Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | November 23, 2013

Le chant des partisans

Le chant des partisans

Grüß Gott !

C’est un chant de combat, pendant la Seconde Guerre mondiale, écrit par des grands résistants. Dans la banlieue de Londres.

Manuscrit / Le Chant des Partisans / Monument historique / Nouvelobs.com / 23.06.2008 / Internet:

« Le manuscrit original du “Chant des Partisans” et le mobilier du bureau occupé par le général de Gaulle entre 1947 et 1958 ont été classés monuments historiques, a annoncé lundi 4 décembre dans un communiqué le ministère de la Culture. »

« Le chant avait été écrit à la demande d’ Emmanuel d’Astier de la Vigerie, chef du réseau Libération, par Maurice Druon et Joseph Kessel à Couldson, dans le Surrey, en Angleterre, le 30 mai 1943. Les paroles avaient été chantées pour la première fois le soir même à Londres par Maurice Druon, sur une musique d’Anna Marly. »

« Diffusé clandestinement en France, le texte avait été connu par les émissions de la BBC réalisées sous l’indicatif “Honneur et Patrie”. Chanté par les résistants dans les prisons ou au moment de leur exécution, le “Chant des Partisans” est devenu l’hymne emblématique de la résistance et de la libération. »

Wikipedia / Chant des Partisans / Internet:

« Le Chant des partisans est l’hymne de la Résistance française durant l’occupation allemande, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été créé pendant la seconde guerre mondiale (1943). Les paroles sont de Joseph Kessel et de Maurice Druon. La musique est composé par Anna Marly. »

« Devenu l’indicatif de l’émission de la radio britannique BBC “Honneur et Patrie”, puis comme signe de reconnaissance dans les maquis, “Le Chant des Partisans” était devenu un succès mondial. On avait choisi de siffler ce chant, car la mélodie sifflée restait audible malgré le brouillage de la BBC effectué par les Allemands. »

« C’est la sœur de Jean Sablon, Germaine, qui l’amena à sa forme finale et en fit un succès. Largué par la Royal Air Force sur la France occupée, et écouté clandestinement, ce succès se répandit immédiatement tant en France qu’ailleurs dans les milieux de la Résistance et des Forces Françaises de l’Intérieur. »

Libération.fr / Les partisans écrit du chœur / Culture / 30.12.2003 / Internet:

“ Druon en solo ? La polémique a donc repris en novembre autour de la candidature de Giscard à l’Académie française. L’occasion qu’a trouvée Christophe D’Astier, fils d’Emmanuel D’Astier et de Louba Krassine, de remettre Maurice Druon à sa place. Il écrit dans les pages Rebonds de Libération : « Si c’est d’avoir réussi à cosigner le Chant des partisans qu’il (Maurice Druon) pense tirer sa légitimité gaulliste, il serait temps de remettre les pendules à l’heure : les témoins de l’entreprise s’accordaient à dire que l’apport de Druon fut assez symbolique. Comment puis-je affirmer cela ? Parce que ce chant a été écrit dans l’appartement de ma mère à Londres. »

« Piqué au vif, quelques jours plus tard, Maurice Druon reprend sa version du Chant : « Je l’ai écrit de ma main de bout en bout dans la campagne anglaise, très exactement à Coulsdon Park, le 30 mai 1943. » Comme si, de cet événement poétique entre amis artistes et résistants, il ne restait plus que l’auteur des Rois maudits. Pour rappel, en mai 1943, il écrivait pourtant avec Kessel : « Ami, si tu tombes / Un ami sort de l’ombre / A ta place »“

Ac.Versailles / Le chant des Partisans / Internet:

« Le Chant de la Libération, c’est son titre officiel, est plus connu sous le nom de Chant des Partisans. Il fut composé à Londres par Anna Marly et mis ensuite en parole par Maurice Druon et Joseph Kessel. »

« La musique sans le texte servait d’indicatif à l’émission des Français libres “Honneur et Patrie”, et fut diffusée quotidiennement par la BBC du 17 mai 43 au 2 mars 44. »

« Le texte de Druon et Kessel quant à lui fut diffusé pour la première fois en France le 25 mai 1943 par les Cahiers de la Libération, le journal clandestin d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie. »

« Durant la guerre, la diffusion de cette chanson fut assez limitée. C’est après la Libération qu’elle devint cette Marseillaise de l’ombre, qui devait participer au mythe de la France résistante qui se construisit durant les années de l’après guerre. Elle fut d’autant plus reprise et officialisée, que la Résistance réelle avait été ultra minoritaire dans le pays de 1940 à 1944. »

********************************

« … qui devait participer au mythe de la France résistante. »

Claire GRUBE

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: