Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | January 28, 2014

Maurice Druon: résistant

Maurice Druon: résistant

Grüß Gott !

Druon est un écrivain-saumurien, dans la détresse et le chagrin, qui combat par tous les moyens.

Plon.fr / Ouvrages / Mémoires / C’était ma guerre, ma France et ma douleur / Maurice Druon / Internet:

„ Démobilisé, il rejoint son oncle Joseph Kessel et fait représenter sa pièce Mégarée à Monte Carlo le 13 février 1942.“

„ Il s’engage dans la résistance en se ralliant, à Marseille, au réseau Carte.“

„ Avec son oncle, il quitte la France fin 1942, pour rejoindre les rangs des Forces françaises libres du général de Gaulle.“

„ Il devient l’aide de camp du général François d’Astier de la Vigerie avant de rejoindre sa femme à Alger.“

„ N’ayant pu servir par les armes, Maurice Druon servira par la plume. Il compose avec son oncle Kessel les paroles d’une chanson dont l’air date de la propagande révolutionnaire soviétique et qu’a transformée une de leurs amies. Ce sera le ” Chant des partisans “.

Memoresist.org / Nous avons lu pour vous / Mémoire Maurice Druon / Internet:

„ Maurice Druon choisit d’écrire une pièce, qui fut, très peu jouée, mais qui se voulait un acte civique : ” Mégarée ” (Mégarée fille d’oedipe et redresseuse de tous les torts de la cité !) La première représentation de cette pièce aura lieu à Monte-Carlo le 3 février 1942 et s’inscrit comme un acte de résistance contre Vichy et l’occupant.“

Youtube.com / Maurice Druon / Vidéo / Internet:

„ C’est très simple, j’étais parti à cheval, pour rentrer dans Berlin, je me suis retrouvé sur la Dordogne, avec des chenillettes. Alors, c’est une humiliation insupportable, vraiment, à la fois une détresse intérieure, et une fureur intérieure. Et à partir de ce moment-là, je peux dire : j’étais résistant !

„ Je me suis trouvé d’ailleurs dans le secteur, et dans cette retraite abominable, humiliante. Vous savez, la panique, aaaah, c’est une épidémie ; même les gens qui ne craignent rien foutent le camp.“

„ Humiliation de la défaite de la France, humiliation de cette glissade de la moitié de la France sur l’autre. J’ai été tout de suite… c’est impossible… et il faudra, et il faudra combattre par tous les moyens ! “

„ J’ai lu dans „ La Petite Gironde “, qui paraissait encore, un entre-filet qui annonçait l’appel du général de Gaulle… je suis allé me présenté à mon colonel… pour rejoindre le général de Gaulle qui vient d’appeler. “

„ Et le colonel m’a dit : „ Et pourquoi faire ? “ (…)

„ Donc là, il y a le crime, il y a le crime Pétain, qui est celui de la démission, l’alibi de toutes les lâchetés, mais également la paralysie de beaucoup de courage. Et bien, j’suis resté ! Je suis resté dans l’Armée d’armistice. Et voilà pourquoi je n’ai pas rejoint le général de Gaulle plus tôt. Je le regrette. “

„ Je suis resté dans l’Armée d’armistice où nous étions dans un état d’esprit résistant. Et puis, quand j’ai été démobilisé, j’ai refusé de ? en zone libre. Fallait vivre. J’ai refusé des emplois officiels qu’on m’offrait. Je me suis débrouillé avec ma plume. Et j’ai accompli quelques actes de résistance.“

„ J’appartenais au réseau Carte, qui n’a pas été le plus brillant. (…) Et puis, tout le réseau a été décimé, parce que quelqu’un avait tous les noms sur son carnet d’adresses. Il y a eu de l’héroïsme et de la farfelutade, … improvisations. “

„ Oh, qu’est-ce que j’ai fait ? Rien d’extraordinaire : agent de liaison, fausses cartes d’identité, hébergement. “

C‘était ma guerre, ma France, ma douleur / Maurice Druon / Plon / 2010:

„ Pour compenser la monotomie des jours, j’avais Nîmes, la plus romaine des villes de France, dont on ne se lasse jamais.“

„ Est-ce d’y baigner dans l’Antiquité qui me remit au travail sur ma tragédie Mégarée ? L’hiver était froid, le jour tombait tôt et les obligations étaient peu prenantes. (…) J’achevai ma pièce vers la fin de février 41. Mon labeur était sans âge ; j’avais deux mille ans aussi bien que vingt. Il se trouva que, trois jours après, je fus démobilisé.“

„ Ainsi se terminèrent ensemble et mon premier ouvrage littéraire et ma vie militaire.“

„ Il n’y eut pas, durant les années noires qui suivirent la défaite, ville plus surpeuplée ni plus incommode que Marseille. Une population provisoire y avait reflué, faite de gens qui désiraient quitter la France, attendant un passeport qui n’arrivait pas, cherchant un passage qu’ils ne trouvaient pas.“

„ Je commençai là le roman, La Dernière Brigade, que j’avais en tête sur les combats de Saumur.“

„ Je décidai de vivre de ma plume. Et j’y parvins, maigrement. Je me remis à écire des nouvelles qui furent accueillies dans les hebdomadaires de la zone dite libre. La cavalerie, et les personnages que j’y avais rencontrés, me servirent de vivier. Les Seigneurs de la plaine serait le titre sous lequel je regrouperais ces histoires de guerre. “

„ J’écrivais aussi dans Le Mot d’ordre, seul quotidien convenable de la presse de Vichy. (…) Il offrait tribune à des signatures qui compteraient dans la résistance intellectuelle. Il fallait simplement, en choisissant ses thèmes, jouer avec la censure. Du journalisme au second degré, pour qui voulait comprendre.“

„ J’y retrouvais souvent mon oncle Jef qui y était fort mouvant. (…) Pour y tromper la monotonie des soirées, Jef me traduisait les vieilles chansons russes et tziganes que je m’amusais à mettre en vers français. Nous faisions ainsi, sans le savoir, nos gammes pour le Chant des Partisans.“

„ Nous allions ainsi passer ensemble un beau septembre, dans un petit hôtel de montagne, à Seyne-les-Alpes, au-dessus de Sisteron. Nous y disposions, en plus de nos chambres, d’une grande pièce ouvrant sur les prairies et où nous travaillions dos à dos, lui écrivant la suite du Tour du malheur, et moi le début de La Dernière Brigade.“

„ Il m’aida à degraisser ma tragédie Mégarée, qui était un peu obèse, jusqu’a ce qu’elle devînt une pièce maigre, mais nerveuse.“

„ Ma pièce entra en répétition le 3 janvier, au Palais de la Méditerranée, à Nice, dont les spectacles étaient couplés avec ceux de Monte-Carlo. La censure de Vichy s’était montrée ou myope, ou complaisante. Tous les censeurs n’étaient pas collaborationnistes et les oripeaux antiques étaient un bon déguisement.“

„ Et le 3 février 1942, le rideau se leva, dans le splendide opéra de Monte-Carlo, sur un temple baignant dans une lumière d’aube, et où un vieux devin, allongé sur les marches, annonçait du sang, beaucoup de sang, sur sa cité.“

„ Le public fut généreux et se mit debout à la fin de la pièce. Il n’était pas habituel, en ce temps-là, d’entendre clamer le mot de „ liberté “.“

„ Un universitaire suisse devait écrire, un peu plus tard, que Mégarée était la première oeuvre théâtrale de la Résistance. Je ne sache pas qu’il y en ait eu beaucoup d’autres.“

*******************************

„ N’ayant pu servir par les armes, Maurice Druon servira par la plume.“

Claire GRUBE

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: