Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | March 18, 2015

Louis Aragon: la femme

Louis Aragon : la femme 

Grüß Gott !

Aragon dit que la femme est de l’homme l’avenir ; ou vice-versa. Et versa dans le vice.

Le fou d’Elsa / Louis Aragon / Poème / Gallimard / 1963:

” Zadjal de l’avenir ”

L’avenir de l’homme est la femme

Elle est la couleur de son âme

Elle est sa rumeur et son bruit

Et sans elle il n’est qu’un blasphème

Il n’est qu’un noyau sans le fruit

Sa bouche souffle un vent sauvage

Sa vie appartient aux ravages

Et sa propre main le détruit.

La femme est l’avenir de l’homme / Jean Ferrat / Vidéo / Internet:

« Le poète a toujours raison, qui voit plus haut que l’horizon, et le futur est son royaume, face à notre génération, je déclare avec Aragon, la femme est l’avenir de l’homme, … »

Vers la féminisation / Alain Soral / Editions Blanche / 1999:

« La femme est l’avenir de l’homme. »

« Cette sentence devenue célèbre résume à elle seule le credo de l’époque, son idéologie. Que le poéte qui l’a prononcée ait vécu en stalinien et fini pédé devrait pourtant inciter à la prudence, voire à la réflexion. »

Le suicide français / Eric Zemmour / Albin Michel / 2014:

« La femme est l’avenir de l’homme »

« L’ONU a déclaré 1975 année de la femme. Jean Ferrat chante « La femme est l’avenir de l’homme », et signe le ralliement d’une eschatologie communiste – qui exaltait une virilité ouvrièriste rejetant les femmelettes et les pédales – à un messianisme substitution, féministe et hédoniste – les bourgeoises volant indûment aux prolétaires mâles le rôle envieux de victimes et d’exploitées. Depuis la mort d’Elsa, Aragon vient au congrès du parti communiste entouré d’une cour de mignons comme un Henri III du prolétariat. »

Ledevoir.com / Culture / Livres / L’énigme Aragon : l’horizon s’éclaircit / Internet:

« Surtout connu aujourd’hui pour ses poèmes mis en chansons par Ferré, Brassens et Ferrat, Louis Aragon (1897-1982) semble enfin émerger, 30 ans après sa mort, du purgatoire auquel l’avaient condamné sa « trahison » d’André Breton et des surréalistes en 1932, puis ses silences devant les crimes et les pires dérives du régime stalinien, et enfin ses pirouettes d’homosexuel flamboyant après le décès de sa compagne de toujours, Elsa Triolet, en 1970. » (…)

« Ainsi en est-il de l’apparition soudaine, quelques mois après la mort d’Elsa, d’une homosexualité affichée et tapageuse chez ce vieil homme de 73 ans, qui s’entoure d’une cour de jeunes gens, s’habille chez Yves Saint Laurent et drague la nuit dans les rues et les cafés. Juquin admet sans discussion l’explication donnée par Aragon à l’écrivain Renaud Camus selon laquelle « il ne s’est jamais intéressé aux garçons avant ». »

« Pourtant, l’auteur raconte la relation pour le moins intime et ambiguë partagée au début des années 1920 par Aragon avec l’écrivain Pierre Drieu La Rochelle, avant la conversion de ce dernier au fascisme. Plus tard, Elsa accusera Aragon non seulement de la négliger, mais aussi d’avoir toujours été attiré physiquement par les garçons. Aragon, homosexuel refoulé ou bisexuel au bois dormant ? »

Uni-muenster.de / Louis Aragon / Kritik / Jean Ristat sur Aragon / Internet:

« (…) Il faut réhabiliter Elsa ! C’est assez extraordinaire, cette haine qui entoure leur couple. Les gens ne peuvent pas supporter qu’il y ait une femme auprès d’Aragon. Rien de semblable avec le couple Sartre-Beauvoir. Je peux affirmer qu’Elsa savait tout de Louis, et notamment qu’elle connaissait ses amitiés avec des jeunes gens, qu’il a eues tout au long de leur vie commune. Contrairement à l’opinion toujours colportée, Aragon n’a absolument pas «libéré» son homosexualité seulement après la mort d’Elsa. »

Archive.wikiwix.com / Moi, Jean Ristat, exécuteur testamentaire / Jean Ristat / Internet:

« Et il y a bien des «hommes lesbiens» au sens où leurs rapports avec les femmes sont des rapports de femme à femme. Je trouve cela tout à fait passionnant, parce que cela complique toutes nos catégories sexuelles. Au lieu d’opposer l’hétérosexualité à l’homosexualité, on se trouve dans une pluralité de rapports sexuels absolument vertigineuse, sur laquelle il n’y a pas de jugement à porter. Qu’Aragon ait été cet homme féminin, lesbien, certes, tout le monde le sait. Puisque tout le monde, sans oser le dire, reconnaissait bien que dans le couple Aragon-Elsa, c’est Elsa qui était l’homme. C’est elle qui l’a pris, quasiment violé, et tout ce que Louis écrit lui-même de ses rapports avec les femmes avant Elsa montre que ce sont les femmes qui le prennent. »

*********************************

« prudence, voire réflexion. »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: