Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | August 2, 2015

1940: bataille de Lille

1940 : bataille de Lille

Grüß Gott !

Des soldats courageux, en l’an 1940, dans le nord de la France, bloquent les troupes allemandes.

Youtube.com / La bataille de France / Gelinet / Richardot / Video / Audio / Internet:

« (…) Départ, d’ailleurs, qui a été considérable, car au total 330.000 hommes, dont 120.000 Français vont quitter Dunkerque, pour se rendre en Angleterre. Mais ça, ça a été possible, grâce à une autre bataille, dont personne ne parle aujourd’hui, un peu comme celle de Stonne, dont nous parlions à l’instant, c’est la résistance des Français à Lille. »

« Oui, c’est la résistance des Français dans l’agglomération … »

« Et qui bloque ainsi une partie des forces allemandes. »

« Tout à fait ! les Français, dans la bataille de Lille, Haubourdin, Lambersart et les autres banlieues de Lille, les Français bloquent les forces allemandes, sept divisions allemandes. Et cette bataille de Lille, totalement inconnue en France, n’a pas eu une grande importance. C’était pas très important, ça a permis simplement, cette bataille de Lille, d’Abbeville et de Dunkerque, mais surtout de Lille, de permettre au Royaume-Uni de poursuivre le combat. Sans Lille, qui est une sorte de Verdun de la Deuxième Guerre mondiale, le Royaume-Uni n’aurait pas pu continuer le combat. »

Dailymotion.com / 1940 / Des oubliés de l’histoire / Le 14e Zouaves / Video / Internet:

« Le 14e Zouaves dans la bataille de France »

« Du 27 mai au 1er juin 1940, des soldats français bloquèrent sept divisions allemandes permettant ainsi à 340.000 soldats d’être évacués de la poche de Dunkerque vers l’Angleterre. Ils furent des oubliés de l’histoire. »

« Finalement, ces hommes là, ils ont été reconnu à leur juste valeur par le général qui les a vaincus, un Allemand. Ils ont été reconnu à leur juste valeur par Winston Churchill. Ils ont été reconnu à leur juste valeur par le prince Charles… Mais pas par la France. »

« Les Allemands leur ont rendu hommage, leur ont permis de défiler glorieusement dans Lille, pour rendre hommage à leur héroïsme. On pourrait peut-être demander à la République française, peut-être même à la ville de Lille, de bien vouloir honorer des gens qui ont fait de Lille une des grandes batailles de l’histoire. »

Wikipedia.org / Poche de Lille / Internet:

« Sur les 6 divisions encerclées à Lille, 3 étaient nord-Africaines (la Division marocaine, les 2e et 5e DINA). La résistance de ces troupes fut si forte que les Allemands de la VIe Armée leur accordèrent les hon­neurs de la guerre (le précédent remontait à la reddition du fort de Vaux en 1916). Une compagnie en armes formée de tirailleurs du 13e défila sur la grande place de Lille, devant le général Waeger (27e korps) et de son état major, au garde-à-vous et qui saluaient et une compagnie d’honneur allemande qui présentait les armes. »

Comme des lions / mai-juin 1940 / Le sacrifice héroïque de l’armé française / Dominique Lormier / Calmann-Levy / 2005:

« La résistance de l’armé française à Lille et ses environs »

« Du 28 au 31 mai 1940, des combats acharnés vont se dérouler dans les banlieues sud et ouest de Lille : faubourg d’Arras, faubourg des Postes, Loos, Haubourdin, Canteleu et Lambersart. Les débris de 7 divisions françaises d’infanterie, représentant en fait l’équivalent de 3 divisions, forment des poches de résistance improvisées dans une usine, un pâté de maisons, derrière un remblai de voie ferrée, en installant les postes de secours dans les caves, au milieu d’une population qui n’a pas été évacuée, sous le pilonnage intensif de l’artillerie allemande et les bombardements de la Luftwaffe. »

« (…) La défense française repose sur des divisions très affaiblies par les combats menés depuis douze jours : trois régiments incomplets de la 1re division d’infanterie motorisée du général Jenoudet, deux régiments réduits de moitié de la 4e division d’infanterie du général Musse, une partie de la 15e division d’infanterie motorisée du général Juin, la moitié de la 25e division d’infanterie du général Molinié, le quart de la 2e division nord-africaine du général Dame, une partie de la 5e division nord-africaine du général Mesny, le quart de lre division marocaine du géneral Mellier. »

La Seconde Guerre mondiale / Pierre Miquel / Fayard / 1986:

« Bientôt les Allemands attaquent du sud au bord, isolant dans la région de Lille 7 divisions qui ne vont pas réussir leur percée sur Armentières. La première armée est taillée en pièces. »

« Le général Molinié, commandant la 25e division, prend à Lille l’initiative de regrouper les unités très éprouvées : 40.000 combattants, avec 12 groupes d’artillerie et quelques cavaliers, vont tenter de tenir : parmi eux, Juin et sa 15e division : il donne l’ordre à ses régiments de « résister sur place face à l’ennemi, d’où qu’il vienne ». »

« L’ennemi peut en effet venir de partout. De l’est, que tient Juin, du sud-sud-ouest, où les unités nord-africaines se sont retranchées, ou du nord, gardé par les Marocains du général Mellier. A partir du 28, les Allemands ont réussi à s’infiltrer dans la ville, qu’ils nettoient méthodiquement, bombardant sévèrement les points de résistance. Le général Dame, avec ses troupes nord-africaines, a en vain tenté une sortie. »

Comment perdre une bataille / Alistaire Horne / France / mai-juin 1940 / texto / 2010:

« Après l’annulation de l’ordre d’arrêt, la première mission de Rommel consista à franchir le canal de La Bassée, à l’est de Béthune, que tenait le B.E.F. De nouveau, la 5e panzer fut placée sous son autorité. Au soir du 27, après quelques combats dures et coûteux, il creva le front britannique. La 5e panzer fonça sur Armentières tandis que Rommel obliquait à l’est pour aller au-devant de l’infanterie allemande. »

« Près de la moitié de la 1ere Armée française se trouva encerclée dans une petite poche autour de Lille. Pendant quatre jours, le général Molinié livra une action extrêmement courageuse, mais vaine (largement avec des troupes nord-africaines) qui, en fait, permit au B.E.F. et au reste de la 1ere Armée de se retirer dans la tête de pont de Dunkerque. »

*************************************

« largement avec des troupes nord-africaines »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: