Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | November 30, 2014

La querelle du Filioque (4)

La querelle du Filioque (4) (fin)

Grüß Gott !

De qui procède le Saint-Esprit ? C’est un sérieux conflit, entre catholiques et orthodoxes, que cause une clause. Un ecclésiastique éclaircit le grief.

La procession du Saint-Esprit / L’oeuvre de S. Anselme de Cantorbery / Tome 4 / Michel Corbin / Cerf / 1990:

„ Il faut maintenant rechercher, par les raisons irrécusables dites plus haut, si le Fils est de l’Esprit Saint ou l’Esprit Saint du Fils. Je dis : de même que, par la raison dite plus haut, ou bien le Père est du Fils ou bien le Fils du Père, et que, semblablement, ou bien le Père est de l’Esprit Saint ou bien l’Esprit Saint du Père, de même ou bien le Fils est de l’Esprit Saint ou bien l’Esprit Saint du Fils. Celui qui le nie, niera aussi qu’il est nécessaire que soit un unique et seul Dieu, ou que le Fils soit Dieu, ou que l’Esprit Saint soit Dieu, ou que Dieu soit de Dieu, parce que de tout cela suit ce que je dis. Plus encore. Le Fils et le Saint Esprit ne sont du Père qu’en étant de l’essence du Père, laquelle est pour Lui unique avec le Fils et le Saint Esprit. Quand donc il est dit que le Fils est de Dieu le Père, si le même Dieu est Père et de Saint Esprit, il s’ensuit, selon l’unité de la déité, qu’il est aussi de l’Esprit Saint. De la même manière, quand nous confessons que l’Esprit Saint est de Dieu le Père, si le même Dieu est Père et Fils, il s’ensuit, selon la même unité de la déité, qu’Il est aussi du Fils. A partir de quoi il est clairement connu qu’ou bien le Fils est de l’Esprit Saint ou bien l’Esprit Saint du Fils, puisque l’une et l’autre éventualités ne peut être vraies ou fausses ensemble.“

„ Il est donc nécessaire que l’Esprit Saint soit du Fils, si l’on peut montrer que le Fils n’est pas d’Esprit Saint. Car, si quelqu’un dit : que le Fils soit du Père et de l’Esprit Saint ne suit pas pas de ce qu’un unique Dieu soit Père et Esprit Saint, même si autre chose n’y est pas opposée, ou bien : que l’Esprit Saint soit du Père et du Fils, ne suit pas de ce qu’un unique Dieu soit Père et Fils, quoique le Fils ne soit pas de l’Esprit Saint ; qu’il considère, Dieu étant de Dieu, qu’ou bien Dieu tout entier est de Dieu tout entier, ou bien une partie d’une partie, ou bien Dieu tout entier d’une partie de Dieu, ou bien une partie de Dieu de Dieu tout entier. Mais Dieu n’a aucune partie. Il est donc impossible que Dieu soit de Dieu comme le tout d’une partie ou bien comme une partie du tout, ou bien comme une partie d’une partie. Et il est nécessaire, si Dieu est de Dieu, que Dieu tout entier soit de Dieu tout entier. Quand donc le Fils est dit être de Dieu, qui est Père et Esprit Saint, ou bien le Père sera un Dieu tout entier et l’Esprit Saint un autre Dieu tout entier, de sorte que le Fils soit du Père tout entier mais non du Saint Esprit tout entier ; ou bien, si le même Dieu tout entier est Père et Esprit Saint, et comme il est de Dieu tout entier, lequel Dieu unique tout entier est Père et Esprit Saint, Il est nécessairement et pareillement du Père et du Saint Esprit, si autre chose n’y contredit pas. De la même manière, quand le Saint Esprit est dit être de Dieu tout entier, qui est Père et Fils, ou bien le Père sera un Dieu tout entier et le Fils un autre Dieu tout entier, de sorte que l’Esprit Saint soit du Père tout entier mais non du Fils tout entier ; ou bien, comme l’Esprit Saint est du Père, Il ne peut pas ne pas être du Fils, si le Fils n’est pas de l’Esprit Saint. P ar aucune autre raison, en effet, on ne peut nier que l’Esprit Saint soit du Fils.“

„ Quelqu’un dira : s’il suit – un unique Dieu étant Père et Esprit Saint, et le Fils étant du Père – que le Fils est de l’Esprit Saint, ou bien – l’Esprit Saint étant du Père et le même Dieu étant Père et Fils – que l’Esprit Saint étant du Père et le même Dieu étant Père et Fils – que l’Esprit Saint est aussi du fils ; quand le Père engendre le Fils, il est nécessaire qu’il engendre aussi l’Esprit Saint ; et, quand le Saint Esprit procède du Père, le Fils, en raison de la même unité de la déité du Fils et du Saint Esprit, procède aussi du Père, de la même manière que l’Esprit Saint. Mais, si l’unité de Dieu dans le Fils et le Saint Esprit n’a pas cette force de consécution telle que l’un et l’autre soit semblablement engendré et procédant, on voit que ce n’est point parce qu’un unique Dieu est Père et Saint Esprit, que le Fils est du Saint Esprit, ni parce que le même Dieu est Père et Fils, que l’Esprit Saint est du Fils, comme tu le dis.“

„ A quoi je réponds : c’est de toute façon par le Père que le Fils et l’Esprit Saint tiennent l’être, mais de diverses manières, l’un en naissant, l’autre en procédant, de sorte qu’Ils sont par là autres l’un par rapport à l’autre, comme il a été dit. Pour cette raison, quand l’un naît, avec lui ne peut naître celui qui est autre par rapport à lui du fait qu’Il ne naît pas de semblable manière, mais procède ; et, quand l’un procède, ne peut en même temps procéder celui qui est autre par rapport à lui du fait qu’il ne procède pas de semblable manière, mais naît. Et, si l’unité n’a pas ici cette force de consécution, c’est que fait obstacle la pluralité qui nait de la nativité et de la procession. Car, même si le Fils et l’Esprit Saint n’étaient pas plusieurs en raison d’autre chose, par cela seul Ils seraient différents. Or, quand je dis : du fait que le Père est un unique Dieu avec le Fils ou avec le Saint Esprit, il suit que le Fils est du Saint Esprit ou le Saint Esprit du Fils, n’est ici engendrée aucune pluralité qui ferait obstacle à la conséquence de l’unité, parce que je ne dis pas que l’une et l’autre éventualités soient vraies, mais seulement une.“

„ Par une nécessité tout à fait invincible, on conclut donc, si les affirmations que j’ai dites plus haut et que nous croyons pareillement avec les Grecs sont vraies : ou bien le Fils est de l’Esprit Saint, ou bien l’Esprit Saint est du Fils. Or, que l’Esprit Saint ne soit pas du Fils, c’est clairement de foi catholique. Car Dieu n’est de Dieu qu’ou bien en naissant comme Fils, ou bien en procédant comme Esprit Saint. Mais le Fils ne naît pas de l’Esprit Saint. S’il naît, en effet, de lui, il est le fils de l’Esprit Saint et l’Esprit Saint est son Père. Mais l’un n’est ni le père ni le fils de l’autre. Donc le Fils ne naît pas de l’Esprit Saint. Et il n’est pas moins clair qu’Il ne procède pas de lui, car Il serait l’esprit du même Esprit Saint, ce qui est clairement nié quand l’Esprit Saint est dit et cru Esprit du Fils. Aussi le Fils ne procède-t-Il pas de l’Esprit Saint. Dès lors, le Fils n’étant d’aucune manière de l’Esprit Saint, il suit, par une raison inexpugnable, que l’Esprit Saint est du Fils, tout comme Il est du Père.“

***********************************

Le Saint-Esprit procède donc:

a. du Père et du Fils ?

b. du Père par le Fils ?

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: