Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | September 30, 2013

César: la cavalerie germaine

César : la cavalerie germaine

Grüß Gott !

Les cavaliers germains, en Gaule, aident les soldats romains, qui apportent la civilisation et le progrès.

La guerre des Gaules / Jules César / L. A. Constans / 1926:

« César fait sortir du camp sa cavalerie et engage la bataille ; puis, les siens étant en difficulté, il envoie à leur secours environ quatre cents Germains qu’il avait coutume, depuis le début de la guerre, d’avoir avec lui. Les Gaulois ne purent supporter leur charge : ils furent mis en déroute et se replièrent sur le gros, non sans avoir subi de lourdes pertes. »

« Enfin les Germains, sur la droite, avisant une hauteur qui dominait le pays, bousculent les ennemis qui s’y trouvait ; ils les poursuivent jusqu’à la rivière ; où Vercingétorix avait pris position avec son infanterie, et en font un grand carnage. Voyant cela, les autres craignent d’être enveloppés et se mettent à fuir. Partout on les massacres. »

« Après cette déroute de toute sa cavalerie, Vercingétorix qui avait disposé ses troupes en avant de son camp, les mis en retraite incontinent, et prit la route d’Alésia, ville des Mandubiens, en ordonnant qu’on se hâtât de faire sortir du camp les bagages et de les acheminer à sa suite. César, ayant fait conduire ses bagages sur la colline la plus proche et ayant laissé deux légions pour les garder, poursuivit l’ennemi aussi longtemps que le jour le lui permit, et lui tua environ trois mille hommes à l’arrière-garde ; le lendemain, il campa devant Alésia. S’étant rendu compte de la force de la position, et voyant d’autre part que l’ennemi était terrifié, parce que sa cavalerie, qui était l’arme sur laquelle il comptait le plus, avait été battue, il exorta ses soldats au travail et entreprit l’investissement de la place. »

« Les travaux étaient en cours d’exécution quand a lieu un combat de cavalerie dans la plaine qui , comme nous l’avons expliqué tout à l’heure, s’étendait entre les collines sur une longueur de trois mille pas. L’acharnement est extrême de part et d’autre. César envoie les Germains au secours des nôtres qui fléchissent et il range ses légions à l’avant du camp pour prévenir une attaque soudaine de l’infanterie ennemie. »

« Le combat durait depuis midi, on était presqu’au coucher du soleil, et la victoire restait indécise, quand les Germains, massés sur un seul point, chargèrent l’ennemi en rang serré et les refoulèrent ; les cavaliers mirent en fuite, les archers furent enveloppés et massacrés. »

« A peine entendent-elles le signal de la retraite, les troupes de secours sortent de leur camp et s’enfuient. Si nos soldats n’avaient été harassés pour être maintes fois intervenus en renfort et avoir été à la peine toute la journée, on aurait pu détruire entièrement l’armée ennemi. La cavalerie, lancée à sa poursuite, atteint l’arrière-garde peu de temps aprés minuit ; beaucoup sont pris ou massacrés ; les autres, ayant réussi à s’échapper, se dispersent dans leurs cités. »

Commentaires de Jules César / Guerre des Gaules / Ch. Louandre / Charpentier / 1857:

« Pendant ce temps, nos soldats prenaient des informations, et les Gaulois et les marchands leur parlaient de la taille élevée des Germains ; ils étaient, disaient-ils, d’un courage et d’une adresse incroyables dans le maniement des armes. »

« César fait sortir sa cavalerie hors du camp et l’engage contre celle des Gaulois. Les nôtres ayant peine à soutenir le choc, ils les fit appuyer par six cents cavaliers germains, qu’il gardait près de lui depuis le début de la guerre. Les Gaulois culbutés par leur charge furent mis en fuite, et se retirèrent après de grandes pertes sur le gros de leur armée. »

« César, sachant que l’ennemi était supérieur en cavalerie, et voyant toutes les routes fermées, ne pouvait obtenir aucun secours de la Province et d’Italie, et il envoya des députés au delà du Rhin, en Germanie, vers les cités qu’il avait soumises l’année précédente ; il en tira des cavaliers et des fantassins armés à la légère qui ont l’habitude de combattre dans leurs rangs. »

« Quand les nôtres paraissent fatigués ou serrés de trop prés sur un point, César ordonne d’y porter les enseignes et de s’y établir en bataille, ce qui arrête la poursuite de l’ennemi, et soutient les nôtres, parce qu’ils espérent être secourus. »

« Enfin les Germains, qui étaient à la droite, s’emparent d’une hauteur et en chassent l’ennemi. Ils poursuivent les fuyards jusqu’à la rivière auprès de laquelle Vercingétorix était posté avec les troupes de pied, et ils en tuent un grand nombre. Les autres, en voyant cette déroute, craignent d’être enveloppés, et prennent la fuite. On les tue partout. »

« On combattit de part et d’autre avec la plus grande vigueur. Nos hommes étant serrés de prés, César les fit soutenir par les Germains, et rangea les légions en avant du camp, pour empêcher l’infanterie ennemie de nous attaquer à l’improviste. Les nôtres, appuyés par les légions, reprennent courage : les Gaulois, mis en déroute, s’embarrassent eux-mêmes par leur multitude, et se massent aux portes qu’on a ménagées et qui se trouvaient trop étroites ; alors les Germains les suivent plus vivement encore jusqu’à leurs fortifications. Le carnage fut grand. (…) Les Germains se retirent après avoir tué un grand nombre d’ennemis et pris beaucoup de chevaux. »

« On s’était battu sans avantage marqué depuis midi jusqu’au couché du soleil, lorsque les Germains, se massant en escadrons serrés sur un seul point, chargèrent l’ennemi et le culbutèrent ; après la déroute de la cavalerie, les archers furent enveloppés et tués. Sur les autres points, les nôtres poursuivirent les fuyards jusqu’à leur camp, sans leur donner le temps de se rallier. »

« Dans une de ces rencontres, les Germains que César avait fait venir des contrées transrhénanes pour les faire combattre dans les rangs de la cavalerie, traversèrent tous le marais, avec la plus grande intrépidité, et après avoir tué le petit nombre d’ennemis qui résistait, ils s’acharnèrent à la poursuite des autres … »

« Il [Caninius] envoya vers ce camp toute la cavalerie et les fantassins germains, dont l’agilité est  incomparable ; lorsqu’il se fut approché de l’ennemi, il apprit par les éclaireurs que les Germains, ainsi que la cavalerie s’etaient portés rapidement porté contre eux, les avaient surpris au moment où ils ne s’attendaient à rien et que l’affaire était engagée. »

« Dans ce moment les Germains et les cavaliers en voyant les enseignes de la légion, combattent avec une vigueur nouvelle, les cohortes chargent en même temps de tous les cotés, les ennemis sont tous tués ou pris, et nos soldats s’emparent d’un butin considérable. »

Vercingétorix / Camille Jullian / Hachette / 1902:

« Si Labienus a préparé les succès de César, les Germains ont réparé les défaites des Romains. »

« César, au début de ses principales campagnes, appelle à son aide immédiate les cavaliers et l’infanterie légère des peuplades germaniques. Il semble dire que ces alliés furent peu nombreux : mais leur nombre n’importe pas, il faut simplement constater leur rôle. »

« La première rencontre de cavalerie entre les Gaulois de Vercingétorix et les troupes romaines a lieu près de Noviodunum : celles-ci reculent, les Germains rétablissent le combat. »

« Devant Alésia, il y eut deux combats de cavalerie, l’un engagé par Vercingétorix et l’autre par l’armée de secours, et ils furent l’un et l’autre la répétition de Noviodunum : nos hommes faiblissaient, dit César, mais les Germains assurèrent la victoire. »

« Enfin, la grande bataille de Dijon se composa de deux engagements distincts : à leur droite, où ils n’ont point de Germains en face d’eux, les Gaulois sont vainqueurs, et César lui-même faillit périr ; à leur gauche, les Germains les écrasent et arrivent à temps pour dégager le reste de l’armée romaine. »

****************************************

« Qu’on suppose le proconsul privé du secours des escadrons germains … »

Claire GRUBE

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: