Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | May 1, 2014

Mai 1940: l’exode

Mai 1940 : l’exode

 

Grüß Gott !

Les civils du nord, en l’an 1940, devant les troupes allemandes, se replient vers le sud. Avec les soldats français.

Dailymotion.com / Mai 1940, les enfants de l’exode / vidéo 1 / Internet:

« Sur des routes dévastées, ils croisent des soldats sans armes, ni ceinturon, la tête basse, le dernier vestige de l’armée française, tous honteux d’avoir déposé les armes, parfois sans avoir tiré un seul coup de feu. »

Hessel:

« Tout à coup, on nous dit : ” Ca y est, les choses démarrent ! Et il faut se replier très vite, parce que nous ne pouvons pas nous défendre ici, il faut revenir en arrière, et trouver une ligne de défense plus proche du centre de la France. »

Dailymotion.com / Mai 1940, les enfants de l’exode / vidéo 2 / Internet:

« Le 15 mai, les Allemands ont franchi la Meuse. Pour l’Etat-major français, c’est la consternation. Les généraux ne savent plus que faire devant l’avancée allemande. »

« Mais à Paris, personne n’imagine le désastre. Les actualités cinématographiques montrent Namur en flammes, mais le gouvernement se veut rassurant, parle de brêche colmatée, et de repli stratégique. »

« Ceux qui sont encore à l’écart des combats veulent croire en ces paroles rassurantes. (…) La vie continuait, les gens allaient au spectacle, les gens allaient au restaurant,… les théatres étaient pleins. »

« La France était une grande puissance… personne ne pensait à un écrasement complet de l’armée française. »

« … la population d’un village a démoli une barricade dressée par des soldats, et que le maire s’est porté au devant des Allemands, un drapeau blanc à la main. La défaite avance, et ils n’y peuvent rien. »

Dailymotion.com / Mai 1940, les enfants de l’exode / vidéo 3 / Internet:

Hessel:

« Reculez encore, reculez encore, ne résistez pas, reculez ! » Et on ne savait pas où on allait, on ne savait pas pourquoi on y allait, on était désemparé. Nous ne savions pas, par exemple, où était le chez de corps sur les ordres duquel nous étions censés travailler. Donc, nous n’avions aucun idée de la stratégie qui pouvait être celle du haut-commandement français. »

« Ce qui prévaut, c’est le sentiment de coup de matraque, hein, le pays est assommé, de cette Situation. C’est la déroute. »

Dailymotion.com / Mai 1940, les enfants de l’exode / vidéo 4 / Internet:

« Les fuyards se réfugient au Havre, à Angers ou à Limoges. Ils sont des milliers à tomber entre les mains de l’ennemi. Ils n’en peuvent plus de fatigue, et sont démoralisés par les attaques aériennes. Les plus chanceux courent toujours, ils sont en déshérence et abandonnés à eux-mêmes. Leur chef leur a dit : « Sauve qui peut ! Direction le soleil couchant ! »

« C’est vers Dieu maintenant que la population se tourne, et dans les villages, les femmes vont réciter des chapelets pour la victoire de la France. »

Dailymotion.com / Mai 1940, les enfants de l’exode / vidéo 5 / Internet:

« Le dimanche 2 juin, le temps est magnifique, les Parisiens recherchent la fraicheur dans les cinémas. »

« Les actualités se veulent rassurantes, en décalage avec la réalité des départements déjà envahis. … la victoire est au bout !… on les aura ! … »

« Des unités montent vers le front, d’autres se replient dans la confusion. Elles partagent la route des civils en proie aux encombrements. Des femmes et des hommes éreintés invectivent les soldats au passage des camions… évidemment, nous représentions l’armée en déroute. »

« Les villages où il y avait des Français nous voyaient nous replier avec le sentiment qu’ils étaient abandonnés à l’avancée allemande. Nous sentions que nous n’étions pas capables de protéger des civils. Et c’était un sentiment d’impuissance, de désarroi, d’incapacité à faire face à ce qui nous menaçait. Nous étions largués. »

« D’autres ont résisté vaille que vaille, ils ont mis un canon en batterie, la foule apeurée les a suppliés de se rendre, demandé le cessez-le-feu, les a traités de lâches. Alors ils ont capitulés. »

« On a croisé quelques militaires, mais qui avait l’air d’être complètement… détachés de leurs régiments, qui s’étaient perdus, qu’on avait perdus sur la route. »

« Il y a eu des soldats qui étaient complètement perdus, qui étaient en déroute, qui ne comprenaient pas ce qu’ils leur étaient arrivés. On traversait des villes où il était marqué : nous vaincrons, parce que nous sommes les plus forts ! »

« De voir passer ces soldats qui étaient, certes, en uniforme, qui n’avaient pas de fusil, mais qui avaient une valise, et bien, ça m’a paru un spectacle tout à fait étrange. »

« Ils avaient l’air désemparés, ils étaient à la recherche de leurs unités, ils avaient l’air paumés complètement… ces hommes qui n’étaient pas dignes, honteux aussi de partir, et d’être vaincus. »

Dailymotion.com / Mai 1940, les enfants de l’exode / vidéo 6 / Internet:

« C’était la désorganisation générale, soldats avec des armes, sans armes, avec les civils qui étaient allongés sur les côtés. Tout, on voyait de tout. »

« Ils sont là ! »

« Le premier soldat allemand que j’ai vu… il avait l’air d’un soldat de bandes dessinées. »

« Ils se veulent rassurants. A des gens affamés, ils apportent leur aide. Ils témoignent d’une conduite exemplaire. Et les Français exténués se disent : ” Ils ne sont pas si mauvais ! ” Il n’y avait pas du tout un côté morgue de leur part. »

« Une vague de fuyards vient se briser sur les ponts de la Loire… Nous nous étions repliés jusqu’à Saint-Dié, c’était le 18 juin. Le commandement de la place de Saint-Dié nous a dit : ” Déposez maintenant vos armes, la guerre est terminée ! »

Dailymotion.com / Mai 1940, les enfants de l’exode / vidéo 7 / Internet:

« Stupéfaction. On ne pensait pas que la guerre finirait comme ça. On pensait qu’il y aurait un retournement de situation, en tout cas des combats… »

Une femme témoin :

« Et les Allemands passaient tous les matins, torses nus : ils étaient superbes. Et ils chantaient superbement aussi… »

***************************

« Reculez encore, reculez encore, ne résistez pas, reculez ! »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: