Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | September 20, 2014

La mort du colonel Fabien

La mort du colonel Fabien

Grüß Gott !

Le colonel Fabien, franc-tireur parisien, dans un bourg alsacien, meurt au milieu des siens.

Sedlouviers.pagesperso-orange.fr / Fabien / Monique Georges / Internet:

„ Il combat un temps avec les Américains avant d’être intégré à la 1ère Armée française par le général de Lattre.“

„ Celui-ci leur confie une mission difficile dans la poche de Colmar. C’est dans un petit village alsacien que Fabien meurt, ainsi que quatre membres de son État-major, le 27 décembre 1944 dans l’explosion d’une mine anti-char. Il allait avoir 26 ans. “

Plaque commémorative:

„ Colonel Fabien… tué à l’ennemi en Alsace le 27 décembre 1944 “

Le colonel Fabien était mon père / Monique Georges / Mille et une nuits / 2009:

„ Fabien prit le téléphone, appela directement l’armurerie et donna l’ordre au sous-officier armurier d’apporter immédiatement une des mines en question dans son bureau, puis, avisant l’heure, et se rendant compte que nous allions être en retard à la popote […], nous partîmes en courant.“

„ De retour de la popote, l’ensemble de l’état-major se dirige vers le PC. Il est environ vingt et une heures vingt. Un instant plus tard, Du Buit qui était à l’infirmerie entend „une violente Explosion“, il sort et voit „un nuage de poussière et de fumée qui cachait tout“. En m’avançant, je pus immédiatement me rendre compte qu’il ne restait plus de la mairie que les quatre murs,… personne ne pouvait avoir survécu et, cependant, il y avait deux survivants, un adjudant et une secrétaire éjectés sur la route “.

„ Du Buit rapporte alors ce qu’il apprend sur le moment : „Leur témoignage permit de reconstituer le drame : peu après le départ pour la popote, la mine réclamée par Fabien fut apportée dans sa caisse et posée sur la table de travail du bureau où il la trouva en rentrant. Il vint aussitôt dans le bureau des secrétaires – les survivants – pour prendre le tisonnier afin d’ouvrir la caisse. L’explosion survint aussitôt. “

„ Fabien et le lieutenant-colonel Dax-Pimpaud sont déchiquetés par l’explosion, ainsi que „Nicole“, la secrétaire de Fabien, de son vrai nom Gilberte Lavaire. Les capitaines Lebon, Katz et Blanco sont tués par l’effondrement du toit et des planchers.“

„ Très vite, „la colère succède à la stupeur“, car l’enquête officielle menée par la Sécurité militaire, en quelques jours, conclut à un accident. Or, à la Brigade, tous sont persuadés qu’il s’agit d’un attentat. De nombreuses questions restées sans réponses alimentent les soupcons. Tout d’abord, des lettres contenant des menaces de mort avaient été envoyées aux membres de l’état-major de la Brigade, à Vesoul. „L’enquête mené par le deuxième bureau n’aboutit pas et nous avions d’autres soucis“, écrit Chagneau, qui ajoute : „Nous avions parmi nous des éléments douteux,… des haines imbéciles et tenaces poursuivaient Fabien.“

„ Autre question, celle de la nature de la mine. Du Buit rapporte que le commandant du génie arrivé en pleine nuit pour faire l’enquête lui déclara, „après qu’il lui eut décrit la mine“, qu’il s’agissait de mines anti-chars italiennes, chargées à six kilos de tolite, toujours piégées dans leur caisse ; mais tous les autres avis s’accordent pour dire qu’ils agissait d’une „Riegelmine 43“ allemande. Chagneau rappelle qu’ils avaient récupéré trois de ces mines anti-chars, début septembre, qu’elles étaient „dangereuses certes, mais pouvant être manipulées sans risque dans leur état normal“; d’ailleurs, elles avaient été véhiculées et manipulées par des armuriers de compétences variées depuis trois mois. Cependant, des dispositifs permettent de „piéger“ cet engin et de lui adjoindre des détonateurs susceptibles de la rendre sensible à d’infimes fausses manoeuvres.“

„ On ne sut jamais avec certitude de quel type de mine il s’agissait, car un officier enquêteur de la 1re armée fit sauter les autres, détruisant du même coup les pièces à conviction.“

„ Pour les compagnons de Fabien, la Riegelmine est arrivée piégée sur le bureau du colonel. C’est ce que pense son frère Jacques, qui, le lendemain, se rendit à l’armurerie, rencontra son cousin, Jacques Bourdon, lequel lui affirma qu’il avait préparé la mine lui-même et qu’elle n’était pas piégée lorsqu’il l’avait remise au soldat chargé de la porter au PC.“

„ Mais ce soldat a disparu. Et il n’est pas le seul. “

„ L’adjudant-chef P. avait été sanctionné pour des actes d’indiscipline dans la compagnie Canons, il avait été muté à l’armurerie. Selon Pierre Durand, il faisait partie de ces „recrutés techniques“ engagés à Montmédy, il n’avait pas pris part à la Résistance, certains croyaient savoir qu’il avait été pétainiste, voire milicien. Or, la nuit de l’explosion, l’abbé Bouveresse se rend à l’armurerie et constate que l’adjudant-chef P. qui commande ce service a disparu. Il regagnera le régiment à une date indéterminée et sera finalement fusillé en Allemagne, après avoir été condamné à mort pour viol par un tribunal militaire présidé par le colonel Gandoët. “

„ Enfin, même si l’enquête officielle sur l’explosion de la mine fut très sommaire, il aurait dû malgré tout en rester des pièces. Or, dit Pierre Durand, nous croyons pouvoir affirmer, apres enquête, que le dossier a disparu. Michel Pigenet quant à lui, dit que le dossier, s’il fut conservé, reste inaccessible.“

„ Alors, accident ? Vengeance ? ou acte criminel à motivation politique ? Les questions restent sans réponses.“

********************************

Colonel Fabien… tué entr’amis en Alsace le 27 décembre 1944

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: