Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | October 25, 2015

Simone de Beauvoir: l’homme

Simone de Beauvoir : l’homme

Grüß Gott !

Simone cache sa vraie nature, dit qu’on ne naît pas femme, mais qu’on le devient. Puis se conduit très mal.

Michel Onfray / Les consciences réfractaires / Contre-histoire de la philosophie 9 / Grasset / 2013:

„ Beauvoir n’a jamais eu de relations sexuelles avec des femmes – faux : elle a pratiqué dès son plus jeune âge, et jusqu’à sa fin, un lesbianisme dissimulé avec constance.“

„ Une Simone de Beauvoir cachant que sa véritable nature était plutôt homosexuelle et qui fut ce qu’on pourrait appeler dans le language sartien : une lesbienne inauthentique.“ (…)

„ A cette époque, troublée par la foi, hantée par la question de Dieu, Beauvoir refuse la sensualité et la sexualité en dehors d’un amour authentique, elle a peur des hommes, se sent attirée physiquement par les femmes.“

„ Autobiograplie du Deuxième Sexe. (…) enfin; un matériau dispersé, mais suffisamment clair, pour un portrait de Simone de Beauvoir en lesbienne inauthentique – pour le dire dans le vocabulaire sartrien.“

„ Le lesbianisme présenté comme une configuration libidinale qui exacerbe les scènes de ménage – et la relation orageuse avec sa jeune élève Nathalie Sorokine à l’hôtel du Danemark où l’on entendait „ des cris, des menaces, des bruits de dispute, de paroles qui ne laissaient aucun doute sur la nature des liens unissant ces deux femmes “.

„ L’activation des pulsions homosexuelles avec le vieillissement – Beauvoir vit son dernier quart de siècle avec Sylvie le Bon. “ (…)

„ Simone de Beauvoir fut une lesbienne inauthentique, pour l’exprimer dans le vocabulaire sartrien – une homosexuelle honteuse, pour le dire plus simplement. “

„ Le père de Simone de Beauvoir lui avait dit un jour : „ Tu as un cerveau d’homme “. Elle s’évertuera en effet, sa vie durant, à lui donner raison. “ (…)

„ Beauvoir aura eu toute son existence une double sexualité et il semble qu’au final, elle ait préféré le lesbianisme à l’héterosexualité, car le relation sexuelle entre femmes paraît être la seule qui échappe au schéma hégélien brutal de l’intersubjectivité construite sur la volonté de mise à mort.“ (…)

„ Beauvoir écrit toujours les relations entre les sexes sous le signe de la violence, de la brutalité, de la guerre. Seule l’homosexualité féminine échappe à cette logique belliqueuse. “

„ Beauvoir écrit : „ Si l’on invoque la nature, on peut dire que naturellement toute femme est homosexuelle. “

„ Une homosexualité dissimulée. (…) Car, en déni de toute vérité autobiographique, Beauvoir a protesté énergiquement toute son existence qu’elle n’avait jamais eu d’expériences homosexuelles.“

„ En septembre 1982, Alice Schwarzer lui demande : „ Lorsque vous évoquez votre sexualité, il n’est jamais question que d’hommes. Vous n’avez jamais eu de relations amoureuses avec une femme ? “ Réponse de Simone de Beauvoir qui, à cette époque, vit avec Sylvie le Bon : „ Non, jamais. J’ai toujours eu de très grandes amitiés avec les femmes, très tendres, parfois même avec une tendresse caressante. Mais ça n’a jamais éveillé en moi de passion érotique. “

„ Le 7 mars 1986, s’appuyant sur nombre d’épisodes homosexuels dans sa vie, Deirdre Bair aborde franchement la question. Réponse de Beauvoir : „ C’est exact, j’embrasse les femmes sur la bouche. Je les serre contre moi et parfois nous nous caressons les seins. Mais il ne se passe jamais rien plus bas. Sa biographe lui demande ce qui siginfie plus bas : „ Elle m’expliqua, avec bien des circonvolutions, des ambiguïtés, en rougissant beaucoup et en bégayant, que, puisqu’elle affirmait n’avoir aucune activité génitale avec les femmes, personne ne pouvait la qualifier de lesbienne.“ (…)

„ Pour ce que nous savons, excluons Zaza faute de preuves, il y eut Olga Kosakievicz, Bianca Lamblin, Nathalie Sorokine, Natacha Moffat, Sylvie Le Bon, „ et plusieurs autres femmes “, assez, semble-t-il, pour parler du lesbianisme de Simone de Beauvoir.“ (…)

„ Une lesbienne inauthentique. Avec ces seules informations, il paraît clairement avéré : premièrement que Simone de Beauvoir a eu des relations sexuelles avec les femmes pendant toute son existence ; deuxièmement : qu’elle l’a farouchement nié à quiconque l’interrogeait sur ce sujet. Pourquoi ce déni manifeste ? Quelles sont les raisons de cette formidable dénégation chez une femme auréolée d’un succès féministe planétaire après Le Deuxième sexe ? (…) en mentant sur son lesbianisme, Beauvoir engageait l’humanité sur la voie du mensonge, de la fausseté, de l’inauthenticité. “

Simone de Beauvoir / Le deuxième sexe / Ingrid Galster / Champion / Paris / 2004:

„ La lesbienne “

„ Plus difficile à comprendre que l’indigence de ses sources écrites et l’incapacité de Beauvoir à s’appuyer sur sa propre expérience vécue et sur celle de son entourage. Elle a dit à Hélène Wenzel que bien qu’elle ait été proche de Violette Leduc et qu’elle ait connu d’autres lesbiennes, elle n’avait rien mis dans son chapitre qu’elle ait appris d’elles (…) Et que dire des autres femmes, celles qui ne sont pas nommées ? Si, en réalité, elle ne les interroge jamais sur ce sujet, cette réticence est en elle-même déconcertante. “

„ Les Lettres à Sartre et le Journal de guerre publiés de façon posthume sont remplis de récits détaillés de ses relations amoureuses avec Bianca Bienenfeld et Nathalie Sorokine, et il y a des références implicites à une relation antérieure avec Olga Kozakiewicz. “

„ Les Lettres de Beauvoir et son Journal ne permettent pas de lui appliquer l’étiquette de lesbienne. (…) Beauvoir a pris beaucoup de plaisir à sa bisexualité. Il est parfaitement possible qu’elle l’ait considérée comme la forme de sexualité la plus complétement satisfaisante et la plus épanouissante, bien qu’elle ne l’ait jamais dit. “

„ J’avoue que je trouve frustrant de ne pas savoir pourquoi elle a choisi de mentir dans ce cas particulier, elle qui écrivait si ouvertement sur la plupart des aspects de sa vie. “

„ Il est vrai qu’à une autre occasion (lettre du 2 janvier 1948), elle avait informé aussi Algren de ses relations avec ses anciennes élèves:

„ Si j’étais née un homme, peut-être aurais-je été un grand pervers, ça doit sûrement procurer de vifs plaisirs de coucher avec des filles très jeunes et d’être aimé d’elles, mais à la vérité je les aurais vite laissées tomber, car souvent elles sont trop sottes, trop puériles et deviennent vite assommantes. Quand j’étais professeur, elles tombaient fréquemment amoureuses de moi, ce qui ne m’a pas toujours déplu, trois ou quatre fois même je me suis laissé prendre au point d’en arriver à me conduire très mal ; il en a découlé des histoires infinies car si pour moi c’était plaisant, mais sans véritable importance, pour ces filles, au moins pendant un temps, ça en avait une considérable, et je devais les manier avec précaution.“ (…)

Mémoires d’une jeune fille dérangée / Lamblin Bianca / Balland / 1993:

« Nos relations étaient tendres, mais non charnelles. Mon bachot passé, elle me proposa un petit voyage à pied dans le Morvan, sac au dos. (…) C’est au cours de ce voyage que nous avons commencé, encore timidement, à avoir des relations physiques. (…) Le lendemain, dans l’autocar qui nous ramenait à Paris, nous nous tenions tendrement les mains, ce qui paraissait choquer certains voyageurs. »

Vers la féminisation / Alain Soral / Editions Blanche / 2000:

« Le féminisme masculinisant ou le point de vue de Simone de Beauvoir (la flippée) » :

« « Pendant toute son enfance la fillette a été brimée et mutilée… Certes, la puberté transforme le corps de la jeune fille… (mais) les organes féminins sont vulnérables (…) insolites et gênants, les seins sont un fardeau ; dans les exercices violents ils rappellent leur présence, ils frémissent, ils font mal. Dorénavent la force musculaire, l’endurance, l’agilité de la femme sont inférieures à celle de l’homme. Le déséquilibre des sécrétions hormonales crée une instabilité nerveuse et vasomotrice. La crise menstruelle est douloureuse : maux de tête ; courbatures, douleurs de ventre rendent pénibles ou même impossibles les activités normales ; à ces malaises s’ajoutent souvent des troubles psychiques… ces troubles… font du corps une écran qui s’interpose entre la femme et le monde, un brouillard brûlant qui pèse sur elle, l’étouffe… Oppressée, submergée elle devient étrangère à elle-même… » ».

« Cette description apocalyptique (qui court ainsi sur des dizaines de pages) révèle à l’évidence le point de vue d’une adolescente proche de l’anorexie mentale (et conséquemment du saphisme.) »

**********************************

„ Une lesbienne inauthentique “

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: