Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | November 4, 2015

Marie Bell: résistante

Marie Bell : résistante

Grüß Gott !

Marie est une comédienne française qui, pendant l’Occupation, joue un rôle courageux dans la résistance.

Le mouvement féministe / 16 décembre 1944 / Genève / N° 675 / Express / Neuchatel / Robert Vaucher / Internet:

„ Mais ce qui vient de rendre populaire le droit de vote féminin, c’est que son octroi est la récompense de la magnifique attitude des Françaises dans la lutte pour la libération du pays. Ce droit, elles l’ont bien gagné et c’est pourquoi elles y tiennent aujourd’hui. Et dans cette France pour laquelle elles ont souvent risqué leur vie dans la clandestinité, elles veulent, maintenant qu’elle est libérée, pouvoir continuer à y faire progresser les idées pour lesquelles elles se sont battues.“

„ Et dès aujourd’hui elles se préparent à remplir leurs nouveaux devoirs de citoyennes. Des réunions d’information ont lieu. Au palais de la Mutualité, à Paris, plus de trois mille femmes ont écouté des oratrices, qui militèrent dans la clandestinité, leur exposer leur orgueil de participer au prochain vote et leur dire leur fierté du devoir accompli dans la Résistance. Et c’est Marie Bell, sociétaire de la Comédie-Française, qui fut héroïque aux jours tragiques d’août, qui, pour la première fois, prononça un discours politique. Elle le fit avec « un trac » tel qu’elle n’en connut jamais sur la scène du Français. »

Wikipedia.org / Marie Bell / Internet:

« Elle a été décorée de la Légion d’honneur par le Président Charles de Gaulle pour son rôle courageux dans la Résistance française. »

Cinememorial.com / Marie Bell / Redecouvrez vos acteurs favoris / Internet:

« Directrice et actrice de théâtres, elle trouve encore le temps d’aider la résistance sous l’Occupation qui lui valut la légion d’honneur. »

Tribunejuive.info / Au nom de l’art / Réseaux d’artistes et solidarité / Internet:

« L’actrice Marie Bell protège plusieurs artistes juifs de 1941 à 1944. »

Aassdn.org / Marie Bell / Une grande française / Paul Paillole / Octobre 2015 / Internet:

„ Nul n’a dit et c’est dommage, que la rosette de la Légion d’Honneur dont elle était si fière témoignait de ses mérites culturels, certes, mais aussi de ses qualités civiques et des services qu’elle avait rendus à la France de 1935 à 1945, tout particulièrement pendant l’Occupation.“

„ C’est Schlesser, alors chef de la section allemande de notre S.R. qui avait eu l’idée d’utiliser les comédiens français à l’occasion de leurs déplacements à l’étranger. Il en fut ainsi de Marie Bell.“

„ Peu après mon arrivée au 2 bis, Schlesser me l’avait présentée. Elle revenait de Berlin où elle avait eu l’habileté de nouer des contacts avec Goering, féru de théâtre et Goebbels séduit par son charme et sa beauté.“

„ Depuis cette époque, je peux affirmer qu’Elisabeth (c’était le pseudo que lui avait donné Schlesser) n’a jamais manqué une occasion de nous être utile.“

«  De 1940 à 1944 par l’intermédiaire de Blémant, de Jean Osvald, de son frère Raoul (auxiliaire du Général Bloch-Dassaut), elle assurait certaines de nos liaisons T.R., notamment avec le Colonel Gerard-Dubot à Paris, renseignait nos amis sur les activités de l’occupant, spécialement sur ses organismes de propagande, hébergeait chez elle des patriotes menacés. »

Libération.fr / Août 1944 / La liberté guidant Paris / Internet:

« Nulle part, on ne prend son rôle de résistant plus sérieusement qu’au théâtre. Plus exactement à la Comédie-Française, dont les acteurs et les actrices, persuadés de jouer la pièce de leur vie, ont quitté la scène pour la rue. Marie Bell, Mony Dalmès, Lise Delamare ont décroché les costumes du répertoire pour se fabriquer des tenues d’infirmières. Parmi les brancardiers, elles croisent un petit homme aux lunettes rondes et au regard louche, venu prêter main-forte. Il prendra la garde de nuit pour pouvoir écrire. Il s’appelle Jean-Paul Sartre. »

Celine / Correspondances / Lettres à Marie Bell / Jean Paul Louis / Editions du Lérot / 1991:

„ Marie Bell, actrice célèbre, avait mené pendant l’Occupation une vie professionnelle et mondaine très active, comme la plupart des gens en vue de l’époque, comme Cocteau par exemple dont il sera question ici, et toutes opinions confondues. Les témoignages et les études sur la ” vie parisienne ” entre 1940 et 1944 sont trop nombreux et concordants pour qu’on insiste sur ce point. La Comédie-Française, où Marie Bell avait débuté en 1921, et où elle connaîtra ses plus grands succès, continuera à assurer ses spectacles pendant toute la période, sous l’administration de Jean-Louis Vaudoyer. Une tournée a lieu à Vichy en mars 1942. L’actrice réduira sensiblement son activité cinématographique, ce qui peut s’expliquer par les difficultés de tournage à l’époque ; il faut tout de même signaler que les deux films où elle a joué n’ont pas été produits par la Continental.“

„ Autre côté du décor : elle acceptera une invitation à l’Ambassade d’Allemagne en mars 1941, en présence de de Brinon, Corinne Luchaire, Sacha Guitry et le gratin mondain d’alors. Ce qui fait écrire à Céline (en plaisantant tout de même) ce ragot de deuxième main à Henri Mahé : ” Il ressort que c’est Mme Abetz (et Marie Bell) qui fait la politique et la dirige avec Tinou et Mlle Luchaire ” (La Brinquebale avec Céline, p. 195. ” Tinou “est Antoinette Le Vigan). Ce ne doit pas être la seule fois où Marie Bell, comme bien d’autres, s’est trouvée en présence d’officiels ou d’officiers allemands. La Comédie-Française était un de ces lieux très prisés par les Occupants, un mythe bien en chair de la “culture française”, et d’agréable compagnie.“

„ Cette collection de petits faits, qu’on peut étendre à l’infini, vérité ou pure invention, est sans grande signification, et leur interprétation n’est pas nécessaire ici. C’est au dénouement seulement que se joue le destin des uns et des autres, et les traces en resteront profondes dans l’histoire de chacun : alors que Céline menacé de mort s’est enfui vers l’Allemagne, la Comédie-Française s’auto-purifie des miasmes nostalgiques de l’Occupation par un simulacre de “résistance” dans les derniers jours d’août 1944, et Marie Bell devient l’un des cinq membres d’une “commission d’épuration” conduite par Pierre Dux, nommé administrateur général provisoire. Les sanctions prises par cette commission seront très modérées : on a lavé son linge en famille. Maurice Escande, dont il sera question plus loin, et qui s’est trouvé un moment menacé, n’en deviendra pas moins plus tard doyen, puis administrateur de la Comédie Française.“ (…)

« Pendant l’occupation, elle ne joue que dans deux films, non produits par la Continental : 1941 Vie privée (avec le Vigan) et 1943 Le Colonel Chabert (sortie le 1er décembre 1943) »

« Mars 1941 : se rend à une invitation de l’Ambassade d’Allemagne. »

« Mars 1942 : tournée à Vichy de la Comédie-Française » (…)

« 1943 : première de Renaud et Armide, de Jean Cocteau, le 14 avril, Marie Bell dans le rôle titre. »

« 3 décembre 1943 : Le Soulier de Satin, de Claudel, avec Jean Chevrier (mise en scène Barrault).

« 1944. Selon Le Populaire du 6 septembre, Marie Bell fait partie de la commission d’épuration de la Comédie-Française. Les actes de résistance d’une partie du personnel de la Comédie-Française semblent avoir commencé le 25 août 1944, avec la transformation d’une voiture allemande en ambulance, et l’installation d’un poste de secours dans ses locaux. »

*********************************

« un simulacre de “résistance” »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: