Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | September 3, 2015

Ligne Maginot: le summum

Ligne Maginot : le summum

Grüß Gott !

La ligne Maginot est un monument de l’architecture militaire, de la haute-technologie, du savoir-faire français.

Youtube.com / La ligne Maginot / Le fort Casso et Simserhof / Video / Internet:

« (…) et son coût s’élevait à 118 millions de francs de l’époque. Aujourd’hui, une telle réalisation dépasserait les 70 millions d’euro. »

La vie économique des Français de 1939 à 1945 / Alfred Sauvy / Flammarion / 1978:

„ Des dépenses considérables furent entreprises pour construire la ligne de fortifications, dite Maginot, et dont plusieurs hommes politiques se disputèrent la paternité, tant elle satisfaisait le besoin éperdu de sécurité d’un peuple las.“ (…)

„ Les yeux dans le béton.“

„ La ligne Maginot, c’est la cause directe de notre défaite de 1940. Par la fausse sécurité qu’elle assurait, elle a endormi les vigilances les plus élémentaires. Digne pendant de la surprotection économique, elle a favorisé tous les relâchements.“

„ Le but véritable de la ligne était de ne pas voir l’Allemagne. Comme l’autruche met ses yeux dans le sable, nos avons enfoui les nôtres dans le béton.“

Youtube.com / 2 000 ans d’histoire / Comprendre la ligne Maginot / Jean-Pascal Soudagne / Audio / Internet:

« Les chefs militaires de l’époque savent qu’il y a un danger outre Rhin, il y a un danger allemand qui subsiste, qui existe, et ils ont besoin de rassurer aussi les Français face à une éventuelle invasion. C’est pour ça que cette ligne, en fin de compte, dans leur esprit, était, je dirais, inévitable quant à sa construction. »

« (…) et le gros blockhaus là, il était avec trois canons de 75 qui balayaient à trois kilomètres. C’est-à-dire que les Allemands, quand ils ont attaqué, ils avaient été déjà arrêté sur la route de Montmedy, là-bas. Et c’est le fort de Fermont qui les avaient bloqué là-bas. A des gens qui disaient, ça vous savez, quand on veut dire que quelque chose n’a rien servi, on dit : « C’est comme la ligne Maginot. » Alors, tout le monde s’est écrié, après la guerre, la ligne Maginot, parce que ça a servi à rien. Peut-être, mais il faut voir quand même, c’est le summum de l’architecture militaire française. » (…)

« Et puis une véritable usine : il y avait une centrale électrique, des centrales électriques. C’était très important, tout fonctionnait à l’électricité… c’était le savoir-faire français, c’était le summum.

D’ailleurs, le mot a été dit dans le reportage, le summum français. Euh, les premières cuisines électriques sont dans la ligne Maginot. Pour l’époque, c’était quand même incroyable. Les tourelles à éclipes qui permettaient de monter à la surface pour arroser l’éventuel ennemi. Tout ça, c’était le savoir-faire français. Donc, on a mis, en fin de compte, tout ce qu’on pouvait comme modernisme de l’époque, comme savoir-faire, pour enfin de compte, une ligne Maginot, je dirais, inattaquable. Une ligne Maginot dont on pouvait être fière, dont les hommes, l’équipage qui allait servir dans ces ouvrages devait être fier, et était fier du reste. »

« Et puis, ils étaient un peu rassurés, il y avait des tas de choses, il y a avait la ventilation, bien sûr, il y avait les réservoirs d’eau, vous avez insisté, je crois qu’elles pouvaient tenir très longtemps, parce que il y avait 20 litres d’eau par défenseur, par jour… tout était fait pour les hommes, je dirais, puissent se battre dans des conditions optimales. »

« Défendus, bien sûr, contre les gaz de combat de l’adversaire, (…)

« Je crois qu’on peut dire, aujourd’hui, que cette ligne Maginot a servi a rien, ou a servi, suivant ce qu’on en pense, mais il faut quand même souligner une chose, c’est qu’on a mis tout ce qu’on pouvait faire à l’époque (…) on a fait tout ce qu’on pouvait, de façon à ce qu’elle puisse servir dans les conditions optimales, de façon à ce que les hommes, s’ils étaient encerclés par l’ennemi, puissent continuer à se battre. Je crois qu’il faut souligner cela, et on le souligne pas vraiment souvent. »

Youtube.com / La ligne Maginot / Emile Choné / Vidéo / Internet:

„18 mai 1940 “

« Imaginez-vous un lieutenant comme moi, (…) commandant ces deux blocs que vous voyez là, enfermés avec 104 ou 107 hommes, peu importe, dans cet ouvrage, et puis attaqués de toutes parts, parce que c’était le premier ouvrage de la ligne Maginot… la trouée de Sedan… les Allemands entrent… et puis, ils sont rapidement submergés, et les troupes d’intervalle se replient les unes après les autres… on essaye de monter au dernier moment une contre-attaque, c’est une contre-attaque solide, menée par le général Lucien que j’ai connu à Saint-Cyr, (…) et cette attaque, il l’a reportée de 48 heures, les lignes téléphoniques ont été coupées pendant 24 heures, on leur a dit : « Ne téléphonez pas avant telle date, c’est remis en état, mais ne téléphonez pas ! »… Le lieutenant Bourguignon, ici, au fond avec ses hommes… et combattants, et les fantassins allemands venant sur les dessus de rail pour attaquer ces entrées, ces créneaux, pour mettre des explosifs sur la tourelle que vous avez vue tout à l’heure, qui a basculée… c’est basculé par des explosifs allemands, et puis un des créneaux d’entrée d’air percé là-bas, … la fumée qui commence à rentrer, les gaz, etc, et tout le monde se replie dans la galerie souterraine, une galerie à 35 mètres sous terre qui relie les deux blocs, et là les gens essayent de survivre… soutient encore un peu … et puis, petit à petit, les deux blocs s’en vont dans la galerie… une galerie, c’est un petit couloir d’un mètre de large où les 105 hommes sont entassés à mort, les uns sur les autres, avec le masque à gaz sur la figure, et qui commencent à étouffer… et de téléphoner… untel, untel, untel,… sont morts asphixiés. » (…)

Dailymotion.com / Les grands ratés de l’histoire du xxe siècle / La ligne Maginot / Video / Internet:

« (…) les chefs militaires français cherchent un moyen encore plus sûr de contrer une éventuelle offensive allemande. Ils fondent leur stratégie sur une immense barrière défensive. C’est ce qui va les mener à leur perte. (…) Fortifications modernes, sans savoir exactement quelles formes leur donner. » (…)

« A 31 mètres, sous la surface, on trouve une autre série de complexes imprenables et climatisés. Ces complexes servent de chambres, d’hôpital, ou de magasins pour les troupes, ou sont reliés entre eux par une voie ferrée. De gros générateurs permettent de fournir de l’électricité. Les troupes peuvent ainsi vivre plusieurs semaines sous terre. Les autorités leur confie les premières lignes de défense du pays. Ils peuvent donc se considérer comme l’élite de la France. Mais la ligne Maginot coûte cher, et engloutit la quasi totalité du budget de la défense. » (…)

« Malgré cela, il reste un fait incontestable, la ligne Maginot est l’un des plus grands ratés de l’histoire militaire du 20e siècle. »

Youtube.com / Arte 1995 / La ligne Maginot / 1940 / Video 1 / Internet:

« La Ferté. Dans leur retraite précipitée, les hommes ont le souffle coupé, des gaz toxiques envahissent la galerie, faut-il capitulé pour sauver sa peau ? (…) C’est ainsi que 107 hommes sont morts étouffés, ici même. »

« Cependant la ligne Maginot va demander trop d’efforts au pays. En l’espace de sept ans, sa construction va coûter cinq milliards et demi de francs or. En 1939 les fortifications se dressent sur 314 kilométres, de la Suisse à la Lorraine. »

« Chacun d’eux était un spécialiste formé pour la tâche qu’il devait accomplir. La ligne Maginot était le système d’armement haute-technologie de l’époque, propre à alimenter Outre-Rhin la fiction d’une France armée jusqu’aux dents. »

Museumsstiftung.de / Briefsammlung / Feldpost-zweiter-Feldkrieg / Internet.de:

„18. Mai 1940“

„ Liebe, liebe Margot !“

„ (…) Gestern war ich z.B. in verschiedenen Bunkern der Maginot-Linie, ich muß sagen, ich war doch reichlich überrascht über diese primitivität dieser Bauwerke. Mit unseren Bunkern überhaupt kein Vergleich, kein Ofen, keine Entlüftung, keine Betten wie bei uns sondern einfache Holzgerüste, keine gasdichten Schränke nein, überhaupt kein elektr. Licht, kein Aufenthaltsraum wie wir ihn haben, kein richtiger Tisch oder Stuhl. Wohlverstanden, falls in Deinem Büro die Herren von etwas gegenteiligem faseln, die Werke sind genau so groß wie unsere, ich war doch etwas leicht erschüttert. Von eisernen Portionen mit denen sie wochenlang auskommen können war auch nichts zu sehen, bei uns stehen mehrere Kisten Konserven. Einige Bunker befanden sich in richtigen Wohnhäuser inmitten eines Dorfes das gesamte Dorf ist natürlich dadurch in Mitleidenschaft gezogen worden.“ (…)

*************************************

” Malgré cela, il reste un fait incontestable … ”

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: