cetera. Il y avait une volonté de « Regime change », de changer le régime, de faire tomber ce régime, et même de liquider ce régime, puisque plusieurs des fils ont été liquidés, clairement, par, soit les frappes de l’Otan, soit des rebelles qui les ont fait prisonniers… »

« et dans le cas d’espèce de Mouammar Kadhafi, je raconte dans le détail, la frappe, qui est une frappe française, d’une grosse bombe guidée au laser, les drones américains et français surveillaient la ville de Syrtre où ils savaient que l’ancien dictateur, qui était déchu depuis quelques mois, s’était réfugié avec quelques-uns de ses proches. Et que voient-ils, un beau matin, à huit heures du matin ? : un énorme convoi de 75 véhicules qui part vers le sud de Syrte et qui fonce à toute allure » (…)

« et c’est un avion français qui bombarde – pour tuer – il n’y a aucun doute là-dessus, puisque la bombe est faite pour exploser littéralement ce convoi. Et au sol, le bilan sera fait : 25 véhicules calcinés et 58 cadavres, et cetera. Donc, une énorme frappe – française. Et c’est un miracle, déjà, que Kadhafi réchappe à cette frappe aérienne… (…)

« Les faits montrent qu’il n’y avait pas de doute sur la volonté de la France, mais aussi de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis, de le liquider. » (…)

« Quand on envoie une bombe de 250 kilos sur le convoi où l’on suppose que Kadhafi est en train de s’enfuir de Syrtre, c’est très clair qu’on n’est pas près de discuter avec lui. » (…)

« La frappe militaire montre qu’il n’y a aucun doute sur la volonté de tuer. »

Youtube.com / 64′ Grand angle / Conflits d’Afrique / Kadhafi, à qui profite le crime / Jean Ping / Video / Internet:

« – Fallait-il tuer Kadhafi ? »

« Il y avait 300 morts, et aujourd’hui on estime à, au moins, 50.000 morts… nous parlons du soulèvement de Benghazi… 300 morts, et on estime à 50.000 les victimes des Bombardements de l’Otan. »

« – Mais comment est-ce que vous expliquer, alors, cette intervention militaire, de la France notamment, de la Grande-Bretagne ?

«  (…) Il était clair, pour nous, dès le départ, dès le samedi 19 mars, au sommet qui s’est réuni à Paris, sans nous, au sommet, que la décision d’éliminer Kadhafi était prise… » (…)

Youtube.com / La France n’a pas dit la vérité sur sa guerre en Libye / Jean-Christophe Notin / Video / Internet:

«-Qui a tué Kadhafi ? Des informations font état d’agents du Service secret français. »

« Non ! Ça, je le démens en bloc, le plus formellement possible. J’ai rencontré tous les acteurs qui étaient sur place, qui étaient à Syrte à ce moment-là. Les Forces Spéciales étaient à Syrte. Je sais exactement où ils étaient de manière géographique. C’est tout-à-fait impossible qu’elles aient participé à ce lynchage et à ce meurtre final… (…) Le président Sarkozy a toujours dit à ses collaborateurs : « Je ne suis pas un assassin ! On ne tue pas Kadhafi ! » »

« – Il a dit ça ? »

**********************************

« – Il a dit ça ? »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | July 28, 2018

1940: prisonniers français

1940 : prisonniers français

Grüß Gott !

Les soldats allemands, conquérants et fulgurants, font bon nombre de prisonniers français.

Filae.com / Recherche généalogique / Prisonniers français / 1939-1945 / Internet:

« En juin 1940, la Bataille de France s’achève sur “l’Etrange défaite” : plus d’un million de soldats sont capturés par les forces allemandes et envoyés dans des camps en Allemagne (Stalags pour les soldats et les sous-officiers, Oflags pour les officiers, Kommandos). »

Cheminsdememoire.gouv / Le retour des prisonniers de guerre en 1945 / Internet:

« Leur nombre et la longueur de leur exil distinguent le sort des prisonniers. 1.800.000 soldats français ont été capturés dans la débâcle de mai-juin 1940. 1.600.000 ont été emmenés en Allemagne. Ils sont encore près de 1.000.000 à rentrer en 1945 après cinq ans passés en terre ennemie. » (…)

Archives-nationales-culture-gouv.fr / Les prisonniers de guerre francais sous le IIIe Reich / Internet:

« Au cours de la campagne de France (mai–juin 1940), 1.800.000 soldats français furent capturés par les troupes allemandes avant d’être internés dans différents types de camps. »

Wikipedia.org / Prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale / Internet:

« Les prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale, au nombre de 1.845. 000, capturés par les armées du Troisième Reich après la capitulation française pendant la bataille de France durant l’été 1940, furent envoyés dans des camps en Allemagne. »

Books.openedition.org / Les prisonniers français dans l’industrie de guerre allemande / PUR / Internet:

„ Le “Blitzkrieg” contre la France fit tomber près de 1.850.000 prisonniers de guerre entre les mains de la Wehrmacht victorieuse. Près de la moitié d´entre eux entrèrent d’ailleurs en captivité après que Pétain, dans l´attente d´un traité de paix imminent, eut appelé à cesser le combat. “ (…)

Archives18. Fr / Les prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale / Internet:

„ Les autorités militaires allemandes recensent les prisonniers et communiquent à leur organisation de renseignements, installée à Paris, les listes établies. Les autorités allemandes déclarent détenir 29.000 officiers et 1.900.000 sous-officiers et soldats. Le gouvernement français (Secrétariat d’État aux anciens combattants) donne 1.850.000 Français prisonniers, alors que la Croix-Rouge internationale recense 1.605.000 fiches individuelles établies. C’est donc à peu près 10% de la population masculine adulte de la France qui est captive, 4% de la population totale. »

La Seconde Guerre mondiale / Pierre Miquel / Fayard / 1986:

« Il est trop tard. La France n’a plus d’armée organisée. Les Allemands sont autour de Bordeaux, où siège le gouvernement. Ils ont fait près de deux millions de prisonniers. »

Apra.asso.fr / Les prisonniers de guerre français / 1940-1945 / Internet:

„ L’Armée Française est submergée par le raz-de-marée allemand. Plus de deux millions de soldats sont pris au piège. Pour beaucoup d’entre eux, c’est le début d’une longue captivité de cinq années. “

La vie de la France sous l’Occupation / 1940-1944 / Tome 1 / Hoover Institute / Plon / 1957:

« L’armistice vient d’être signée. »

« Le Gouvernement se trouve en face de plusieurs tâches essentielles et également difficiles : le sort des populations dispersées par l’exode, le ravitaillement des diverses zones crées par l’occupation et surtout la défense des millions de prisonniers captifs de la Wehrmacht et celle de leurs familles privées de leurs soutien moral. » (…)

« Le problème « Prisonniers » est complexe puisqu’il n’a cessé d’évoluer au cours de plus de quatre années. Il a d’abord concerné l’immense masse de l’armée française captive en 1940 (3 millions  d’hommes au minimum). » (…)

« Situation à l’armistice : 3 millions de prisonniers entre les mains de la Wehrmacht qui, aux termes de la convention d’armistice, doivent partir pour l’Allemagne jusqu’à la signature de la paix. » (…)

« Premier effort du Gouvernement : obtenir la libération immédiate du maximun de prisonniers pour la moisson. »

« Résultat: un million de prisonniers libérés. Deux millions de prisonniers (au lieu de trois) partent pour l’Allemagne » (…)

« Total : sur 3 millions de captifs au 25 juin 1940, 1 million est libéré dans le mois qui suit l’armistice, 1 million est libéré par petites tranches au cours des années suivantes ; la défaite de l’Allemagne ne trouve plus qu’un million de prisonniers en captivité, sur 3 millions de prisonniers effectifs au 25 juin 1940. » (…)

« Trois millions de prisonniers. »

« Au 23 juin 1940, trois millions de Français étaient tombés entre les mains de la Wehrmacht. Les uns appartenaient à des unités combattantes et avaient été pris sur le champ de bataille ou avaient capitulé entre le 17 et le 23 juin, après encerclement ; les autres appartenaient à des unités de dépôts et avaient été faits prisonniers sans combat au cours de l’avance foudroyante des armées allemandes, entre le 14 juin et la signature de l’armistice. » (…)

« Le problème qui se pose au Gouvernement français, avant toute discussion, est celui de la moisson. L’exode a privé toutes les provinces de leur main-d’oeuvre agricole, et cette main-d’oeuvre se trouve en grande partie dans les « frontstalags », (camps de prisonniers installés en France, dans les régions récemment occupées par la Wehrmacht et soumis à la seule autorité de la Wehrmacht). »

« Dès juillet 1940, le Gouvernement français obtient la libération d’un million d’entre eux. » (…)

« En dehors des cultivateurs des frontstalags envoyés à la moisson, la totalité des médecins faits prisonniers dans les hôpitaux de l’arrière ont été libérés, ainsi que la totalité des blessés en traitement dans les mêmes hôpitaux. »

« Bien que réduit de trois à deux millions, le chiffre des prisonniers français exilés en Allemagne intéressait l’immense majorité des familles de notre pays et toutes les entreprises industrielles ou agricoles. » (…)

**********************************

« immense masse »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | July 21, 2018

Monarchy: heredity

Monarchy : heredity

Grüß Gott !

The British people, subjects and servants, do not elect their Head of State.

Wikipedia.org / Hereditary monarchy / Internet:

” A hereditary monarchy is a form of government and succession of power in which the throne passes from one member of a royal family to another member of the same family. It represents an institutionalised form of nepotism. ”

It has the advantages of continuity of the concentration of power and wealth and predictability of who one can expect to control the means of governance and patronage. Provided that a monarch is competent, not oppressive, and maintains an appropriate royal dignity, it might also offer the stabilizing factors of popular affection for and loyalty to a royal family. ” (…)

” A major disadvantage of hereditary monarchy arises when the heir apparent may be physically or temperamentally unfit to rule. Other disadvantages include the inability of a people to choose their head of state, the ossified distribution of wealth and power across a broad spectrum of society, and the continuation of outmoded religious and social-economic structures mainly for the benefit of monarchs, their families, and supporters.”

Commun sense / Thomas Paine / Philadelphia / 1776:

„ Of Monarchy and hereditary succession.“

„ Mankind being originally equals in the order of creation, the equality could only be destroyed by some subsequent circumstance : the distinctions of rich and poor may in a great measure be accounted for, and that without having recourse to the harsh ill-founding names of oppression and avarice. Oppression is often the consequence, but seldom or never the means of riches: and tho’ avarice will preferve a man from being necessitously poor, it generally makes him too timorous to be wealthy.“

„ But there is another and greater distinction for which no truly natural or religious reason can be affigned, and that is, the distinction of men into Kings and Subjects. Male and female are the distinctions of nature, good and bad the distinctions of Heaven ; but how a race of men came into the world so exalted above the rest, and distinguished like some new species, is worth enquiring into, and whether they are the means of happiness or of misery to mankind.“ (…)

„ (…) For monarchy in every instance is the popery of government.“

„ To the evil of monarchy we have added that of hereditary succession ; and as the first is a degradation and lessening of ourselves, so the second, claimed as a matter of right, is an insult and an imposition on posterity. For all men being originally equals, no one by birth could have a right to set up his own family in perpetual preference to all others for ever, and tho’ himself might deserve some decent degree of honours of his contemporaries, yet his descendants might be far too unworthy to inherit them. One of the strongest natural proofs of the folly of hereditary right in kings, is, that nature disapproves it, otherwise (he would not so frequently turn it into ridicule by giving mankind an ass or a lion.“

„ Secondly, as no man at first could possess any other public honors than were bestowed upon him, so the givers of those honors could have no power to give away the right of posterity, and though they might say, “We choose you for our head,” they could not, without manifest injustice to their children, say, “that your children and your children’s children shall reign over ours for ever.” Because such an unwise, unjust, unnatural compact might (perhaps) in the next succession put them under the government of a rogue or a fool. Most wise men, in their private sentiments, have ever treated hereditary right with contempt; yet it is one of those evils, which when once established is not easily removed; many submit from fear, others from superstition, and the more powerful part shares with the king the plunder of the rest. “

„ This is supposing the present race of kings in the world to have had an honorable origin : whereas it is more than probable, that could we take off the dark covering of antiquity and trace them to their first rise, that we should find the first of them nothing better than the principal ruffian of some restless gang, whose savage manners or pre-eminence in subtility obtained him the title of chief among plunderers: and who by increasing in power and extending his depredations, over-awed the quiet and defenceless to purchase their safety by frequent contributions. Yet his electors could have no idea of giving hereditary right to his descendants, because such a perpetual exclusion of themselves was incompatible with the free and unrestrained principles they professed to live by. Wherefore, hereditary succession in the early ages of monarchy could not take place as a matter of claim, but as something casual or complimental ; but as few or no records were extant in those days, and traditionary history stuffed with fables, it was very easy after the lapse of a few generations, to trump up some superstitious tale conveniently timed, Mahomet like, to cram hereditary right down the throats of the vulgar. Perhaps the disorders which threatened, or seemed to threaten, on the decease of a leader and the choice of a new one (for elections among ruffians could not be very orderly) induced many at first to favour hereditary pretensions ; by which means it happened, as it hath happened since, that what at first was submitted to as a convenience was afterwards claimed as a right.“

„ England since the conquest hath known some few good monarchs, but groaned beneath a much larger number of bad ones : yet no man in his senses can say that their claim under William the Conqueror is a very honourable one. A French Bastard landing with an armed Banditti and establishing himself king of England against the consent of the natives, is in plain terms a very paltry rascally original. – It certainly hath no divinity in it. However it is needless to spend much time in exposing the folly of hereditary right, if there are any so weak as to believe it, let them promiscuously worship the Ass and Lion and welcome. I shall neither copy their humility nor disturb their devotion.“

„ Yet I should be glad to ask how they suppose kings came at first ? the question admits but of three answers, viz. either by lot, by election or by usurpation.

„ – If the first king was taken by lot, it establishes a precedent for the next, which excludes hereditary succession. Saul was by lot, yet the succession was not hereditary, neither does it appear from that transaction there was any intention it ever should.“

„ – If the first king of any country was by election that likewise establishes a precedent for the next ; for to say that the right of all future generations is taken away by the act of the first electors in their choice not only of a king, but of a family of kings for ever, hath no parallel in or out of scripture but the doctrine of original fin, which supposes the free-will of all men loft in Adam : and from such comparison, and it will admit of no other, hereditary succession can derive no glory. For as in Adam all sinned, and as in the first electors all men obeyed; as in the one all mankind were subjected to Satan, and in the other to Sovereignty; as our innocence was lost in the first, and our authority in the last; and as both disable us from reassuming some former state and privilege, it unanswerably follows that original sin and hereditary succession are parallels. Dishonorable rank ! Inglorious connexion ! Yet the most subtile sophist cannot produce a juster simile.“

„ – As to usurpation no man will be so hardy as to defend it ; and that William the conquer was an usurper is a fact not to be contradicted. The plain truth is, that the antiquity of English monarchy will not bear looking into.“

„ But it is not so much the absurdity as the evil of hereditary succession which concerns mankind. Did it ensure a race of good and wise men it would have the feal of divine authority, but as it opens a door to the foolish, the wicked, and the improper, it hath in in it the nature of oppression. Men who look upon themselves born to reign, and others to obey, soon grow insolent – selected from the rest of Mankind their minds are easily poisoned by importance.“

„ The most plausible plea which hath ever been offered in favour of hereditary succession, is, that it preserves a Nation from civil wars ; and were this true, it would be weighty ; whereas it is the most barefaced falsity ever imposed upon mankind. The whole history of England disowns the fact. Thirty kings and two minors have reigned in that distracted kingdom since the conquest, in which time there has been (including the Revolution) no less than eight civil wars and nineteen Rebellions. Wherefore instead of making for peace, it makes against it, and destroys the very foundation it seems to stand on.“

„ The contest for monarchy and succession between the houses of York and Lancaster laid England in a scene of blood for many years. Twelve pitched battles besides skirmishes and sieges were fought between Henry and Edward. Twice was Henry prisoner to Edward, who in his turn was prisoner to Henry. And so uncertain is the fate of war and the temper of a Nation, when nothing but personal matters are the ground of a quarrel, that Henry was taken in triumph from a prison to a palace, and Edward obliged to fly from a palace to a foreign land : Yet as hidden transitions of temper are seldom lasting Henry in his turn was driven from the throne and Edward recalled to succeed him. The parliament always following the strongest side.“

„ This contest began in the reign of Henry the fixth and was not entirely extinguished till Henry the seventh, in whom the families were united. Including a period of 67 years, viz. from 1422 to 1489.“

„ In short, monarchy and succession have laid (not this or that kingdom only) but the world in blood and ashes. ‘Tis a form of government which the word of God bears testimony against, and blood will attend it.“

„ If we enquire into the business of a King we shall find that in some countries they have none ; and after fauntering away their lives without pleasure to themselves or advantage to the nation, withdraw from the scene and leave their successors to tread the same idle round. In absolute monarchies the whole weight of business civil and military lies on the King ; the children of Israel in their request for a King urged this plea “that he may judge us, and go out before us and fight our battles.“ But in countries where he is neither a judge nor a general as in England, a man would be puzzled to know what is his business. “ (…)

************************************

„ Hereditary succession can derive no glory. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | July 13, 2018

Albert Camus: en garde !

Albert Camus : en garde !

Grüß Gott !

Albert, à la pointe de sa plume, provoque en duel, un soldat allemand imaginaire.

Wikipedia.org / Lettres à un ami allemand / Albert Camus / Internet:

« Lettres à un ami allemand sont un ensemble de chroniques tenues par l’écrivain Albert Camus et publiées dans le journal Combat. L’ensemble a été publié en 1945 par les éditions Gallimard. »

„ Lettre n° 1 : publiée en juillet 1943 dans le n°2 de la Revue Libre “

„ Lettre n° 2 : publiée dans Les Cahiers de la Libération en 1944 sous le pseudonyme de Louis Neuville “

„ Lettre n° 3 : publiée dans la revue Libertés en début 1945 “

„ Lettre n° 4 : inédite.“

« L’ensemble fut ensuite publié chez Gallimard et dédicacé au poète résistant René Leynaud que Camus connut à Lyon pendant la Résistance. »

« Elles avaient un but, précise Camus dans sa préface, qui était d’éclairer un peu le combat aveugle où nous étions et, par là, de rendre plus efficace ce combat. » Camus utilise ici un procédé qui consiste à écrire une lettre imaginaire à un ami tout aussi imaginaire. La dernière lettre contient cette citation tirée d’Obermann, chère à Camus : « L’homme est périssable. Il se peut ; mais périssons en résistant, et si le néant nous est réservé, ne faisons pas que ce soit une justice. »

« À son ami allemand qui prône la grandeur de son pays, Camus réplique que la justice est supérieure à la grandeur et que, de toute façon, tous les moyens ne sont pas bons pour en assurer la prééminence. Le courage n’est valable que s’il est subordonné à l’intelligence. L’Allemagne veut dominer l’Europe alors que la France espère une aventure commune. Tous deux ont cru que ce monde n’était pas dominé par « une raison supérieure », transcendante. Si l’Allemand a pu en inférer que tout était permis, Camus a refusé le désespoir et s’est tourné vers la justice. « Je continue de croire que ce monde n’a pas de sens supérieur, lui écrit-il. Mais je sais que quelque chose en lui a du sens, et c’est l’homme, parce qu’il est le seul être à exiger d’en avoir. » »

Albert Camus / Une vie / Olivier Todd / Nrf / Gallimard / 1996:

« Ses contributions écrites les plus importantes à l’action de la Résistance sont des essais, ses Lettres à un ami allemand. La première a paru dans la Revue libre. Influencé pas Le Silence de la mer de Vercors, Camus envisage l’après-guerre. Solennel, il s’adresse à un ami allemand imaginaire et explique pourquoi il a « accepté maintenant l’épée ». Il s’oppose non aux Allemands mais au nazisme. Camus s’est vraiment défait de sa peau pacifiste. » (…)

Lettres à un ami allemand / Albert Camus / Gallimard / 1948:

« Les lettres à un ami allemand ont été publié en France après la Libération. » (…)

Première lettre: juillet 43

« L’esprit ne peut rien contre l’épée, mais que l’esprit uni à l’épée est le vainqueur éternel de l’épée tirée pour elle-même. Voilà pourquoi nous avons accepté maintenant l’épée, après nous être assurés que l’esprit était avec nous. Il nous a fallu pour cela voir mourir et risquer de mourir… » (…)

« c’est appuyés sur cette nuance qu’aujourd’hui nous combattons. Et je serai tenté de vous dire que nous luttons justement pour des nuances, mais des nuances qui ont l’importance de l’homme même. Nous luttons pour cette nuance qui sépare le sacrifice de la mystique… » (…)

« Voilà ce que je voulais vous dire, non pas au-dessus de la mêlée, mais dans la mêlée même. » (…)

Deuxième lettre: décembre 1943

« Nous connaissons le prix dont nous payons cette âpre joie de combattre en accord avec nous-mêmes. Et c’est parce que nous avons un sentiment aigu de ce qui est irréparable que notre lutte garde autant d’amertume que de confiance. »

« Dans la guerre, que nous menons, le courage se désigne lui-même, c’est notre plus pur esprit que vous fusillez tous les jours. »

« Mais vous compter sans l’obstination qui fait lutter la France. »

Troisième lettre: avril 1944

« Je veux vous affirmer au moins que parmi les raisons que nous avons de vous combattre (ce sont les mêmes que nous avons de vous vaincre) il n’en est pas, peut-être, de plus profonde que la conscience où nous sommes d’avoir été non seulement mutilé dans notre pays… » (…)

« Votre trop soudaine passion est faite de dépit et de nécessité. »

« La lutte que nous menons a la certitude de la victoire puisqu’elle a l’obstination des printemps. » (…)

« Il y a désormais en nous une supériorité qui vous tuera. »

Quatrième lettre: inédite

« Voici venir les temps de votre défaite. » (…)

« Je vous écris d’une ville privée de tout, sans lumière et sans feu, affamée, mais toujours pas réduite. Bientôt quelque chose y soufflera dont vous n’avez pas encore l’idée. Si nous avions de la chance, nous nous trouverions alors l’un devant l’autre. Nous pourrions alors nous combattre en connaissance de cause. » (…)

« Parce que vous avez fait de votre désespoir une ivresse… » (…)

« Voilà pourquoi nous sommes en lutte. Voilà pourquoi nous avons dû vous suivre d’abord dans un chemin dont nous ne voulions pas et au bout duquel nous avons, pour finir, trouvé la défaite. Car votre désespoir faisant votre force. Dès l’instant où il est seul, pur, sûr de lui, impitoyable dans ses conséquences, le désespoir a une puissance sans merci. » (…)

« Nous avons été obligés de vous imiter afin de ne pas mourir. » (…)

« Je vous combats parce que votre logique est aussi criminelle que votre coeur. » (…)

« Voilà pourquoi à la fin de ce combat, du sein de cette ville qui a pris son visage d’enfer… (…)

L’ordre libertaire / Michel Onfray / Flammarion / 2012:

« Les Lettres à un ami allemand n’échappent pas à un essentialisme assez peu dans l’esprit de Camus. Car, en dehors de ce contexte historique précis de la Résistance, le philosophe brille plutôt dans le paysage intellectuel français comme l’une des rares intelligences pragmatiques, concrètes, immanentes. Gardons présent à l’esprit que ces textes s’inscrivent dans une logique combattante, résistante, militante guerrière, qu’ils contribuent à la Résistance de papier susceptible de galvaniser l’esprit, de raidir les consciences, de tendres les énergies. Respectivement écrites en juillet 1943, décembre 1943, avril 1944 et juillet 1944, elles relèvent du style épique. »

******************************

« Résistance de papier »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | July 9, 2018

Police française: les voltigeurs

Police française : les voltigeurs

Grüß Gott !

Les policiers français, à moto et en duo, pourchassent et tabassent, les manifestants attardés.

Youtube.com / Hexagone / Renaud Séchan / Vidéo / Internet:

« La France est un pays de flics,

« à tous les coins de rues y en a cent,

« pour faire régner l’ordre public,

« ils assassinent impunément. »

Wikipedia.org / Voltigeur / Internet:

« Le peloton de voltigeurs motoportés (PVM) est une brigade de policiers montés à moto de la préfecture de Paris, créée en 1969 à l’initiative du préfet de police de l’époque, Raymond Marcellin. »

Wiktionary.org / Voltigeur / Etymologie / Internet:

„ Par analogie avec le fantassin jadis porté en première ligne par un cavalier. Note : dans la police, jusqu’en 1986, les voltigeurs étaient des policiers en uniforme, opérant deux par deux sur des motos.“

„ Policier membre d’une brigade motorisée dissoute en 1986 après l’affaire Malik Oussekine.“

Youtube.com / Ina.fr / Etudiant tué / Les faits / Video / Internet:

« Ils étaient trois, ils étaient beaucoup plus forts que moi, donc il n’y avait pas de discussion possible. Ils se sont précipités sur, je crois qu’il s’appelait Malik, et ils l’ont roué de coups, matraques et coups de pieds. Et moi, j’ai reçu quelques coups de matraques sur la tête. »

« Les policiers mis en cause font partie de ces brigade motorisées de la Préfecture de police. Le peleton voltigeur motocycliste (…)

« La mission de cette unité composée de volontaires est d’intervenir très vite et par surprise en impressionnant le plus possible l’adversaire pour le déstabiliser. »

« J’ai vu trois CRS sortir de cet immeuble avec un mec qu’ils ont littéralement tabassé de façon extrêmement violente, extrêmement violente, au milieu, au nez de tout le monde. »

Wikipedia.org / Malik Oussekine / Internet:

« Le 6 décembre 1986, après une manifestation à Paris, des étudiants occupent la Sorbonne. L’université est évacuée dans le calme, mais quelques étudiants tentent d’élever une barricade à l’angle de la rue Monsieur-le-Prince et de la rue de Vaugirard dans le 6e arrondissement. Immédiatement, une équipe de « voltigeurs » est envoyée sur place. Les voltigeurs ont été remis en service par Robert Pandraud, ministre délégué à la Sécurité auprès du ministre de l’Intérieur, Charles Pasqua. Ce sont des policiers montés à deux sur une moto tout-terrain ; l’un conduit, l’autre est armé d’une matraque. Ils ont comme mission de « nettoyer » les rues après les manifestations en pourchassant les « casseurs », ce corps de police fut dissous à la suite de cette affaire. »

« En arrivant dans le Quartier latin, les voltigeurs prennent en chasse les jeunes présumés « casseurs » qu’ils croisent. À minuit, Malik Oussekine sort d’un club de jazz. Des voltigeurs le remarquent et se lancent à sa poursuite. Malik Oussekine tente de s’enfuir. Il croise un homme qui rentre chez lui. Celui-ci, fonctionnaire des finances, laisse l’étudiant entrer dans le hall de son immeuble, mais les policiers entrent à leur tour. Selon le fonctionnaire des finances, seul témoin des faits, les voltigeurs « se sont précipités sur le type réfugié au fond et l’ont frappé avec une violence incroyable. Il est tombé, ils ont continué à frapper à coups de matraque et de pieds dans le ventre et dans le dos ». »

Maintien de l’ordre / Enquête / David Dufresne / Hachette Litteratures / 2007:

« Paris dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986. Malik Oussekine, 22 ans, s’apprêtre à rentrer chez lui.  »

(…) La Sorbonne occupée est bientôt évacuée. Soudain, des petites motos rouges tout-terrain surgissent. Une première depuis 1979. C’est le peloton des voltigeurs motocyclistes de la préfecture de police de Paris. Par engin, ils sont deux volontaires : le conducteur et son passager armé d’un long bâton. Les Honda grimpent sur les trottoirs, foncent dans la nuit, tournent, pénètrent dans les cages d’escalier, s’acharnent sur des passants à terre. Une cavalerie légère, bruyante, impressionnante. Les instructions radio sont claires : Allez-y, „intervention très très énergique.“ » (…)

« J’ai bien essayé de résister mais ils étaient trois. Après, je n’ai plus rien vu. Ils nous ont roué de coups de pieds, de poing et de matraque. Après, je suis rentré et j’ai vu Malik face contre terre. Il ne bougeait plus. J’ai cru qu’il se reposait. » (…)

Ce que je sais / Charles Pasqua / Seuil / 2007:

« Dans la tempête »

« Nouveau conseil de guerre, mieux vaut en rire, le 5 décembre. La tendance est à la fermeté… pour cause de sondages ! La politique de sécurité et de fermeté incarnée par Charles Pasqua a la faveur des Français. » (…)

« C’est le drame, un drame affreux. Le peloton de voltigeurs motocyclistes est intervenu contre les casseurs boulevard Saint-Germain à la fin de la manifestation, après l’évacuation de la Sorbonne. »

« Certains de ses éléments ont suivi un jeune homme qui s’enfuyait, disent-ils, rue Monsieur-Le-Prince, l’ont rejoint dans un hall d’immeuble et l’ont rué de coups. »

« Malik Oussekine, étudiant français d’origine algérienne, malade et sous dialyse, frappé par des membres de la police, devait décéder malgré l’intervention rapide des services de secours. » (…)

« J’avais demandé à Robert Pandraud de répondre aux sollicitations de la presse : il allait se surpasser. Sa déclaration – « Si j’avais un enfant malade et sous dialyse, je ne le laisserais par sortir la nuit » – est indécente et résonne comme une insulte. » (…)

« Ministre de l’Intérieur, j’assumais et je continue d’assumer vingt ans après. Mais jamais personne ne voulut reconnaître avoir donné l’ordre au peloton motocycliste d’intervenir malgré mes interrogations pressantes. »

**************************

« ils assassinent impunément. »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | July 1, 2018

Alésia: l’armée de secours

Alésia : l’armée de secours

Grüß Gott !

L’armée de secours, grande troupe gauloise, accourt pour aider Vercingétorix.

Youtube.com / Alesia / La victoire d’une défaite / Partie 1 / Internet:

« Près de 200.000 Gaulois sont attendus en renfort. Dans son récit, César parle de 80.000 Gaulois retranchés sur l’oppidum, auxquels s’ajoutent 50 à 60.000 légionnaires. Au total, ce sont plus de 300.000 hommes qui vont bientôt se battrent à Alésia. »

« Ce qui est absolument monstreux pour l’époque. »

« Il faudra attendre les batailles de Napoléon, Napoléon 1er, pour retrouver des effectifs comparables »

« Durant des semaines, le siège est fait d’attente et d’escarmouches. Les tentatives de sortie des Gaulois se soldent toutes par des échecs. Le temps presse et l’hiver approche. Impuissants à briser le blocus, les Gaulois fondent leur dernier espoir sur la venue d’une armée de secours. Quand les renforts arrivent enfin, l’ultime bataille s’engage enfin, violente, meurtrière. Et la victoire tiendra à peu de chose pour les Romains. »

« Au moment crucial du siège, lorsque l’armée de secours a mis en péril les fortifications romaines dans la plaine vers le Mont Rea, César ne voyait pas ce qui se passait. Par contre, son lieutenant Labienus voyait ce qui se passait, et il a pu donc faire venir des éléments de renfort tout en avertissant César qui, lui-même, est descendu pour conforter en fait son armée et permettre justement d’arrêter l’avancée des troupes gauloises. »

« Il s’ensuit qu’à ce moment-là, les Gaulois n’arrivent pas à véritablement rompre le blocus, qui se débandent, et que Vercingétorix décide de se rendre. »

Franceculture.fr / Et la Gaule s’effondra / Alésia / Vincent Charpentier / Jean-Louis Brunaux / Internet:

« Et donc, le 26, les Gaulois, enfin toute l’armée de secours qui est venue de 41cités de la Gaule, c’est-à-dire près de 250.000 hommes, c’est absolument énorme, qui vont aider les 80.000 de Vercingétorix, qui eux sont dans Alésia. Donc, c’est-à-dire pratiquement 300.000 guerriers qui décident de combattre ensemble les forces césariennes. Donc, c’est quelque chose d’absolument immense. Un combat qui s’étend sur près de cinq kilomètres de longueur, et qui affrontent, en gros, quelque chose comme 250.000 hommes. (…)

«  Cette bataille a été deséquilibrée, parce que les forces, notamment de l’armée de secours, – ce sont des forces qui ont été, disons, rassemblées à grand peine en Gaule, – et donc, les chefs ont ramassé un petit peu ce qu’ils trouvaient comme guerriers. Donc, ce n’est pas une armée qui était très entraînée, même pas du tout d’ailleurs, et qui surtout, lorsqu’elle arrive à Alésia, elle est partie probablement de la région d’Autin, de près de Bibrac, elle a fait 80 kilomètres à pied, et quand elle arrive, elle est épuisée. Et probablement n’a-t-elle aucun approvisionnement. Donc, il lui faut absolument, impérativement, gagner la bataille, si ce n’est le jour même, tout au moins le lendemain. C’est effectivement une épreuve très difficile. Donc, se trouvent des guerriers qui, certains, n’ont peut-être jamais combattu, qui sont peut-être des paysans, et d’autres qui sont effectivement des véritables guerriers… » (…)

„ Cette armée de secours, qui est une réalisation, qui est absolument inouie : en cinq semaines, 41 cités de toute la Gaule, dont certaines éloignées, comme les Osismes qui se trouvent à l’extrémité du Finistère, ou les riverains des Bouches-du-Rhin, par exemple, vont réussir à envoyer des contingents. Ceux-ci vont se rassembler et seront opérationnels en cinq semaines seulement. Ce sont des choses qu’on n’imagine même pas sous Louis XIV, et même difficilement à l’époque de Napoleon 1er. C’est très difficilement imaginable. Et à l’évidence, ils ont réussi à le faire.“ (…)

„ A Alésia, la Gaule a perdu son indépendance. Au moment où les Gaulois comprenaient ce qui les liaient entre eux, au moment même où ils s’offraient aux colonisateurs, tout était déjà perdu ? “

„ C’est ce qui fait le poids d’Alésia, c’est pour ça qu’Alésia est resté un évènement important. Alésia est devenu un évènement extrêmement important, c’est-à-dire que, pour la première fois, les Gaulois ont pu visualiser cette unité, notamment par l’armée de secours qui leur est apparue dans toute sa grandeur, et qui, si les Romains avaient pu constater l’immensité de cette armée, malheureusement qui est arrivée probablement en plusieurs jours, il est probable que les Romains auraient fuit s’ils avaient pu se rendre compte de la grandeur de cette armée. “ (…)

Publicsenat.fr. / Alésia: la bataille continue / Le débat / Benoit Duquesne / Franck Ferrand / Alain Houpert / Laurent Olivier / Video / 2010 / Internet:

« C’est une guerre de guérilla. Donc, ce que cherche à faire Vercingétorix, c’est la bataille finale. Il cherche à attirer César sur cet endroit qui n’est pas un endroit, effectivement, extrêmement stratégique. L’idée, c’est que César rassemble toutes ses forces autour de ce petit promontoire, … et lui [Vercingetorix], dans le même temps, appelle tous les autres peuples de la Gaule à son secours pour les écraser de l’extérieur. Mais César… »

Benoit Duquesne:

« Donc, il fait la chèvre, si je puis dire ; il est l’appât, c’est ça ? »

Laurent Olivier:

« Voilà ! Mais César, qui a des espions parmi les Gaulois, est au courant de ce plan. Et c’est pourquoi il fait deux lignes de retranchement : une à l’intérieur, pour empêcher les Gaulois de sortir de ce promontoire, et une à l’extérieur, pour éviter d’être pris à revers par l’armée de secours. »

Benoit Duquesne:

« Et c’est comme ça qu’il veut repousser cette fameuse armée de secours ? »

Un intervenant :

« Qui n’est pas venue. »

Benoit Duquesne:

« Qui n’est pas venue ? Et ben, je croyais que …  »

Franck Ferrand:

« Si, elle est venue, mais elle n’a pas combattu. »

***************************************

« L’armée de secours … dans toute sa grandeur. »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | June 25, 2018

Françoise Giroud: la médaille

Françoise Giroud : la médaille

Grüß Gott !

Françoise, internée-déportée, refuse l’étoile jaune, mais porte volontiers une médaille.

Ina.fr / Françoise Giroud / Médaille résistance / Vidéo / 10 mars 1977 / Internet:

„ – Madame Françoise Giroud, vous avez écrit un livre qui s’appelle „ Si je mens “. Alors, cette fameuse médaille de la Résistance, est-ce que, oui ou non, vous l’avez ? “ (…)

„ J’ai été décorée de la médaille de la Résistance, et je l’affirme solennellement, en septembre 45. Voici ma carte, d’internée et de déportée, de la Résistance ! “ (…)

„ J’ai reçu, aujourd’hui, quatre témoignages : deux émanant de Compagnons de la Libération : le général Dejussieu-Pontcarral, et monsieur Gilbert Grandval “ (…)

„ Deux autres documents, deux autres témoignages, l’un émanant du chef du Services d’information du Ministère des déportés, qui écrit: „ J’atteste sur l’honneur, que j’ai vu passer les dossiers concernant la médaille de la Résistance de madame Françoise Giroud et de sa soeur. “ (…)

„ Enfin, le dernier témoignage, émanant de celui qui a été mon chef, au début de la Résistance, pendant que j’étais agent de liaison, au réseau Buckmaster, (…) et qui écrit : „ Madame Françoise Giroud a été décorée de la médaille de la Résistance, en septembre 45, sur proposition du colonel Chappat, déporté à Neuengamme. “ Voilà, monsieur, ce que j’ai à dire, à ce sujet, et peut-être que ce soir, pour une fois, les téléspectateurs comprendront que je n’ai pas envie de sourire. “

Archive INA / Qui était Françoise Giroud / Video / Internet:

„ 1939, c’est la guerre. Très tôt elle entre dans la Résistance. Sa soeur est déportée en Allemagne. Elle sera, pour sa part, arrêtée et enfermée à Fresnes. Elle est médaillée de la Résistance. “

Publicsenat.fr / Bibliothèque Médicis / Françoise Giroud / Si je mens / Jean-Pierre Elkabbach / Laure Adler / Vidéo / 2011 / Internet:

„ – Elle a toujours eu des petits arrangements, ou des grands arrangements avec la vérité. Donc, pendant la guerre, elle ne portait pas l’étoile jaune (…) Vous dites, elle a même vécu de belles années sous l’Occupation. Ce qui est terrible. Ensuite, elle entre dans la Résistance, et il va y avoir le problème de la médaille de la Résistance, qui lui sera constestée. Elle dit l’avoir eue : elle l’a eue, elle l’a pas eue ? “

„ Et ben, elle a jamais été la chercher. Mais par contre, au bout de recherches très très longues, j’ai pu découvrir, et grâce à vous, Jean-Pierre Elkabbach, vous avez interwievé Françoise Giroud, au moment de cette immense polémique, qu’a fait un bruit d’enfer. Et alors, ce qui m’a énormément stupéfait, c’est que vous lui posez la question de savoir si elle la ou elle l’a pas. Et elle vous répond, avec une sérénité intérieure, tellement stupéfiante, que je me dis, elle ne peut pas mentir avec autant d’aplomb et avec autant de paix intérieure. Et bien, elle n’a pas menti ! Elle a à demi menti. Ça existe aussi… les demi-mensonges, et les demi-vérités “ (…)

Youtube.com / ONPC / Françoise Giroud / Laure Adler / Laurent Ruquier / Vidéo / Internet:

„ Elle joue du fait qu’elle a été Résistante et soi-disant décorée de la médaille de la Résistance, alors qu’elle ne l’a jamais été. Elle ment, on s’en aperçoit. ” (…)

„ Elle avait une soeur, tout à-fait extraordinaire, qui s’appelait Djénane, sa soeur aînée, qui est entrée dans la Résistance, très jeune, et très tôt, tout au début de la Résistance, à Clermont-Ferrand “ (…)

„ C’est Djénane qui a demandé à Françoise de rentrer dans la Résistance, assez tardivement, en 44. Et la petite soeur a tout de suite rejoint la grande soeur, c’est-à-dire Djénane, à Clermont-Ferrand, et a accepté d’être sa collaboratrice, son auxiliaire, dans le réseau de Résistance qu’elle dirigeait. “ (…)

„ A la Libération, la mère de Françoise et de Djénane, a reçu une lettre, des autorités de la Libération, disant que, les deux soeurs, Djénane et Françoise, avaient mérité d’obtenir la médaille de la Résistance. J’ai pu retrouvé ce document, et ce document prouve donc que Françoise Giroud aurait pu avoir cette médaille de la Résistance, si elle avait été la chercher. (…) le document figure dans le bouquin (…) Djénane a été une immense résistante, que la médaille de la Résistance ne se demandait pas, mais que par définition c’était les résistants qui la donnaient. Donc, Djénane a amplement mérité d’avoir cette médaille de la Résistance (…)

„ Françoise a fait acte de Résistance, – après tout, y en a pas eu tellement de résistants, en France, – mais n’a pas eu du tout le même engagement dans la Résistance que sa propre soeur (…) leur mère reçoit ce document donnant la médaille de la Résistance aux deux. “ (…)

Lexpress.fr / Actualité / Politique / Le roman d’une parisienne / Françoise Giroud / Internet:

„ En 1940, on ne se posait pas de questions métaphysiques. Je cherchais par tous les moyens un peu d’argent. “ Elle retourne ensuite au cinéma. Et à la Résistance.             « Arrêtée par la Gestapo, à Paris, en mars 1944, et incarcérée à Fresnes après un passage rue des Saussaies, de sinistre mémoire, je n’avais été qu’un modeste agent de liaison », précise-t-elle dans L’Express, le 11 avril 1977. Une plainte a été déposée par d’anciens résistants pour usurpation de titre. Candidate dans le XVe arrondissement, elle a pris la tête de la liste UDF parrainée par Michel d’Ornano, et ses adversaires RPR sont bien décidés à lui faire ravaler la médaille de la Résistance dont elle se prévaut, de bonne foi, mais à tort : la décoration, finalement, n’a pas été remise. L’affaire sera classée en 1979. “

Le collectionneur d’impostures / Frédéric Rouvillois / Flammarion / 2010:

„ Le permis de conduire de Mme Giroud. “

„ Cinq ans a peine après la parution de Si je mens (1972) la journaliste Françoise Giroud, alors secrétaire d’Etat à la Culture, est prise la main dans le sac. Candidate aux élections municipales de 1977 dans le XVe arrondissement de Paris, elle est confrontée à cette occasion à une gaulliste historique, Nicole de Hautecloque, médaillée de la Résistance. Françoise Giroud, sans doute pour faire bonne mesure, décide alors de se prévaloir, elle aussi de cette décoration sur sa profession de foi affiche dans l’arrondissement. Malheureusement, si cette médaille prestigieuse, destinée à reconnaître les actes remarquables de foi et de courage qui ont contribué à la résistance du peuple français, a bien été attribué à sa soeur, Djénane Gourdji, ancienne déportée, elle ne l’a jamais été à Françoise Giroud, dont les états de service à la Résistance avaient été, il est vrai, beaucoup plus modeste. Son nom ne figure pas sur la liste des médaillés, ce que sa concurrente, et les associations d’anciens résistants vont aussitôt pointer du doigt. Ulcérée par ce camouflet inattendu, furieuse qu’on ait osé lui en faire le reproche, à elle qui a plutôt l’habitude de faire la leçon aux autres, Françoise Giroud, au lieu de se montrer discrète, s’emporte et crie au scandale. Elle proclame qu’elle a mérité cette décoration et assure que trente-deux ans plus tôt, on avait dûment averti sa famille, par courrier, du fait que les deux soeurs allaient être décorées ; c’est sans doute l’administration de l’époque qui a fait un erreur en oubliant de l’enregistrer sur la liste des titulaires, et en n’y faisant figurer que le nom de sa soeur ; sa seule faute à elle, Françoise Giroud, fut de n’avoir pas vérifier dans le Journal officiel, l’enregistrement en bonne et due forme de cette décoration qui, insiste-t-elle, lui fut bien attribuée. A la télévision, elle brandit d’ailleurs vigoureusement une carte rosâtre pour prouver son bon droit : „ Ce doit être son permis de conduire, ironise la grande résistante Marie-Madeleine Fourcade, qui vient de porter plainte contre l’usurpatrice. Car la messe est dite, le scandale consommé : Françoise Giroud perdra les élections, son portefeuille ministériel et sa réputation de grande conscience. „ Se pensant à l’abri, commente alors l’historien Henri Amouroux, elle avait commis une tromperie délibérée et s’était ensuite enlisée dans le mensonge. Elle ne s’en est jamais relevée. “

Tribunejuive.info / Portrait / Françoise Giroud / Sarah Cattan / Internet:

„ Qui se souvient que, candidate aux élections municipales de 1977 à la demande de Giscard d’Estaing et de Michel d’Ornano, elle se retrouvera au cœur d’un scandale, une plainte étant déposée contre elle pour port illégal de la Médaille de la Résistance : il faut savoir que Djenane, sœur de Françoise, dite aussi Douce, créatrice et animatrice d’un des premiers Mouvements de Résistance à Clermont-Ferrand dès 1941, et internée au camp de Ravensbrück, avait bien reçu cette distinction à sa libération. “

„ Christine Ockrent et Laure Adler mentionneront dans leurs biographies respectives une lettre de Madame Giroud « mère » prouvant que cette médaille avait été attribuée aux deux sœurs mais que Françoise n’était pas allée la chercher, et rappelleront que la bonne foi de la jeune femme fut finalement reconnue, l’affaire étant classée en 1979, faisant dire à la journaliste : La Résistance a eu ses héros et ses martyrs. Nul n’ignore qu’elle a eu ensuite ses commerçants. Je ne savais pas que ceux-ci tenaient encore boutique. “

Dictionnaire amoureux de la politique / Philippe Alexandre / Plon / 2011:

„ En fait, Françoise Giroud n’a jamais mis en pratique le principe qu’elle a énoncé. L’indulgence n’était pas sa tasse de thé. Moralité, car il y en a une en politique, elle s’est fait canarder à mort lorsque, comme ancienne ministre de Giscard, elle s’est présentée aux élections municipales à Paris contre Chirac. Elle a commis l’incroyable sottise de s’attribuer alors une médaille de la Résistance qui avait été décernée… à sa soeur. Echec électoral et fin de carrière politique. “

L’insoumise / Mes combats / Evelyne Sullerot / Bernard Morlino / L’Archipel / 2017:

„ Elle a prétendu avoir été décorée pour faits de Résistance pendant la guerre. Or, il est vrai qu’elle a fait de la prison, mais pour une histoire, je crois, de marché noir. Elle écrivait très bien. Je la connaissais et respectais son talent, mais je ne pouvais pardonner cette histoire de fausse Résistance. On ne joue pas avec des valeurs aussi dramatique que la Résistance pour se faire élire, c’est inadmissible. “ (…)

Lepoint.fr / Actualités-chroniques / Le bloc-notes de Bernard-Henri Levy / Internet:

„ Fallait-il, si peu de temps après sa mort, publier cette biographie de Françoise Giroud ? Et a-t-on le droit, sous prétexte d’inventaire et de vérité, de livrer à un public avide, là aussi, de rumeur et de scandale tel ou tel inavouable pan de vie ? (…) sans parler de l’épisode fameux de cette médaille de la Résistance qu’on lui a si férocement contestée et dont Ockrent suggère que, pour finir, elle l’a effectivement reçue. Justice pour Giroud ! “

********************************

„ envie de sourire “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | June 16, 2018

Excision: ambiguité matriarcale

Excision : ambiguité matriarcale

Grüß Gott !

Khady, militante et mutilée, lutte contre les mutilations génitales féminines.

Youtube.com / Contre les violences faites aux femmes / Excision / Khady Koïta / Audio / 2012 / Internet:

„ – Khady Koïta (…) lutte contre les mutilations sexuelles (…) ”

„ Il y a la violence de vous enlever le clitoris, de couper, comme je dis toujours, ce bourgeon de fleur qui n’a pas pu fleurir, de vous arracher quelque chose. C’est humiliant, c’est dégradant… (…)

„ Des fois, j’ai l’impression que nous, les femmes, nous sommes notre propre bourreau. C’est inconscient, je crois qu’on le fait, transmet toute notre souffrance à notre progéniture, autour de nous. Et aujourd’hui, ça me fait très mal de voir beaucoup, beaucoup de jeunes filles, qui, par la religion, continuent à être beaucoup plus soumises qu’avant. Elles sont là sous l’emprise de je ne sais quoi. C’est bien triste.“

Youtube.com / Euronews right on / Nos filles ne seront pas excisées / Khady mutilée / Video / Internet:

„ Nous rencontrons une auteure qui en a fait son combat depuis longtemps. (…) Cette mère de quatre enfants nous raconte ce qu’elle a enduré, à l’âge de sept ans, au Senégal.“ (…)

„ Deux femmes m’ont attrapée et traînée dans la pièce. L’une, derrière moi, me tient la tête et ses genoux écrasent mes épaules de tout leur poids pour que je ne bouge pas.“

„ Pourquoi nos mentalités ne changent pas ? Ça, ça me met en colère.“

Rfi.fr / Excision / Quand des femmes brisent le tabou / Khady Koïta / Internet:

„ Mariée de force à 13 ans à un homme plus âgé qui lui fera trois enfants, elle met au monde son premier bébé à 16 ans. A 18, son mari lui impose une coépouse.“

« En grandissant, j’ai commencé à comprendre que mon destin de femme soninkée partait de là, de cette coupure intime qui me retranchait pour toujours d’une sexualité normale. »

„ En effet, à cause de son excision, les relations sexuelles avec son mari sont « un supplice », chaque accouchement une épreuve. « C’est un livre de cri, de colère, de douleur, de rage », indique-t-elle. Mais « c’est aussi un livre d’espoir ».“

„ Khady symbolise toute l’ambiguïté du rôle des femmes dans la transmission de ces pratiques. Blessées dans leurs chairs, elles n’en perpétuent pas moins la tradition. Khady elle-même, avant de militer contre l’excision, a fait « salinder » (comme on dit en soninké) ses petites filles. Aujourd’hui divorcée, elle est interprète à Interservice Migrants et au Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles (GAMS). Elle est aussi présidente du réseau européen pour la prévention des mutilations génitales féminines (EuroNet-FGM) depuis 2002.“

Die Tränen der Töchter / Khady Koïta / Knaur Taschenbuch Verlag / 2007:

„ Wenn ich im Krankenhaus bin, schickt mir die Sozialarbeiterin normalerweise eine Haushaltshilfe. Doch dieses Mal bietet mir die Cousine aus der Kaste der Schmiede, die vor kurzem aus ihrem Heimatdorf gekommen ist, an, die beiden Kleinen zu sich zu nehmen. Mouna ist jetzt knapp zweieinhalb Jahre und Kiné achtzehn Monate alt. “

„ Mach dir keine Sorgen, ich kümmere mich um die Kinder.“

„ Sie hütet sie zwei Wochen und besucht mich zweimal mit meinem Mann und den Töchtern im Krankenhaus. Ich ahne nichts, die Kleinen sind normal, fröhlich. Am Tag meiner Entlassung holt sie mich mit den Kindern und ihrem Mann, ab, um mich nach Hause zu bringen. Wir essen zusammen, und am Ende des Nachmittags teilte sie mir mit:

„“ Ich habe die Kinder gereinigt, weil sie jung sind. Wenn man wartet, bis sie nach Afrika gehen, sind sie schon zu groß, es war besser, es jetzt zu machen.“

„ Der einzige Satz, den ich dieser Frau sagen konnte, war:

„ Das hast du getan ? “

„ Ich habe mich nicht geärgert. Ich habe sie nicht beschimpft.“

„ Ich übernahm die Verantwortung für ihr Handeln, weil diese Frau, als Angehörige der Schmiedekaste und Mitglied meiner Familie, das getan hatte, was sie für ihre Pflicht hielt. Für sie war es kein Problem. Die Beschneidung meiner beiden Töchter, die sie vorgenommen hatte, passte in den Rahmen unserer Familienbeziehungen. Wenn ich von mir aus beschlossen hätte, dass die Beschneidung in Frankreich zu geschehen habe, hätte ich mich auf jeden Fall an sie wenden müssen, und in diesem Augenblick dachte ich überhaupt nicht daran. Ich hatte meine eigene Beschneidung vergessen. Damals habe ich mir nicht klar gemacht, dass ich mich ebenso „barbarisch“ zeigte, wie es bei uns die Wolof nannten, wenn ich die Tradition befolgte.“

„ In der Nacht habe ich wieder daran gedacht, das war aber auch alles. Und am nächsten Morgen habe ich nachgesehen, als ich die Kinder wusch. Die Wunden waren schon vernarbt. Als Afrikanerin, die die gleiche „Reinigung“ durchgemacht hatte, sagte ich mir einfach nur, dass man da hindurchmüsse. Wenn diese Frau es nicht gemacht hätte, hätte ich es später in Afrika machen müssen, und später – da hatte sie recht – wären der Schmerz und die Traumatisierung noch viel schlimmer gewesen.“

„ Es hat nichts in mir wachgerufen. Und als im Dezember 1978 meine dritte Tochter, Abi, geboren wurde, habe ich wissentlich akzeptiert, dass auch sie beschnitten wurde, obwohl das Baby gerade erst einen Monat war.“ (…)

Youtube.com / Archive INA / Excision / Khady Koïta / Video / 2005/2014 / Internet:

„ – Khady, vous avez été mutilée, au nom de la tradition, et vous témoignez dans un livre publié chez Oh édition, qui s’intitule tout simplement „ Mutilée “ ! (…) On est en 1966, vous avez sept ans, un jour les grand-mères viennent vous dire : „ Nous allons te purifier ! “ (…) Et là, votre grand-mère vous annonce que vous allez être excisée pour pouvoir accéder à la prière. (…) Alors, c’est terrible, la scène, il y a deux femmes qui vous tiennent. (…)

„ Le seul visage qui est resté, c’est cette femme (…) et parce que c’est elle qui coupe, aussi. Ça, ça reste toute la vie, ça, ça ne s’en va pas. (…)

„ C’est les images qui me sont restées, c’est les images, je pense, qui me resteront toute ma vie. Et parce que j’ai peut-être vu d’autres petites filles souffrir, par ces pratiques, avant de prendre conscience, alors cette image, elle reste là. (…)

„ – Pourquoi acceptez-vous que vos filles soient excisées à leur tour ? “

„ Je ne sais pas. Je ne sais pas. Parce que, tout simplement, je pense que, à l’époque, j’étais moi-même dans le cocon, j’étais dans le cercle familial, sous la pression sociale et familiale, et je pensais tout simplement que, ben, pour qu’elles puissent être acceptées dans la société, il faut qu’elles le soient.“ (…)

******************************************

„ Des fois, j’ai l’impression que nous, les femmes … “

Claire GRUBE

Older Posts »

Categories