Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | May 18, 2013

Joséphine Barthélemy

Joséphine Barthélemy

Grüß Gott !

Une jeune domestique, en France, pendant la Première Guerre mondiale, travaille avec les soldats allemands. Et devient maman.

Persee.fr / Revues scientifiques / Natalisme et nationalisme pendant la première guerre mondiale / 1995 / Judith Wishnia / Internet:

« Au début de 1917, ce fut une affaire d’infanticide qui attira de nouveau l’attention du public sur la situation des victimes de viol et sur les lois concernant l’avortement. Une jeune paysanne, avait été forcée par les Allemands de travailler comme domestique dans un de leurs hôpitaux militaires. Enfin relâchée et cachant sa grossesse, elle se rendit chez sa sœur dans la banlieue de Paris, où elle accoucha en secret dans les toilettes d’un enfant qu’elle laissa mourir là. Arrêtée et jugée pour infanticide, elle expliqua au tribunal que catholique pratiquante et vierge, elle avait été violée par – six soldats allemands – et qu’elle avait eu trop honte pour en parler à quiconque. »

l’Enfant de l’Ennemi / Stéphane Audoin-Rouzeau / Paris / Aubier / 1995:

« Un fait divers infime est au point à l’origine de ce livre. Il tient en quelques lignes : en août 1916, une jeune domestique de vingt ans, réfugiée de Meurthe-et-Moselle, tue l’enfant qu’elle vient de mettre au monde. Elle n’avait pas voulu, affirme-t-elle lors de son arrestation, laisser vivre un enfant de l’ennemi, un « enfant du viol boche » pour reprendre la terminologie de l’époque. En janvier 1917, elle comparait pour infanticide devant les juges et les jurés de la cour d’Assise de Paris. »

« Dès 1912, elle avait été placée comme bonne à Chambley, en Meurthe-et-Moselle : à l’arrivée des Allemands, elle avait du laver le linge et la vaisselle de l’hôpital installé dans l’église par les occupants. Puis, raconte-t-elle, au milieu de 1915, sans que je puisse préciser autrement, quatre soldats allemands de la Croix-Rouge ont pénétré dans une petite pièce à côté de l’église, une espèce de sacristie, où je travaillais. Ils m’ont parlé en allemand ; mais je n’ai pas compris. Ils m’ont couchée à terre, me tenant les bras et les jambes, et l’un deux m’a prise de force. Il m’a fait mal. J’affirme que je n’avais jamais eu de relations avec un homme. J’ai crié, mais personne n’est venu. L’accusée précise qu’elle n’en est pas restée-là : dès le lendemain, elle est allée se plaindre au commandant qui lui a demandé si elle connaissait ses agresseurs. Ce n’était pas le cas. On ne pouvait donc espérer les retrouver. » (15)

(15) L’affirmation est d’ailleurs étrange, puisque Joséphine connaissait nécessairement les infirmiers qu’elle était amenée à côtoyer dans cet hôpital de compagne.

Enfants maudits / Jean-Paul Picaper / Ludwig Norz / Editions des Syrtes / 2004:

« Il ne pouvait s’agir, dans les représentations de l’époque, que « d’enfants du viol », car une femme française n’aurait jamais consenti à des rapports intimes avec l’envahisseur. »

« Le procès de Joséphine Barthélemy, en janvier 1917, est un cas d’école. Originaire de Meurthe-et-Moselle, cette jeune femme inculte affirmait avoir été violée par deux ou quatre soldats dans la sacristie de l’église transformée en hôpital par les Allemands. Elle y travaillait comme fille de salle. Evacuée par les autorités allemandes avec cinquante autres personnes vers la Suisse, elle regagna son pays natal et trouva un emploi à Gennevilliers. C’est là qu’elle tua son bébé dès sa naissance, dans des conditions sordides. On retrouva le petit cadavre aux latrines et elle fut inculpée. »

« On peut cependant douter que les violences subies par Joséphine Barthélemy aient eu lieu dans les circonstances énoncées à l’origine. Dans l’acte d’accusation, il n’était d’ailleurs plus question de deux ou de quatre violeurs, mais d’un seul. »

**************************************

« Une femme française n’aurait jamais consenti … »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: