Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | February 22, 2012

Liberté, j’écris ton nom

Liberté, j’écris ton nom 

Grüß Gott !

Il est un poème de lutte, pendant l’Occupation allemande, écrit par un grand résistant.

Wikipedia / liberté / poème/ Internet:

« Liberté est un poème que l’auteur français Paul Éluard a écrit en 1942 comme une ode à la liberté, face à l’occupation de la France par l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit en fait d’une longue énumération de tous les lieux, réels ou imaginaires, sur lesquels le narrateur écrit le mot « liberté », qui donne son titre au poème. »

« Il a été publié en 1942 dans le recueil Poésie et Vérité, et il fut parachuté la même année à des milliers d’exemplaires par des avions britanniques de la Royal Air Force au dessus du sol français. »

Discours des origines et traces discursives / Histoire d’une rature légendaire / A propos du poème Liberté de Paul Eluard / Internet:

« Le poème Liberté, de Paul Eluard, parachuté par la Royal Air Force en avril 1943, devient très vite le symbole de la résistance à l’occupation nazie. »

Books Google / Capitale de la douleur / Anne Régent / Internet:

« Il publie Poésie et Vérité (titre emprunté à Goethe), dont, selon ses propres termes, le sens ne peut guère laisser de doute sur le but poursuivi : retrouver, pour nuire à l’occupant, la liberté d’expression et où figure le célèbre poème Liberté. Des centaines d’exemplaires de ce recueil sont parachutés dans les maquis par la RAF. »

Terresdecrivains.com / Paul-Eluard / Internet:

« Ce n’est pas souvent qu’un poème est parachuté à des milliers d’exemplaires par une armée étrangère dans un pays occupé. C’est ce qui arrive en 1942 à « Liberté, j’écris ton nom », composé par Éluard autant en l’honneur de sa femme Nusch que … de la liberté. »

« Pour lui, l’amour est le lien entre l’homme et l’univers. Il s’adresse à la liberté comme à une amante. Le ton et la fin pleine d’espoir du poème expliquent qu’il se diffuse en 1942 à la vitesse d’Internet, en France, en Suisse, en Algérie et dans les pays alliés. »

Liberté / Poésie et vérité 1942 / Paul Eluard / Internet:

« Le premier titre de ce poème était « une seule pensée », celle de la femme aimée. Eluard s’est rendu compte que cette litanie amoureuse constituait en fait une immense déclaration d’amour à la vie. En ces années d’occupation la femme a été remplacée par la liberté. »

Cairn / Histoire d’une rature légendaire / Sabine Boucheron / Internet:

« C’est avec le respect que l’on doit aux monuments sacrés que nous sommes allée rendre visite à l’unique brouillon du poème Liberté de Paul Éluard. Nous suivions là une légende, dont nous avions saisi quelques bribes, et qui affirmait que l’on pouvait, sur le manuscrit de Liberté, observer un sacrilège poétique: le nom d’une femme – et qui plus est le nom d’une femme aimée – raturé, outragé. En perspective, s’offrait à nous un apax génétique: une rature unique, hors du commun, profanant le nom de Nusch. »

« Une légende de fondation qui assure que le poème Liberté, dont le premier titre était « Une seule pensée », fut écrit pour Nusch, qu’il s’agit d’un poème d’amour et non de résistance. Que ce prénom de femme constituait le nom vers lequel aspirait le poème tout entier et qu’il fut biffé, raturé, mutilé pour laisser place au mot « liberté ».

« J’ai écrit ce poème pendant l’été de 1941. En composant les premières strophes […] je pensais révéler pour conclure le nom de la femme que j’aimais, à qui ce poème était destiné. »

************************************

” une litanie amoureuse ”

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: