Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | May 1, 2013

Saumur: drapeau blanc

Saumur : drapeau blanc

Grüß Gott !

Des soldats allemands, en l’an 1940, à Saumur, avec un drapeau blanc, veulent parler. Pourtant, les soldats français refusent la discussion.

Wikipedia / Le drapeau blanc / Internet:

« Le drapeau blanc est un signe international de paix, de trêve, de reddition d’un belligérant.

« Ce drapeau est typiquement employé en période de guerre ; des soldats portant ou agitant un drapeau blanc ne doivent pas être attaqués. Il indique à tous qu’un négociateur s’approche désarmé ou a l’intention de se rendre. »

„ On attend d’une personne portant le drapeau blanc qu’elle reste neutre et ne s’engage pas dans des actes guerriers.“

« Le drapeau blanc est reconnu par la convention de La Haye depuis 1899. »

Les cadets de Saumur / Juin 1940 / Patrick de Gmeline / Presse de la cité / 1993-2010:

„ 19 juin. 6H45. (…) Le capitaine Hartung commande le 40e bataillon du Génie dont la deuxième compagnie fait partie du détachement von Edelsheim. Hartung écoute l’officier français qui a été fait prisonnier, tout à l’heure, alors qu’avec l’un de ses camarades, il tentait de rejoindre son unité, un détachement d’artillerie venant du 201e dépôt de Savigné-l’Evêque. ”

„ Hartung n’a pas d’états d’âme. Il vient de recevoir la mission de demander la reddition de la garnison de Saumur et d’en profiter pour examiner la cassure du pont et apprécier le temps nécessaire à sa remise en état. Mais Hartung ne parle pas français. Ce lieutenant prisonnier lui servira d’interprète. (…)

„ Les deux hommes montent dans une torpédo allemande, conduite par un simple soldat qui vient de confectionner un drapeau blanc au moyen d’un morceau de tissu fixé sur un cadre de bois. La torpédo débouche de la rue de l’Ile-Neuve sur la place de la Gare. Toujours dans leur tranchée, les élèves Béraud et Quéré regardent le véhicule s’approcher de l’entrée du pont à vitesse réduite, s’y s’engager et s’arrêter au niveau de la première culée, au milieu de la chaussée, légèrement déportée sur la droite.“

„ En face, le lieutenant de Buffévent est sorti de son PC en courant. Il braque ses jumelles sur la voiture. Tous ses élèves attendent, armes pointées. Qu’est-ce que cela veut dire ? La portière arrière droite de la voiture s’est ouverte. Le capitaine Hartung sort. Il tient à la main le panneau blanc que vient de lui tendre le chauffeur et, s’approchant du parapet, il l’agite, bras levé, en direction des Français. Buffévent fronce les sourcils. Il se remémore l’ordre que lui a apporté hier soir, ainsi qu’à tous les commandants de brigade, un agent de liaison.

„ Des unités allemandes se présentent avec le drapeau blanc, ne pas en tenir compte et continuer le combat .

„ D’ailleurs cet ordre a été confirmé par TSF quelques instants plus tard. Employé dans ces conditions, le drapeau blanc doit être considéré comme une ruse de guerre… Les Allemands l’ont déja utilisée. ”

– Feu !

„ Houbé tire un obus de son canon de 25. La torpédo est atteinte de plein fouet. Auprès d’elle, les Français distinguent un corps étendu par terre. C’est celui du capitaine Hartung, qui baigne dans son sang et gémit. Une silhouette tente de se dégager de la carcasse déformée de l’automobile, dont le conducteur est mort derrière son volant. Une longue rafale de mitrailleuse atteint le militaire qui vient de s’extraire péniblement. Le lieutenant Belisson git face contre terre, (…) “

„ Le général Feldt est d’une humeur massacrante (…) on vient de lui annoncer, avec précaution, que ses parlemantaires ont été reçus à coups de canon et de mitrailleuse et que d’eux d’entre eux ont été tués. Feldt, d’habitude froid, est fou de rage …

-Bombardez la ville, tant pis pour elle !

« Prés de deux mille obus vont s’abattre, dans les heures qui suivent, sur les toits d’ardoise, les clochers et les rues de la cité cavalière. »

Comme des Lions / Dominique Lormier / Calmann-Levy / 2005:

« Vers 7 heurs du matin, le 19 juin, le capitaine Hartung, commandant le 40e bataillon allemand du génie, se trouve à bord d’un véhicule (une torpédo conduite par un simple soldat), aux côtés du lieutenant Belisson, officier français capturé lors d’une reconnaissance. »

« Hartung a reçu la mission de demander la reddition de la garnison de Saumur et d’en profiter pour examiner la cassure du pont et apprécier le temps nécessaire à sa remise en état. Ne parlant pas français, Belisson doit lui servir d’interprète. Le conducteur de la torpédo a confectionné un drapeau blanc. Le véhicule débouche de la rue de l’Ile neuve, sur la place de la gare, en direction des ruines du pont Napoléon. Il s’arrête au niveau de la première culée, au milieu de la chaussée. »

« En face, le lieutenant de Buffevent est sorti de son poste de commandement. Il braque ses jumelles sur la voiture. Le capitaine Hartung en sort, tenant à la main le drapeau blanc. »

« Buffévent se remémore l’ordre que lui a apporté un agent de liaison :

« Des unités allemandes se présentent avec le drapeau blanc, ne pas en tenir compte et continuer le combat. »

« Cet ordre lui est confirmé par TSF : « Employé dans ces conditions, le drapeau blanc doit être considéré comme ruse de guerre … » Buffevent ordonne alors de faire feu. Un obus de 25 mm, tiré par le cadet Hoube, touche de plein fouet la torpédo. Le capitaine Hartung et le conducteur sont tués ou gravement blessés. »

« En apprenant la nouvelle, le général allemand Feldt devient fou de rage et ordonne le bombardement de la ville. »

Marianne in chains / In search of the German Occupation 1940-1945 / Robert Gildea / Macmillan / 2002:

„ On 19 June the Germans began to shell Saumur and the population hid in either cellars or limestone caves in the cliffs, or fled. On the 20th the Germans entered the town, seized the elderly Procureur de la République, Louis Ancelin, as a hostage, and took him by sidecar to military headquaters at Chinon. There the German general threatened reprisals against Saumur for the killing by French fire of a German sent to parley under a white flag, …

*****************************

… thereby violating the laws of war.“

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: