Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | February 22, 2014

Maurice Druon: partisan

Maurice Druon : partisan

Grüß Gott !

Pendant l’Occupation, Druon part à London, avec Jef son tonton, et pond une chanson.

Wikipedia.org / Maurice Druon / Internet:

« Démobilisé, il reste en zone libre, et fait représenter sa première pièce, Mégarée, au Grand Théâtre de Monte-Carlo le 3 février 1942. Il s’engage dans la Résistance. Avec son oncle Joseph Kessel, il quitte la France à Noël 1942, pour rejoindre les rangs des Forces françaises libres du général de Gaulle, traversant les Pyrénées puis l’Espagne et le Portugal avant qu’un hydravion les emmène en janvier 1943 à Londres. »

C’était ma guerre, ma France, ma douleur / Maurice Druon / Plon / 2010:

„ Je ne sais si mon lecteur se représentera l’état de fureur, d’humiliation, de désolation dans lequel je fus précipité, me retrouvant sur le pavé de Londres par un mars grelottant, … “

„ Parce qu’il fallait bien qu’un organisme me prît en charge, je fus inscrit au Commissariat à l’Intérieur, section de l’Information. Après tout, j’avais une plume. Elle pouvait servir.“

„ Cet esthète [d’Astier de la Vigerie] s’est mis en tête d’avoir un chant de la résistance. C’est vous deux qui devez nous faire notre chant de guerre. Ces conversations se passaient parfois chez la maîtresse qu’il avait à Londres, Louba Krassine, qu’il épouserait bientôt.“

„ Comme on le voit, le chant des Partisans fut en quelque sorte un ouvrage de commande.“

„ Il existait alors, dans Saint James Street, un rez-de-chaussée où une vielle fille anglaise (…) avait par amour de notre pays ouvert Le Petit Club français, une sorte de café de nuit, pour que les Free French puissent le soir s’y retrouver.“

„ S’y produisait, quand elle ne chantait pas dans les armées, une jeune compositrice, russe de naissance, Anna Betoulinski, qui avait choisi de s’appeler Anna Marly.“

„ Les officiers de la France libre en poste à Londres ou en permission, ainsi que les résistants de passage, venaient souvent se reposer, pendant les week-ends, dans un petit hôtel, modeste mais amical, tenu par un vieux cuisinier français, le Ashdown Park, à Coulsdon, dans le Surrey peu distant.“

„ Nous commencâmes, pendant le déjeuner, à nous lancer quelques idées. Germaine Sablon les notait au crayon.“

„ Après le déjeuner, nous nous enfermâmes, Jef et moi, dans le salon de l’hôtel, meublé de sièges disparates et fatigués.“

„ Les strophes vinrent assez aisément. Nous nous attachions sutout, avec les mots le plus simples possibles, mais les plus durs, sans fioriture aucune, à évoquer toutes les formes de lutte et tous les risques de nos  compagnions sur le sol national. C’est à eux que nous pensions, à leurs peines et leurs affres. Nous tentions de nous faire leurs témoins et leurs messagers.“

„ Je tenais la plume. Un peu après l’heure du thé, nous avions terminé. Nos strophes tenaient sur trois feuillets. Nous téléphonâmes aussitôt à D’Astier, qui nous donna rendez-vous pour le soir même. Nous retrouvâmes chez lui et Louba Krassine quelques-uns de nos convives du déjeuner et d’autres amis… Une assistance d’une vingtaine de personnes, assez dense pour emplir le salon ; parmi elles des héros.“

„ Accompagné par Anna, je chantai donc pour la première fois Le Chant des Partisans.“

„ La réaction fut enthousiaste. Les applaudissements, spontanés, duraient. Je fus prié de recommencer, puis tous les présents reprirent en choeur le début.“

„ Nous l’avons, notre chant de la Résistance, disaient les uns et les autres.“

„ Est-il plus grande chance, pour un écrivain, et de meilleure justification de sa vocation, que d’avoir, un jour, en quelques phraes, pu résumer le combat d’un peuple ? Plus conscient que  je ne l’étais, Kessel me dit ce soir-là : „ Peut-être est-ce là tout ce qui restera de nous.“

„ Notre chant fut rapidement connu. Germaine Sablon en fut la première interprète dans le film de propagande d’Alberto Cavalcanti. La radio britannique le diffusa sous le titre d’Underground Song. Il fut répandu par le courrier de l’air que les avions anglais de la RAF jetaient par milliers d’exemplaires sur la France. Je sais que les passeurs des zones interdites s’en servirent pour signaler que la voie était libre, qu’il fut fredonné à bouche fermée par des prisons entières, et qu’il fut tranché dans la gorge de certains condamnés devant les pelotons d’exécution.“

„ J’eus la surprise, le premier jour que je fus à Paris au lendemain de la Libération, de l’entendre siffler dans un couloir de métro par un plombier-zingueur qui marchait devant moi.“

**********************************

„ Les uns faisaient sauter des trains.“

„ D’autres fignolaient des quatrains.“

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: