Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 20, 2014

Père Delarue: la torture

Père Delarue : la torture

 

Grüß Gott !

Louis Delarue, aumônier français, en Algérie, justifie un interrogatoire sans sadisme. Mais efficace.

Histoire de la guerre d’Algérie / Bernard Droz / Evelyne Lever / 1954-1962 / Histoire / Seuil / 1982:

„ Fondée sur le principe redoutable, et invérifiable, de l’efficacité immédiate, selon lequel la souffrance d’un supplicié pourrait prévenir la mort de cent innocents, munie aussi de la caution „ morale” de certains ecclésiastiques, comme le R.P. Delarue, aumônier de la 10e division parachutiste, la torture était devenue en 1957 une pratique quotidienne et presque banale.”

Avec les paras des 1er R.E.P. et 2e R.P.I. Ma / R.P. Louis Delarue / Nouvelles Editions Latines / Paris / 1961:

Algérie 1955

„ Il est maintenant prouvé que la guerre subversive, épaulée par le Communisme international, peut venir à bout de n’importe quelle grande nation, pourvu que celle-ci s’obstine à ne pas vouloir comprendre la guerre qui lui est faite… et refuse de s’y opposer par les moyens appropriés.”

„ J’entrevois déjà que ce n’est pas une guerre à quoi nous devrons ici faire face ; qu’il va s’agir de bandits disséminés dans leurs maquis, que nous devrons traquer, réduire, mettre hors d’état de nuire.”

„ Les gens du pays ne voient aucune objection à ce que ce soit la France qui commande ici, pourvu qu’elle les débarrasse des rebelles, de la terreur ! Justement, tout le problème est là.”

„ C’est clair : nous n’arriverons à rien en Algérie si nous n’avons pas, au préalable, supprimé la terreur ; et nous ne rendrons confiance à la population qu’en dépistant et châtiant impitoyablement les criminels.”

„ Ce n’est pas de résistance qu’il s’agit ici, mais d’asservissement par la terreur ! Les vrais Résistants peuvent compter sur le libre appui de la population, du seul fait qu’elle approuve spontanément le but qu’ils poursuivent et la moralité des moyens qu’ils emploient pour l’atteindre ; ici, les Fellagha entendent, faire l’unanimité par le crime, terroriser leurs congénères pour qu’ils leur obéissent et les servent.”

Alger 1957

„ Les loups sont dans la ville ; il faut protéger contre eux les innocents sans défense. (…) Reste maintenant à savoir si la France va se montrer capable de mater la sauvagerie du terrorisme F.L.N.”

„ Pour tous les officiers dignes de ce nom, il est clair qu’on n’y parviendra pas par les méthodes connues de toute armée en campagne. Il n’est plus, ici, question de réduire à merci un adversaire loyal, ne s’attaquant qu’aux militaires ou à leur matériel ; tout au contraire, ces gens-là sont des criminels de droit commun, des gangsters de l’espèce la plus ignoble, et leur gang a ses ramifications secrètes dans le pays entier, dans toutes les classes de la société. ”

„ A leur grand regret, et parce que la Police est débordée, les soldats se voient contraints de devenir policiers. Avec les renseignements que le hasard d’une ronde, d’un coup heureux, leur fournit, ils vont s’efforcer de remonter échelon par échelon jusqu’aux chefs des tueurs, tant que la „ cellule ” ne sera pas mise hors d’état de nuire. Il leur faudra une obstination, une patience épuisantes. Mais ils n’ont pas le choix : c’est ça, ou se contenter de relever femmes, enfants, déchiquetés par les bombes ; et de les conduire à la morgue ! ”

„ Il faut agir, impitoyablement ; écraser le terrorisme dans Alger. Et donc prendre les moyens, fussent-ils, eux aussi, révolutionnaires. Que ces moyens doivent être différents de ceux que l’on emploie à la guerre en temps normal, cela découle inéluctablement de la forme de „ guerre ” à laquelle l’armée s’oppose ici.”

„ C’est donc au secret qu’ il faut s’en prendre si l’on veut que toutes ces horreurs ne se reproduisent plus. Car, fait à noter, ce secret, lui seul, permet encore au terroriste, même une fois qu’il a été appréhendé, de ne point lâcher son arme, de rester armé, dangereux, capable de tuer des innocents. Or, cet homme – qui n’est ni un soldat, ni même un maquisard – la Police ou ses aides doivent le désarmer, sous peine de faillir à leur mission première qui est, non pas de punir le crime, mais de le prévenir, de le rendre impossible. Comment donc s’y prendre ? ”

(…)

„ Le terroriste appréhendé quelques minutes après avoir déposé une bombe, sans qu’on sache exactement où, n’est pas désarmé par le seul fait qu’il a les menottes aux mains ; il ne le serait pas même si on l’exécutait séance tenante ; car là-bas, quelque part, et peut-être pour quelques minutes seulement encore, sa bombe égrène son tic-tac infernal, et l’égrènera impitoyablement, s’il garde le silence – jusqu’à l’instant où des innocents s’affaleront fauchés par la douleur et la mort. Le temps presse – c’est une question de vies humaines ! A tout prix, il faut désarmer ce bandit ; qu’il parle, qu’on ait le temps de désarmer sa bombe. Il n’est ici nullement question de dévancer la justice en le punissant pour un crime qu’il peut encore ne pas commettre, simplement le désarmer ; de lui interdire de tuer ; de sauver des vies humaines. Et tous ceux qui, ne serait-ce que par leur silence, s’interposent pour que le secret soit gardé, pour que le sang continue de tuer, méritent le même traitement, doivent être, eux aussi, non punis, strictement, désarmés, forcés dans leur diabolique secret… par tous les moyens adéquats ; car lorsqu’on se trouve en présence de quelqu’un qui va tuer injustement, il faut à tout prix le mettre le plus rapidement possible hors d’état de nuire : le désarmer.” (…)

„ Telles sont les conclusions auxquelles conduisent logiquement l’analyse des faits, la considération de cette barbarie insolite, et la recherche des moyens à lui opposer pour la neutraliser. C’est, d’ailleurs, ce que, dès le début d’avril – sollicité au départ par un sous-lieutenant du „ contingent ” qui voulait qu’on exposât la chose aux „ hommes “, qu’on y vît clair – j’ai proposé dans une étude intitulée „ Réflexions d’un Prêtre sur le Terrorisme Urbain “. Destinée à ma seule paroisse, cette étude a été publiée, sans qu’on ait même daigné m’en avertir, et suscité un intérêt, des remous, qui prouvent à quel point elle entre au coeur du sujet.”

*******************************

„ par tous les moyens adéquats ”

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: