Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | June 3, 2017

Tulle: mutilations françaises

Tulle : mutilations françaises

Grüß Gott !

Les partisans français, intentionnellement ou accidentellement, mutilent les cadavres allemands.

La Das Reich / 2e SS Panzer Division / Guy Penaud / La Lauze / Perigueux / 2005:

« La vision des corps mutilés (par les balles, ont précisé les résistants ; écrasés par un camion, ont soutenu les officiers de la « Das Reich ») de soldats allemands, qui, selon les dires de certains habitants immédiatement interrogés par le service de renseignement de la division, auraient été abattus alors qu’ils voulaient se rendre pouvait servir de prétexte pour justifier de dures représailles. » (…)

« Le conducteur n’avait-il pas entendu le signal « stop » ? avait-il fait une fausse manoeuvre ? ou avait-il eu hâte de se sauver en apprenant l’arrivée soudaine de renforts allemands ? Toujours est-il qu’en reculant le camion était passé sur quelques cadavres de soldats. (…) puisque des cadavres de militaires allemands se trouvaient ainsi mutilés et pour certains encore sous les roues du camion quand les officiers de la « Das Reich » les avaient découverts. » (…) alors que, de toute évidence, il s’agissait d’un accident mécanique et tout au plus d’une maladresse. » (…)

« Divers témoignages de militaires ou de civils allemands retrouvés par Bruno Kartheuser sont assez contradictoires sur la question des « mutilations » dont auraient victimes, d’après la rumeur, les victimes allemands ; à vrai dire, à la lecture des déclarations ultérieures de SS il n’a pas trouvé une seule qui rapporte un témoignage direct cde ces atrocités : tous ceux qui exprimèrent ce reproche (pour la division « Das Reich », Heinz Lammerding, Detlef Okrent, Heinrich Wulf, Otto Hoff ou Albert Stückler) colportèrent indirectement les dires de témoins dont il sembe difficile de soutenir la crédibilité. »

Tulle / Jean-Jacques Fouché / Gilbert Beaubatie / Editions Lucien Souny / 2008:

„ Plusieurs témoins ont décrit ces corps hachés par la mitraille et déchiquetés par des grenades. Ont-ils subi des mutilations sexuelles comme une rumeur persistante continue d’en faire état ? L’affiche n’y fait aucune allusion.“ (…)

„ Le journal nazi justifiait la mesure par le contexte : „ Des soldats allemands, tombés aux mains des insurgés, ont été assassinés. Dans la zone principal de résistance de Tulle, après la reprise de la ville, les cadavres de soldats allemands ont été retrouvés le crâne enfoncé et les yeux crevés. Les insurgés ont écrasé des soldats allemands encore en vie avec de lourds camions, jusqu’à les rendre méconnaissables.“ (…)

„ Et Bridoux ajoutait : „ D’après certains témoignages, quelques femmes accompagnant les terroristes, se livrèrent alors à des actes hautement répréhensibles à l’égard des dépouilles de quelques soldats.““ (…)

„ Qu’en est-il de cette affaire, fantasme ou réalité ? Dans les dossiers de l’information judiciaire nous trouvons un récit affirmant l’existence de mutilations. (…) Marcel Schneider était agent de liaison de la 5e Cie du bataillon d’éclairage de la Das Reich : „ J’ai vu les victimes allemandes auxquelles ils avaient coupé le membre viril qu’ils avaient placé dans la bouche ; j ai vu aussi des doigts coupés et des crânes défoncés à coups de crosse ou de matraques. “

„ Le dossier de l’information judiciaire contient les témoignages des médecins français Ménantaud, inspecteur départemental de la santé, et Toty, de l’hôpital de Tulle : ils n’ont pas signalé de mutilations sur des cadavres de soldats allemands reçus à la morgue. Enfin, comme nous l’avons dit, le médecin allemand de 95e régiment apporta un témoignage non soupçonnable de falsification : je n’ai eu, jusqu’à ce jour, connaissance d’aucunes mutilations exercées sur nos hommes.“

Das Reich / Max Hastings / London / Michael Joseph / 1981:

„ Citizens of Tulle ! “

„ Forty German soldiers have been murdered in the most abominable fashion by the communist gangs. (…) The appalling and cowardly fashion in which the German soldiers have been killed proves that the instruments of communist destructrion are at work.“ (…)

„ Heinrich Wulf and his SS colleagues say that, early on the morning of 9 June, the senior divisional doctor who had been collecting the German dead from the battle arrived at headquarters to report that a single group of forty bodies had been discovered, horribly mutilaled. Their faces had been stove in, and their testicules cut off and stuffed in their mouths. It was for this act, the Germans alleged, rather than for the Resistance attack, that reprisal were to be taken. “ (…)

„„ We refused to look closely at these bloody corpses. Was it fear of death, or did we refuse to admit to ourselves that Frenchmen could do such a barbaric thing ? The German soldiers had always behaved correctly to the French population – why then this fury to massacre Germans in this fashion ? ““ (…)

„ Schmald found a hiding place in the kitchens, and far into the night of 8 June he lay suffocating amidst the smoke and ruins of the school, barely clinging to life. When he staggered from his refuge to meet the relief column, he was consumed with bitterness. He claimed that most of those who had surrendered were now among the mutilated bodies found by the SS.“ (…)

„ Former leading member of the Armée Secrète in the Corrèze :

” Ah, yes, the business of the mutilated and executed prisoners. I have written and said many times since the war that it is unthinkable that résistants coud have behaved in this fashion. However, I have spoken to many of those who where in Tulle during the battle, and there is no doubt that it was true. The Spaniards among them, you know… I tell you this because I, as a Frenchman, can never say it. For you, as an Englishman, it may be of interest. But should you ever suggest that I was the source of this assertion, of course I shall deny it absolutely… “” (…)

Lepopulaire.fr / Limousin / Actualité / Le médecin allemand qui avait protégé les maquisards tullistes vient de décéder / Internet:

« 9 juin 1944 : les SS préparent les représailles. Le Dr Schmidt raconte : « parce qu’on voulait avoir une justification présentable d’une certaine manière au niveau international pour les mesures de représailles, je fus cité en ma qualité de médecin de la place auprès du médecin principal de la division Das Reich. Il me demanda si j’avais constaté des mutilations sur les cadavres de nos soldats tombés la veille. Contrairement aux affirmations disant que cela avait été le cas, j’ai déclaré énergiquement que je n’avais pas constaté de mutilations sur les 60 morts que j’avais vus. » (…)

Gloumouth1.free.fr / Tulle / Témoignage / Jean-Paul Reb / 10 juillet 2005 / Audio / Internet:

« Et à la suite de ça, tous ces Allemands qui étaient morts, qui étaient par terre dans la rue, qui étaient… alors moi j’suis allé voir, c’était affreux… les femmes étaient venues… Alors, pfuu, on leur avait coupé le ventre, on leur avait coupé les parties, on leur avait mis les parties dans les casques. C’était épouvantable, hein. Les femmes venaient, leur tapaient dessus, sur ces cadavres qui étaient là, quoi. C’était la vengeance, quoi. C’est affreux quoi, hein. J’suis rentré à la maison, mais… on en tremble pas mais… de voir des morts comme ça partout, c’est épouvantable, hein. »

*********************************

« fantasme ou réalité ? »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | May 26, 2017

Maurice Audin: mort par la France

Maurice Audin : mort par la France

Grüß Gott !

Sur la liste des parachutistes, figure le nom du jeune Maurice, communiste et indépendantiste.

Michelle Audin / Une vie brève / L’arbalète Gallimard / 2013:

„ Janvier 1957. A Alger, la dixième division de parachutistes, commandée par Massu, a les pleins pouvoirs en matière de police.“

„ Le 21 mai, le gouvernement Guy Mollet était „tombé“, comme on dit. Et le 12 juin, le dénommé Bourgès-Maunoury, jusque-là ministre de la Défense nationale et à ce titre responsable de ce que faisait l’armée en Algérie, et d’ailleurs partisan d’une „solution“ militaire, était nommé Premier ministre, par le président (qui s’appelait René Coty)…“ (…)

„ (…) faut-il dire qu’il a été assassiné par l’armée française ou par les parachutistes, faut-il, d’ailleurs, dire „assassiné“ ou „torturé et assassiné“ ? Il n’échappe pas à la langue de bois qui fait de lui une victime emblématique de la barbarie “ (…)

„ Qui l’a tué ne figure pas dans cette „transcription“. Un tortionnaire énervé ? Un exécuteur, comme le suggère l’enquête rouverte par Nathalie Funès ? Plus sûrement le sytème, l’arbitraire et la torture, avec leurs trois mille disparus.“

Je n’ai pas tout dit / Paul Aussaresses / Rocher / 2008:

« Affaire Audin »

« Massu m’avait donné comme adjoint le lieutenant Garcet, son ancien aide de camp. Gérard Garcet avait été un des plus jeunes résistants du maquis du Vercors. Il avait seize ans quand il s’était engagé dans la lutte contre les nazis. » (…)

« Mais à quoi ça servait, ces exécutions ? »

« Mais je vous l’ai dit. On sous-traitait ce que les régiments ne voulaient pas faire. Autre exemple: réunion de cadres dans le bureau de Massu. Un colonel dit : « On a une bande de terroristes, on voudrait en débarrasser le régiment ». Cela tombe bien, ce jour-là était présent Max Lejeune, le secrétaire d’Etat à la guerre. On lui fait le topo. « Il faudrait réussir à leur faire prendre le maquis », propose l’un. « Un maquis bien éloigné », ajoute Massu. « Écoutez, dit Lejeune. Vous avez entendu parler de l’interception de Ben Bella ? Nous avions décidé en haut lieu d’abattre l’avion. Si nous ne l’avons pas fait, c’est que l’avion avait un équipage français. Le gouvernement regrette beaucoup d’avoir laissé Ben Bella en vie. C’était une erreur. » Massu avait compris. Moi aussi. » (…)

« Garcet, les sous-offs, et Babaye, mon garde du corps. Babaye, c’était un Noir très noir, un colosse, enrôlé de force dans le FLN. » (…)

« Bien entendu. Dans les papiers d’Hadjadj, il y avait le nom de Maurice Audin, un jeune professeur de mathématiques, qui était aussi sur nos listes. » (…)

« Maurice Audin est donc emmené à El Biar, dans un immeube occupé pas le 1er RCP. Il semble qu’il ait été interrogé tout de suite, et de l’habituelle et abominable manière » (…)

« Les paras ne perdent pas de temps. Deux heures après son arrestation, Maurice Audin a déjà été torturé. Pourtant, Audin n’était pas un poseur de bombes. » (…)

« Maurice Audin meurt durant un interrogatoire, sous la torture. Ce n’est pas un pauvre musulman inconnu dont personne ne se soucie. Le ministre Lacoste s’est fait interpeller à l’Assemblée à son sujet. La Commission de sauvegarde des droits et des libertés l’a réclame. Il va y avoir une enquête, un médecin légiste, cela va devenir toute une affaire. Vous êtes très embêtés. Il faut trouver une idée qui dispense les militaires d’avoir à montrer le corps. Une évasion serait idéale. » (…)

« Vous nous avez déjà parlé de cette triste villa et de son jardin. Maurice Audin a-t-il été transféré de jour aux Tourelles, là où (je vous cite) « la torture était systématiquement utilisée si le prisonnier refusait de parler » et là où « le cas de ceux qui y entraient était considéré comme suffisamment grave pour qu’ils n’en sortent pas vivants ». » (…)

« Voici ce que dit votre successeur, le capitaine de La Bourdonnaye-Montluc, à la journaliste Marie-Monique Robin dans son livre sur les escadrons de la mort. Après avoir expliqué qu’il vous remplace à Alger dans vos fonctions, il confie : « Certains membres de l’équipe que j’avais récupérée étaient devenus complétement fous. Ils avaient pris l’habitude de tuer les prisonniers d’un coup de couteau dans le coeur. »

« Est-ce ainsi qu’est mort Maurice Audin ? » (…)

La vérité sur la mort de Maurice Audin / Jean-Charles Deniau / Equateurs Documents / 2014:

Aussaresses, Deniau ; Misiri:

„ Bien, ce qui s’est passé… (silence). Et bien, on a tué Audin. Voilà ! “

„ Comment ? “

„ Et bien ! On l’a tué au couteau.“

„ Et pourquoi ? “

„ Pour qu’on pense, si on le trouvait, qu’il avait été tué par les Arabes. Nous, on ne tuait pas souvent au couteau. Voilà et qui a décidé de ça, c’est moi. Ça vous va ? “

„ (…)

„ Mais de là à exécuter… C’était pour quoi ? “

„ Pour l’exemple. Pour qu’ils s’arrêtent de faire des attentats spectaculaires. “

„ Il a été poignardé à l’endroit où il a été enterré (silence). “ (…)

„ (…)

——–

„ Le général Massu donne à Paul Aussaresses l’ordre d’exécuter Maurice Audin et celui-ci charge Gérard Garcet de la besogne. Avec Babaye, Issolah et peut-être Misiri, ils conduisent Audin dans la campagne. Gérard Garcet le poignarde. Ses acolytes l’enterrent.“ (…)

——–

„ Paul Aussaresses m’a expliqué que Gérard Garcet avait conduit Maurice Audin à un endroit où il a été exécuté et enterré.“ (…)

„ Ce qu’il t’a dit, c’est probablement vrai parce que, je vais te dire, il n’y a pas que pour Audin que ça c’est passé de cette façon. On obéissait aux ordres. “ (…)

„ Selon Aussaresses, ça s’est passé près d’Alger à vingt kilomètres envrion ? “

„ Oui, alors, c’est vers Koléa ou bien vers Sidi Moussa. Nous avions un centre d’interrogatoire à Maison-Carrée dans le quartier de Cinq-Maisons, en partant de là il y avait une route assez longue avec des arbres de chaque côté puis un lieu-dit et au bout des villas dans la campagne. On en avait pris une pour… elle était vide…“

„ Et c’est là qu’ont été enterrés pas mal de gens ? “ (…)

„ Les sources – témoignages oraux et écrits – que j’ai rassemblées convergent vers un seul scénario, le pire : Maurice Audin exécuté sur ordre de Massu avec la couverture pleine et entière du pouvoir politique. “ (…)

„ Je repère deux maisons entre Baraki et Sidi Moussa (….) mais selon Pierre Misiri c’est autour de cette maison que son commando sous les ordres de Massu, Aussaresses et Charbonnier a fait disparaitre dans des fosses creusées par le bulldozer du chantier voisin une partie de leurs prisonniers et aussi probablement Maurice Audin (…) Maurice Audin y repose probablement avec une partie des trois mille disparus durant la bataille d’Alger. “ (…)

******************************

« avec la couverture pleine et entière du pouvoir politique. »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | May 20, 2017

Excision: acceptation matriarcale

Excision : acceptation matriarcale

Grüß Gott !

Des mères excisées et résignées, victimes puis bourreaux, mutilent leurs filles, terrorisées et forcées.

Le viol des viols / Pierre Leulliette / Laffont / Paris / 1980:

„ Car cette acceptation féminine de l’infibulation et de l’excision est en fait massif, étant bien entendu que c’est aussi pour les infliger à ses enfants qu’on les entérine et même qu’on les souhaite – et qu’eux, les enfants, ils n’ont évidemment pas droit à la parole, ce „détail“ n’est pas négligeable.“ (…)

„ Le phénomène est universel. La question des mutilations sexuelles féminines ayant été évoquée en octobre 1978 au Congrès de Berlin de „ l’Association internationale des femmes médecins“, savez-vous, me dira le Dr El Sayed Mirghani, qui s’est opposé massivement à ce qu’elle soit portée à l’ordre du jour ? Et bien. Le groupe des femmes. Mais oui… des femmes noires. Toutes médecins ! “ (…)

„ Et pourquoi ce véto radical des Africaines ? La clitoridectomie, dirent-elles, relève de pratiques rituelles. (…) Comment peut-on couvrir, étant femme, du voile du „rite“, l’agression et la torture de ses propres congénères ? Mystère de „l’âme“ féminine ? “

„ Cet extraordinaire masochisme féminin est multiforme. Il s’extériorise jusqu’au cours de „l’opération“ même. “

„ Qu’on en juge :

„“ Les autres néophytes, debout, attendent leur tour, raconte Boris de Rachewiltz, tandis qu’une femme agée se tient debout à côté de la patiente, un fouet à la main. Chaque fois qu’un clitoris est tranché, les femmes les plus âgées crient leur joie, la mère et les soeurs de l’initiée s’approchent d’elle en hurlant et la poussent à danser, malgré l’abondante hémorragie…“

„ Un fouet. Tenu par les femmes.“

„ Des cris de joie !“ (…)

„ Annie de Villeneuve, la première africaniste avec Jacques Lantier à avoir osé parler clairement de ces horreurs, souligne de la même façon le rôle actif des femmes. Et ce sont des êtres comme ivres d’un instinct de cruauté que leur tête ne paraît pas avoir pu refouler qu’elle nous décrit:

„“La gedda ou matrone, qui vient d’aiguiser son couteau sur le rebord du tabouret, s’accroupit à la turque devant l’enfant. Aucune nervosité n’animera ses mains, aucume émotion ne précipitera son ouvrage barbare. Il faut du temps. Elle le sait et ne se pressera pas. L’excision décidée, elle incise, suivant une courbe, le capuchon du clitoris qu’elle détache soigneusement ! Fouillant ensuite dans cette plaie avec ses doigts et détachant les parties adhérentes, elle tire sur le clitoris jusqu’à ce qu’ apparaissent la fourche et la racine de l’organe.““ (…)

„ L’excision terminée, la gedda marque un temps d’arrêt, durant lequel les femmes ont le droit de s’assurer que tout est bien enlevé – ce qu’elles ne manquent pas de faire, tirant sur la plaie, la palpant de leurs doigts sales et se tachant les mains de sang. “

„ La mère, qui assiste à cette torture, a plus qu’une autre naturellement le droit de le faire et de donner son avis. Sur un geste d’elle, la gedda reprend son travail.“ (…)

„ Leur cruauté envers leur propre fille ne paraît-elle pas être sans défaillance et comme venue du fond des temps ? “

„ Femmes somalies, répondra l’une d’elles, toujours souffrir. Souffrir pour fermer, souffrir pour ouvrir, souffrir pour gagner petit.“ (Mettre au monde). Mais pourquoi toujours aussi… faire souffrir ? La lancinante question se pose d’elle-même. Même si, quand on est si malheureux on a quelques excuses à être bizarre. “

„ Forcenées qu’elles sont à perpétuer ces rites écoeurants, serait-ce pour se protéger que ces femmes décevantes et déçues tuent délibérément en elles, puis en leurs filles, toute sensibilité.“ (…)

„ N’empêche ! On les verra tout de même défendre ces „traditions“ destructives avec acharnement – certaines visiblement incapables de saisir de quelles abominations elles en arrivent à être simultanément coupables et victimes ! Et elles trouvent ça naturel, normal. C’est ça leur „culture“ ancestrale ! Elles y tiennent. Incapables qu’elles sont devenues de se torcher le cerveau d’une aussi cruelle imbécillité, elles sont alors sous l’empire de ce „sommeil du jugement“ (…) Pour eux, la seule chose qui compte, c’est l’accomplissement de certains actes traditionnels, le contact gardé avec le passé. “

„ Pour être tout à fait complet, il faut aussi se poser la question : cet acharnement à perpétrer le pire ne serait-ce pas également de leur part une sorte de vengeance, une rancune, la crainte subconsciente que la nouvelle génération échappe au destin tellement cruel qu’on a soit-même subi ? “

„ C’est ainsi que si vous demandez aux traditionnalistes qui, parmi ces femmes, sont pour le maintien total des mutilations, pourquoi elles y tiennent tant, elles répondent d’abord : „ Je le fais sans chercher à comprendre. Si on le fait, c’est que c’est bien pour la femme.“ (…) Puis, si vous insistez, elles ajoutent : „ Mutilée, je l’ai été moi-même. Et je ne m’en porte pas plus mal. Je ferai donc exciser mes filles.““

„ Awa Thiam (…) après avoir aussi démontré, du bout des lèvres, la férocité des mères africaines, fanatiquement attachées à ces mutilations auxquelles elles immolent, l’âme sereine, leurs enfants hurlant de terreur, ajoute sans sourciller : „ Mais c’est surtout par les femmes que certaines coutumes ont été maintenues. Rendons-leur hommage. En effet, étant les éducatrices de leurs enfants, nos aînées, nos mères ont été et sont encore de nos jours amenées à véhiculer et inculquer à leurs enfants non seulement certaines croyances et mythes mais aussi un esprit d’adhésion aux coutumes…“

Bioéthique et excision en Afrique / Sciences sociales / Marcel Kouassi / Editions Connaissances et Savoirs / 2016:

„ Le désir de domination est propre à la nature humaine et non à un genre. Car dans le cas de l’excision, il est apparu que des sociétés traditionnellement matriarcales ou matrilinéaires au sein desquelles les pouvoirs, sources de multiples formes d’oppressions et de dominations, sont détenus par les femmes, l’excision persiste encore. “

*******************************

„ Mystère de „l’âme“ féminine. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | May 13, 2017

Les Gaulois: ivresse & débauche

Les Gaulois : ivresse & débauche

Grüß Gott !

Le peuple gaulois, avili et aviné, oppose une faible résistance à l’envahisseur, sobre et rusé.

Cnrseditions.fr / Histoire / Boire en Gaule / Fanette Laubenheimer / Internet:

„ Les Gaulois, l’alcool et l’ivresse. “

„ Que buvait-on en Gaule ? Du vin, bien sûr, et les Gaulois de l’âge du Fer ont souvent été qualifiés par les auteurs anciens de buveurs de vin invétérés, célèbres pour leur ivrognerie. “ (…)

Franceculture.fr / Emissions / Vin, bière ou hydromel / La Gaule était-elle ivrogne ? / Internet:

„ La Gaule et son “peuple de guerre et de bruit” furent réputés pour boire le vin pur, ils déclenchèrent quelques expéditions vers Rome pour l’acquérir, à défaut ils échangeaient un esclave contre une amphore. ” (…) Platon l’a dit : Les Gaulois sont tous des ivrognes ! “

Persee.fr / Revue des sociétés / Le vin, la vigne et l’alcoolisme dans les Gaules / Internet:

„ La Société française d’Histoire de la Médecine a entendu récemment une communication fort savante de son président M. le professeur Jeanselm sur la vigne et l’ivrognerie dans les Gaules. “

„ Au temps de Ciceron, le penchant des Gaulois pour le vin était proverbial. Cette passion fut un peu contrariée par la conquête romaine, car les vainqueurs, pour favoriser l’exportation des vins d’Italie, mirent des entraves à la culture de la vigne, depuis longtemps prospère dans la Narbonnaise. “

„ Les invasions des Barbares, y compris celle des Francs, accentuèrent les habitudes d’intempérance de nos ancêtres. Toutes les classes de la société s’adonnaient à l’ivrognerie, d’où découlaient des débauches, des maladies, des rixes et des meurtres sans nombre. “

„ De la fin du XIe au milieu du IXe siècle, presque tous les conciles stigmatisèrent, sans succès dailleurs, ce vice terrible. De nombreux capitulaires de Childebert 1er, Louis le Pieux et surtout de Charlemagne le combattirent. “

Recherches sur les voyages et decouvertes des navigateurs Normands / Louis Estancelin / Delaunay / Paris / 1832:

„ Les Normands longtemps avant de se fixer dans la Neustrie connaissaient les côtes de la France, de l’Espagne et du Portugal. Ces barbares, dès le Ve siècle, se livrant avec une audace née de l’habitude à tous les dangers de la navigation, s’étaient fait connaitre et redouter par leurs ravages dans les Gaules. Les Gaulois, dégénérés et avilis, étaient pour eux une proie facile ; mais, comme le remarque judicieusement le savant auteur de leurs invasions, la présence des intrépides compagnons de Clovis, mit un frein à leur audace. La prospérité de l’empire, sous Charlemagne, réveilla leur cupidité. “ (…)

Coutumes gauloises / Madame de Renneville / Libraire Genets jeune / Paris / 1819:

” Les Marseillais, colonie grecque, s’étoient rendus tellement puissans sur mer et sur terre, que les Salluviens, que nous appelons aujourd’hui Savoyards, Dauphinois, Provençaux, en prirent ombrage. Voulant les chasser des Gaules, ils attaquèrent Nice et Antibes, deux de leurs colonies. Marseille se crut trop foible contre ses agresseurs ; elle appela à son secours les Romains, avec lesquels elle avait fait alliance depuis longtemps. Les Romains lui envoyèrent, en différentes fois, plusieurs armées ; une entre autres, l’an de Rome 628, 121 ans avant la naissance de Jésus-Christ, commandée par C. Sextius, lequel, après avoir dompté les Saliens ou Salluviens, fonda la ville d’Aix, le première que les Romains eurent dans les Gaules.“

„ C’est dans le cours de cette guerre que l’on vit à quel point les Gaulois avoient dégénérés de leurs ancêtres : les Saliens se laissèrent vendre comme de vils troupeaux ! Les Arverniens (Auvergnats) prirent la fuite à la vue des éléphans ! et Bituitus, leur roi, survécut à l’ignominie d’un triomphe ! “ (…)

„ Les Marseillais enseignèrent aux Gaulois l’agriculture, les arts libéraux, l’éloquence et la civilisation, introduisirent aussi chez eux le luxe, la mollesse, et une foule de vices auparavant inconnus à ces peuples dans l’innocence de la nature : premier pas vers la servitude, qui suit nécessairement la corruption des moeurs. “ ( …)

Histoire des Gaulois / Jean Picot / Volume 2 / Jusqu’à leur mélange avec les Francs / Genève / 1804:

„ La vigueur et la santé robuste des Gaulois, car ils connoissoient peu la maladie, étoient une suite de leur vie active, comme aussi de l’éducation simple et conforme aux loix de la nature, qu’ils recevoient. S’ils avoient su combien, au bout de vingt siècles, la constitution de leurs descendans seroit dégénérée, s’ils avoient pu voir ces êtres foibles et délicats, qui devoient un jour leur succéder, et qui les remplacent actuellement sur cette même terre où ils bravoient avec tant de facilité, toutes les intempéries de l’air, ils auroient sans doute éprouvé un sentiment douleureux. “ (…)

„ Les Gaulois s’abondonnoient volontiers à la débauche et à l’ivrognerie ; ces vices provenoient chez eux de l’oisiveté. Quand ils ne pouvoient se procurer du vin, ils buvoient des liqueurs qui l’imitoient plus ou moins, et qu’ils savoient faire eux-mêmes ; lorsqu’ils pouvoient s’en procurer, ils négligeoient toutes les autres boissons et se livroient à celle-là avec fureur ; ils étoient capables de tout entreprendre pour en acquérir, et ils laissoient faire un bénéfice incroyable aux négocians qui leur en apportoient d’Italie ; ils alloient jusqu’à donner un esclave en échange contre une seule cruche de vin. “ (…)

„ Il est facile de montrer, par des exemples, combien l’ivrognerie produisoit d’excès chez les Gaulois, de combien de maux elle étoit la cause. Un corps de troupes gauloises étoit en Sicile, et faisoit la guerre aux Romains, l’an 251 avant Jésus-Christ. Elles se gorgèrent un jour d’une grande quantité de vin que des marchands leur avoient apporté ; la confusion se répandit dans leurs rangs à la suite de cette débauche ; pendant ce tems, le consul Concilius tomba sur elles, leur enleva soixante éléphans, et les battit complétement. “

„ Le vice de l’ivrognerie étoit profondément enraciné chez les Gaulois ; il subsita long-tems au milieu d’eux ; Charlemagne fut obligé de le proscrire par des lois sévères ; il ordonna que les juges ne pourroient pas tenir leurs séance, ni les particuliers plaider leurs causes, et être admis en témoignage, à moins qu’ils ne fussent à jeun ; il établit aussi des peines rigoureuses pour les soldats qui seroient trouvés ivres pendant la durée d’une campagne. “ (…)

„ Nous avons vu avec quelle passion ils se livroient à cette boisson ; nous aurons encore l’occasion de nous arrêter sur les malheurs qui résultoient de leur ivrognerie ; leurs ennemis en profitoient souvent pour les vaincre ; ils épioient le moment où des liqueurs fortes leurs avoient enlevé toute energie, ou les avoient plongés dans le sommeil ; les attaquant alors, ils les tailloient en pieces sans qu’ils pussent se défendre. “ (…)

„ L’ivresse et la débauche produisoient les plus grands malheurs chez les Gaulois ; bien souvent, après les réjouissances qui suivoient une victoire, ils se querelloient et et s’enlevoient de force le butin qu’ils avoient fait sur leurs ennemis ; d’autres fois ils se provoquoient pour les plus légère insultes et se frappoient avec l’épée sans le moindre égard pour leur vie ; on en voyoit qui, après un repas, se battoient d’abord par amusement et sans se blesser ; mais bientôt le combat devenoit sérieux ; ils s’animoient et en venoient jusqu’à tuer leur adversaire, à moins que les assistans ne séparassent à tems les combattans. De pareils excès peuvent être imputés en partie à l’ivrognerie, mais ils étoient aussi une suite de l’état sauvage ; ils diminuèrent peu à peu, et cessèrent enfin avec le progrès de la civilisation. “

*******************************

„ Leurs ennemis en profitoient souvent pour les vaincre. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | May 8, 2017

Algérie: invasion française

Algérie : invasion française

Grüß Gott !

Les envahisseurs français, militaires et missionnaires, veulent convertir le peuple algérien, à la religion chrétienne.

Les Français en Algérie / Souvenirs d’un voyage fait en 1841 / Louis Veuillot / Tours / 1845:

« Les derniers jours de l’islamisme sont venus ; notre siècle est probablement destiné à le voir quitter les rivages de l’Europe, non-seulement de cette vieille Europe qu’il a jadis envahie et si longtemps menacée, mais de cette Europe nouvelle et agrandie qui est née partout où l’Europe ancienne a porté la croix. Attaqué sur tous les points, le croissant se brise et s’efface. Dieu le refoule ; il l’envoie, au temps marqué, périr dans les déserts d’où il est sorti. Voici que Byzance va retomber aux mains chrétiennes. Des calculs établis sur l’Apocalype de saint Jean et sur les prophéties de Daniel, assignent au règne de Mahomet une durée de treize siècles. Le treizième siècle n’est pas achevé et voici que Byzance va retomber aux mains chrétiennes. Alger, dans vingt ans, n’aura plus d’autre Dieu que le christ. » (…)

« Nos marchants incrédules terminent l’oeuvre des fervents chrétiens du moyen-âge. Toute terre où ils s’établissent en force suffisante pour y être chez eux, est une terre où on dit la messe, où l’on baptise les enfants, où les saints, quel qu’en soit leur nombre, font retentir les louanges du vrai Dieu. Il y a là, n’importe à quel titre, une civilisation au voisinage de laquelle l’islamisme ne peut tenir. Il lui faut comme aux bêtes des forêts, un rempart de solitude, à mesure que la lumière se fait, il s’éloigne ; il va chercher des civilisations inférieures. Son croissant est un astre de nuit : que les déserts l’accueillent jusqu’au jour où il doit s’éteindre absolument et n’être plus qu’un nom dans l’histoire. » (…)

« Déjà l’on peut considérer son rôle comme fini, non-seulement dans l’Algérie où règne aujourd’hui la croix avec la France, mais dans toute cette partie de l’Afrique que baignent les flots de la Méditerranée. (…) Or il faut être aveugle pour ne pas voir que c’est le dessein de Dieu d’en finir avec l’islamisme, et dès lors tout y concourra. En ce moment même, pour ce qui concerne l’Algérie, l’oeuvre divine est consommée. Si l’on peut douté encore que ce sol reste à la France, il est évident du moins que l’islamisme l’a perdu. L’Europe ne se laissera pas arracher un royaume dont elle connait la fertilité, que nous lui avons appris à conquérir, et que la vapeur rattache à son continent comme un pont relie entre elles les deux rives d’un fleuve. Anglaise, allemande, espagnole ou française, l’Algérie est possession chrétienne, elle n’est plus musulmane, et ni Tunis ni Maroc ne le sauraient l’être encore longtemps. Voilà ce que Dieu a fait : grâces lui soient rendues d’avoir bien voulu se servir de nos mains ! Quoi qu’il arrive, nous pouvons prendre le récit inachevé des croisades, et aux gesta Dei per Francos ajouter une noble page encore écrite de notre sang. » (…)

« C’est ainsi que l’Algérie fut conquise, et que la croix prit possession de ce nouveau domaine. » (…)

« La guerre contre nous n’était pas seulement patriotique, elle était sainte. Elle obtenait des sacrifices qu’il faut savoir honorer. Quelques-uns de ces Arabes ont combattu en héros et sont morts en martyrs. Envahisseurs du sol, détestés à ce titre, nous étions encore et surtout haïs et méprisés comme infidèle, comme impies. On nous reprochait nos moeurs, nos blasphèmes, notre religion fausse, on nous reprochait plus encore notre irreligion. C’était oeuvre de piété de faire la guerre aux chiens qui adorent les idoles ou qui n’ont pas de Dieu. » (…)

« Mais, en tous cas, ce fut un grand jour, un très-grand jour dans l’histoire du monde, que celui où Hussein-Dey, le dernier chef de la milice d’Alger, mettant le comble à d’anciens outrages, souvent punis, frappa de son éventail le consul de France. Cette brutalité fit monter au front du vieux Charles X un reste de ce sang généreux dont la veine allait se tarir sur le trône de saint Louis. ” (…)

« Tout le monde connaît le glorieux détail de la conquête ; rappelons seulement quelques dates importantes : le 25 mai 1830, une noble armée de trente mille hommes, l’orgueil de la France, quitta le port de Toulon accompagnée des voeux de tous les cœurs chrétiens qui battaient dans le monde… » (…)

„ Le Coran et l’Evangile “

„ Le Coran est le singe de l’Evangile, comme le diable est le singe de Dieu. Il l’imite en le travestissant, il le copie en prenant le contre-pied de ses actions et de ses discours. Au premier coup d’oeil que l’on jette sur le livre sacré des musulmans, c’est un amas de folies et de turpitudes qui révolte ; l’on a peine à concevoir que tant d’absurdités hideuses se soient logées dans la tête d’un homme. (…) On se demande si les monstruosités de sa religion et de sa loi n’ont pas été calculées à dessein, et si là où l’on ne trouve que des fables ridicules et contradictoires, il ne faut pas voir une profonde connaissance de l’humanité, un art presque surnaturel de l’enchaîner et de la soumettre par tous ses instincts ? “ (…)

„ Pouvait-on convertir les Musulmans ? “

„ La foi chrétienne et l’expérience de dix-huit siècles ne nous permettent pas de croire qu’il puisse exister jamais un peuple inconvertissable. L’Evangile règnera sur le monde ; tous les peuples l’ont reçu, toutes les passions l’ont subi, toutes les ignorances se sont laissé pénétrer à sa douce lumière. Si une société quelconque devait à jamais échapper à son amour, rester éternellement sourde à sa voix et demeurer insaisissable à l’abri d’un obstacle plus fort que lui, ce serait assurément le spectacle le plus étonnant et le plus effrayant qu’on eût encore vu sur la terre.“ (…)

„ Quand la religion du vainqueur est la religion chrétienne, c’est-à-dire la vérité divine, et quand la religion du vaincu est la religion islamisme, c’est-à-dire un amas de dogmes abrutissants et sauvages, ces efforts que le bon sens conseille, l’humanité ne les exige-t-elle pas ? N’est-ce pas le premier des devoirs de mettre la religion chrétienne à même de travailler par les moyens qui lui sont propres, par la prédication et les bonnes oeuvres, à la conversion des vaincus ? ” (…)

„ La guerre sainte “

„ L’infâme parodiste du Rédempteur, comme il avait pris le contrepied de l’Evangile, a pris aussi le contrepied de la prédication, et n’a peut-être nulle part trahi le sentiment de son impuissance. Homicide dès le commencement, il s’en remit au sabre du soin d’établir sa religion de rapine et de luxure : „ Combattez contre les infidèles jusqu’à ce que toute fausse religion soit exterminée ; mettez-les à mort, ne les épargnez point ; lorsque vous les aurez affaiblis, réduisez-les en esclavage et écrasez-les par des tributs.“ Il n’y eut point, dans le Coran, de loi plus sacrée ni mieux suivie que celle-là: la guerre contre les infidèles semble avoir été le but de l’islamisme, comme elle en a été le résultat. ” (…)

„ Cette guerre eut un nom spécial, el Djehad. “ (…)

„ Le prophète a déclaré que la guerre serait éternelle. Il peut y avoir des trêves, jamais de paix. (…) Dès que la flotte française fut en vue d’Alger, l’el Djehad, proclamé dans toute la Régence, fit accourir sous les murs de la ville une multitude de combattants.” (…)

„ Nous verrons se relever tout à coup des têtes longtemps soumises ; et ces révoltés, après avoir brûlé nos maisons, fatigué nos armées, maltraité ou séduit peut-être les populations nouvelles, ne succomberont que pour laisser des vengeurs. “

***********************************

« Envahisseurs du sol, détestés à ce titre… »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 30, 2017

Religion: qui est Dieu ?

Religion : qui est Dieu ?

Grüß Gott !

Dieu, dit bon et tout puissant, partout sur terre, tolère la guerre. Pourquoi une telle contradiction ?

Bible-service.net / Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? / Ps 22 / Internet:

„ D’après les évangélistes Marc et Matthieu, Jésus meurt en criant le début du Ps 22 :

“Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?” Bien des croyants sont troublés par cette interrogation ultime. Le salut est-il loin du crucifié ? Où est Dieu ? Libre réflexion sur des questions qui provoquent la foi.“ (…)

„Terribles paroles que nous prononçons quand défilent les images des camps d’exterminations nazis ou cambodgiens, des massacres de la région des Grands Lacs africains, quand nous évoquons la guerre au Sud Soudan ou l’assassinat d’un enfant.” (…)

„ L’angoisse résonne vers le ciel, prière lancée dans le silence, hurlement dans les nuits de nos hôpitaux, dans les solitudes de nos maisons de retraites, sur les barbelés des camps de la mort. La Parole de Dieu meurt dans ce souffle, cette prière. Qui donc est Dieu ? ” (…)

Andregounelle.fr / Dieu / Dieu et les souffrances humaines / Internet:

„ On n’en finirait pas d’énumérer les catastrophes qui s’abattent sur les êtres humains et les souffrances qu’ils subissent. Ces dernières années, se sont enchaînés à un rythme effrayant tsunamis, tremblements de terre, ouragans, épidémies, famines, guerres, massacres, attentats, émeutes et violences urbaines. Les journaux, la radio, la télévision, dans leurs bulletins d’informations, dessinent une image sinistre, calamiteuse et angoissante de notre monde. Qui peut encore croire au progrès et cultiver l’optimisme ? Je ne suis pas certain qu’aujourd’hui soit vraiment plus terrible que hier. Mais quoi qu’il en soit, beaucoup en ont le sentiment ; ils trouvent que les choses vont de mal en pis et qu’elles ne peuvent que se dégrader. Le présent inquiète, l’avenir nous fait peur. Partout et de plus en plus, le malheur semble l’emporter et confirmer le constat sobre et sombre de Freud : « la vie est dure ». ”

„ D’où la question que ne peuvent manquer de se poser les croyants : Où est Dieu dans tout cela ? Que fait-il ? Est-il indifférent, absent, inexistant ? Est-il insensible à nos souffrances collectives ou individuelles ? Ce monde pénible et cruel n’apporte-t-il pas chaque jour le plus net et le plus catégorique des démentis à l’affirmation chrétienne qu’il y a un Dieu qui nous aime et qui s’occupe de nous ? “

« En fait, la question n’est pas nouvelle. Depuis ses origines, l’humanité se la pose. Elle se trouve peut-être à la source, en tout cas au cœur de toutes les religions qui la méditent, y réfléchissent, essaient d’y répondre. Pour m’en tenir à la tradition judéo-chrétienne, dans l’Ancien Testament, des prophètes interpellent presque insolemment Dieu : « Vas-tu, enfin, te décider à intervenir ? » Job au milieu de ses désastres se demande, dans une longue et émouvante plainte, comment comprendre la présence et l’action de Dieu. Jésus sur la Croix s’écrie : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » ”

Testament de Jean Meslier / 15e Mars 1742 / Verlagsort S.I / 1760:

« Par exemple, dire que Dieu auroit eu la complaisance d’envoyer un Ange pour consoler & secourir une simple servante, pendant qu’il auroit laissé & qu’il laisse encore tous les jours languir & mourir de misère une infinité d’innocens… » (…)

« Quoi ! Un Dieu tout-puissant & qui auroit voulu se faire homme mortel pour l’amour d’eux, & répandre jusqu’à la derniére goute de son sang pour les sauver tous, auroit voulu borner sa puissance à guérir seulement quelques maladies & quelques infirmités du corps, dans quelques infirmes qu’on lui auroit présentés, & il n’auroit pas voulu employer sa bonté divine à guérir toutes les infirmités de nos ames, c’est-à-dire guérir tous les hommes de leurs vices & de leurs déréglemens, qui font pire que les maladies du corps ? Cela n’est pas croyable. Quoi ! un Dieu si bon auroit miraculeusement préserver des corps morts de pourriture & de corruption, & il n’auroit pas voulu de même préserver de la contagion & de la corruption du vice & du péché, les âmes d’une infinité de personnes qu’il seroit venu racheter au prix de son sang, & qu’il devoit sanctifier par sa grâce ? Quelle pitoyable contradiction ! »

La peste / Albert Camus / Gallimard / 1947:

« Paneloux regarda cette bouche enfantine, souillée par la maladie, pleine de ce cri de tous les âges. Et il se laissa glisser à genoux et tout le monde trouva naturel de l’entendre dire d’une voix un peu étouffée, mais distincte derrière la plainte anonyme qui n’arrêtait pas : « Mon Dieu, sauvez cet enfant. » » (…)

« – Non, mon père, dit-il. Je me fais une autre idée de l’amour. Et je refuserai jusqu’à la mort d’aimer cette création où des enfants sont torturés. »

« Je ne peux pas croire en un Dieu qui fait mourir les petits enfants innocents. »

Cahiers de jeunesse / Oradour-sur-Glane / 10 juin 1944 / Denise Bardet / Editions Lucien Souny / 2002:

« Je voudrais croire en Dieu. Cela m’est impossible. La science semble nous en empêcher. Et si l’on croit à Dieu, cela doit être à un bon Dieu ; or aucun bon dieu ne laisserait ses enfants souffrir ainsi. »

De la résistance à l’Indochine / Pierre-Alban Thomas / L’Harmattan / 2009:

„ Comment, lui-dis je, croire en un Dieu de bonté qui tolère le mal, la guerre et ses cruautés ? Comment, en Indochine, pouvez-vous concilier les paroles du Christ rapportées par les apôtres „ Tu ne tueras pas “ ou „ tu rendras le bien pour le mal “, avec les tirs de nos régiments sur les civils qui fuient et les exécutions de prisonniers ? “

Publicsenat.fr / Féminisme / Extension du domaine de la lutte / Florence Montreynaud / Video / Internet:

« -Vous êtes pour les Femen !? »

« Pour ! Parce qu’elles ont inventé quelque chose, et c’est très rare les inventrices, elles ont inventé une nouvelle signification du sein. Nous vivons depuis des siècles sous une représentation binaire du sein, c’est-à-dire : érotique ou nourricier. Et on est coincé, là, on a oublié, mais pourtant au sénat, j’ai vu, tout-à-l’heure, la reproduction du tableau de Delacroix, La Liberté guidant le Peuple a le sein nu. Et bien, c’est un sein politique. Les Femen ont inventé le sein politique. C’est la première fois dans l’histoire, au moins l’histoire récente, ici, en Occident, qu’on voit un sein qui a une fonction politique. Parce que l’oeil est attiré par le sein, et voit tout de suite, au-dessous, le slogan… alors, à condition de n’être pas aveugle… et tout-à-l’heure, qu’est-ce qu’on a lu : Dieu est une femme ! (…)

*************************************

« Dieu est une femme ! »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 21, 2017

Gergovie: une victoire ?

Gergovie : une victoire ?

Grüß Gott !

Les soldats romains, malentendants ou désobéissants, tentent d’assiéger un oppidum gaulois.

MuseoParc / Alesia / Alise-Sainte-Reine / Bourgogne / France:

„ Après sa victoire à Gergovie et le ralliement des Eduens, Vercingétorix menace la province établie par Rome dans le sud de la Gaule et affame l’armée romaine. “ (…)

„ En juillet 1940, alors que l’Allemagne nazie occupe la moitié de la France, la Nation rend hommage à Vercingétorix au pied de sa statue sur la place de Jaude à Clermond-Ferrand. Cette cérémonie résume l’utilisation de l’image du vainqueur de César à Gergovie par le régime de Vichy et par la Résistance : les uns insistent sur le symbole de l’unité derrière le chef ; les autres sur la résitance à l’envahisseur. “ (…)

Wikipedia.org / Le siège de Gergovie / Internet:

« Le siège de Gergovie, en −52, est une des batailles principales de la Guerre des Gaules. Elle vit les forces gauloises rassemblées sous la conduite de Vercingétorix repousser victorieusement les assauts des légions romaines de Jules César, qui assiégeaient l’oppidum de Gergovie, à proximité de la cité arverne de Nemossos (peut-être l’actuelle Clermont-Ferrand, sans certitude) ».

Dailymotion.com / Le débat / Alésia: la bataille continue / Franck Ferrand / Video / 20.11.2010 / Internet:

« Gergovie est une victoire gauloise, alors vous imaginez ! Une victoire qu’il faudrait relativiser, mais enfin, qui est objective, incontestable. César perd dans cette affaire l’alliance des Eduens ! C’est fondamental, parce que, en fait, ça représente une grande part de sa cavalerie, donc, c’est essentiel pour lui… »

Dailymotion.com / La dernière bataille de Gergovie / Le documentaire / Vidéo / Internet:

„ Par une attaque nocturne, César s’en empare et installe deux légions chargées de construire le petit camp. “

„ Face à son camp, à quelques centaines de mètres, 80.000 Gaulois sont massés sur les pentes de l’oppidum. “

„ L’élan des Romains les mène jusqu’au mur de Gergovie. Mais ils sont contenus par des troupes gauloises de plus en plus nombreuses qui convergent vers le lieu de la bataille. Face à cette situation, les alliés gaulois de César changent de camp. César est alors contraint d’ordonner le repli de ses troupes vers la plaine. 700 légionnaires et 46 centurions ont péri dans la bataille. La victoire de Vercingétorix est au bout. “

La guerre des Gaules / Jules César / Etudes anciennes / 1926:

„ Comme il avait atteint le but qu’il s’était proposé, César ordonna de sonner la retraite, et ayant harangué la dixième légion, avec laquelle il était, il lui fit faire halte. Les autres légions n’entendirent pas la trompette, parce qu’elles étaient au-delà d’un ravin assez large ; pourtant les tribuns et les légats, suivant les instructions de César, s’efforcèrent de les retenir. Mais les soldats, exaltés par l’espoir d’une prompte victoire, par le spectacle de l’ennemi en fuite, par le souvenir de précédents succès, pensaient qu’il n’y avait d’entreprise si ardue, que leur valeur ne put mener à bien, et ils ne cessèrent la poursuite qu’une fois arrivés près des murs et des portes de la cité. (…)

„ Lucius Fabius, centurion de la huitième légion, avait – c’était connu – déclaré ce jour-là, au milieu de ses hommes que les récompenses de la journée d’Avaricum le remplissaient d’ardeur et qu’il ne souffrirait pas que personne escaladât le mur avant lui ; il prit avec lui trois de ses soldats… “ (…)

„ Le lendemain, César, ayant assemblé ses troupes, leur reprocha leur manque de réflexion et de sang-froid ; ils avaient décidé d’eux-mêmes jusqu’où ils devaient aller et ce qu’ils devaient faire, ils ne s’étaient pas arrêtés quand on avait sonné la retraite, et les tribuns, les légats même n’avaient pu les retenir. Il leur expliqua de quelle importance était le désavantage de la position… “ (…)

„ Autant il admirait l’héroïsme d’hommes que n’avaient arrêtés ni les fortifications du camp ennemi, ni la hauteur de la montagne, ni le mur de la ville, autant il réprouvait leur indiscipline et leur présomption, qui leur avaient fait croire qu’ils étaient plus capables, que leur général d’avoir une opinion sur les conditions de la victoire et sur l’issue d’une action. “ (…)

Google.com / Corent, vraie bataille de Gergovie / L’attaque et la défaite / Internet:

„ C’est alors que, du puy de Monton où il observe la bataille, César voit que ces Gaulois, qui consolidaient les murs sud et ouest, ont été alertés par les cris des habitants de Gergovia et refluent en masse vers le lieu de l’attaque. Comprenant que les légionnaires vont être coincés entre les deux murs d’enceinte de Gergovia et submergés par l’ennemi, il fait aussitôt sonner la retraite par ses trompettes. Mais la vallée de la Veyre est large, sujette au vent d’ouest, et les légionnaires n’entendent pas le signal venant du nord. “ (…)

„ Entre les murs de Gergovia, 700 soldats et une cinquantaine d’officiers sont massacrés sur place. Le reste dévale en désordre vers la plaine et se réfugie au Grand Camp, sous la protection de la 10ème légion descendue à la rescousse dans la vallée, depuis le Puy de Monton. Fin de la “grande bataille” de Gergovie.“

„ Mais, 21 siècles plus tard, le nom de Gergovie est connu dans le monde entier. Chez nous, c’est le symbole de la résistance aux oppressions étrangères. Ailleurs, c’est matière à enseignement dans les écoles militaires.“

„ En 1759, en reproduisant la manœuvre de César, le général anglais Wolfe prit Québec, après la bataille des plaines d’Abraham et la mort de Montcalm, et nous perdîmes le Canada.“

„ Aujourd’hui, l’une des plus influentes conseillères en stratégie du président américain Obama et de l’ex-commandant des Alliés en Afghanistan, le général Mc Chrystal, est une historienne, Kimberly Kagan. Elle préside à Washington l’Institut pour l’étude de la Guerre. En 2006, l’un de ses premiers livres, ” The eye of command “, eut un très grand succès. Un chapitre entier y est consacré à tenter d’expliquer la stratégie de César à Gergovie (malheureusement en se fondant sur le site “officiel”). Cela en dit long sur la fascination que continue d’exercer la bataille …“

The eye of command / Kimberly Kagan / University of Michigan / 2006:

„ Soldiers do not necessarily act obediently and en masse but instead may act desobediently, mistakenly, or inefficiently in such a way that they have a disproportionate, unforeseen, and unintended impact on the course of battle. “

„ Clausewitz’s concept of friction corresponds extremely well in Ceasar’s explanation of the event of Gergovia. Caesar’s plan went awry when his soldiers as a whole failed to hear his signal, disregarded their previous orders regarding their mission. (…)

„ The centurion Lucius Fabius and his three comrades contribute greatly to the failure of Caesar’s plan by leading the charge onto the oppidum wall and ultimately thereby calling the Romans’ presence to the attention of the Gallic army, which countered the Roman attack.“

*******************************

« Une victoire qu’il faudrait relativiser »

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 16, 2017

1940-1944: French repatriation

1940-1944 : French repatriation

Grüß Gott !

French refugees, stranded in Great-Britain, after the big deroute, preferred to return home.

The forgotten French / Exiles in the British Isles / 1940-1944 / Nicholas Atkin / MUP / 2003:

« To the general’s disgust and frustration, several prominent intellectuals who had arrived in London at the same time as himself were soon repacking their bags, destined for the safer shores of North America. It was with some justification that Elizabeth de Miribel acerbically observed, ‘In June 1940 London was not a town where you arrived, but one from which you left. Likewise, Ronald Tree, one of Churchill’s close associates, recalls how, in the wake of the fall of Sedan, London University’s Senate House, the wartime home of the Ministry of Information, was deluged with prominent French figures, all desirous to secure passage to New York. » (…)

„ Apart from General de Gaulle and his supporters, who have generated what one historian has described as an ‘intimidating’ literature, those French exiles who sheltered in Britain during the ‘dark years’ of 1940-44 have largely been forgotten by historians. Why this neglect ? Part of the answer lies in the fact that the French in wartime Britain constituted a small, self-contained community, or rather communities, who left few traces of their existence, and who were all too eager to return to France, some seeking repatriation while the Germans still occupied their lands. » (…)

« Some 30,000 French expatriates were located in Washington and New York alone ; London could boast no more than 7,000 colons. Given these numbers, it was inevitable that the American French communities took a keen interest in what was happening to their compatriots over the Atlantic. As de Miribel remarked, the safety of American shores ensured that their numbers were further swelled by many prominent politicians and artists. While George Bernanos, the Catholic author, and Charles Corbin, the former ambassador to Britain, headed for South America, such luminaries as Henri Bernstein, Camille Chautemps, Jules Romains, André Maurois, Claude Lévi-Strauss, Jean Monnet and Henry Torrès, father of Tereska, all took up residence in New York. » (…)

« It is, though, de Gaulle himself, the supreme myth-maker, who ensured that all French expatriates in Britain were identified with his cause. » (…)

« Refugees could never escape the fact that they had been forced to flee their homes, and had been pushed towards the Channel. Most had come to Britain not out of design – out of a wish to fight on, whether with de Gaulle or the British – but by chance, without money, friends and English contacts. So it is that an initial chapter examines the ‘misfortune’ of exile, the pitiful story of the 3,500 French refugees whose lives were dominated by hardship, sorrow and alienation. The ensuing chapter investigates ‘the conflict of exile’: the experiences of those soldiers and sailors who were marooned in Britain at the time of the Armistice and Mers-el-Kébir. These comprised some 2,500 wounded soldiers, convalescing at Crystal Palace and White City, approximately 100 merchant seamen, also at Crystal Palace, and some 6,500 sailors billeted in makeshift barracks-cum-detention centres, located well away from London, generally in the Midlands and north of the country : Aintree, Haydock, Arrowe Park, Trentham Park, Doddington, Oulton Park and Barmouth. The ‘conflict’ of their exile was whether to fight on, either alongside de Gaulle or the British, or to opt for repatriation.“

„ Most of the French in Britain, with the exception of the colons, were there by chance, not by design, and were not wholly convinced that they should stay. While some were undeniably courageous in their opposition to Vichy and Hitlerism, the majority adopted a variety of positions ; few initially were Gaullist. Only when the war looked truly won did they begin to rally around the general, and even then doubts remained. » (…)

„ How many refugees, especially French, did Britain receive ? This is no easy question to answer. Refugees of all nationalities arrived at different times, at different places in the country ; and were processed in different ways, some being quickly repatriated. In her report of 1947, de l’Hôpital records that on 17 May 1940 alone, WVS canteens fed some 8,500 French refugees at a cost of £100,93, a figure repeated in older histories, although the forgotten French as we shall see detailed breakdowns, collated from a variety of sources, suggest for July-August a total French refugee population of about half this size, an indication that many civilians were immediately returned to their homeland, alongside the majority of French troops rescued at Dunkirk. » (…)

„ There were those who wished to travel in the other direction, and be repatriated to France. Such a sentiment was, in many senses, perfectly understandable. It will also be recalled that this was an extremely delicate subject, especially with the Free French. When Chartier of the Consulate-General asked that information about repatriation be broadcast on the BBC, his request was flatly turned down ; the news was instead to be relayed through French charitable agencies, no doubt pinned on an obscure part of their noticeboards. Moreover, repatriation involved making complicated shipping arrangements, always a hazardous business since the Germans refused to grant a safe passage even to boats flying a neutral ensign. Nonetheless, this prospect of the forgotten French being torpedoed by a U-boat did not prevent some 500 refugees from returning to their homeland in the immediate six months after the Battle of France. Quite who volunteered for repatriation is unclear. While it is likely that this number included troublemakers identified by the British, it also comprised those who simply could not adapt to a new way of life. As we have seen, Britain was a strange land with strange customs, the welcome of officialdom had not exactly been overflowing with charity, few refugees appear to have known the English language, the Blitz was a stark reminder that the war was not over, and there remained the prospect of a German invasion. Yet maybe the greatest attraction of repatriation was the prospect of being reunited with families. Such was the case of a handful of male refugees from Brest and Dunkirk, in the words of Chartier ‘travailleurs sérieux’, who had taken work in British factories and who were contemptuous of their fellow refugees who preferred to live ‘dans l’oisiveté aux frais de la charité publique’. More than anything, he continued, these men were worried about their families. (…)

„ In late January 1941, French Welfare concluded that the most urgent problem it had confronted during the first six months of its existence was not the handling of refugees, but what to do ‘with the considerable number of French soldiers, sailors and merchant seaman in this country who had not immediately expressed their willingness to join General de Gaulle’. These men were, of course, the majority. When, on 18 June 1940, de Gaulle emitted his ‘call to honour’, the response was feeble, a fact acknowledged by even the most unreconstructed of the general’s hagiographers. It has been calculated that, in mid-August 1940, the numbers of Free French, ‘volunteers of the first hour’, in both Britain and across the world, numbered approximately 8,000. “ (…)

„ To read the many histories of the French armed forces during the Second World War is, then, all too often to read the history of the Free French. Little mention is ever made of the sizeable numbers of French sailors and soldiers, over 10,000 in total, stranded in camps in Britain at the time of the defeat, and who largely chose repatriation over enlistment in the Free French or action with the British services.“ (…)

„ The soldiers remaining in Britain were soon to be joined by sailors and merchant seamen. At the time of the Armistice, several French ships had taken refuge in British harbours. As with the Dunkirk evacuees, the mood among these men was not good. In a telephone call with his son David, who was serving with the marines in Portsmouth, Lord Astor learned that ‘discord’ and ‘fighting’ on the ships was commonplace. The younger sailors, worried about their families and economic prospects, were already keen to go back to France.“ (…)

„ Counting the heads of the servicemen who discovered themselves in Britain during the summer of 1940 is fraught with the same kinds of difficulties as assessing the numbers of refugees. Official figures often contradict one another, and are frequently at variance with those cited in such authoritative works as Crémieux-Brilhac’s La France Libre. There are several reasons for this. As we have seen, the majority of men rescued at Dunkirk were quickly returned to France. Of the 141,000 rescued at the start of June, 45,000 remained towards the end of that month. Despite the efficiency with which the evacuations had been conducted, it was difficult keeping tabs on soldiers as they were transported across the country to rejoin the battle. Some degree of repatriation also appears to have been conducted immediately after the Armistice, although this proved increasingly difficult especially when, on 24 July, an E-boat sank the Meknès, transferring some 1,200 men to France, at the cost of 400 lives. It is further apparent that those who rallied to de Gaulle did not do so in one mad rush ; they came in dribs and drabs.“ (…)

„ In August 1940, between 2,000 to 3,000 men were believed to belong to de Gaulle’s army at Aldershot ; and another 300 were thought to be under the command of Admiral Muselier in the Free French Air Force, although several of the officers were flying with the RAF. Figures for the navy were unobtainable as many men were still deciding whether to sail with the British or with Muselier, described as a ‘cad and a blister’ by Rear-Admiral Watkins following a cocktail party in which the Frenchman accused the Royal Navy of stealing his officers. Crémieux-Brilhac suggests that, at this point, the marine counted 3,200 men. In November 1941, we know that the Free French Navy comprised 287 officers and 3,839 ratings ; 20 officers were sailing with the Royal Navy, along with 408 men. By any reckoning, it was a pitiful number. When, on 14 July 1940, de Gaulle marched his troops past the Cenotaph and the statue of General Foch in Grosvenor Gardens, provoking such headlines as ‘France Celebrates Liberty. In London Only’, the British public had witnessed almost the entire strength of the general’s fighting men. As Crémieux-Brilhac reminds us, the Czechs, Polish and Norwegian exiled forces were almost as impressive in numbers as the French. As Mollie Panter-Downes observed, the fact that de Gaulle’s men were housed at Olympia, a building associated in most Londoners’ minds with Christmas circuses and the Ideal Home Exhibition, did not help the cause. “

„ Charles Ingold, a fighter pilot and a early recruit for the Free French, noted in his diary how, at Arrowe Park, all the men were in a hurry to return home as they considered the war lost. Even de Gaulle himself could not hide his frustration. In his memoirs, he recalls how, on 29 June 1940, he visited Trentham Park where he rallied : The forgotten French a large part of the two battalions of the 13th Half Brigade of the Foreign Legion, with their leader, Lieut-Col. Magrin-Veneret, known as Monclar, and his number two, Captain Koenig, two hundred Chausseurs Alpins, two-thirds of a tank company, some elements of gunners, engineers and signals, and several staff and administrative officers, including Commandant de Conchard and Captains Dewarin and Tissier. The next day at Aintree and Haydock Park, he had less luck, being turned away by the British authorities in Liverpool, lest he provoked disorder. Arrowe Park, visited a few days later, proved more rewarding, yet indifference and hostility were still the overwhelming responses. White City proved a particular disappointment, given the proximity of de Gaulle’s recruiting bureau at nearby Olympia. Of the 1,600 or so troops that passed through there in the first two months of the camp’s existence, only 152 signed up with de Gaulle, a further 34 with the British army, and another 35 with the Royal Navy. Within the sailors’ camps recruiting moved at a snail’s pace. Although men at Haydock were relatively enthusiastic, by mid-September a mere 100 men a week were volunteering to serve with either de Gaulle or the British, the latter option being the more popular, largely because the pay was better, although those who did choose thus soon became objects of derision on the part of their comrades. It is also worth noting that in the case of those few eager to enlist, enrolment with the British Army offered a much quicker return to action than would be had by joining the Free French. Whatever the reasons, recruitment soon tailed off. When it was learned that a majority of the soldiers at White City, and men in other camps, had plumped for repatriation, and that some vessels had already sailed for France, ‘recruiting dropped badly, as the predominant desire of all these men is to return to their families in France’. “ (…)

„ It is known that from November onwards the steamers Canada, Djenne, Winnipeg and Massilia, the famous vessel that had carried a small number of parliamentarians from Bordeaux to North Africa, were kept busy ferrying men back to France. By Christmas 1940, 6,574 officers and men had been repatriated, and the French camps were closed down. “

„ The overwhelming majority of French servicemen stranded in Britain at the time of the Armistice and Mers-el-Kébir always wanted to return home, regardless of the discomforts that awaited them on their arrival, and it is not difficult to ascertain why. “

*********************************

„ and who largely chose repatriation over enlistment. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 12, 2017

Neuvy-Saint-Sépulchre: reliquaillerie

Neuvy-Saint-Sépulchre : reliquaillerie

Grüß Gott !

Un reste supposé, d’un être mystérieux, dans un lieu reculé, attire des curieux.

Wikipedia.org / Neuvy-Saint-Sepulchre / Internet:

« Neuvy-Saint-Sépulchre est une commune française située dans le département de l’Indre, en région Centre-Val de Loire. »

« Manifestations culturelles et festivités : Lundi de Pâques, procession des reliques du Précieux Sang. »

Croyances et légendes du centre de la France / Laisnel de la Salle / Tome premier-tome second / Paris / 1875:

„ Le Précieux sang, à Neuvy-Saint-Sepulchre, arrête le saignement du nez et la dysentrie.“

„ Il est arrivé qu’en la présente année 1639, le ciel faisant paroitre son indignation contre la terre par les persécutions des maladies de dissentrie, flux de sang et autres, dont le ravage estoit aussi général que périlleux pour ceux qui en estoient attaquez, le fléau de Dieu s’estant estendu mesme dans ce bourg et paroisse de Neufvic-Saint-Sépulchre, la plus grand’ part des habitants pour appaiser le courroux du ciel, se résolurent, par un mouvent de piété, de recourir au prières du Précieux sang qui repose en l’église Sainct-Jacques dudit Neufvic, et de rendre tous les ans pareils culte et adoration à notre bon Dieu sous l’invocation de son Précieux sang, le dimanche immédiat devant le jour de sainct Fiacre. “

Dailymotion.com / Neuvy-Saint-Sépulchre / Un pèlerinage célébré depuis le Moyen âge / Video / Internet:

« Le pèlerinage du Précieux sang sillone les rues de la ville depuis le Moyen âge, chaque Lundi de Pâques. Les reliques du Christ conservées dans la basilique, un morceau du tombeau et deux gouttes de sang, ont précédé quelques centaines de fidèles emmenés par Mgr Maillard, archevêque de Bourges. »

Riposte-catholique.fr / Pèlerinage du Précieux Sang à Neuvy-Saint-Sépulcre / 2016 / Internet:

„ Chaque lendemain du jour de Pâques, la paroisse de Neuvy-Saint-Sépulchre vit un temps de méditation et de fête qui prolonge, dans la joie, la Semaine Sainte.“

„ Cette année, le pèlerinage se déroulera le 28 mars prochain et sera présidé par frère Serge Jaunet, venu d’Orléans pour l’occasion.“

„ Les Chevaliers du Saint Sépulchre, dont la mission actuelle est d’aider les chrétiens de Palestine, seront également présents.“ (…)

” A 10h30, le cortège partira de la Basilique et sillonnera les rues du bourg dans une démarche pénitentielle. Les membres de la Confrérie porteront les reliques du Précieux-Sang du Christ, les enfants les instruments de la Passion. Puis l’Évangile de la Résurrection sera proclamé sur la place du champ de foire, suivi de l’homélie. La deuxième partie de la messe (l’Eucharistie) se déroulera dans la Basilique, suivie de la vénération de la relique du Précieux-Sang.” (…)

„ En 1257, le cardinal Eudes de Châteauroux [vers 1190-1273] donne des reliques, un fragment du Sépulcre et trois gouttes du Précieux Sang, recueillies le jour de la Passion sur le Calvaire, en la forme de deux larmes coagulées. Le cardinal Eudes, évêque de Tusculum, les avaient rapportées de Terre Sainte où, pendant six ans, il avait exercé les fonctions de légat du Pape pour la première croisade de saint Louis. C’est ainsi qu’en 1257, il en fit don à Neuvy, son pays natal. Ces reliques sont placées dans le caveau-reliquaire, hélas détruit en 1806.“

« En 1621, Mgr André Frémiot, archevêque de Bourges, institua une confrérie du Précieux-Sang approuvée, deux ans plus tard, par le pape Grégoire XV. »

Pelerinagesdefrance.fr / Précieux Sang / Neuvy-Saint-Sépulchre / 2016 / Internet:

„ Réciter le chapelet du Précieux Sang de Jésus-Christ “

„ Pour commencer à prier le chapelet du Précieux Sang, on prend les 6 groupes de 5 grains. Chacun de ces groupes permet la méditation sur l’un des six premiers Mystères. Ensuite, on énonce le Mystère médité puis on récite 5 fois « Notre Père » sur les 5 grains suivis de l’invocation : « O Dieu, vient à mon aide. O Seigneur, dépêchez-vous de m’aider ! » Pour la suite, il faut réciter un « Gloire au Père » suivi de la prière : « Nous vous supplions, Seigneur, aidez vos servants que vous avez rachetés par votre Précieux Sang ! »

„ Lorsque les 6 groupes sont terminés, on médite sur le dernier Mystère, le septième qui est le Coup de Lance sur le groupe de 3 grains restant. On énoncera alors le Mystère à méditer puis on récitera 3 fois « Notre Père » sur les 3 grains suivi de l’invocation : « O Dieu, viens à mon aide. O Seigneur, dépêchez-vous de m’aider ! ». On récitera ensuite un « Gloire au Père » suivi de la prière : « Nous vous supplions, Seigneur, aidez vos servants que vous avez rachetés par Votre Précieux Sang ! »

” Pour conclure la prière du chapelet du Précieux Sang, on termine avec la prière : « Père Eternel, je Vous offre le plus Précieux Sang de Jésus-Christ en réparation de mes péchés, pour les besoins de la sainte Église et pour le soulagement des âmes du purgatoire ». (…)

Lanouvellerepublique.fr / Le Précieux sang retrouve des couleurs / Neuvy-Saint-Sepulchre / 2016 / Internet:

« Des couleurs originelles, ancrées dans les souvenirs de tous les Neuviciens, même s’ils ne se souviennent pas de la date du premier pèlerinage. « Mes parents y venaient enfants, mentionne Maurice. Tout ce qu’on sait, c’est que ça fait très longtemps. »

« La basilique, copie du Saint-Sépulcre de Jérusalem, renferme deux gouttes du sang du Christ. Une relique, objet de vénération, depuis sept cents ans. Lors du pèlerinage du Précieux Sang, lundi 28 mars, présidé par le père Serge Jaumet d’Orléans, les pèlerins pourront découvrir le nouvel ensemble décoratif, dans les rues de Neuvy. Dans les pas de la procession, en présence des chevaliers du Saint-Sépulchre, les Saintes reliques sont portées par les membres de la Confrérie du Précieux Sang et les instruments de la Passion par les enfants de la ville. »

France3-regions.francetvinfo.fr. / Traditionnel pèlerinage du Précieux Sang / Neuvy-Saint-Sepulchre / Internet:

« Ce lundi de Pâques, à Neuvy-Saint-Sepulchre dans l’Indre, la paroisse célèbre le Précieux Sang. Une tradition qui perdure depuis le XIII ème siècle. Mais quel est donc ce “Précieux Sang” autour duquel se rassemblent les fidèles ? »

„ Cette année, 200 pèlerins se sont rendus à Neuvy-Saint-Sepulchre pour une procession dans les rues du village autour d’une célèbre relique : le  Précieux Sang.“

„ Ce sont quelques gouttes du sang du Christ, récoltées le jour de la passion sur le calvaire et qui ont ensuite été rapportées de Jérusalem, au temps des Croisades, par le cardinal Eudes de Chateauroux.“

„ Du jus de poire au vin pour sauver le sang du Christ. “

«  Un trésor religieux qui aurait pu disparaitre au moment de la Révolution mais c’était sans compter sur l’ingéniosité du prêtre de la paroisse. Ce dernier a en effet subtilisé le sang et l’a remplacé par quelques gouttes de jus de poire au vin. Le reliquaire a été détruit, mais les reliques cachées ont pu réapparaitre au lendemain de la Terreur. »

Youtube.com / Traditionnel Pèlerinage du Précieux Sang / Neuvy-Saint-Sepulchre / Vidéo / Internet:

„ A peine finie la distribution du chocolat que les cloches reprennent du service. En ce lundi de Pâques, Neuvy-Saint-Sépulchre s’est mis sur son trente-et-un, pour faire cheminer son Précieux sang, une relique contenant le sang du Christ, célébré depuis huit siècles par un pélerinage, un rendez-vous incontournable.“ (…)

„ Ils étaient deux cents à s’être déplacés pour suivre la fameuse relique à travers la ville. Une fréquentation qui se maintient d’année en année. Alors, besoin de spiritualité ou simple curiosité touristique ? Chacun à ses arguments:

„ On n’avait jamais vu le sang de Jésus, donc on voulait voir à quoi ça ressemblait.“

********************************

„ A peine finie la distribution du chocolat que les cloches reprennent du service. “

Claire GRUBE

Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 2, 2017

Résistance: cinéma & reconstitution

Résistance : cinéma & reconstitution

Grüß Gott !

Les cinéastes français, après la Libération, montrent les résistants à l’oeuvre. Objectivement.

Dans le maquis de la forêt de Chateauneuf / ANACR / Haute-Vienne / D’après les mémoires d’André Deleger / Résistants en Limousin / 2010:

„ Un jour, on nous a demandé qui voulait faire du cinéma, les volontaires ne manquaient pas. L’acteur Georges Lannes tournait un film sur la Résistance, il lui fallait des figurants. Tantôt habillés en Allemands, tantôt en maquisards (plus élégants qu’à l’origine), nous dressions des barricades entre Solignac et le Vigen, nous minions le viaduc, ou nous courions dessus au passage du train. Nous investissions les maisons sur la route de l’Aiguille. Notre garde-robe était à la gendarmerie de Solignac, où nous changions d’habits. Le sympathique Pierre Bourrique campait le personnage d’un petit morveux d’officier allemand palot, très passable. “ (…)

Cinearchives.org / Catalogue d’exploitation / R5 / Autour d’un maquis / Paton / Video / Genre fiction / 1945 / Internet:

„ Ce film a été réalisé d’après des événements authentiques avec le concours de combattants F.F.I du maquis limousin dont l’action dans cette seule région de Limoges (dénommé R.5 dans la clandestinité) coûta à l’ennemi 10.000 morts et 23.000 prisonniers et retarda de plusieurs jours les divisions blindées de S.S en marche vers la Normandie. “ (…)

„ Deux hommes se retrouvent à la Libération, dans une ville de la Haute-Vienne. L’un des deux avait pris le maquis, et entreprend le récit de ses années de résistance pour son compagnon. (…)

„ Les reconstitutions filmées qui illustrent le commentaire montrent en effet les résistants à l’œuvre. Elles insistent sur la puissance, l’organisation et l’efficacité de la Résistance dans le Limousin, ainsi que sur l’appui de toute la population (gendarmes, paysans, émissaires féminins à vélo…). Outre des images de sabotages et de parachutages, il est rappelé de ne pas oublier le sacrifice des résistants fusillés par les nazis. Il est également dit que les armes venues de Londres n’étaient « pas trop nombreuses ».“ (…)

„ Jamais nous n’avions eu tant de candidats, il nous en venait de tous les coins, de toutes les espèces, (…) ça n’empêchait pourtant pas nos recrues de nous rejoindre. (…) Désormais, c’est nous qui controllions la région, et c’est nous qui surveillions les routes (…) En bien des endroits, leur circulation était interrompue, leur téléphone aussi. (…) car nous, nous avions nos fils spéciaux (…) nos spécialistes, nos techniciens, nos monteurs (…) c’était nos ordres et nos messages qui passaient sur nos lignes (…) nous avions maintenant nos liaisons, nos routes, nos bataillons. Nous n’attendions plus que nos armes… ” (…)

Cinearchives.org / Dix minutes sur les FFI / André Michel / Video / 1944 / Internet:

„ D’ailleurs, aujourd’hui, tous les meilleurs éléments de la France, chacun selon ses possibilités, travaille pour la Résistance.“

„ La vieille demoiselle des P.T.T, qui transmet les messages, travaille pour la Résistance.“

„ Le paysan qui ravitaille le maquis, travaille pour la Résistance.“

„ La petite fille qui écoute les messages de Londres, travaille pour la Résistance.“

„ Le cheminot qui sabote les voies de communication de l’ennemi, travaille pour la Résistance.“

„ Le terroriste qui détruit les trains de munitions, travaille pour la Résistance.“

„ L’ouvrier qui fait sauter les usines d’armements, travaille pour la Résistance.“

„ Le fonctionnaire qui délivre les tickets d’alimentation aux maquisards, travaille pour la Résistance.“

„ Les gendarmes aussi travaillent pour la résistance, eux qui détournent les voitures indiscrètes des terrains de parachutage.“ (…)

Cineclubdecaen.org / Résistance et occupation / Au coeur de l’orage / Documentaire / Jean-Paul le Chanois / 1948 / Internet:

„ Ce film n’est pas l’exploitation romancée de l’héroïsme et de la mort. Ses éléments ont été tournés : à Paris et dans le Vercors par des opérateurs clandestins ; empruntés aux cinémathèques alliées ; pris dans des documentaires ennemis ; tirés de photographies inédites ; reconstitués dans un souci d’objectivité sans aucun acteur ni figurant professionnel avec le concours de la 14e région militaire.“ (…)

„ Réalisé à partir de séquences filmées dans le maquis du Vercors, c’est le seul film sur la résistance tourné en partie sous l’Occupation. Commencé dès 1944, il ne sortira toutefois qu’en 1948, deux ans après La bataille du rail (René Clément, 1946). “

„ La priorité est de constituer des archives filmées pour témoigner aux générations futures. L’opérateur Frédéric Forestier arrive dans le maquis du Vercors en juin 1944. Il filme les cérémonies, les entraînements et la vie quotidienne (extrait d’images pas retenues dans le film final : scène de maquisards décontractés jouant de la musique). Peu de combats ont été filmés par Forestier, ils seront reconstitués plus tard. Idem pour la proclamation de la république du Vercors. L’accent est mis sur la levée en masse, l’insurrection populaire : scènes d’imprimeries clandestines, de distributions de tracts, d’attentats sont reconstituées. ” (…)

Ina.fr / Résistance cinéma / Bataille du Rail / Actualités françaises / Vidéo / 1946 / Internet:

„Vous connaîtrez le secret qu’abritaient les bureaux des gares, des voies de triage et des dépôts de locomotives, quand les hommes du rail furent entrés dans la plus ténébreuse et la plus immense conspiration de tous les temps.“

„Vous découvrirez ce que fut la lutte contre l’ennemi présent et soupçonneux, de ces hommes qui faisaient la guerre de leur métier avec ces armes qui étaient les faux horaires, les roues arrêtées, les rails rompus.“

„ Bataille du Rail, c’est le film qui vous dira sans grandiloquence et sans mensonge ce que fut authentiquement la guerre secrète. “

„ Bataille du Rail, c’est le grand drame des hommes en guerre dans le monde des cheminots. ”

„ Bataille du Rail, une production de la coopérative générale du cinéma français tournée avec l’appui de la SNCF et la collaboration de Résistance-fer et des cheminots de France.“ (…)

„ Bataille du Rail, long métrage sur les cheminots pendant l’occupation allemande qui mêle habilement fiction et documentaire. “

*********************************

„ sans grandiloquence et sans mensonge “

Claire GRUBE

« Newer Posts - Older Posts »

Categories