Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | September 27, 2016

Mururoa: turpitudes françaises

Mururoa : turpitudes françaises

Grüß Gott !

Les militaires français, méprisants et négligents, par des essais nucléaires, irradient les populations polynésiennes.

France5.fr / C dans l’air / Mururoa / Irradiés pour la France / Vidéo / 23-02-2016 / Internet:

« Il y a quelque chose de pas bien qui s’est passé, on le reconnaît, va falloir qu’on fasse quelque chose. » (…)

„ Alors, c’est toujours le problème de la France, je trouve, c’est que, faute d’avoir reconnu à certains moments, où il y a eu notamment, quand il y a eu des essais aériens, où il y a eu des problèmes, à savoir que le nuage n’est pas retombé du bon côté, qu’il y a eu des pollutions, au lieu de le reconnaître à ce moment-là, – alors, c’est vrai que c’était des époques très anciennes où l’Etat avait l’habitude de cacher certains problèmes ou certaines turpitudes… » (…)

« D’abord, je pense qu’il faut donner crédit aux associations, à toutes les associations qui, depuis des années, se battent pour cette reconnaissance de la responsabilité de l’Etat, de l’impacte environnemental et sur la santé publique. Je pense que sans elles, il n’y aurait pas eu ce geste du Président. Ça n’est pas venu tout seul, ça n’est pas venu spontanément. » (…)

« Nous avons été des vilains garçons, et on reconnaît que nous avons pollué, et que nous avons fait des essais nucléaires. »

François Hollande, Papeete, lundi 22 février 2016:

«« – Je reconnais que les essais nucléaires, menés entre 1966 et 1996, en Polynésie française, ont eu un impacte environnemental, provoqués des conséquences sanitaires. Sans la Polynésie française, la France ne se serait pas dotée de l’arme nucléaire, et donc de la force de dissuasion. »»

« Une loi, adoptée en 2010, avait déjà tenté de fixer un cadre légal d’indemnisation pour les victimes, mais sur 1.000 dossiers, seuls 20 ont pour l’instant abouti. »

« Devant les Polynésiens, François Hollande a aussi promis de faire la transparence sur les 193 essais nucléaires menés entre 1966 et 1996. »

« Depuis les essais nucléaires, la Polynésie subit un surnombre de leucémies et de cancers de la thyroïde. Au moins 9.000 malades seraient concernés. »

« Les gens qui meurent, parce qu’il y a des gens qui meurent, parce que, effectivement, on n’a pas fait les choses correctement, c’est clair. On a fait comme on faisait à l’époque, c’est-à-dire pas trop bien, y avait pas le principe de précaution. Y a des gens qui sont morts de ça. (…) »

« La France doit se dire : ces gens-là sont morts pour notre défense, (…) »

« Des habitants d’Outre-Mer qui en subissent encore les conséquences, et qui continueront de les subir, parce qu’il y a quand même un problème, je dirais, dans la projection dans l’avenir, qui doit être soulevé (…) »

« [Pierre Servent] : c’est une époque où on roulait dans des voitures sans ceinture. (…) Ça correspondait à une époque où le niveau de précaution, d’attention à ces questions… »

« Entre incompétence, mésestimation scientifique de bonne foi, mais aussi, ce qui arrive dans la vie militaire, qui est quand même une vie humaine, c’est-à-dire accepter tout simplement qu’il y ait de la casse… qu’on ait pris une décision en sachant qu’on allait irradier des gens, en l’assumant, et en disant : c’est l’indépendance de la France ! »

« Pourquoi, finalement, ça s’est passé aussi en Polynésie française ? Pourquoi ça a été là-bas ? » (…)

« Il y a toujours, quand même, une tendance, en France, d’être un peu indifférent à ce qui se passe dans les Outre-Mer, sur ces questions là, c’est quand… assez une grande indifférence… Donc, on ne sait pas ce qui se passe, on sait pas qui sont ces gens vraiment, on ne s’y intéresse pas beaucoup, on ne les écoute pas beaucoup. »

« Il y a un rapport de force qu’il ne faut pas sous-estimer, entre la population polynésienne, qui vient quand même de relations coloniales à la France, et en face d’un Etat et de l’Armée. On n’est pas à égalité. »

« Vous nous dites quoi ? Je me permets d’utiliser une formule qui est très déplaisante, mais finalement : les Outre-Mer, d’une façon ou d’une autre, nous ont servi de dépotoir ? »

« Oui, le fait qu’on ait pu faire quand même tous ces essais nucléaires, que ce soit en Algérie (…) en Polynésie ( …) Parce que, finalement, on s’est dit : c’est loin, c’est loin de la France. Si on les avait faits dans les Alpes ou dans les Pyrénées, je pense qu’on n’aurait pas fait 190 essais nucléaires, ni aériens, ni souterrains. » (…)

« Ces gens, ces Polynésiens, ont quand même reçu beaucoup d’argent. Et c’est un des enjeux de cette histoire aujourd’hui, parce que la métrople a été assez généreuse pour acheter, d’une certaine manière la paix sociale, la paix politique en Polynésie. Beaucoup d’argent a été déversé » (…)

« Vous pensez qu’on a essayé d’acheter un silence ? »

« Sûr ! »

« Et si les essais nucléaires auront des conséquences irréversibles sur la santé, dans les années 60, c’est surtout la grandeur de la France que le général de Gaulle préfère mettre en avant:

«« – Vous avez parlé du Centre d’Expérimentation du Pacifique… et oui ! Il est vrai que la Polynésie a bien voulu être le siège de cette grande organisation destinée à donner à la puissance française le caractère de la dissuasion qui peut, qui doit, à tous, dans un monde dangereux, nous assurer la paix. »»

« Et pour maintenir sa force de dissuasion, la France ne lésine pas dans les eaux du Pacifique. En tout, 193 tirs auront lieu depuis les atolls de Mururoa et Fangatoufa. 46 tirs auront lieu dans l’atmosphère, 147 dans des puits souterrains. » (…)

« On peut évidemment dire que la population dans la France hexagonale n’a jamais été consultée. Donc, on peut voir effectivement que l’Etat français ne consulte jamais ses citoyens pour des choses importantes. Bon, on peut prendre ça comme fait. La relation quand même aux Outre-Mer est une relation historiquement basée sur autre chose qu’avec les citoyens du Limousin ou de l’Ardèche (…) ça s’appelle des relations coloniales (…) pas démocratique. »

« Alors, aujourd’hui, on découvre que les Polynésiens vont être malades pour des générations (…) il y a eu silence et censure » (…)

« C’est le choix du peuple français, dans sa majorité (…) le peuple français a approuvé cette politique, massivement (…) Il y a consensus, donc le peuple français l’approuve. » (…)

Leparisien.fr / Mururoa / Juppé reconnaît que les essais nucléaires en Polynésie n’ont pas été « propres » / Internet:

„ Alain Juppé a reconnu devant les associations anti-nucléaires, mercredi à Papeete, que les expérimentations atomiques menées entre 1966 et 1996 en Polynésie française avaient eu un «impact» environnemental et sanitaire, même si l’Etat a affirmé le contraire pendant plusieurs décennies. “

« Il faut reconnaître que l’affirmation répétée pendant des années et des années selon laquelle les essais nucléaires ici étaient des essais propres était fausse», a-t-il déclaré après cette rencontre avec une quarantaine de vétérans du Centre d’Expérimentations du Pacifique. »

« Ces essais ont eu ont un impact et ont toujours un impact sur l’environnement qui est préoccupant ; ils ont eu aussi un effet sur la santé des populations», a poursuivi l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, qui avait repris une série d’expérimentations nucléaires à Moruroa en 1995, suscitant des émeutes à Papeete. Il dit cependant «assumer» la décision prise à cette époque. »

*********************************

« Turpitude : action ignoble ou honteuse »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: