Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | April 14, 2013

Historiquement correct: inquisition

Historiquement correct : inquisition

Grüß Gott !

Les inquisiteurs catholiques, au Moyen-Age, torturent les hérétiques. Une justice bien approuvée par les fidèles d’hier. Et d’aujourd’hui.

Historiquement correct / Pour en finir avec le passé unique / Jean Sévillia / Perrin / 2003:

„ L’Inquisition : une justice approuvée par l’opinion. “

„ Si surprenant que cela soit, les hommes du XIIIe siècle ont vécu l’Inquisition comme une délivrance.“

„ Au demeurant, du point de vue de la méthode judiciaire, l’Inquisition a représenté un progrès. Là où l’hérésie déclenchait des réactions incontrôlées – émeutes populaires ou justice expéditive –, l’institution ecclésiastique a introduit une procédure fondée sur l’enquête, sur le contrôle de la véracité des faits, sur la recherche de preuves et d’aveux, en s’appuyant sur des juges qui résistent aux passions de l’opinion. C’est à l’inquisition qu’on doit l’institution du jury grâce auquel la sentence relève de la mise en délibéré et non de l’arbitraire du juge.“

„ La torture ? Toutes les justices de l’époque y recourent. Mais le manuel d’inquisition de Nicolas Eymerich la réserve aux cas extrêmes et met en doute son utilité : „ La question est trompeuse et inefficace.“ Henri-Charles Lea, un historien américain du XIXe siècle, très hostile à l’Inquisition, livre cette observation : „ Il est digne de remarquer que dans les fragments de procédure inquisitoriale qui nous sont parvenus, les allusions à la torture sont rares.“ „

…………………

Le Manuel des inquisiteurs / Nicholau Eymerich / Francisco Peña / Traduction: Louis Sala-Molins / Editeur: Mouton / 1973:  

„ La question. “

„ On applique la question au dénoncé qui ne passe pas aux aveux et que l’on n’a pas pu convainvre d’hérésie au cours du procès. Si cet accusé n’avoue rien sous la torture, il sera considéré comme innocent. L’accusé qui, dénoncé, n’avoue pas en cours d’interrogatoire, ou qui n’est convaincu ni par l’évidence des faits ni par les témoignages valables ; celui sur qui ne pèsent pas d’indices suffisamment clairs pour que l’on puisse exiger une abjuration, mais qui varie dans ses réponses, celui-là doit être torturé. Doit l’être aussi celui contre qui il y a des indices suffisants pour exiger une Abjuration. » (…)

„ L’inquisiteur ne doit pas se montrer très pressé d’appliquer la torture, car on n’y a recours qu’à défaut d’autres preuves : il appartient à l’inquisiteur d’essayer d’en établir. Mais s’il n’en trouve pas et s’il considère qu’il y a des probabilités de culpabilité du dénoncé et qu’il est probable aussi qu’il n’avoue pas par peur, il introduira des familiers auprès de l’accusé et des amis, pour qu’ils le convainquent d’avouer. Les incommodités de la prison, la réflexion, les exhortations fréquentes des gens probes disposent souvent les accusés à avouer. »

« Mais si l’on n’obtient rien et si l’inquisiteur et l’évêque croient en toute bonne foi que l’accusé leur cache la vérité, alors qu’ils le fassent torturer modérément et sans effusion de sang, se rappelant toujours que les tourments sont trompeurs et inefficaces (scientes quod quaestiones sunt fallaces et inefficaces). Il y a des gens d’une telle faiblesse de coeur qui avouent tout à la moindre torture, même ce qu’ils n’ont pas commis. D’autres sont à tel point opiniâtres qu’ils ne disent rien, quelles que soient les tortures qu’on leur inflige. Il y a ceux qui ont déjà été torturé ; ceux-là supportent mieux que quiconque la torture, car ils raidissent aussitôt leurs membres et les raffermissent ; mais d’autres sortent affaiblis des premières tortures et ils sont ainsi incapables d’en supporter des nouvelles. Il y a les ensorcelés qui, par l’effet de sortilèges utilisés sous la torture, deviennent presque insensibles : ceux-là mourraient plutôt que d’avouer. »

Histoire de l’Inquisition au Moyen-Age / Tome 1 / Henri-Charles Lea / Picard / Paris / 1900:

« La torture épargnait la dépense et les ennuis de longues captivités ; c’était une méthode expéditive et efficace pour obtenir les révélations que l’on désirait et elle prit rapidement faveur auprès de l’Inquisition, alors que la jurisprudence séculière ne se hâta point de l’adopter. » (…)

« Comme on pouvait le prévoir, cette mesure n’était que palliative ; l’indifférence à la souffrance humaine grandit par l’habitude – et l’abus de cette infâme méthode d’investigation ne fit qu’empirer. »

« Lorque les cris de désespoir de la population amenèrent Clément V à ordonner une enquête sur les iniquités de l’Inquisition de Carcassonne, les cardinaux envoyés dans cette ville, en 1306, furent préalablement avertis que les tortures infligées aux accusés étaient horribles au point de ne leur laisser d’alternative que la mort. Les documents de l’enquête mentionnent, en effet, la torture comme un moyen tout à fait habituel.

– Il est cependant digne de remarque que, dans les fragments de la procédure inquisitoriale qui nous sont parvenus, les allusions à la torture sont singulièrement rares. –

Apparemment, on sentait qu’à en rappeler l’usage on affaiblissait en quelque mesure la valeur des témoignages obtenus. Ainsi, dans les cas d’Isarn Colli et de Guillem Calverie, dont il a été parlé plus haut, il est dit qu’ils rétractèrent leurs aveux que leur avait arrachés la torture ; mais, dans les procés-verbaux de leurs aveux mêmes, rien n’indique que la torture eût été employée. Dans les 636 sentences inscrites au registre de Toulouse de 1309 à 1323, la seule allusion à la torture est dans le récit du cas de Calverie, alors qu’il y a de nombreux exemples de renseignements donnés par des condamnés sans espoir de salut, qui ne peuvent évidemment avoir été extorqués que par la torture. Bernard Gui, qui dirigeait à cet époque l’Inquisition de Toulouse, a trop emphatiquement insisté sur l’utilité de la torture, comme moyen de faire parler non seulement les accusés, mais les témoins, pour que nous puissions mettre en doute sa promptitude à y recourir. »

**********************

« Les allusions à la torture sont singulièrement rares. »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: