Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | November 6, 2013

Opération Anton

Opération Anton

Grüß Gott !

Les troupes allemandes, après une campagne éclair, occupent le reste de la France, en un temps record.

Wikipedia / Opération Anton / Internet:

« L’opération Anton est le nom de code de l’invasion de la zone libre française par les armées allemande et italienne, en novembre 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale. »

« Le plan fut lancé sur ordre d’Adolf Hitler à la suite du débarquement anglo-américain (opération Torch) au Maroc et en Algérie, à l’époque protectorat et départements français, à laquelle l’amiral François Darlan opposa une résistance et qui signa un cessez-le-feu avec les Alliés le 10 novembre. Le plan dérivait de l’opération Attila, un plan d’invasion préparé dès décembre 1940 par l’état-major allemand mais avec un choix différent des forces engagées et avec une participation importante de l’armée italienne. »

« La résistance française réagit peu, se limitant à des émissions radiophoniques qui dénonçaient la violation de l’armistice de juin 1940 signé à la suite de la bataille de France. »

« Des éléments de l’Armée de Vichy prirent position autour de Toulon pour défendre la ville encerclée par les deux armées allemandes ; quand ils furent mis en demeure de se disperser et de rendre les armes, ils décidèrent cependant de ne pas affronter l’ennemi, convaincus d’éviter d’inutiles effusions de sang. »

La Seconde Guerre mondiale / Pierre Miquel / Fayard / 1986:

« Laval a gagné Munich le 9 novembre après un Conseil des ministres où l’on a décidé de rompre les relations diplomatiques avec les Alliés, sans toutefois leur déclarer la guerre. Traité par Hitler avec une « politesse glaciale », il n’est pas même informé que le chancelier vient de donner l’ordre d’envahir le sud de la France. Laval, le 11, est à Berchtesgaden quand il apprend que la Wehrmacht a franchi à 7 heures la ligne de démarcation. C’est tout juste s’il peut obtenir que les Allemands n’occupent pas Vichy et n’entrent pas dans le port de Toulon. »

« L’armée d’armistice est dissoute. De Lattre de Tassigny qui, à Montpellier, a esquissé une résistance, est arrêté. »

La France dans l’Europe de Hitler / Eberhard Jäckel / Fayard / 1968:

« A ce moment, les unités allemandes avaient traversé presque tout le sud de la France. Le commandant von Rundstedt, commandant en chef du front de l’Ouest, put annoncer au bout de 22 h 1/2 seulement que la côte de la Méditerranée était atteinte, tout en soulignant avec satisfaction l’esprit de coopération dont avaient fait montre toutes les autorités françaises. Nulle part la moindre résistance n’avait été opposée. »

« Dans un rapport du groupe d’armées Rundstedt, on peut lire : Le mouvement s’est déroulé le 12 novembre conformément au plan et sans le moindre incident. L’armée française, loyale, aide les troupes. La police française est empressée et pleine de bonne volonté. L’attitude de la population est le plus souvent indifférente, excepté les régions de Marseille et de Roanne ouvertement hostiles, et la région AOK1 (ouest du littoral mériterranéen) intéressée et empressée. »

« On ne pouvait guère prouver plus brutalement aux Français que ce qu’ils appelaient volontiers la « zone libre » appartenait désormais au passé. »

Ligne de démarcation / 1942 / Henri Amouroux / Cassette Radio-France: 

« La confusion est partout ; mais comment ne le serait-elle pas dans cette armée française de l’armistice, ses 96 ou 98.000 hommes rassemblés dans la zone non occupée ? »

« Le 11 novembre, à 8h30, alors que les troupes allemandes franchissent la ligne de démarcation, le général Bridoux, qui est ministre au Secrétaire d’Etat à la Guerre, annule tous les ordres donnés par l’Etat-major de l’armée. Et comme de Lattre décide de désobéir, et bien, c’est à qui arrêtera De Lattre. »

« On fait fermer, -on-, des officiers, des généraux font fermer les grilles des  casernes, on détèle les locomotives qui devaient entraîner les wagons du 8eme Régiment d’Infanterie, on arrête les collaborateurs de De Lattre. Lui-même, partant pour cette aventure, dont il sait que sera une aventure vouée à l’échec, n’est suivi que par 150 hommes et une section d’artillerie sous le commandement du capitaine Quinche. Cette troupe est arrêtée à Saint-Pons par quelques gendarmes, comme de Lattre sera arrêté quelques heures plus tard, lui aussi, par une dizaine ou une douzaine de gendarmes. »

« Et Vichy, la presse, s’emploiera à ridiculiser le général De Lattre. Ce qui fera dire à un préfet régional, le préfet Hontebeyrie : « En cette journée du 11 novembre, on m’a beaucoup parlé d’arrêter le général de Lattre, et pas du tout d’arrêter les Allemands. »

« Les Allemands, en effet, ont franchi la ligne de démarcation et n’ont rencontré aucune résistance. Ils arrivent à Marseille dans la soirée. »

« Les troupes allemandes traversent la zone libre pour rejoindre des positions de défense sur les côtes de Méditerranée. »

« L’armée française est restée enfermée dans ses casernes. Bientôt, l’armée allemande l’en fera sortir, et très rapidement. »

*********************************

« Le 11 novembre 1942, la zone dite libre, est occupée en un temps record. »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: