Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 16, 2017

1940-1944: French repatriation

1940-1944 : French repatriation

Grüß Gott !

French refugees, stranded in Great-Britain, after the big deroute, preferred to return home.

The forgotten French / Exiles in the British Isles / 1940-1944 / Nicholas Atkin / MUP / 2003:

« To the general’s disgust and frustration, several prominent intellectuals who had arrived in London at the same time as himself were soon repacking their bags, destined for the safer shores of North America. It was with some justification that Elizabeth de Miribel acerbically observed, ‘In June 1940 London was not a town where you arrived, but one from which you left. Likewise, Ronald Tree, one of Churchill’s close associates, recalls how, in the wake of the fall of Sedan, London University’s Senate House, the wartime home of the Ministry of Information, was deluged with prominent French figures, all desirous to secure passage to New York. » (…)

„ Apart from General de Gaulle and his supporters, who have generated what one historian has described as an ‘intimidating’ literature, those French exiles who sheltered in Britain during the ‘dark years’ of 1940-44 have largely been forgotten by historians. Why this neglect ? Part of the answer lies in the fact that the French in wartime Britain constituted a small, self-contained community, or rather communities, who left few traces of their existence, and who were all too eager to return to France, some seeking repatriation while the Germans still occupied their lands. » (…)

« Some 30,000 French expatriates were located in Washington and New York alone ; London could boast no more than 7,000 colons. Given these numbers, it was inevitable that the American French communities took a keen interest in what was happening to their compatriots over the Atlantic. As de Miribel remarked, the safety of American shores ensured that their numbers were further swelled by many prominent politicians and artists. While George Bernanos, the Catholic author, and Charles Corbin, the former ambassador to Britain, headed for South America, such luminaries as Henri Bernstein, Camille Chautemps, Jules Romains, André Maurois, Claude Lévi-Strauss, Jean Monnet and Henry Torrès, father of Tereska, all took up residence in New York. » (…)

« It is, though, de Gaulle himself, the supreme myth-maker, who ensured that all French expatriates in Britain were identified with his cause. » (…)

« Refugees could never escape the fact that they had been forced to flee their homes, and had been pushed towards the Channel. Most had come to Britain not out of design – out of a wish to fight on, whether with de Gaulle or the British – but by chance, without money, friends and English contacts. So it is that an initial chapter examines the ‘misfortune’ of exile, the pitiful story of the 3,500 French refugees whose lives were dominated by hardship, sorrow and alienation. The ensuing chapter investigates ‘the conflict of exile’: the experiences of those soldiers and sailors who were marooned in Britain at the time of the Armistice and Mers-el-Kébir. These comprised some 2,500 wounded soldiers, convalescing at Crystal Palace and White City, approximately 100 merchant seamen, also at Crystal Palace, and some 6,500 sailors billeted in makeshift barracks-cum-detention centres, located well away from London, generally in the Midlands and north of the country : Aintree, Haydock, Arrowe Park, Trentham Park, Doddington, Oulton Park and Barmouth. The ‘conflict’ of their exile was whether to fight on, either alongside de Gaulle or the British, or to opt for repatriation.“

„ Most of the French in Britain, with the exception of the colons, were there by chance, not by design, and were not wholly convinced that they should stay. While some were undeniably courageous in their opposition to Vichy and Hitlerism, the majority adopted a variety of positions ; few initially were Gaullist. Only when the war looked truly won did they begin to rally around the general, and even then doubts remained. » (…)

„ How many refugees, especially French, did Britain receive ? This is no easy question to answer. Refugees of all nationalities arrived at different times, at different places in the country ; and were processed in different ways, some being quickly repatriated. In her report of 1947, de l’Hôpital records that on 17 May 1940 alone, WVS canteens fed some 8,500 French refugees at a cost of £100,93, a figure repeated in older histories, although the forgotten French as we shall see detailed breakdowns, collated from a variety of sources, suggest for July-August a total French refugee population of about half this size, an indication that many civilians were immediately returned to their homeland, alongside the majority of French troops rescued at Dunkirk. » (…)

„ There were those who wished to travel in the other direction, and be repatriated to France. Such a sentiment was, in many senses, perfectly understandable. It will also be recalled that this was an extremely delicate subject, especially with the Free French. When Chartier of the Consulate-General asked that information about repatriation be broadcast on the BBC, his request was flatly turned down ; the news was instead to be relayed through French charitable agencies, no doubt pinned on an obscure part of their noticeboards. Moreover, repatriation involved making complicated shipping arrangements, always a hazardous business since the Germans refused to grant a safe passage even to boats flying a neutral ensign. Nonetheless, this prospect of the forgotten French being torpedoed by a U-boat did not prevent some 500 refugees from returning to their homeland in the immediate six months after the Battle of France. Quite who volunteered for repatriation is unclear. While it is likely that this number included troublemakers identified by the British, it also comprised those who simply could not adapt to a new way of life. As we have seen, Britain was a strange land with strange customs, the welcome of officialdom had not exactly been overflowing with charity, few refugees appear to have known the English language, the Blitz was a stark reminder that the war was not over, and there remained the prospect of a German invasion. Yet maybe the greatest attraction of repatriation was the prospect of being reunited with families. Such was the case of a handful of male refugees from Brest and Dunkirk, in the words of Chartier ‘travailleurs sérieux’, who had taken work in British factories and who were contemptuous of their fellow refugees who preferred to live ‘dans l’oisiveté aux frais de la charité publique’. More than anything, he continued, these men were worried about their families. (…)

„ In late January 1941, French Welfare concluded that the most urgent problem it had confronted during the first six months of its existence was not the handling of refugees, but what to do ‘with the considerable number of French soldiers, sailors and merchant seaman in this country who had not immediately expressed their willingness to join General de Gaulle’. These men were, of course, the majority. When, on 18 June 1940, de Gaulle emitted his ‘call to honour’, the response was feeble, a fact acknowledged by even the most unreconstructed of the general’s hagiographers. It has been calculated that, in mid-August 1940, the numbers of Free French, ‘volunteers of the first hour’, in both Britain and across the world, numbered approximately 8,000. “ (…)

„ To read the many histories of the French armed forces during the Second World War is, then, all too often to read the history of the Free French. Little mention is ever made of the sizeable numbers of French sailors and soldiers, over 10,000 in total, stranded in camps in Britain at the time of the defeat, and who largely chose repatriation over enlistment in the Free French or action with the British services.“ (…)

„ The soldiers remaining in Britain were soon to be joined by sailors and merchant seamen. At the time of the Armistice, several French ships had taken refuge in British harbours. As with the Dunkirk evacuees, the mood among these men was not good. In a telephone call with his son David, who was serving with the marines in Portsmouth, Lord Astor learned that ‘discord’ and ‘fighting’ on the ships was commonplace. The younger sailors, worried about their families and economic prospects, were already keen to go back to France.“ (…)

„ Counting the heads of the servicemen who discovered themselves in Britain during the summer of 1940 is fraught with the same kinds of difficulties as assessing the numbers of refugees. Official figures often contradict one another, and are frequently at variance with those cited in such authoritative works as Crémieux-Brilhac’s La France Libre. There are several reasons for this. As we have seen, the majority of men rescued at Dunkirk were quickly returned to France. Of the 141,000 rescued at the start of June, 45,000 remained towards the end of that month. Despite the efficiency with which the evacuations had been conducted, it was difficult keeping tabs on soldiers as they were transported across the country to rejoin the battle. Some degree of repatriation also appears to have been conducted immediately after the Armistice, although this proved increasingly difficult especially when, on 24 July, an E-boat sank the Meknès, transferring some 1,200 men to France, at the cost of 400 lives. It is further apparent that those who rallied to de Gaulle did not do so in one mad rush ; they came in dribs and drabs.“ (…)

„ In August 1940, between 2,000 to 3,000 men were believed to belong to de Gaulle’s army at Aldershot ; and another 300 were thought to be under the command of Admiral Muselier in the Free French Air Force, although several of the officers were flying with the RAF. Figures for the navy were unobtainable as many men were still deciding whether to sail with the British or with Muselier, described as a ‘cad and a blister’ by Rear-Admiral Watkins following a cocktail party in which the Frenchman accused the Royal Navy of stealing his officers. Crémieux-Brilhac suggests that, at this point, the marine counted 3,200 men. In November 1941, we know that the Free French Navy comprised 287 officers and 3,839 ratings ; 20 officers were sailing with the Royal Navy, along with 408 men. By any reckoning, it was a pitiful number. When, on 14 July 1940, de Gaulle marched his troops past the Cenotaph and the statue of General Foch in Grosvenor Gardens, provoking such headlines as ‘France Celebrates Liberty. In London Only’, the British public had witnessed almost the entire strength of the general’s fighting men. As Crémieux-Brilhac reminds us, the Czechs, Polish and Norwegian exiled forces were almost as impressive in numbers as the French. As Mollie Panter-Downes observed, the fact that de Gaulle’s men were housed at Olympia, a building associated in most Londoners’ minds with Christmas circuses and the Ideal Home Exhibition, did not help the cause. “

„ Charles Ingold, a fighter pilot and a early recruit for the Free French, noted in his diary how, at Arrowe Park, all the men were in a hurry to return home as they considered the war lost. Even de Gaulle himself could not hide his frustration. In his memoirs, he recalls how, on 29 June 1940, he visited Trentham Park where he rallied : The forgotten French a large part of the two battalions of the 13th Half Brigade of the Foreign Legion, with their leader, Lieut-Col. Magrin-Veneret, known as Monclar, and his number two, Captain Koenig, two hundred Chausseurs Alpins, two-thirds of a tank company, some elements of gunners, engineers and signals, and several staff and administrative officers, including Commandant de Conchard and Captains Dewarin and Tissier. The next day at Aintree and Haydock Park, he had less luck, being turned away by the British authorities in Liverpool, lest he provoked disorder. Arrowe Park, visited a few days later, proved more rewarding, yet indifference and hostility were still the overwhelming responses. White City proved a particular disappointment, given the proximity of de Gaulle’s recruiting bureau at nearby Olympia. Of the 1,600 or so troops that passed through there in the first two months of the camp’s existence, only 152 signed up with de Gaulle, a further 34 with the British army, and another 35 with the Royal Navy. Within the sailors’ camps recruiting moved at a snail’s pace. Although men at Haydock were relatively enthusiastic, by mid-September a mere 100 men a week were volunteering to serve with either de Gaulle or the British, the latter option being the more popular, largely because the pay was better, although those who did choose thus soon became objects of derision on the part of their comrades. It is also worth noting that in the case of those few eager to enlist, enrolment with the British Army offered a much quicker return to action than would be had by joining the Free French. Whatever the reasons, recruitment soon tailed off. When it was learned that a majority of the soldiers at White City, and men in other camps, had plumped for repatriation, and that some vessels had already sailed for France, ‘recruiting dropped badly, as the predominant desire of all these men is to return to their families in France’. “ (…)

„ It is known that from November onwards the steamers Canada, Djenne, Winnipeg and Massilia, the famous vessel that had carried a small number of parliamentarians from Bordeaux to North Africa, were kept busy ferrying men back to France. By Christmas 1940, 6,574 officers and men had been repatriated, and the French camps were closed down. “

„ The overwhelming majority of French servicemen stranded in Britain at the time of the Armistice and Mers-el-Kébir always wanted to return home, regardless of the discomforts that awaited them on their arrival, and it is not difficult to ascertain why. “

*********************************

„ and who largely chose repatriation over enlistment. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 12, 2017

Neuvy-Saint-Sépulchre: reliquaillerie

Neuvy-Saint-Sépulchre : reliquaillerie

Grüß Gott !

Un reste supposé, d’un être mystérieux, dans un lieu reculé, attire des curieux.

Wikipedia.org / Neuvy-Saint-Sepulchre / Internet:

« Neuvy-Saint-Sépulchre est une commune française située dans le département de l’Indre, en région Centre-Val de Loire. »

« Manifestations culturelles et festivités : Lundi de Pâques, procession des reliques du Précieux Sang. »

Croyances et légendes du centre de la France / Laisnel de la Salle / Tome premier-tome second / Paris / 1875:

„ Le Précieux sang, à Neuvy-Saint-Sepulchre, arrête le saignement du nez et la dysentrie.“

„ Il est arrivé qu’en la présente année 1639, le ciel faisant paroitre son indignation contre la terre par les persécutions des maladies de dissentrie, flux de sang et autres, dont le ravage estoit aussi général que périlleux pour ceux qui en estoient attaquez, le fléau de Dieu s’estant estendu mesme dans ce bourg et paroisse de Neufvic-Saint-Sépulchre, la plus grand’ part des habitants pour appaiser le courroux du ciel, se résolurent, par un mouvent de piété, de recourir au prières du Précieux sang qui repose en l’église Sainct-Jacques dudit Neufvic, et de rendre tous les ans pareils culte et adoration à notre bon Dieu sous l’invocation de son Précieux sang, le dimanche immédiat devant le jour de sainct Fiacre. “

Dailymotion.com / Neuvy-Saint-Sépulchre / Un pèlerinage célébré depuis le Moyen âge / Video / Internet:

« Le pèlerinage du Précieux sang sillone les rues de la ville depuis le Moyen âge, chaque Lundi de Pâques. Les reliques du Christ conservées dans la basilique, un morceau du tombeau et deux gouttes de sang, ont précédé quelques centaines de fidèles emmenés par Mgr Maillard, archevêque de Bourges. »

Riposte-catholique.fr / Pèlerinage du Précieux Sang à Neuvy-Saint-Sépulcre / 2016 / Internet:

„ Chaque lendemain du jour de Pâques, la paroisse de Neuvy-Saint-Sépulchre vit un temps de méditation et de fête qui prolonge, dans la joie, la Semaine Sainte.“

„ Cette année, le pèlerinage se déroulera le 28 mars prochain et sera présidé par frère Serge Jaunet, venu d’Orléans pour l’occasion.“

„ Les Chevaliers du Saint Sépulchre, dont la mission actuelle est d’aider les chrétiens de Palestine, seront également présents.“ (…)

” A 10h30, le cortège partira de la Basilique et sillonnera les rues du bourg dans une démarche pénitentielle. Les membres de la Confrérie porteront les reliques du Précieux-Sang du Christ, les enfants les instruments de la Passion. Puis l’Évangile de la Résurrection sera proclamé sur la place du champ de foire, suivi de l’homélie. La deuxième partie de la messe (l’Eucharistie) se déroulera dans la Basilique, suivie de la vénération de la relique du Précieux-Sang.” (…)

„ En 1257, le cardinal Eudes de Châteauroux [vers 1190-1273] donne des reliques, un fragment du Sépulcre et trois gouttes du Précieux Sang, recueillies le jour de la Passion sur le Calvaire, en la forme de deux larmes coagulées. Le cardinal Eudes, évêque de Tusculum, les avaient rapportées de Terre Sainte où, pendant six ans, il avait exercé les fonctions de légat du Pape pour la première croisade de saint Louis. C’est ainsi qu’en 1257, il en fit don à Neuvy, son pays natal. Ces reliques sont placées dans le caveau-reliquaire, hélas détruit en 1806.“

« En 1621, Mgr André Frémiot, archevêque de Bourges, institua une confrérie du Précieux-Sang approuvée, deux ans plus tard, par le pape Grégoire XV. »

Pelerinagesdefrance.fr / Précieux Sang / Neuvy-Saint-Sépulchre / 2016 / Internet:

„ Réciter le chapelet du Précieux Sang de Jésus-Christ “

„ Pour commencer à prier le chapelet du Précieux Sang, on prend les 6 groupes de 5 grains. Chacun de ces groupes permet la méditation sur l’un des six premiers Mystères. Ensuite, on énonce le Mystère médité puis on récite 5 fois « Notre Père » sur les 5 grains suivis de l’invocation : « O Dieu, vient à mon aide. O Seigneur, dépêchez-vous de m’aider ! » Pour la suite, il faut réciter un « Gloire au Père » suivi de la prière : « Nous vous supplions, Seigneur, aidez vos servants que vous avez rachetés par votre Précieux Sang ! »

„ Lorsque les 6 groupes sont terminés, on médite sur le dernier Mystère, le septième qui est le Coup de Lance sur le groupe de 3 grains restant. On énoncera alors le Mystère à méditer puis on récitera 3 fois « Notre Père » sur les 3 grains suivi de l’invocation : « O Dieu, viens à mon aide. O Seigneur, dépêchez-vous de m’aider ! ». On récitera ensuite un « Gloire au Père » suivi de la prière : « Nous vous supplions, Seigneur, aidez vos servants que vous avez rachetés par Votre Précieux Sang ! »

” Pour conclure la prière du chapelet du Précieux Sang, on termine avec la prière : « Père Eternel, je Vous offre le plus Précieux Sang de Jésus-Christ en réparation de mes péchés, pour les besoins de la sainte Église et pour le soulagement des âmes du purgatoire ». (…)

Lanouvellerepublique.fr / Le Précieux sang retrouve des couleurs / Neuvy-Saint-Sepulchre / 2016 / Internet:

« Des couleurs originelles, ancrées dans les souvenirs de tous les Neuviciens, même s’ils ne se souviennent pas de la date du premier pèlerinage. « Mes parents y venaient enfants, mentionne Maurice. Tout ce qu’on sait, c’est que ça fait très longtemps. »

« La basilique, copie du Saint-Sépulcre de Jérusalem, renferme deux gouttes du sang du Christ. Une relique, objet de vénération, depuis sept cents ans. Lors du pèlerinage du Précieux Sang, lundi 28 mars, présidé par le père Serge Jaumet d’Orléans, les pèlerins pourront découvrir le nouvel ensemble décoratif, dans les rues de Neuvy. Dans les pas de la procession, en présence des chevaliers du Saint-Sépulchre, les Saintes reliques sont portées par les membres de la Confrérie du Précieux Sang et les instruments de la Passion par les enfants de la ville. »

France3-regions.francetvinfo.fr. / Traditionnel pèlerinage du Précieux Sang / Neuvy-Saint-Sepulchre / Internet:

« Ce lundi de Pâques, à Neuvy-Saint-Sepulchre dans l’Indre, la paroisse célèbre le Précieux Sang. Une tradition qui perdure depuis le XIII ème siècle. Mais quel est donc ce “Précieux Sang” autour duquel se rassemblent les fidèles ? »

„ Cette année, 200 pèlerins se sont rendus à Neuvy-Saint-Sepulchre pour une procession dans les rues du village autour d’une célèbre relique : le  Précieux Sang.“

„ Ce sont quelques gouttes du sang du Christ, récoltées le jour de la passion sur le calvaire et qui ont ensuite été rapportées de Jérusalem, au temps des Croisades, par le cardinal Eudes de Chateauroux.“

„ Du jus de poire au vin pour sauver le sang du Christ. “

«  Un trésor religieux qui aurait pu disparaitre au moment de la Révolution mais c’était sans compter sur l’ingéniosité du prêtre de la paroisse. Ce dernier a en effet subtilisé le sang et l’a remplacé par quelques gouttes de jus de poire au vin. Le reliquaire a été détruit, mais les reliques cachées ont pu réapparaitre au lendemain de la Terreur. »

Youtube.com / Traditionnel Pèlerinage du Précieux Sang / Neuvy-Saint-Sepulchre / Vidéo / Internet:

„ A peine finie la distribution du chocolat que les cloches reprennent du service. En ce lundi de Pâques, Neuvy-Saint-Sépulchre s’est mis sur son trente-et-un, pour faire cheminer son Précieux sang, une relique contenant le sang du Christ, célébré depuis huit siècles par un pélerinage, un rendez-vous incontournable.“ (…)

„ Ils étaient deux cents à s’être déplacés pour suivre la fameuse relique à travers la ville. Une fréquentation qui se maintient d’année en année. Alors, besoin de spiritualité ou simple curiosité touristique ? Chacun à ses arguments:

„ On n’avait jamais vu le sang de Jésus, donc on voulait voir à quoi ça ressemblait.“

********************************

„ A peine finie la distribution du chocolat que les cloches reprennent du service. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 2, 2017

Résistance: cinéma & reconstitution

Résistance : cinéma & reconstitution

Grüß Gott !

Les cinéastes français, après la Libération, montrent les résistants à l’oeuvre. Objectivement.

Dans le maquis de la forêt de Chateauneuf / ANACR / Haute-Vienne / D’après les mémoires d’André Deleger / Résistants en Limousin / 2010:

„ Un jour, on nous a demandé qui voulait faire du cinéma, les volontaires ne manquaient pas. L’acteur Georges Lannes tournait un film sur la Résistance, il lui fallait des figurants. Tantôt habillés en Allemands, tantôt en maquisards (plus élégants qu’à l’origine), nous dressions des barricades entre Solignac et le Vigen, nous minions le viaduc, ou nous courions dessus au passage du train. Nous investissions les maisons sur la route de l’Aiguille. Notre garde-robe était à la gendarmerie de Solignac, où nous changions d’habits. Le sympathique Pierre Bourrique campait le personnage d’un petit morveux d’officier allemand palot, très passable. “ (…)

Cinearchives.org / Catalogue d’exploitation / R5 / Autour d’un maquis / Paton / Video / Genre fiction / 1945 / Internet:

„ Ce film a été réalisé d’après des événements authentiques avec le concours de combattants F.F.I du maquis limousin dont l’action dans cette seule région de Limoges (dénommé R.5 dans la clandestinité) coûta à l’ennemi 10.000 morts et 23.000 prisonniers et retarda de plusieurs jours les divisions blindées de S.S en marche vers la Normandie. “ (…)

„ Deux hommes se retrouvent à la Libération, dans une ville de la Haute-Vienne. L’un des deux avait pris le maquis, et entreprend le récit de ses années de résistance pour son compagnon. (…)

„ Les reconstitutions filmées qui illustrent le commentaire montrent en effet les résistants à l’œuvre. Elles insistent sur la puissance, l’organisation et l’efficacité de la Résistance dans le Limousin, ainsi que sur l’appui de toute la population (gendarmes, paysans, émissaires féminins à vélo…). Outre des images de sabotages et de parachutages, il est rappelé de ne pas oublier le sacrifice des résistants fusillés par les nazis. Il est également dit que les armes venues de Londres n’étaient « pas trop nombreuses ».“ (…)

„ Jamais nous n’avions eu tant de candidats, il nous en venait de tous les coins, de toutes les espèces, (…) ça n’empêchait pourtant pas nos recrues de nous rejoindre. (…) Désormais, c’est nous qui controllions la région, et c’est nous qui surveillions les routes (…) En bien des endroits, leur circulation était interrompue, leur téléphone aussi. (…) car nous, nous avions nos fils spéciaux (…) nos spécialistes, nos techniciens, nos monteurs (…) c’était nos ordres et nos messages qui passaient sur nos lignes (…) nous avions maintenant nos liaisons, nos routes, nos bataillons. Nous n’attendions plus que nos armes… ” (…)

Cinearchives.org / Dix minutes sur les FFI / André Michel / Video / 1944 / Internet:

„ D’ailleurs, aujourd’hui, tous les meilleurs éléments de la France, chacun selon ses possibilités, travaille pour la Résistance.“

„ La vieille demoiselle des P.T.T, qui transmet les messages, travaille pour la Résistance.“

„ Le paysan qui ravitaille le maquis, travaille pour la Résistance.“

„ La petite fille qui écoute les messages de Londres, travaille pour la Résistance.“

„ Le cheminot qui sabote les voies de communication de l’ennemi, travaille pour la Résistance.“

„ Le terroriste qui détruit les trains de munitions, travaille pour la Résistance.“

„ L’ouvrier qui fait sauter les usines d’armements, travaille pour la Résistance.“

„ Le fonctionnaire qui délivre les tickets d’alimentation aux maquisards, travaille pour la Résistance.“

„ Les gendarmes aussi travaillent pour la résistance, eux qui détournent les voitures indiscrètes des terrains de parachutage.“ (…)

Cineclubdecaen.org / Résistance et occupation / Au coeur de l’orage / Documentaire / Jean-Paul le Chanois / 1948 / Internet:

„ Ce film n’est pas l’exploitation romancée de l’héroïsme et de la mort. Ses éléments ont été tournés : à Paris et dans le Vercors par des opérateurs clandestins ; empruntés aux cinémathèques alliées ; pris dans des documentaires ennemis ; tirés de photographies inédites ; reconstitués dans un souci d’objectivité sans aucun acteur ni figurant professionnel avec le concours de la 14e région militaire.“ (…)

„ Réalisé à partir de séquences filmées dans le maquis du Vercors, c’est le seul film sur la résistance tourné en partie sous l’Occupation. Commencé dès 1944, il ne sortira toutefois qu’en 1948, deux ans après La bataille du rail (René Clément, 1946). “

„ La priorité est de constituer des archives filmées pour témoigner aux générations futures. L’opérateur Frédéric Forestier arrive dans le maquis du Vercors en juin 1944. Il filme les cérémonies, les entraînements et la vie quotidienne (extrait d’images pas retenues dans le film final : scène de maquisards décontractés jouant de la musique). Peu de combats ont été filmés par Forestier, ils seront reconstitués plus tard. Idem pour la proclamation de la république du Vercors. L’accent est mis sur la levée en masse, l’insurrection populaire : scènes d’imprimeries clandestines, de distributions de tracts, d’attentats sont reconstituées. ” (…)

Ina.fr / Résistance cinéma / Bataille du Rail / Actualités françaises / Vidéo / 1946 / Internet:

„Vous connaîtrez le secret qu’abritaient les bureaux des gares, des voies de triage et des dépôts de locomotives, quand les hommes du rail furent entrés dans la plus ténébreuse et la plus immense conspiration de tous les temps.“

„Vous découvrirez ce que fut la lutte contre l’ennemi présent et soupçonneux, de ces hommes qui faisaient la guerre de leur métier avec ces armes qui étaient les faux horaires, les roues arrêtées, les rails rompus.“

„ Bataille du Rail, c’est le film qui vous dira sans grandiloquence et sans mensonge ce que fut authentiquement la guerre secrète. “

„ Bataille du Rail, c’est le grand drame des hommes en guerre dans le monde des cheminots. ”

„ Bataille du Rail, une production de la coopérative générale du cinéma français tournée avec l’appui de la SNCF et la collaboration de Résistance-fer et des cheminots de France.“ (…)

„ Bataille du Rail, long métrage sur les cheminots pendant l’occupation allemande qui mêle habilement fiction et documentaire. “

*********************************

„ sans grandiloquence et sans mensonge “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | March 27, 2017

1914-1918: proximité horizontale

1914-1918 : proximité horizontale

Grüß Gott !

Les femmes françaises, dans les territoires occupés, doivent abandonner les enfants de soldats allemands.

Viols en temps de guerre / Les enfants nés des viols allemands pendant la Grande Guerre / France / 1914-1918 / Antoine Rivière / Payot / 2011:

„ Dans les villes et villages occupés, qui sont souvent vidés de leurs hommes, mobilisés dans l’armée francaise ou prisonniers en Allemagne, les femmes sont à la fois très vulnérables et contraintes à une certaine proximité avec l’occupant. La réquisition de la main-d’oeuvre féminine pour travailler aux champs ou en usine, ainsi que la cohabitation sous le même toit avec des soldats apparaissent alors comme des situations particulièrement propices à l’agression. “ (…)

„ Le contexte de l’occupation favorise aussi la poursuite, après le viol, de la coexistence entre agresseur et victime. Dans un village des Ardennes, une femme doit, par exemple, loger un soldat allemand à partir de janvier 1918, alors que son mari vient d’être envoyé en forteresse ; il se passe cinq mois avant que le viol n’ait lieu, puis la cohabitation forcée se poursuit encore plusieurs semaines sans nouvelle agression. Lorsque la terreur et le silence de la victime, ou l’inaction de la hierarchie militaire, confortent l’agresseur dans son sentiment d’impunité, les viols peuvent au contraire se répéter, comme dans le cas de cette habitante de Meurthe-et-Moselle, qui, pendant six mois, de janvier à juin 1917, loge un soldat allemand qui abuse d’elle régulièrement.“

„ Parfois ces cohabitations forcées se transforment en un simulacre de vie conjugale et domestique. Une habitante d’un village de l’Aisne raconte que, à l’automne 1916, le soldat allemand logé chez elle s’est introduit pendant la nuit dans sa chambre et l’a violée. Après cette agression, „ les rapports, en quelque sorte forcés, mais sans violences“ se sont poursuivis jusqu’à la libération de la localité en avril 1917 : la victime dit avoir accepté cette situation pour ne pas être brutalisée à nouveau et „ pour avoir du ravitaillement “ – nourriture et charbon – pour elle et ses deux enfants légitimes. Les rapports sexuels sans que la violence physique initiale soit réitérée, la participation conjointe à l’économie domestique, la cohabitation de plusieurs mois, puis la grossesse de la jeune femme semblent mimer la vie d’un ménage ordinaire.“ (…)

———–

« Les mères racontent les circonstances du viol, leurs relations avec l’occupant, avant puis après l’agression. Elles confient aussi les motifs de l’abandon ; or les raisons qu’elles invoquent n’ont, dans la plupart des cas, à voir ni avec l’identité allemande du géniteur ni avec les circonstances violentes et criminelles de la conception. Le plus souvent, c’est en effet sur l’injonction d’un entourage familial inquiet de l’opprobe et du déshonneur guettant les filles-mères et les enfants adultérains, qu’elles se résignent, contraintes et forcées, à abdiquer une maternité quelles étaient, disaient-elles, prêtres à assumer. » (…)

„ Si la virulence du refus de l’enfant imposé par l’ennemi est parfois saisissante, ce qui frappe à la lecture de ces témoignages, c’est que ces cas sont très peu nombreux. Seules 4 % des mères évoquent comme motif de l’abandon leur aversion pour un enfant d’origine allemande. En revanche, nombreuses sont celles qui, malgré les circonstances de la conception et l’origine du géniteur, se disent très attachées à leur enfant, et ne se résolvent que contre leur gré à s’en séparer.“

„ Plus du tiers des abandons par „décision spéciale“ trouvent leur origine dans la contrainte exercée sur la mère par son entourage familial. (…)

„ Si l’identité allemande du géniteur est quelques fois à l’origine de l’injonction parentale, dans la plupart des cas, il sembe que les parents exigent l’abandon parce qu’ils redoutent avant tout que, si elle venait d’être révélée, l’existense de l’enfant n’interdise à leur fille de jamais trouver à se marier et ne disqualifie socialement l’ensemble de la famille. (…) Que le père de l’enfant soit allemand ajoute certainement à la peur de parents d’être désignés aux commérages et à l’opprobe populaires, mais ce n’est jamais qu’une raison de plus d’exiger l’abandon. “

„ Lorsque ce n’est pas celle des parents, c’est la contrainte exercée par le mari qui s’impose : parmi les cent cinquante femmes mariées qui confient à l’Assistance publique un enfant issu d’un viol allemand, deux sur trois l’évoquent comme motif de l’abandon. Vingt d’entre elles abandonnent leur enfant afin que leur époux, mobilisé et ignorant de leur situation, ne connaisse jamais son existence et ne découvre rien de l’agression dont elles ont été victimes. Dans près de quatre-vingts dossiers, le mari a, au contraire, découvert la naissance et les circonstances de la conception, soit à l’occasion d’une permission, soit après sa démobilisation ; c’est lui qui exige alors l’abandon. ” (…)

„ C’est ce qui arrive à cette femme, dont le mari découvre la grossesse à son retour de captivité, à la fin de novembre 1918, et lui enjoint de confier l’enfant à l’Assistance publique dès sa naissance. Après l’accouchement, en février 1919, elle „ne trouve pas le courage et conserve le nouveau-né“, ce qui lui vaut d’être chassée du toit conjugal. Pendant plusieurs mois, elle vit seule avec son bébé ; usée par des conditions de vie difficiles et précaires, désespérée d’être séparée, depuis huit mois de son autre enfant „gardé par le père“, elle finit par céder, et en octobre 1919, elle abandonne sa fillette. “ (…)

„ L’enfant étranger que ces hommes-là rejettent, ce n’est pas tant l’enfant d’une autre race que l’enfant d’un autre homme.“

« Quelques-uns de ces maris réclament ainsi l’abandon, parce qu’ils soupçonnent leur femme d’avoir eu avec le père allemand des relations sexuelles volontaires et non pas forcées. » (…)

« Un habitant de la Somme, mobilisé dans l’infanterie pendant toute la guerre, apprend à l’été 1918 que son épouse aurait été violée par un soldat allemand trois ans plutôt, et qu’une petite fille serait née de ce viol. Menaçant sa femme de divorcer, il obtient qu’elle abandonne la fillette. Après l’armistice, les deux époux reprennent la vie commune et, en mars 1919, demandent conjointement à l’Assistance publique de leur rendre l’enfant ; le mari explique alors qu’ «ayant eu la preuve que sa femme était une victime » et que « l’enfant était bien née de violences allemandes », il accepte de l’accueillir au foyer. » (…)

„ L’influence exercée par les parents ou le mari se lit aussi dans les cinquantes dossiers, soit plus d’un sur huit, dans lesquels la mère affirme, au moment du dépôt à l’hospice, qu’elle reprendrait son enfant, si son mari ne revenait pas du front, ou si elle parvenait à s’émanciper de sa famille. Trente-cinq enfants sont effectivement l’objet d’une demande de restitution de la part de la mère, en général moins de trois ans après la fin de la guerre. Le divorce, la mort du mari, la profonde dépression dans laquelle la mère sombre parfois après l’abandon…“ (…)

„ En décembre 1918, un habitant de l’Aisne, mobilisé depuis le début de la guerre, écrit au directeur de l’Assistance publique, afin de recupérer l’enfant que sa femme avait abandonné quelques mois plus tôt sur son injonction. (…) convaincu que sa femme n’est pas la seule Française violée par un soldat allemand, (…) cet homme accède au désir de sa femme de reprendre l’abandonné.“ (…)

************************************

« l’enfant d’un autre homme. »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | March 17, 2017

Alfons Moser: abattu

Alfons Moser : abattu

Grüß Gott !

Un partisan français, communiste et terroriste, tue un soldat allemand, aspirant et élégant.

Qui a tué Fabien / Pierre Durand / Temps actuel / La vérité vraie / 1985:

„ Tout d’un coup, voila qu’un grand diable d’officier de la Kriegsmarine (il était commandant, on l’a su après) débouche du couloir et s’apprête à monter dans la prochaine rame. „Celui-là va payer“, me dit Frédo. „Alors tu y es, tu fais gaffe, je tire.“ Le tout marmonné entre ses dents. Moi, à vrai dire, je n’en menais pas tellement large. Tout d’un coup, pan, pan, deux coups de revolver tirés par Frédo sur le gars, juste au moment où il montait en première. Comme un éclair, je vois Frédo courir à fond de train dans les escaliers en criant :“Arrêtez-le, arrêtez-le !“ (…)

Museedelaresistanceenligne.org / 1940-1945 / Attentat du métro Barbès / Internet:

„ En dépit de son élégant costume bleu à boutons dorés, du poignard qu’il arbore à la ceinture, et de sa haute caquette blanche, Alfons Moser n’était pas un officier. Tous juste venait-il d’être promu aspirant. Informée de l’attentat à 9h10, la Kommandantur dépêche sur place une équipe de quatre policiers du groupe GFP 610. Les premiers éléments de l’enquête apprennent que les deux coups ont été “vraisemblablement tirés d’une poche de veste, atteignant le dos. La distance du tir ne peut avoir été que très minime étant donné les traces de poudre à l’entrée de la plaie”. “

L’imprévu dans l’histoire / Treize meurtres exemplaires / Dominique Venner / Pierre-Guillaume de Roux / 2012:

„ Paris, 21 août 1941, huit heures cinq du matin. Sur le quai de la station Barbès, direction porte d’Orléans, un jeune officier en uniforme de la Kriegsmarine faisait quelques pas, de long en large, dans l’attente du métro. Il s’appelait Alfons Moser. Employé à la caisse d’épargne de Baden Baden, père de deux petites filles, et vaguement antimilitariste, il avait été mobilisé en 1939, devenu assistant d’intendance (aspirant), il était affecté aux magasins d’habillement de la Marine à Paris depuis trois semaines. “

„ Un roulement métallique venait du tunnel. La rame entra en gare. Les voitures de tête passèrent devant Moser. Le wagon de 1re classe ralentit et s’arrêta devant lui. Des portières s’ouvrirent. Le jeune officier s’avança. A l’instant où il posait le pied dans la voiture, deux coups de feu éclatèrent dans son dos. Moser pivota sur lui-même. Une immense surprise se peignit sur son visage. Il fit trois pas et vint s’effondrer sur un banc. Sa casquette roula sur le sol. “

Morts pour Vichy / Alain Decaux / Tempus / Perrin / 2000:

„ Précédée de son habituel grondement, une rame entre en gare. Elle glisse, s’arrête. L’aspirant Moser s’avance vers une porte déjà ouverte de la voiture de première classe. Il va pénétrer dans le wagon quand derrière lui, à moins d’un mètre, un homme, brandissant un révolver, bondit. Deux coups partent. En titubant, Moser pivote sur lui-même, fait trois pas. Un témoin dira qu’il y avait sur son visage „un étonnement extrême“. Alfonse Moser s’abat. Quand on le transportera à l’hôpital, il sera mort. “

Appl-lachaise.net / Amis et passionnés du Père-Lachaise / Fabien colonel / Pierre Georges / Internet:

„ Il devient en 1941 l’adjoint du colonel Albert Ouzoulias, chef des « Bataillons de la Jeunesse », membres des Francs-tireurs et partisans (FTP). Il réalisa lui-même ce qui fut considéré comme le premier attentat meurtrier contre les troupes d’occupation, en tuant d’une balle dans le dos le 21 août 1941 un officier de la Kriegsmarine, l’aspirant Moser, au métro Barbès-Rochechouart. “

Un train en hiver / Le train des femmes pour Auschwitz / Caroline Moorehead / Le cherche-midi / 2014:

„ Ce matin-là, une trentaine de personnes attendaient le train, l’une d’entre elles était un militaire de la Kriegsmarine tout juste arrivé à Paris, Alfons Moser, qui se rendait à un entrepôt à Montrouge. Lorsqu’il monta dans le train, Fabien lui tira deux balles dans le dos. Moser fut tué sur le coup. “ (…)

Monde-diplomatique.fr / Les terroristes dans la rue et dans le roman / Geneviève Brisac / Juin 1982 / Internet:

« Mais enfin, Frédo, ces officiers, ces soldats qu’on devrait tuer, ce sont peut-être des professeurs antifascistes, des travailleurs, des pacifiques, peut-être des camarades… »

„ Un autre suggère : « Pourquoi ne pas attaquer plutôt la Gestapo, oui, des officiers de la Gestapo ? Pour ceux-là, pas de quartier ! Mais des types qu’on ne connaît pas, qui ne nous ont rien fait… »

„ Pour donner l’exemple, Frédo passera à l’action, comme le père Milon l’avait fait soixante-dix ans plus tôt. C’est ainsi que le premier officier allemand sera tué à Paris, à la station de métro Barbès. Il s’appelait Alfons Moser :

„ Huit heures cinq. Moser descend tranquillement l’escalier. “

„ Déjà le wagon de tête est passé. (…) ”

L’affaire de la section spéciale / Hervé Villeré / Fayard / 1973:

„ Déjà le wagon de tête est passé. La voiture jaune des premières classes ralentit, puis s’arrête. L’air comprimé fuse. Des portières s’ouvrent. Brustlein a le temps d’apercevoir des soldats allemands dans ce wagon jaune. Tout se passe alors très vite. Alfons Moser s’est avancé vers la porte ouverte. A l’instant même où il met le pied dans le wagon, Fredo a bondi, l’arme au poing, et à moins d’un mètre, il tire deux coups dans le dos de l’Allemand. “

**********************************

„ dans le dos “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | March 11, 2017

Villa Susini: torture des femmes

Villa Susini : torture des femmes

Grüß Gott !

Les militaires français, pendant la guerre d’Algérie, interrogent les prisonnières. Collectivement.

Youtube.com / Les viols pendant la guerre d’Algérie / Aussaresses / Vidéo / Internet:

« Les femmes arrêtées pendant la guerre d’Algérie étaient traîtées de la même façon que les hommes, madame ! »

« Est-ce que ça veut dire qu’elles étaient torturées de la même manière que certains hommes ont pu être torturés ? »

« Certainement, madame ! »

« Les femmes étaient-elles violées au cours de ces interrogatoires ? »

« Jamais, madame, jamais ! »

Youtube.com / Algérie / Torture et viol / Vidéo / Internet:

« Ça a commencé par des gifles, des coups de poing, et puis des grossièretés, avec que des noms d’oiseaux. Mais, et puis après, monsieur a débordé, il a, il a, il commettait l’innommable… le viol, c’est tout, d’une façon très violente, c’est tout, c’est beaucoup. C’est pour cela, je ne lui pardonnerai pas, c’est de l’humiliation, c’est pire ça (…) je m’attendais à tout cela, mais pas au viol. »

Youtube.com / Maurice Audin / Mémoire et vérité / Vidéo / Internet:

« Albert Nallet, enseignant:

« Moi, je me souviens avoir assisté à des tortures, à des tortures de femmes, hein… tortures à l’eau, et aussi au viol des filles. »

La villa Susini / Tortures en Algérie / juin 1961-mars 1962 / Editions Tiresias / Henri Pouillot / 2001:

« Il y avait généralement moins de femmes retenues, mais leur traitement était identique à ce sujet, et très souvent elles étaient dans des cellules avec les hommes. »

„ Mais à la Villa Susini, pour les femmes qui y étaient amenées (…) le traitement était très différent en fonction de l’âge et des circonstances dans lesquelles elles avaient franchi le portail. Si elles arrivaient simplement à la suite d’une rafle de routine, après un attentat, tout dépendait de leur âge et de leur physique. Si, en gros, elles avaient dépassé la quarantaine, elles pouvaient espérer ressortir relativement rapidement et sans trop d’agressions sexuelles. Les menaces simplement étaient employées. Il pouvait arriver que l’une d’elles soit violée, mais c’était assez rare, et généralement pas de façon collective.“

„ Si une femme arrêtée était soupçonnée sérieusement d’intelligence avec le FLN, par le lien familial, voisinage… les interrogatoires commençaient, dans un premier temps, par les menaces limitées à ces agressions. Dans un second temps ils continuaient devant des hommes, leur mari, d’autres détenus, jusqu’à ce qu’elle parle, donne les informations qu’elle connaissait. Si cette phase d’interrogatoire avait été infructueuse, elle assistait, en direct, à une séance de torture sur un homme. “

„ Dès que la table avait été libérée, progressivement, elle commençait à se trouver dévêtue, menacée de subir le même traitement, devant les détenus qui pouvaient la voir par les interstices des portes des cellules. Et l’enchaînement démarrait. Et les tortures étaient aussi systématiques que pour les hommes : coups, électricité, eau, couteau, viols… Les viols par l’anus étaient rares. Surtout avec l’électricité, les seins étaient trés visés. Le second fils sur le téton déclenchait des convulsions, des cris vraiment insoutenables. J’ai vu aussi „ dessiner “ des fleurs en pratiquant des brûlures autour du mamelon. Le sexe, avec le vagin et le clitoris, était également très souvent la cible de traitement odieux, avec certainement des séquelles physiques très sérieuses, en plus du traumatisme des ces viols.“

„ Par contre dès qu’une femme était arrêtée, si elle avait entre seize et trente ans, mariée ou non, et en plus, surtout si elle avait un joli corps, elle avait toutes les chances d’être violée par presque tous les militaires de la Villa. Le plus souvent ces femmes passaient la journée dans la cave et quelques nuits dans des chambrées avec les militaires. Nombre d’entre elles n’étaient amenées à la Villa que pour cela. Souvent elles restaient plusieurs jours, deux ou trois, parfois même plus, et elles pouvaient être obligées de subir jusqu’à une trentaine de rapports consécutifs.“

„ Rares étaient les semaines où il n’y avait pas eu une ou plusieurs femmes pensionnaires seulement pour assouvir les besoins sexuels de la troupe. Il arrivait même que des soldats basés dans un autre cantonnement, et qui venaient pour une raison quelconque nous voir, profitent du défoulement. Pour la majorité des appelés, on peut dire que c’était le moment de distraction de très loin le plus attendu. C’était la satisfaction sexuelle, et très souvent l’enjeu de paris.“

« Le commandement savait très bien que cette pratique se déroulait, il l’encourageait, de fait. Il considérait que cela comportait deux avantages, la satisfaction des hommes, et l’humiliation de ces femmes. C’est donc entre une soixantaine et une centaine de femmes qui ont dû subir ces viols collectifs, seulement pendant les dix mois où j’ai séjourné dans cette Villa. Ces pratiques, le plaisir qu’ont pu prendre certains appelés, font qu’il leur était difficile de parler de cela dans leur entourage en rentrant après ce séjour. »

La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie / 1954-1962 / Raphaëlle Branche / Gallimard / 2001:

« Toutefois les violences faites aux femmes présentent des caractéristiques sexuelles évidentes et le viol est une technique de torture répandue. Il s’agit surtout de pénétration réalisée au moyen d’objets, morceau de bois ou bouteille de verre. Le viol apparaît ici sous son vrai visage : le vagin des femmes est un nouveau lieu pour appliquer la douleur, une porte par laquelle la violence peut faire effraction. Avocate des premières heures des nationalistes algériens Gisèle Halimi a défendu beaucoup de femmes engagées dans cette lutte. Questionnée sur la pratique du viol, elle précise : « Je m’imagine pas une femme arrêtée, qu’on ait questionnée, qu’on n’ait pas violée. Je n’en ai pas vue une… toutes celles que je défendais l’on été. » (…)

« Les tortures électriques ont déjà abimé ses parties génitales quand elle [Djamila Boupacha] est jetée à terre, nue, « les bras relevés et maintenus au sol ; une bande de toile la serrant à la ceinture » tandis qu’on lui « introduit successivement dans le vagin le goulot d’une bouteille de bière et une brosse à dent ». » (…)

********************************

« Jamais, madame, jamais ! »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | March 7, 2017

Excision: mutilation matriarcale

Excision : mutilation matriarcale

Grüß Gott !

Les femmes victimes des excisions, mais gardiennes des traditions, perpétuent les mutilations, aux autres générations.

Les mutilations sexuelles féminines / Natacha Carbonne / Berg international / 2011:

„ L’exciseuse est une femme âgée, souvent forgeronne, et ses connaissances lui ont été transmises par sa mère. (…) Indéniablement, l’exciseuse bénéficie d’un grand prestige. Elle est, par ailleurs, la gardienne des traditions et le défenseur de sa pratique. “ (…)

„ Les dominés contribuent, souvent à leur insu, parfois contre leur gré, à leur propre domination en acceptant tacitement les limites imposées. (…) Les femmes sont donc leurs pires ennemies, à la fois victimes et complices…“ (…)

„ Des traîts d’une conscience opprimée, l’un de ceux qui se perpétuent est de n’avoir pas conscience d’être opprimée. C’est le cercle vicieux de l’opprimé qui maintient sa propre oppression et celle de ces congénères. C’est vrai dans le cas des femmes, qui ont tellement intériorisé leur oppression qu’elles ne sont pas seulement victimes mais complices à leur insu de la permanente discrimination, subordination et exploitation dont elles sont l’objet.“ (…)

„ La femme est consentante, obéissant peut-être avec un certain degré de masochisme aux rites coutumiers, aux tabous de son clan, qui caractérisent son état de femme.“ (…)

„ M. Traoré a évoqué avec regret le fait qu’il n’ait pas réussi à empêcher l’excision de sa petite soeur, il témoigne de sa discussion avec elle :

„“ Elle m’annonce : „ Je vais aller à notre rituel d’excision“. Je lui ai dit :“Est-ce que tu sais que c’est pas bien ? Est-ce que tu sais qu’il y a vraiment des inconvénients ?. Alors j’ai essayé de la rassurer en lui disant qu’elle n’était pas obligée de pratiquer l’excision et que ce n’était pas bien. Je constate par sa réaction qu’elle n’était pas contente et qu’elle voulait vraiment aller se faire exciser, elle avait quatorze ou quinze ans. Elle m’a répondu : „ C’est une obligation, nos ancêtres font ça “. […] Je ne savais pas si j’étais en mesure de l’interdire d’aller à son excision.“ (…)

„ Indéniablement, analyser les mutilations sexuelles féminines revient à jongler avec des paradoxes.“

„ Néanmoins, le phénomène reste éminemment complexe puique que ce sont les femmes qui pratiquent ces mutilations sexuelles. Elles interviennent en trois points : elles sont exciseuses, victimes et témoins de l’acte (seules les femmes assistent à l’excision). Elles ont ce statut paradoxal de victimes et de complices du phallocratisme intégré dans leur inconscient. La pression serait masculine et l’action serait féminine car, en effet, c’est une femme qui tient le couteau de l’excision.“ (…)

„ Par ailleurs, un autre aspect ne vient pas faciliter la tâche de la clarification de l’implication des hommes et des femmes, c’est celui de la vengeance des mères sur leurs filles, avancé par Françoise Couchard. Cette emprise maternelle sur l’intégrité du corps de la fille, sur son sexe, montre le personnage d’une “mère phallique“. “

„“ Par cette emprise sur la partie la plus intime du corps de sa fille, la mère entretenait le fantasme qu’elle savait ce qui s’y cachait, et qu’elle en disposait comme bon lui semblait.““

„ Aussi, cette emprise maternelle engendrerait l’érotisation du rapport entre le père et la fille et donc l’animosité entre la mère et la fille. En effet, la mère considérée comme la gardienne intransigeante, ne pourrait exprimer des sentiments positifs envers sa fille. Cette vengeance et ce sadisme des plus âgées sur les plus jeunes se lit dans de nombreuses descriptions littéraires ou ethnographiques de l’excision. Evelyne Accad raconte cette vengeance féminine et ce besoin de perpétuer la souffrance des femmes :

„ Et que les femmes crient, crient, crient, heureuses de se venger de ce dont la vie les a privées, elles aussi, heureuses de voir que le sang continue, que la souffrance ne s’est pas arrêtée à leur propre corps et que le cercle infernal se perpétue, et tourne et tourne et tourne. “

„ Et plus loin d’ajouter : „ Comment se protéger, comment se défendre contre ses femmes qui semblent assoiffées de sang et de sexes ensanglantés ? Son analyse est incontestable, ce sont les femmes qui exigent les mutilations sexuelles féminines, mais elle ne parle jamais de l’oppression masculine. “

„ Marie Bonaparte quant à elle parle plus volontiers de la protection que les mères accordent à leurs filles. Les mutilations seraient un moyen de protéger le sexe des filles soumis à l’appétit excessif des hommes.“ (…)

„ Les mutilations sexuelles féminines, telle un mémoire ancestrale, doivent se transmettre de génération en génération. Les mêmes gestes, les mêmes comportements doivent être répétés et c’est à la femme qu’incombe la lourde responsabilité de cette transmission.“

Le viol des viols / Pierre Leulliette / Laffont / 1980:

„ On voit que ces dégoutantes mutilations sexuelles ont toujours presque autant de supporters partisans et de partisanes, subjectifs et objectifs, même chez celles qui, prétendant prêcher la croisade pour s’y opposer, la freinent de tant de réticences qu’il n’y à rien de sérieux à attendre d’elles.“

„ Récapituler les motifs de cette complaisance quasi morbide n’est pas facile. Il y a, on l’a vu, le fatalisme : „On a toujours fait comme ça“… La peur (justifiée) de s’engager. ( …) Il y a le découragement (…) Il y a encore le cas si banal – il faut y revenir – de la victime qui, prise de haine de ne pouvoir rendre coup pour coup à ses bourreaux, se retourne tout naturellement, pauvre gourde, sur plus faible pour se „venger“. J’ai été mutilée. J’ai souffert. Il faut que les petites le soient aussi. Il n’y a pas de raison ! Chacun son tour. A femme mutilée, enfant mutilée.“ (…)

„ Si les raisons qui conduisent tant de femmes à maintenir ces rites sont aussi nombreuses que diverses (…) Ce serait oublier un des principaux : l’intérêt pécuniaire qui dirige la main qui mutile. Car l’infibulation et l’excision font vivre des quantités de gens, véritables charognards : des hommes, bien entendu, mais aussi des femmes. Infibuler, exciser, c’est un métier qui rapporte.“ (…)

„ Kateera Yassin, secrétaire générale de l’Union féminine, montera à la tribune pour faire la lumière sur cet aspect particulièrement répugnant de la question. (…) Elle accusera, également, les sages-femmes qui, de leur côté, en tirent un grand profit. „Certaines sont devenues riches“, soulignera-t-elle.“

„ On me signale le cas d’une jeune femme noire, qui par-delà les déliquescences verbales et les pauvretés politiques, aurait la réputation de vouloir réellement lutter, elle, contre ces „coutumes“ sauvages. “ (…)

„ Sans doute, commence-t-elle par me déclarer : „ Ces „rites“ sont „blâmables“. Dont acte. (…)

Qu’est-ce que, d’abord, la mort d’un enfant ? me répond cette jeune femme quand je lui signale qu’il arrive tout de même que ces rites tuent. Qu’est-ce que la mort de cinquante enfants même ? me renchérit-elle. La mort est agréable. (…) Puisque, de toute façon, d’autres enfants meurent… de faim ou de maladie, insistera-telle. “ (…)

„ Mais enfin, madame, ne pensez-vous pas qu’il n’en faudrait pas moins, en ce qui concerne les mutilations, tout effacer et surtout ne rien recommencer ? “

„ Non. Il faut laisser évoluer les choses, ne pas brusquer, attendre… “

„ Mais elles durent depuis deux mille ans. “

„ Qu’est-ce que deux cents, trois cents ans de plus ? conclura-t-elle. “

„ Interviewée, une infirmière d’Afrique occidentale précisera : „ Ici, les mutilations, on dit : „ C’est la coutume.“ Et je connais des infirmières diplomées d’Etat qui n’en continuent pas moins à les faire faire à leur filles… Les femmes sont encore très esclaves des hommes. “ (…)

„ Mme Edma Ismail, du ministère somalien de la Santé :

„ C’est un probléme médical ; c’est un problème social, c’est aussi un problème qui concerne les droits de l’homme ; parce que quand ces jeunes filles sont „circoncises“, elles n’ont certainement rien à dire à ce sujet, elles sont „circoncises“ parce que leurs mères, leurs grands-mères, leurs familles souhaitent qu’elles le soient.““

*****************************************

„ C’est une femme qui tient le couteau de l’excision. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | February 27, 2017

Indochine: civilisation française

Indochine : civilisation française

Grüß Gott !

Les soldats français, dominateurs et colonisateurs, apportent la civilisation aux Indochinois.

De la résistance à l’Indochine / Pierre-Alban Thomas / L’Harmattan / 2009:

„ Retrouvant ma vocation première d’instituteur, ma mémoire restitue ce que deux ans et demi auparavant j’enseignais à me élèves candidats au cerficat d’études primaires, à savoir que l’Indochine, forte de ses 25 millions d’habitants, dont 40.000 Français, est baptisée „la perle de notre empire colonial“.“ (…) La Cochinchine, conquise en 1864 est devenue colonie considérée comme territoire français.“ (…)

„ Alors, (…) si, comme les journaux bien pensants le laissent entendre, la France cherchait à rétablir sa domination sur l’Indochine, y compris par la force, ma situation serait intenable, puis que je devrais combattre des gens dont j’approuve le désir d’indépendance, des gens envers qui je n’ai aucun motif de vengeance puisqu’ils n’ont jamais fait de mal à la France. Au contraire, les contingents de soldats et de travailleurs annamites que nous avons mobilisés ont contribué à notre victoire en 1918. Ils nous ont aidés en 1939-40, et chez eux, par leur labeur, ils ont enrichi notre économie.“ (…)

„18 novembre 1945“

„ Trois camions de coolies, utilisés comme dockers, viennent à leur tour modifier une image stéréotypée. Imaginez cinquante à soixante hommes frêles, maigres, vêtus de haillons, debout dans les camions, entassés au maximum, que deux ou trois vieux militaires européens, cravache en main, font descendre dare-dare, caressant quelques côtes lorsque ça ne va pas assez vite.“

„24 novembre“

„ Le soir, les soldats commentent leur journée. Les uns montrent de petits objets dérobés à titre de souvenirs, d’autres racontent qu’ils ont défoncés des meubles, poussé les hommes à coups de crosses, l’un deux se vente d’avoir „sauté“ une fille. “

„8 décembre“

„ Depuis le début du mois nous avons changé plusieurs fois de cantonnement. Chaque jour nous effectuons des patrouilles dans les villages sous emprise Viêt-minh et le scénario est presque toujours le même : nous sommes accueillis par quelques coups de feu, nous ripostons vigoureusement et incendions les villages. En une semaine, la compagnie déplore plusieurs morts, dont un de ma section, et les rebelles plusieurs centaines, la plupart de simples villageois. Ces derniers et les tireurs étant pareillement vêtus, il est impossible parmi les tués, de distinguer les uns des autres si ce n’est parfois par la présence d’un fusil à leur côté. Malheureusement, des femmes et enfants figurent parmi les victimes mais nous ne découvrons aucun Japonais.“

„ Afin d’éviter les accrochages lors des patrouilles, nous déclenchons des tirs préventifs à l’entrée des villages. Inutile de s’étonner qu’à notre approche les populations s’enfuient. Or, nous avons le droit de tirer sur les fuyards.“

„30 octobre 1946“

„ Quels types apparemment épatants que les légionnaires ! Esprit de corps, discipline rigoureuse, sens de la fête et surtout une indéfectible solidarité ente eux. “

„ En contrepartie, certains se vantent d’avoir buté des tas de Viêts et de suspects. Leurs conversations ne laissent percer aucun sentiment d’humanité, seulement le goût du baroud contre n’importe qui et la prétention de représenter l’élite des combattants.“

„11 novembre“

„ Curieux de mieux connaître les légionnaires, j’avise un groupe de caporaux et hommes de troupe et commence à bavarder avec eux. Ils m’invitent à un pot. La plupart ont un accent étranger. L’essentiel de leurs propos consiste à vanter leurs faits d’armes. L’un d’eux est fier que les légionnaires soient baptisés „les diables blancs“ ou „les tueurs“. Un second, chauve et assez âgé, prétend ne rien laisser de vivant sur son passage. Un troisième dit connaître un lieutenant qui fait bouillir des têtes de nha-qué pour obtenir des crânes bien propres. Deux autres racontent comment, ayant subi une embuscade, dans un village près de Thaket au Laos, ils ont massacré toute la population. “

„19 novembre“

„ Anniversaire de notre arrivée à Saigon. Nous faisons toujours popote commune avec les légionnaires. J’apprends à leur contact qu’un tiers de leurs effectifs est composé d’Allemands ne voulant par rentrer chez eux de crainte d’être condamnés par leurs nouveaux dirigeants antifascistes. Les légionnaires d’origine française sont souvent d’anciens de la Milice et de la Légion française contre le Bolchevisme. “ (…)

„2 janvier 1947“

„ Le changement d’année s’est effectué sans réjouissances et pour cause : le 31 décembre, la compagnie a été envoyée pour dégager la route de Bac Ninh. Nos pertes ont été de trois tués et plusieurs blessés, celle de l’adversaire très supérieures. “

„ Tous nos gars sont surexcités et remontés contre les „niacs“. „Ils ont tués nos copains. Notre vengeance sera terrible “.

„ Je voudrais être petite souris pour pouvoir me rendre dans les unités vietnamiennes. Là-bas aussi on doit entendre : „ Ils ont tués nos femmes et nos enfants. Nous allons les venger.““ (…)

„3 janvier“

„ – Depuis la terrible répression de nos troupes sur Haiphong le 23 novembre qui causa des centaines de victimes dans la population indigène… “ (…)

„ (Les chiffres officiels français sont de 300 victimes, les chiffres vietnamiens de 3.000 recensées et beaucoup plus non recensées. L’amiral français Battet pense qu’il y en eut peut-être 6.000.) “

„ Il apparaît d’évidence que l’amiral d’Argenlieu, le général Valluy, le colonel Dèbes soufflèrent sur la braise, et loin de calmer les incidents, les utilisèrent comme prétextes pour justifier une brutale répression et la rupture définitive avec le gouvernement vietnamien. “ (…)

„5 janvier“

„ Lors de la prise du pont de Nhu Quynh, la deuxième compagnie qui progresse en tête déplore trois tués, dont le sous-lieutenant A…, un très chic type.“

„ Il n’en faut pas plus pour amplifier la haine. „Pas de quartier“, entendons-nous clamer de toutes parts. La règle est que tout individu pris les armes à la main peut être fusillé sur le champ. Les volontaires pour les exécutions se bousculent. “

„ Chacun trouve cela normal mais si nous apprenions que les Viêts procédaient de même avec des prisonniers français, ils seraient à coup sûr traités de barbares et d’assassins. “

„8 janvier“

„ Je reverrai toujours un petit bonhomme âgé peut-être de 17 ans, arrêté près du village, blessé d’une balle dans la cuisse. Son crime ? Il portait un chandail militaire. Il est parti devant deux soldats qui lui ont logé une rafale dans les reins. Son corps est là maintenant, étendu au bord d’une mare ; ses yeux grand ouverts semblent implorer le ciel et demander au bon Dieu : „ Porter un chandail militaire est donc un si grand crime qui mérite que je meure si jeune ? “ (…)

„ Et nous nous ventons d’apporter la civilisation chrétienne.“

„9 janvier“

„ Les légionnaires sont intarissables sur leurs exploits et les statistiques des Viêts qu’ils ont envoyés au tapis. Derrière eux, comme derrière nous d’ailleurs, les villages flambent. Les soldats savourent la griserie de la victoire et le plaisir de brûler, fouiller, récupérer.“ (…)

„15 janvier“

„ Lorsque les événements de Haiphong de fin novembre dernier nous furent connus, le capitaine Portal qui commande une compagnie lourde du 6e RIC chargée de la garde du terrain d’aviation, est allé avec une partie de son unité motorisée équipée de mitrailleuses sur la digue du pont Doumer. Exalté par la réaction sanglante exercée à Haiphong le 23 novembre par nos troupes, il voulut ne pas demeurer en reste et faire preuve lui aussi de „courage“. Il ordonna des tirs systématiques de ses armes lourdes sur les habitants désarmés qui se trouvaient sur son passage.“ (…)

„24 janvier“

„ Un Tu Vé (soldat de l’Armée vietnamienne non enrégimenté, chargé essentiellement de la défense locale) a été ramassé hier dans un village voisin et transporté à Gialam où un officier de renseignements et quelques hommes dont un interprète l’ont interrogé. Comme il ne voulait rien dire, il eut droit à la „gégène“ (génératrice de poste radio SCR 284, qui débite 80 volts), coups, fil de fer enfoncé dans le canal de la verge, etc. (…)

„7 février“

„ Nos soldats fixent l’adversaire, encerclent le village et tirent sur tout ce qui pourrait être un ennemi. Ils tentent généralement d’éviter les femmes et les enfants, mais lorsque ceux-ci se cachent, ils ignorent si ce ne sont pas des hommes armés. Résultat, nous n’avons qu’un blessé alors qu’en face, les pertes sont de plusieurs dizaines de tués et blessés, pour la plupart des hommes vêtus d’habits civils, mais aussi plusieurs femmes et enfants et une vingtaine de prisonniers. Certains d’entre eux sont gardés pour l’interrogatoire, d’autres sont exécutés sur place. J’avise un groupe de soldats qui emmène deux prisonniers „cueillir des haricots“, disent-ils en riant. “ (…)

” (D’autres disaient „en corvée de bois“ ou plus banalement „les buter“.) ”

„8 février“

„ Sur celle du 5, il m’annonce qu’un de ses copains a été tué, ajoutant : „ Nous allons leur faire payer ça cher à toute cette sale race et aujourd’hui nous leur réservons un bon pilonnage avec les 105. Il faut les détruire tous et pas de pitié avec eux, ce sont de vrais sauvages…“

„12 février“

„ Surpris, les Viets se replient sans combattre en direction d’un village. Nos gars les allument et s’élancent à leur poursuite en tirant et riant. Je les accompagne. Quelques bo-doïs sont tués et leurs armes récupérés. Mais que de civils sont étendus, morts, blessés, agonisants. Une femme entre deux âges est là, assise sur un lit de paille, l’air hagard, deux enfants dans les bras, l’un chétif, couvert de plaies qui crie et l’autre, un peu plus âgé, beau comme un ange, calme, son petit crâne éclaté. La cervelle est éparpillée sur son frère, avec son sang. “ (…)

„26 février“

„ Soudain, plusieurs jeunes aviateurs, des „rampants“ de la base, s’approchent d’eux, les insultent et se mettent à les frapper à coups de poing. L’un d’eux utilise même un ceinturon de cuir. Les sentinelles nouvellement arrivées de France n’osent rien dire devant ces anciens qui roulent des mécaniques. “ (…)

„ La séance d’interrogatoire est terminée pour cette nuit, mais rentré dans mon coin de bureau pour tenter de trouver le sommeil, le bruit d’une rafale de pistolet-mitrailleur prolonge mon insomnie. “

„ Au petit matin, j’apprends que le prisonnier a éte abattu en cherchant à „s’évader“. De nouveau je m’interroge : que dois-je faire ? Continuer lâchement à regarder sans rien dire ces saloperies dont parlait l’officier de renseignements ou m’insurger et dénoncer des pratiques dignes de la Gestapo ? “

„mars“

„ Autre souvenir du mois de mars. Après l’atterrissage d’un Junker, j’avise les aviateurs s’esclaffant de rire.“

„ Qu’y a t-il ? demandai-je.“

„ On s’est bien marrés ! On est allé larguer des tracts en zone Viêt. On avait laissé deux ou trois paquets bien ficelés et à l’intérieur on avait planqué des grenades dégoupillées. Les mecs qui les ont trouvés ont certainement enlevé les ficelles et se sont fait péter la gueule ! “ (…)

„ Au cours de notre voyage de noces en Corse, nous rendons visite à l’un de mes anciens sous-officiers, P…., installé à Ajaccio qui, avec sa mère, nous reçoit chaleureusement. “

„ Quel garçon charmant, doux et distingué, affirme ma jeune femme après cette visite. “

„ Sais-tu quel fut en Indochine, pendant un certain temps, son plaisir favori ? “

„ … ? “

«  Couper les oreilles des Viêts tués pour s’en faire des colliers ! »

****************************

„ Et nous nous ventons d’apporter la civilisation chrétienne.“

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | February 17, 2017

Résistance: hécatombe allemande

Résistance : hécatombe allemande

Grüß Gott !

Les résistants français, habiles et pugnaces, par des combats héroïques, déciment les soldats allemands.

Combats oubliés / Dominique Lormier / L’artilleur / 2014:

„ La bataille de Saint-Marcel, qui a permis d’immobiliser un dizaine de milliers de soldats ennemis (en comptant la 3e division parachutiste) représente un incontestable succès tactique pour la Résistance. Les pertes sont également à la hauteur de la victoire : 42 Français tués, dont 6 parachutistes, une soixantaine de blessés et une quinzaine de prisonniers. Les pertes allemandes sont beaucoup plus lourdes : 300 tués et un millier de blessés.“ (…)

„ Dans le seul département des Côtes-du-Nord, entre le 10 juillet et le 4 août 1944, les FFI obtiennent des résultats spectaculaires : 2.500 soldats allemands hors de combat, 300 coupures de lignes téléphoniques et de lignes à haute tension, 200 sabotages de lignes de chemins de fer, 40 déraillements, 50 embuscades dirigées contre les convois, au cours duquel deux cents véhicules furent capturés. “ (…)

„ Les maquisards du Limousin (…) multiplient les embuscades et les sabotages forçant l’occupant à ralentir considérablement. (…) La guérilla mobile des maquis du Limousin désoriente la division Das Reich qui ne peut mener un combat frontal. “

„ De toute façon, la dislocation complète du réseau ferroviaire, par les terroristes, interdirait probablement un embarquement plus rapproché. “

„ Le 7 juin, une de ses compagnies attaque un train blindé à Noailles: 16 Allemands et 7 maquisards sont tués. Le 18, l’embuscade à Lonzac contre une colonne de 90 camions se termine par la mort d’une quarantaine d’Allemands, pour la perte de 2 résistants.“

„ D’après un document allemand retrouvé à la Libération, le bilan des combats du Mont Gargan (17 au 24 juillet 1944) a été très lourd pour l’occupant : 342 tués ou blessés, dont 7 officiers morts. Du côté des FTP : 38 tués, 5 disparus et 54 blessés. “

„ Le combat de Javerlhac du 24 juillet 1944, le plus meurtrier soutenu par l’armée allemande en Périgord, est à la gloire des FFI de la SSS qui, peu nombreux (environ 80 saboteurs), repoussent avec héroïsme 800 soldats allemands disposant de nombreuses armes automatiques, de canon de 20 mm, d’une automitrailleuse et d’un avion de reconnaissance. “

„ Au camp de La Galaube, le 20 juillet 1944, le CFMN doit résister à une véritable offensive de l’occupant, alignant six bombardiers, 1.500 fantassins, appuyés par des blindés et de l’artillerie. Les 900 maquisards repoussent non seulement les assaillants mais parviennent à déjouer une tentative d’encerclement. Le lendemain, en faisant le bilan de cette journée, le commandant Mompezat pourra se montrer très satisfait de son unité, qui ne compte que 4 tués, alors que l’occupant déplore la perte de trois avions, de quatre blindés et d’une trentaine de soldats. “ (…)

„ Au même endroit, dans l’après-midi, une compagnie du 171e régiment de la Luftwaffe est anéantie par une centaine d’hommes du CFMN, auxquels se sont joints les maquis Latourette, Saint-Vincent et Valentin. Le bilan est important : une centaine d’Allemands tués, vingt-huit prisonniers et un important matériel capturé dont quinze camions, trois autocars, deux mortiers. Les FFI ne comptent que des pertes légères, dont un seul tué pour le CFMN. “ (…)

„ Près de 5.000 soldats allemands sont engagés, appuyés par 45 blindés et une puissante artillerie. (…) La bataille du mont Mouchet se solde par la mise hors de combat de 400 soldats allemands contre 260 résistants. “

„ Le 29, le même maquis engage le combat contre l’occupant à Manlay et ne décroche, au bout de six heures, que sous la pression de renforts ennemis venus de Dijon. Les Allemands auraient déploré la perte de 37 tués et une quarantaine de blessés. Le maquis y laissa un mort et trois blessés. “

„ Les 2 et 3 août 1944, le maquis Montcalm, fort d’un millier d’hommes, soutient une véritable bataille près de Mussy-sur-Seine. Il parvient à se disperser, après avoir infligé de lourdes pertes à l’occupant. Les Allemands perdront 250 hommes dont 128 le premier jour. Quarante-six FFI seront tués. “

„ Ce maquis, qui compte un effectif de 232 hommes, met hors de combat près de 600 soldats allemands, revendique la destruction d’un avion, d’un char, de vingt-quatre camions et de douze voitures de tourisme. Il a pris à l’ennemi, en quelques jours, dix-huit mitrailleuses légères, seize FM, près de deux cents fusils, vingt-deux voitures de tourisme… Il a perdu au combat 11 hommes. “

„ Le lendemain matin, les chars et les FFI attaquent. Dès qu’ils entendent le bruit des chenilles, les Allemands prennent la fuite. Ils laissent sur le terrain 200 morts, 70 véhicules, dont 54 camions.“ (…)

„ Les combats sont meurtriers : les FFI comptent 900 tués et 1.500 blessés, la division Leclerc a perdu 28 officiers et 600 sous-officiers et soldats, tués ou blessés. La libération de Paris coûte aux Allemands 3.200 tués et 14.500 prisonniers.“ (…)

„ Dès le 1er septembre, les FFI du maquis de Coussey, dirigés par le capitaine Flack, se lancent, malgré l’insuffisance de leur armement, à l’attaque d’une colonne allemande de deux cent cinquante hommes. Quatre maquisards et une trentaine d’Allemands sont tués.“ (…)

„ Le mardi, la lutte se poursuit à l’intérieur de Charmes. Le lendemain, les Allemands se livrent aux pillages et déportent cent-cinquante-sept personnes. (…) Le bilan est lourd, écrit Henri Noguères, mais numériquement positif :

– Pertes du maquis : douze tués, dix-sept blessés, trente-six déportés.

– Pertes ennemie : cent cinquant tués. ”

„ Le 4 septembre, dès 16 h30, l’encerclement de Viombois par 6.000 soldats de la Wehrmacht est complet. (…) La plupart des maquisards peuvent s’échapper, mais le GMA a perdu dans cette affaire 80 hommes. Les Allemands comptent 134 tués.“

„ Contre la Piquante-Pierre… La résistance des FFI est héroïque. Le combat se solde du côté des FFI par 33 tués, 17 blessés et 48 prisonniers que l’ennemi passera par les armes. Les Allemands auraient perdu 700 hommes tués ou blessés. “

***************************************

„ Le bilan est lourd… mais numériquement positif. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | February 13, 2017

Féminisme: imbroglio conceptuel

Féminisme : imbroglio conceptuel

Grüß Gott !

Priscille, féministe anthropologue, rigoureuse et vigoureuse, pense la question du concept du Sexe et du Genre.

Sup-numerique.gouv.fr / Colloque / Jeunes chercheuses / Femmes, féminisme, recherches / CNRS / Priscille Touraille / Vidéo / 2012 / Internet:

„ (…) Sexe et Genre, aujourd’hui, des concepts à clarifier, à repenser, et je vais m’adresser, tout d’abord, à Priscille Touraille qui a souhaité intervenir prioritairement sur cette question, puisqu’elle mène un travail d’épistémologie critique qui porte sur l’usage des concepts de Sexe et de Genre en sciences sociales, mais aussi en sciences du vivant, et donc on a pu l’entendre, à l’occasion des ateliers, prôner une redéfinition plus rigoureuse des concepts, et donc on va discuter avec elle de la manière dont on peut sortir de ce qu’elle a appelé, je cite un titre d’un de vos articles : l’imbroglio conceptuel.“

„ Merci Thérèse. Euh, effectivement, moi, je, euh, je vais principalement parler de cette, euh, enfin, premières trois questions, je vais, je vais, peut-être un peu plus longuement, donc, c’est, c’est pour moi la question prioritaire, et je vais essayer de répondre, euh, à la fois, à cette, euh, à cette question sur les notions de sexe et genre, est-ce qu’on doit, euh, les utiliser, euh, l’un pour l’autre, ou l’un avec l’autre, ou que l’un doit disparaitre au profit de l’autre ; et, et en même temps, j’ai envie de traîter de la question, euh, de la Table ronde, de la question générale qui est, euh, le genre, et après, et, et voilà, et de, d’essayer à travers, enfin, de, de montrer quelles, quelles seraient pour moi les questions qui manquent un petit peu dans le champ des études de genre actuellement ; et j’ai, j’ai envie de rebondir sur ce qui a été dit ce matin, dans la première Table ronde, à propos de, euh, ce, de cet, de ce problème avec le concept de genre, notamment l’idée qu’il effacerait les rapports de, les rapports de pouvoir, hein, et moi la question que, euh, bien évidemment, moi j’suis très très sensible à cette question, hein, je viens du féminisme, enfin, j’ai été formée au féminisme matérialiste, mais, euh, je me demande euh, de plus en plus, si c’est les rapports de pouvoir qu’il faut penser en priorité, ou est-ce, est-ce que c’est les moyens de, de ces rapports de pouvoir qu’il faut penser, à savoir la catégorisation elle-même, c’est-à-dire, euh, l’idée que, euh, qu’il y a des hommes et des femmes, des filles et des garçons, des fils et des filles, des pères et des mères, et cetera ; et, parce que pour moi penser la catégorisation, c’est penser, euh, l’obligation, euh, à se définir, euh, par son sexe, hein, l’obligation à se définir par sa fonction de reproduction, et là je dis – obligation, donc je marque, je marque, euh, le problème, donc, qui se pose, à mon avis, dans les sciences sociales, par rapport à la pensée commune, qui, euh, qui affirme que, justement, ce n’est pas une obligation, et que ce serait donc une catégorie nécessaire, issue, issue de la nature, et cetera ; et donc, pour moi, penser le, penser le genre, c’est, euh, en priorité, penser le biologique, donc penser le sexe ; qu’est-ce qui est, euh, qu’est-ce c’est que cet, euh, que ce biologique qui rend, justement, pour la pensée commune, les catégories, euh, homme ou femme, euh, nécessaire ; alors bon, moi je me suis intéressée à des questions, euh, à des questions sur, effectivement, questions dont j’ai parlées hier sur les caractères, très sexués, mais là, je pense de plus en plus que le biologique important dans la question pour la pensée commune, c’est, euh, c’est la question comme il a été évoqué tout-à-l’heure dans la table ronde, euh, sur l’atelier, dans l’atelier-école primaire à l’école du genre, c’est la question de l’origine biologique des comportements, c’est-à-dire que pour la plupart des gens, euh, l’hétérosexualité, euh, c’est quelque chose de normal, parce que les gens sont naturellement, euh, les hommes sont naturellement attirés par les femmes et inversement, à cause justement du phénomène de la reproduction, et, et donc, les catégories homme-femme, je pense que le coeur de la, le coeur de la catégorisation du genre, c’est que, c’est que les hommes et les femmes sont légitimés par la, par le fait qu’il faut se reproduire, et ça c’est une question qui est, euh, qui est pas posée dans les sciences sociales, la question de la reproduction, pourquoi il faut se reproduire ?… voilà, et c’est un peu, euh, (rire) … oui, on la trouve jamais cette question, hein ? on pense, ah ben, c’est l’espèce, c’est machin, enfin, on a des raisonnements finalement très, très, dans les sciences sociales et dans les études de genre, qui sont quand même à la pointe du raisonnement critique, euh, on n’a pas, euh, on n’a pas, on ne pose pas cette question, et, et, je, je pense donc qu’il faut, euh, remettre cette, euh, cette heu, cette croyance en question avec un, une, une étude et puis un dialogue avec les sciences de la vie qui pensent aussi ces questions, c’est-à-dire qu’il faut voir ce que la pensée commune pense que ce que c’est que le biologique, et ce que c’est que les sciences de la vie pensent ce que c’est que le biologique, et, et notamment le rapport entre sexualité et procréation, quelles sont les théories des sciences de la vie sur ces questions, et c’est, cest pas du tout ce qu’on en dit, euh, enfin, dans, par exemple, dans le manuel des études de genre, c’est beaucoup plus compliqué que ça, et je pense qu’il y a des leviers à l’intérieur même des sciences de la vie pour penser ces questions ; et, heu, et une question qui est, qui est aussi singulièrement absente du questionnement dans les études de genre ; moi j’ai travaillé sur le dimorphisme sexuel, donc les différences de couleurs, enfin, dans le monde vivant, et une question qui m’apparaît, euh, très, enfin, qui moi me taraude, et qui, qui là non plus, n’est pas, euh, n’est pas posée par, par les études du genre, c’est : qu’est-ce que c’est, pourquoi il y a cette différence d’apparence, euh, pourquoi on construit cette apparence différenciée entre les hommes et les femmes, ne serait-ce qu’au niveau du vêtement ? alors, bon, on va répondre, oui, c’est pour marquer le sexe, hein, mais est-ce que c’est pas plus compliqué que ça ? est-ce que c’est pas, justement, pour, euh, enfin, ça c’est la question que je me pose en ce moment, est-ce que ce serait pas pour, justement, créer des érotiques différenciés, donc créer finalement cette attirance entre les hommes et les femmes ? donc, on, on dit, effectivement, euh, euh… (soupir) … je perds un peu le … , oui, parce qu’il y avait, je voulais parler de Godelier, euh, un problème de, de, de la, de le, la, le, le, l’intervention, euh, écrite de, de Maurice Godelier, bon, qui est un grand patron dans l’anthropologie, dont j’admire beaucoup les premiers travaux, enfin ce qu’il a dit, quand même, hier, dans sa communication, c’était pour moi, quand même assez énorme, il a dit : oh, ben, les différences entre les hommes et les femmes, c’est très bien ; donc, qu’elle est sa critique de, qu’elle est sa critique de, de, de, du dispositif de genre comme dispositif d’obligation à la procréation, et donc qui passe évidemment par l’hétérosexualité, et euh, et euh, dans un, dans une émission de, de radio le jour d’avant que que, où il parlait, il disait que l’hétérosexualité, mais bon, c’est une stratégie argumentative pour lui, évidemment, pour soutenir quand même les, les projets de loi actuels, mais, euh, il dit que l’hétérosexualité va durer, enfin ce sera toujours là… (rire)… donc, oui, il disait ça à la radio ; donc, voilà, les, je vais m’arrêter là, parce que, évidemment, je prends du temps aux autres, mais je pense que, voilà, l’une des questions, l’une des questions je pense cruciales dans les études, euh, que toutes les sciences sociales – sociologie, anthropologie, science de l’éducation, histoire, enfin, tous, prendre à bras-le-corps, et, euh, avoir beaucoup d’interdisciplinarités dessus, c’est cette question de : comment on construit, euh, comment on construit le, les érotiques différenciés, et donc, c’est un moyen pour contrer justement les sciences de la vie, euh, pour que, qu’on le, qu’on le montre de manière très fine et très rigoureuse, comment ça se construit, et là il y avait des ateliers magnifiques sur la construction dans la France, et, et c’est, c’est, je pense, en, en montrant très finement, comment, comment ça se fait qu’on peut contrer justement l’argument biologique de l’attirance, entre guillemets naturelle, entre les hommes et les femmes. Voilà, excusez moi, j’suis un p’tit peu, euh… “

***********************************

„ merci beaucoup “

Claire GRUBE

« Newer Posts - Older Posts »

Categories