Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | November 12, 2013

La résistance féminine

La résistance féminine

Grüß Gott !

Les femmes françaises, pendant l’Occupation, portent des choses. En cachette, dans la poussette.

Femmes et résistance.e-monsite.com / Femmes et Résistance lors de la seconde guerre mondiale / La résistance féminine / Internet:

„ Quand on se penche sur la Résistance féminine, la première difficulté est de cerner précisément en quoi elle consiste, pour peu que l’on veuille dépasser le mythe ou l’image d’Épinal traditionnelle : celle de la ménagère transportant des armes ou des tracts dans sa voiture d’enfant. “

Ihtp.Cnrs.fr / Guerre, femmes et nation en France / 1939-1945 / Internet:

« Autre exemple, pour abuser l’ennemi la préférence était donnée aux femmes comme agent de liaison et notamment les jeunes mères poussant un landau : l’image de la maternité et de la vulnérabilité, métaphore par excellence du civil inoffensif. La situation change avec le passage à la lutte armée et la militarisation de la résistance : dès lors le taux de féminisation chute dans les groupes de combat pour devenir insignifiant. Seules de très rares partisanes ont effectivement porté les armes durant les affrontements. En général les femmes présentes dans ces formations intervenaient dans les unités médicales, les services sociaux des maquis ou comme agent de liaison, certaines recevant à ce titre des grades d’officier FFI ou FTP. »

Clio.revues.org / Résistances et Libérations France 1940-1945 / L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance / Rita Thalmann / Internet:

« Jugées généralement incapables de se servir d’armes, les femmes, qui passaient plus facilement inaperçues avec un cabas ou une voiture d’enfants, effectuaient les repérages des lieux ainsi que les transports d’armes et d’explosifs avant les attentats. »

Resistance.Azur.Free.fr / Documents, témoignages, recherches / Les femmes dans la résistance azuréenne / Internet:

« Laurent Giaume, technique du P.C.F, signale que sa femme “assura de nombreuses liaisons à Nice et hors de Nice, ramassant dans les lieux convenus des documents importants, les camouflant dans un panier recouvert d’herbe à lapins » ».

La vie.fr / Résistance / Les femmes en première ligne / Christine Bouteiller / N° 3066 / Internet:

« Quand l’armistice de 1940 est signé, une moitié de la population française est encore inexistante politiquement. Alors que, depuis 1938, une prime encourage le retour des femmes au foyer, le tout nouveau gouvernement de Vichy restreint l’accès des femmes mariées aux emplois publics. C’est dans ce contexte, où elles n’ont que très rarement voix au chapitre, que des femmes vont pourtant s’illustrer par des actes de résistance. Elles commencent par de petits riens, de minuscules désobéissances envers l’occupant, des blagues en anglais lancées aux Allemands. Puis des affiches de propagande sont arrachées, des tracts recopiés à la main et transmis par des concierges condescendantes. Des maisons, jadis simples foyers, deviennent imprimeries, repaires, cachettes pour parachutistes ou camarades recherchés. »

« Certaines se promènent, visage candide mais sacoches bourrées de documents compromettants, d’autres cachent des armes dans les poussettes de leurs enfants. Elles recueillent des renseignements militaires qu’elles transmettent par radio aux forces de Londres. Elles assurent la logistique de réseaux clandestins entiers et parfois même, donnent le coup de feu. »

Paris.fr / Mairie de Paris / Cecil Rol-Tanguy / Une femme dans la Résistance / Internet:

« Je transportais des grenades dans le landau de mes enfants. »

« L’évocation d’Henri ravive une émotion contenue. La vie de famille ne freine pas la résistante. « Dans le landau d’Hélène, l’aînée de nos quatre enfants, puis dans celui de Jean, je transportais des revolvers, des grenades, des journaux clandestins…»

Il était des femmes dans la Résistance / Ania Francos / Stock / 1978:

« Qui imaginerait par exemple, en cet automne 1940, que cette jeune femme qui traverse Paris en métro, un bébé dans les bras, cache au milieu de son sac de couches un engin explosif dont son mari, le futur colonel Rol-Tanguy, va enseigner le maniement à de jeunes camarades dans un terrain vague de banlieue. »

Memoresist.org / Des résistantes parisiennes / 1940-1944 / Internet:

„ Après la défaite de mai juin 40 les femmes sont seules : le père, le mari ou le frère ont été tués ou sont aux ” Stalags “. Leurs formes de leur résistance sont multiples. Résistance de ménagères comme celles ” de la rue de Buci ” qui manifestent contre les privations, résistance d’enseignantes qui refusent les lois raciales du régime, résistance de travailleuses qui à vélo ou dans le landau transportent armes, tracts et journaux ou tracent sur les murs de la ville des ” V ” en forme de victoire.”

Word.world.org / Cititzenship / Austria / Irma Schwager / Internet:

„ At age 18 Irma started out for England, but never arrived, instead staying illegally in Belgium and joining a group of political emigrants. In the discussions she began to understand that “ you are not only a victim, you not only can resist, you have to.” With the German invasion in May 1940 the situation in occupied Belgium got so critical for Irma that she fled to France. There she was detained in the camp Gurs and joined an illegal Communist organization. With the help of the French resistance movement she succeeded in fleeing the camp.“

„ In 1943 when Irma was pregnant, she was sent to her husband who was also active in the Resistance in one of the northern departments. She gave birth to her daughter, with fake documents, and experienced the solidarity of her French comrades. “ I had enough clothes for six children.” Irma continued her resistance work and transported leaflets in the baby carriage. “ That was wonderfully unsuspicious ”- but perilous. “

Clermont-Ferrand.fr / Mon enfance sous les bombes ou le devoir de mémoire de Louis Saugues / Internet:

„ Les résistants manifestent un courage extraordinaire. ” Telles ces deux femmes contrôlées par les SS, circulant à bicyclette, équipées de lessiveuses garnies d’un liquide nauséabond et cachant des éléments de mitraillettes”. “

Combattantes sans uniforme / Elisabeth Terrenoire / Blond et Gay / 1946:

„ On pourrait tracer presque le même portrait de Christiane, petite parisienne de 19 ans, fille d’une épicière, devenue agent de liaison pour un maquis de Seine-et-Oise, après avoir fait de la résitance à Paris.“ (…)  Mais Christiane était de taille à supporter tout cela : elle transportait de la dynamite sur sa bicyclette, faisait 160 kilomètres par jour et, quand elle rencontrait des Allemands, elle leur faisait de beaux sourires…  Ce qui ne l’empêchait pas à l’occasion de leur „chiper“ leurs armes.“

Edelweiß / L’armée des petites ombres dans la ville lumière / Roger Faligot / La Découverte / 2010:

„ Combien de fois ne voit-on pas, comme plus tard dans les films, une jeune fille à bicyclette, nez au ciel, cheveux au vent, passer un point de contrôle ou un barrage sous l’oeil égrillard des soldats vert-de-gris. Songent-ils qu’elle dissimule sous ses jupes ou dans son panier garni un pistolet, une liasse de tracts ou un petit émetteur radio ? “

************************************

« Mythe ou image d’Épinal »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: