Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | January 31, 2015

Allemagne: troupes françaises

Allemagne : troupes françaises

Grüß Gott !

Les soldats français, en l’an 1945, franchissent le Rhin. Et tiraillent, pillent, souillent.

Les vaincus seront les vainqueurs / Jean-Christophe Notin / Perrin / 2004:

« Au débarquement à Marseille, commente-t-on au 4e Tunisien, on leur avait dit en substance ceci : « Vous êtes en France ici, vous ne touchez à rien, mais plus tard, en Allemagne, vous ferez ce que vous voudrez ». Mais maintenant que nous avons pénétré en combattant en Allemagne, les tirailleurs, esprits simples, comprennent mal qu’on les fusille pour viol ou pillage. »

« C’est ainsi que Monsabert a dû déplorer, dès le 3 avril, soit à peine soixante-douze heures après le franchissement du Rhin, que des actes de pillage, exaction et violences ont été commis depuis l’entrée des troupes françaises en territoire allemand dans les régions occupées par ces troupes et auraient tendance à se multiplier. Dans plusieurs localités, des militaires quittant leur cantonnement se sont présentés la nuit, chez des civils et sous la menace de leurs armes, ont volé, violé, dans certains cas mutilé des personnes sans défense. »

« Le 7 avril, quarante militaires du 211e bataillon du génie des ponts lourds sont arrêtés pour pillage en bandes. A la 5e DB, le 3 avril, la prévôté a procédé à plusieurs enquêtes de viols et de pillages. Le 4, elle a dû déplorer que le pillage et le viol étaient rois. Le 6, enquêtes pour pillages et vols. Moyennes de 10 à 15. Le 7, toujours enquêtes de viols et pillages. A Knittlingen, 85% des femmes ont été violées. Auteurs marocains, quelques français. »

De Lattre / Bernard Destremau / Flammarion / 1999:

« C’est alors que Devers usera d’un nouvel argument, quelque peu insidieux. Les troupes françaises seraient incapables de tenir la ville où vivent quelque vingt mille travailleurs de toutes nationalités. D’après lui, « la situation à Stuttgart est chaotique. Le viol est commis librement. Des biens de valeurs sont pillés et détruits. « Vos troupes ne sont pas du tout tenues en main », affirme-t-il à Delattre. »

« Les Français ne bougent pas. Le général Guillaume défend ses hommes. Il marque que le désordre vient en grande partie des travailleurs étrangers ; que s’il y a eu effectivement des vols et des viols, il y a mis bon ordre et que plusieurs coupables ont été fusillés sur-le-champ ; ( …) que la prévôté n’avait eu à connaître que de six plaintes de viols déposées de la part d’Allemandes ; que les rumeurs malveillantes venaient de journalistes américains recueillant les doléances de la population. »

« Cependant Devers, mieux informé après une enquête approfondie confiée au colonel Lodge, revient en partie sur ses accusations. Il note dans son journal à la date du 27 avril que certains faits présentés par un certain M. Jordan avaient été grandement exagérés, qu’il n’y a pas eu 50.000 délits, mais entre 1.500 et 2.000, … »

« En revanche, s’agissant de la présence française en Allemagne et de ses incidences au plan politique, de Lattre restait soucieux. L’armée, son armée, va-t-elle bien se conduire ? Elle a beaucoup peinée et, maintenant, toutes les tentations de dévergondage, toutes les vengeances faciles et dégradantes s’offrent à elle. »

« Le général apparait subitement le 2 mai à Ulm et tombe sur une compagnie en goguette et fort mal tenue. Des hommes sales, débraillés, zigzaguant dans les ruines et lutinant des filles quemandeuses de tout. »

« L’attitude, la réputation du soldat français doivent être rehaussées en regard d’une partie de la population allemande qui déconcerte par sa veulerie et ses petitesses. Les femmes proposent spontanément d’assurer le repos du guerrier, sollicitent et mendient sans vergogne. »

« La fermière leur a confié l’exploitation de la terre. Elle ou sa fille s’offrent volontiers à leurs caprices. Beaucoup ont perdu la trace de l’épouse française dont on leur a rapporté qu’elle s’était mise en ménage avec un autre. En Allemagne, il n’y a presque plus d’hommes pour les concurrencer. Ils se trouvent être les maîtres de céans et reculent devant les incertitudes du retour. »

Youtube.com / Entretrien avec André Bayle / 2005 / Vidéo 21 / Internet:

„ Il ne faut pas oublier non plus que les indigènes de l’armée coloniale, qui avaient des contrats, avaient droit de viol et de pillage. C’était une des conditions de leur engagement. Et alors, de temps à autre, on disait, ils appelaient ça : la journée sans dieu, la journée sans dieu. L’officier disait : „ Aujourd’hui, c’est la journée sans dieu“. Les gars, les Tabors et tout ça, les Sénégalais, ils descendaient dans le village, ils pillaient, ils violaient.“

Youtube.com / Entretrien avec André Bayle / 2005 / Vidéo 22 / Internet:

„ Alors, il y a autrement le cas de Freudenstadt. C’était une ville qui s’était déclarée ville ouverte, à l’approche des régiments de la 1ère armée de De Lattre. C’était pas Leclerc, c’était De Lattre. C’est une ville ouverte. C’est une ville que les soldats armés avaient évacué, et il y avait des blessés, un millier de blessés, dans les maisons, dans les hôpitaux. Et lorsqu’ils sont arrivés, les Français,…

„ … ils ont brûlé tout ce qui n’avait pas été brûlé par la guerre, et ils ont violé environ 500 femmes. Alors ça, c’est le récit des médecins, des médecins. Alors, je vais vous dire, lorsque je dirigeais une filiale française en Allemagne, j’étais obligé d’envoyer du personnel allemand dans cette région, parce que c’est vous dire le souvenir des Français qu’ils avaient… (…) Et longtemps, les autorités alors de Freudenstadt, et d’ailleurs, ont réclamé aux autorités françaises que ce soit déclaré comme un crime de guerre, parce que les femmes en question étaient allées à l’hôpital se faire soigner, ou opérer à la limite, parce qu’elles avaient été brutalisées, quoi.“

***********************************

« rumeurs malvaillantes »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: