Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | September 20, 2015

Neuilly-sous-Clermont: V1

Neuilly-sous-Clermont : V1

Grüß Gott !

Des bombes volantes, s’envolent menaçantes, de rampes de lancement, vers le firmament.

La force de l’âge / Simone de Beauvoir / Gallimard / 1960:

« Puis, nous nous rendimes, en train et à bicyclette, à Neuilly-sous-Clermont et nous primes pension dans l’auberge-épicerie du village : il serait facile d’en revenir lorsque les événements se précipiteraient. Nous y restâmes environ trois semaines. Nous travaillions, nous déjeunions, nous dînions dans la salle publique où les gens du pays jouaient aux cartes, au billard et se querellaient. L’après-midi, nous suivions les ruelles bordées de pieds-d’alouette, nous montions sur le plateau où ondulaient les blés murs; souvent, j’écrivais dehors, assise au pied d’un arbre. Des avions anglais attaquaient sur la route des convois allemands et, plus d’une fois, j’entendis tout près de moi le bruit des mitrailleuses. Le soir, vers dix heures, des V1 sifflaient au-dessus de la maison, nous apercevions quelque chose de rouge dans le ciel ; chaque fois, je me demandais : Atteindra-t-il Londres ? Y aura-t-il des morts ? »

La force des choses / Simone de Beauvoir / Gallimard / Tome 1 / 1972:

« Ces rencontres me révélaient une histoire qui était la mienne et que je n’avais pas connue. Aron nous décrivit en détails les bombardements de Londres, le sang-froid des Anglais, leur endurance ; les V1, qu’à Neuilly-sous-Clermont j’avais vus passer, rouges dans le ciel noir, là-bas c’était un invisible sifflement, une explosion, des morts. »

Arme du désespoir / V1 / Histoire de l’Aviation n° 29 / Yannick Delefosse / Editions Lela Presse / 2011:

« Saint-Leu-d’Esserent subira de nombreuses attaques dont une par bombes Tallboy qui ne parviendront pas à percer les 30 m de recouvrement ni même ébranler sérieusement le système de galeries. Tout juste peut-on leur imputer une partie des effondrements de l’immédiat après-guerre, encore que les destructions allemandes soient préalablement passés. En effet, après avoir approvisionner pratiquement sans failles les sites de tir jusqu’à la fin du mois de juin, Saint-Leu- d’Esserent va subir une série d’attaques aériennes qui entraveront les approvisionnements sans jamais véritablement les arrêter. »

Cramoisy.org. / Cramoisy à la carte / Histoire / Picardie / Oise / Internet:

« Du 17 mars à la mi-août 1944, Cramoisy a été épargné par au moins 18 bombardements destinés aux galeries souterraines des carrières de montages des V1 de Saint Leu D’esserent et celles de Saint-Maximin où étaient entreposés différents matériaux militaires des allemands. » (…)

« Le dimanche 11 juin, bombardement dès 8h30 ainsi qu’a 15h30, visant les routes de Cires Les Mello, Balagny-sur-Therain, Creil, Montataire, Saint Leu D’Esserent, Cramoisy allant vers Beauvais car celles-ci étaient sillonnées par d’importants convois de véhicules Allemands transportant des carrosseries de V1 se dirigeant vers la base de lancement des côtes de Normandie et du Pas de Calais. »

The Royal Air Force / 1939-1945 / Vol III / Hilary St Georges Saunders / Flying Bombs and Rockets / 1954:

« It was soon to move to Northern France under the command of a Colonel Wachtel, where it was to be known as Flak Regiment 155W. Headquarters, said the agent, would be at Amiens and its duties would be to operate 108 ‘catapults’ situated on an arc between Dunkirk and Abbeville. Other reports indicated that concrete emplacements were being constructed in the Pas de Calais and in the neighbourhood of Cherbourg. They were located at Siracourt and Marquise-Mimoyecques with others at Watten and Wizernes and at Martinvast in the Cherbourg Peninsula. »

„Then, on 28th October, a new report arrived. It spoke of the construction in the middle of the Bois Carré, ten miles north-east of Abbeville, of ‘a concrete platform with a centre axis pointing directly to London’. This information was confirmed by photographs which showed, in addition to a platform about thirty feet long and twelve feet wide, two rectangular buildings and one square, and erections that looked for all the world like a pair of skis or hockey sticks. Here was something very different from the concrete structures at Siracourt and elsewhere – the ‘large sites’, as they had been called. The new discovery was named the ‘ski site’ and within a fortnight twenty-nine more had been found and reports from agents indicated there were some seventy or eighty more in that part of France between Dieppe and Calais. All were between 130 and 140 miles from London.“

Les V1 en Seine-Maritime / Gérard Cadot / Editions Bertout / 2004:

« Les Allemands avaient prévu de construire: 395 rampes de Dunkerque à Cherbourg. 320 seront construites, dont certaines resteront inachevées.

« Les dépots de stockage des V1 »

« Les dépots souterrains: Saint-Leu-d’Esserent dans l’Oise, stock : 4.000 V1 »

Premiers missiles / Les V1 de 1944 / Norbert Dufour / Bertout / 1984:

« Hitler réalise un vieux rêve. Avec ses nouvelles armes secrètes, enfin il va pouvoir anéantir Londres. »

« Dans le Nord, le Pas de Calais, la Somme, la Seine-Maritime et le Cotentin, il ordonne la construction de mystérieuses installations militaires. Sous la forme d’un croissant, ces bases épousent le contour du sud-est de l’Angleterre. »

L’enfer des V1 en Seine-Maritime / Seconde Guerre mondiale / Norbert Dufour / Christian Doré / Editions Bertout / 1993:

« Telle une toile d’araignée, en arc de cercle de Cherbourg à Dunkerque, environ à 30 km des côtes de la Manche, plus de 400 rampes ne tardèrent pas à couvrir le littoral de la Normandie et du Nord de la France. Près de 120 d’entre elles seront localisées en Seine-Maritime. »

Armes secrètes et ouvrages mystérieux / de Dunkerque à Cherbourg / Les V1 et V2 / Myrone N. Cuich / Tourcoing / 1996:

« Bases d’approvisionnement »

« Ces bases qui seront abandonnées par la suite au profit des dépôts dans des cavernes et tunnels tels que : Nucourt près de Magny-en-Vexin, Saint-Leu-d’Esserent en Normandie, Rilly-la-Montagne près de Reims, l’Ile-Adam dans la Seine-Maritime qui était reliés par voie ferrovière et pouvant contenir 2.000 bombes. »

« Les dépots »

« les principaux dépots souterrains sont Nucourt au Sud-Est de Beauvais, (…) et celui de Saint Leu d’Esserent sur les rives de l’Oise. »

« Le transport des dépôts de Nucourt et St Leu d’Esserent vers les sites de lancement se faisait par petits convois de camions qui partaient chaque soir vers les parcs de stockage au Nord de Beauvais où, après déchargement, ils rentraient la nuit. De là les V1 étaient chargés sur d’autres camions spéciaux pour les dépôts avancés (…) »

*********************************************

« les V1, qu’à Neuilly-sous-Clermont j’avais vus passer »

P1060265 (3)

“Carte des zones de lancements et des dépôts”

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: