Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | June 16, 2013

La France de 1940

La France de 1940

Grüß Gott !

La Grande Nation, dans les années 1940, est un pays négligé et arriéré, qui choque les vainqueurs allemands. Puis les libérateurs américains.

Enfants maudits / Jean-Paul Picaper / Ludwig Norz / Syrtes / 2004:

« Les recrues que la Wehrmacht envoyait défiler étaient jeunes, athlétiques. Les Français de la zone Nord ont vu déferler une armée qui leur renvoyait une image humiliante d’eux-mêmes. On était au mois de juin. Ces hommes venaient de parcourir de grandes distances et se lavaient le torse nu dans les fontaines des villes et aux abreuvoirs des villages, conformément aux habitudes d’hygiène et de sport qu’on leur avait inculquées. Ce spectacle et ces comportements frappèrent bien des témoins. »

« Place Napoléon, les soldats allemands ont arrêté leurs motos. Torses nus, ils se sont baignés dans la fontaine. Nous qui prenions notre douche une fois par semaine, en slip, le spectacle de ces jeunes hommes libres dans leurs corps, selon la tradition nordique, nous a fait mesurer le monde qui nous séparait d’eux. Pour les jeunes filles un peu effrontées, cette nouvelle distraction valait la peine d’arriver en retard à la maison. »

« Les vaincus de 1940 se sont sentis plus démunis et arriérés qu’ils ne l’étaient devant le miroir que leur tendait le vainqueur. Le provincial (…) ne disposait pas toujours d’eau courante ni d’électricité, logeait dans la promiscuité avec les animaux de  ferme, à l’intérieur d’un habitat peu éclairé, malsain ou délabré. L’hygiène n’était pas le souci principal. On baignait les enfants dans des bassines en zinc ou des tubs, voire dans des cuves en bois. Les adultes se lavaient au robinet, devant l’évier de la cuisine, sans ôter  leurs sous-vêtements. Les hommes dormaient en caleçon. Ils changeaient de linge au mieux une fois par semaine. »

« A tous points de vue, l’Allemagne se démarquait de la « Grande Nation » qui l’avait fascinée lors de l’époque napoléonienne. L’illettrisme y était peu répondu. La grande majorité des ménages possédait une radio et nombre de familles étaient abonnées à un journal, (…)

Le confort matériel, notamment en équipement sanitaire, avait progressé malgré les crises monétaires et économiques des années 1920 et du début des années 1930. Les classes moyennes possédaient une douche dans leur logement, alors que le broc et la cuvette prédominaient encore en France. »

« Les Allemands pratiquaient le camping, les randonnées, le ski de haute montagne, le naturisme et la gymnastique de plein air. »

Youtube / Entretien avec André Bayle / Partie 9 / Internet:

„ En 1936, j’ai eu un des chocs principaux de ma vie (…) Lorsque j’ai débarqué à Berlin, j’ai eu l’impression d’être dans un autre monde, complétement dans un autre monde (…) J’étais très surpris, j’étais complètement éberlué (…) Et on voyait un enthousiasme de la jeunesse, extraordinaire, extraordinaire.“

„ On avait l’impression qu’il n’y avait pas d’ouvriers, parce que, même maintenant, en Allemagne, un ouvrier, du temps d’Hitler, et même avant, ou même après, avant de sortir de son travail, il s’habille, c’est-à-dire, il se douche. Donc, ça sous-entend des équipements correspondants. Il s’habille, il sort habillé comme un péquin (…) mais on n’a pas l’impression qu’il y a des ouvriers, en bleu, comme les nôtres, qui (…) sortent, le maçon avec le plâtre sur la figure, le mécanicien, cambouis sur les mains, etc “

„ J’ai vu toutes ces maisons, les maisons individuelles bien rangées, des fleurs de partout, les gens propres, (…)  il y avait un enthousiasme vraiment réel, (…) ça été un choc terrible qui m’a marqué. “

„ Et je disais, lorsqu’ils ont vu arriver les Allemands : « Tu vois leur équipement, tu vois leur tenue, tu vois tout ça ! Quoi, tu vois des gens qui sont, … « Tu disais qu’ils avaient pas de beurre à manger, ils fabriquaient des canons mais ils n’avaient pas de beurre. » “

J’ai essayé de comprendre / Mémoires 1920-1950 / André Calves / 1993 / Internet:

„ Ajoutons à cela des habitudes d’hygiène assez inconnues dans la France de 1940.“

„ Plus tard, bien des ouvriers revenus du travail obligatoire en Allemagne, attribueront au régime nazi, la bonne organisation des usines, les douches, les sanitaires, toutes choses qui existaient depuis plus de cinquante ans.“

„ On a l’habitude, à tort, de ne voir la « civilisation » que dans les fleurs aux fenêtres, les bains douches, etc. Le Français moyen n’a pas d’autres critères quand il décrète que les peuples des colonies ne sont pas civilisés.“

„ L’Allemand moyen n’est pas différent, et quand il visite les fermes bretonnes de 1940, où, neuf fois sur dix, la crèche des vaches sert de « toilettes » aux humains, il doit avoir tendance à penser qu’il ne s’agit pas d’un peuple civilisé. “

Dailymotion / Un village sous l’Occupation / les Allemands / Internet:

« Et alors, ce qui m’avait surpris, ces gens-là, ils se lavaient, ils se lavaient, même deux fois par jour, tout nu, hein, de l’eau, de l’eau, ils se lavaient. Mais nous, qu’on se lavait une fois par semaine, on trouvait ça un peu drôle, quoi, que ces gens-là, ils se lavaient comme ça.  »

Vie et mœurs des GI’s en Europe / Marc Hillel / Balland / 1981:

« En France, ils s’étaient offusqués de la coutume d’uriner en public, à la vue des passants, et l’haleine des Français, due à des mets trop fortement relevés, les avait offensés. L’absence de chauffage central, de salle de bains et le manque d’hygiène avaient suscité d’innombrables remarques sur ces pays considérés comme ayant 50 ans de retard sur l’American Way of Life qu’il leur avait fallu abandonner pour sauver l’Europe. »

Deutschlandfunk / Politischeliteratur / Jean-Paul Picaper / Ludwig Norz / Internet:

„ Frankreich war damals ein ziemlich rückständiges Land. Man empfand die Überlegenheit der Wehrmachtssoldaten wie einen Schock. Diese Blüte der deutschen Jugend kam mit dem Motorrad, mit dem Panzer. Es war Juni. Sie wuschen sich mit nackten Oberkörper am Stadtbrunnen oder an der Dorftränke, ganz nach dem Vorstellungen von Hygiene und Sauberkeit, die man ihnen beim organisierten Sport beigebracht hatte. Deutschland stellte quasi das Amerika der damaligen Zeit dar.“

Marianne in chains / In Search of the German Occupation / 1940- 1945 / Robert Gildea / Macmillan / 2002:

« The Germans in general regarded France as a rich country but a backward and unproductive one, whose resources needed to be developed rationally if exploitation on a long-term basis was to be a succes. Helmut Voss, in Angers, compared France to „ a beautiful older woman “. „ The houses, fields and gardens “, he said, „ are somewhat neglected, the whole seems unplanned and disconnected, the technology thirty years old of date and makes us smile, the looks are seductive only from a certain distance. »

*********************************

« a beautiful older woman »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: