Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 21, 2013

Larbi Ben M’Hidi: mort par la France

Larbi Ben M’Hidi : mort par la France

Grüß Gott !

Larbi Ben M’Hidi est un grand résistant, en Algérie, pendant la guerre de Libération. Assassiné par les Français.

Histoire de la guerre d’Algérie / 1954-1962 / Bernard Droz / Evelyne Lever / Seuil / 1982:

« La capture de Larbi Ben M’Hidi, le 17 février par les paras de Bigeard décapite la ZAA. »

« Ben M’Hidi (Larbi) Arrêté le 25 février 1957 par les parachutites, il est assassiné peu après. »

Général Aussaresses / Je n’ai pas tout dit / Ultimes révélations au service de la France / Jean-Charles Deniau / Rocher / 2008:

« L’arrestation de Ben M’Hidi est restée secrète presque une semaine. Pendant ce temps, il y a eu des entretiens prolongés avec le colonel Marcel Bigeard qui avait dans la tête de le retourner. C’était un gros poisson et s’il se ralliait à nous, la situation à Alger pourrait changer rapidement. Je ne sais pas ce qu’ils se sont dit, mais il est évident que Bigeard n’a pas réussi à convaincre son ennemi. Il le traîtait pourtant avec tous les égards. »

« C’est ainsi que le mars 1957, le général Massu m’a fait venir dans son bureau. Il y avait là le colonel Roger Trinquier, son chef d’état major. Nous avons discuté du sort de Ben M’Hidi et, finalement, Massu m’a dit : « Occupez vous-en, faites pour le mieux, je vous couvrirai. » J’ai compris ce que cela voulait dire, mais aussi que Massu avait le feu vert du juge Bérard. Ce juge représentait le cabinet du garde des Sceaux François Mitterrand auprès de l’état-major. Sa ligne était reliée directement à celle de François Mitterrand et ils se téléphonaient au moins une fois par jour. Mon bureau, à la préfecture, était justement à côté de celui du juge. Lorsque dans la nuit, je suis allé chercher le prisonnier à El Biar, un peloton de parachutistes du 3e RPC a rendu les honneurs. L’ordre venait de Bigeard. Ben M’Hidi a compris aussitôt que son sort était joué. »

« Ce que vous dites là est déjà plus ou moins connu. Mais certains disent qu’il a été torturé par vos hommes, puis fusillé. Et, quant à la thèse officielle, on en est toujours au suicide. »

« La réalité, c’est que l’ordre est venu de Paris. »

« De Paris, vous voulez dire du ministère de la justice. »

« Oui. On nous demandait de « laisser la capsule de cyanure à Ben M’Hidi ». Devant mon ahurissement, lorsqu’il m’a communiqué cet ordre, le juge Bérard a insisté lourdement :

« Mais oui, mais oui, tous les grands chefs ont leur capsule de cyanure, vous ne savez pas ça. Ils l’avalent pour se supprimer s’ils tombent aux mains de l’ennemi. »

«  J’avais compris. Il fallait que Ben M’Hidi se supprime comme un grand chef. Sauf qu’il est impossible de trouver une capsule de cyanure à Alger. Il a donc fallu trouver autre chose pour « suicider » Ben M’Hidi. »

« Nous avons conduit le prisonnier sous escorte – nous craignions que le FLN organise une évasion – dans un ferme isolée. Là, dans une pièce à l’écart de l’habitation, mes hommes ont accroché une corde à un tuyau et placé un tabouret dessous. L’un d’eux a même testé le gibet pour mesurer la résistance du tuyau. Il était solide. Vers minuit, Ben M’Hidi est entré dans la pièce. Il a repoussé le parachutiste qui voulait lui mettre un bandeau sur les yeux en disant qu’il était un soldat. Le para lui a répondu que c’était un ordre. La voix ferme, Ben M’Hidi a répliqué : « Je sais ce qu’est un ordre. Je suis moi-même colonel de l’ALN ». Ce sont ses dernières paroles. »

« Finalement, Ben M’Hidi a accepté le bandeau sans broncher et nous lui avons mis la corde au cou. C’est peut être un signe du destin : la première corde, celle qui avait été testé par un des parachutistes, a cassé. Il a donc fallu s’y reprendre à deux fois pour exécuter ce chef de l’ALN. J’ai fait immédiatement transporter son corps à l’hôpital Saint-Eugène pour accréditer la thèse du suicide. J’ai prévenu Massu. Il était bien deux heures du matin. Quant au juge Bérard, il avait déjà sur son bureau mon rapport sur le suicide de Ben M’Hidi que j’avais rédigé l’après midi précédant l’opération. L’affaire en est restée là, bien qu’un procureur ait voulu nous chercher des noises. Voilà ce qui s’est vraiment passé. »

Général Aussaresses / Services spéciaux / Algérie 1955-1957 / Perrin / 2001:

« Et bien, occupez-vous-en, me dit Massu en soupirant. Faites pour le mieux. Je vous couvrirai. »

« Je compris qu’il avait le feu vert du gouvernement. »

« C’est moi qui ai récupéré Ben M’Hidi la nuit suivante à El-Biar. Bigeard avait été prévenu que je prendrais en charge son prisonnier. Il s’était arrangé pour s’absenter. »

« Je l’ai fait monter précipitamment dans le Dodge. »

« Nous avons roulé à toute allure. »

« Nous nous sommes arrêtés dans une ferme isolée qu’occupait le commando de mon régiment. »

« Pendant ce temps, nous avons isolé le prisonnier dans une pièce déjà prête. Un des mes hommes se tenait en faction à l’entrée. »

« Une fois dans la pièce, avec l’aide de mes gradés, nous avons empoigné Ben M’Hidi et nous l’avons pendu, d’une manière qui puisse laisser penser à un suicide. Quand j’ai été certain de sa mort, je l’ai toute de suite fait décrocher et transporter à l’hôpital. »

« Conformément à mes ordres, le sous-officier chargé de le transporter avait laissé tourner le moteur de la voiture qu’il avait garée de façon à pouvoir démarrer en trombe et sans donner d’explications dès que le médecin de service aux urgences arriverait. »

« Il était à peu près minuit. »

« J’ai appelé aussitôt Massu au téléphone :

« Mon général, Ben M’Hidi vient de se suicider. Son corps est à l’hôpital. Je vous apporterai mon rapport demain matin. »

« Massu a poussé un grognement et a raccroché. »

****************************************

« François Mitterrand a été ministre d’état de la justice dans le gouvernement Guy Mollet du 1er février 1956 au 13 juin 1957. »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: