Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | February 19, 2012

Westermann: campagne de Vendée

Westermann : campagne de Vendée

Grüß Gott !

Il est un général français, républicain et humain, qui chasse les brigands vendéens. Et porte l’idéal révolutionnaire.

Westermann François Josepf / Le petit Robert / Dictionnaire illustré des noms propres / 1996:

« Général français (Molsheim, Alsace 1751-Paris 1794) Venu à Paris où il se lia avec Danton, il participa à la journée révolutionnaire du 10 août 1792. Nommé général en 1793, il se battit contre les insurgés vendéens et contribua aux victoires de armées républicaines au Mans et à Savenay (23 déc. 1793). »

Wikipedia.org / François Joseph Westermann / Internet:

« François-Joseph Westermann, né à Molsheim (Alsace) le 5 septembre 1751, guillotiné à Paris le 5 avril 1794, est un général de l’armée républicaine, resté célèbre pour les atrocités qu’il commit en Vendée. »

Campagne de la Vendée, du général de brigade Westermann / Paris / L’an deuxième de la République française, une et indivisible:

« Voulant donner l’exemple de la vengeance du pillage de Parthenay, je livrai au pillage Amaillou, en renvoyant tous les meubles et effets pour être distribués aux patriotes de Parthenay. Avant de quitter Amaillou, j’y ai fait mettre le feu, et le même jour je me suis porté à Clisson pour investir le château de l’Escure ; ce brigand s’occupoit à l’évacuation de ce château ; mais prévenu de mon arrivée, il prit la fuite avec tout son monde, et le château fut livré au pillage et réduit en cendres. »

« Le 4, je fis brûler le château de la Roche-Jacquelin, autre général brigand. »

« Les brigands en fuite, j’en profite et pousse droit à Châtillon, en criant : vive le roi ! Je surprends et fais tailler en pièces tous les avant-postes ennemis : j’entre de la même manière dans la ville où je fis un carnage épouvantable. (…) Je les poursuis avec ma cavalerie jusqu’à une lieue de Mortagne, et je brûle en leur présence le village du Temple. »

« Le 14, je trouvai Châtillon abandonné. Je voulois finir une bonne foi de ce repaire, devenu si souvent funeste à nos armées. Je fis mettre pied à terre à ma cavalerie, et fis mettre le feu. Vers onze heures du matin, toute la ville étoit incendiée. Plus de 2000 brigands cachés dans les greniers, sautèrent par les fenêtres, et périrent encore. »

« Le 19, vers une heure du matin, je me trouve devant Beaupréau ; trois avant-postes ennemis furent égorgés à l’arme blanche. Au premier coup de canon ennemi, nous sommes sur son canon, et nous entrons au pas de charge dans la ville : tout ce qui se présente devant nous est renversé et taillé en pièces. »

« La même nuit j’avance vers Pontorson avec environ 2,000 hommes ; les brigands à mon approche évacuent cette ville, abandonnant huit pièces de canons et plusieurs caissons. Je les poursuis jusqu’aux portes de Dol, leur prends neuf voitures d’équipage, et fais tailler en pièces tout ce qui étoit resté en arrière. »

« L’ennemi s’étoit retiré sur Beaugé. Tout ce qui étoit resté en arrière, tous ceux qui avoient couché et rodé dans les fermes et villages dispersés ont trouvé la mort dans la nuit. »

„ Avec ma cavalerie je coupe l’ennemi par la droite et le charge sur son derrière. Il se sauve de toute part abandonnant son canon, fusils, sacs et sabots ; je le poursuis avec vigueur, et en fais un carnage effroyable jusqu’au pont de la Flèche. ”

« J’apprends que les brigands avoient filé sur le Mans. A l’instant je fais passer la rivière à ma cavalerie à la nage, et ma petite infanterie sur des poutres, des planches et des petites nacelles ; nous trouvâmes encore dans la ville quelques cents brigands qui furent tués et massacrés. »

« Je poursuivis l’ennemi jusqu’à Fulturte. La route étoit semée de cadavres ; la même nuit je fis égorger plus de six cents brigands qui avoient couché dans les villages et fermes dispersés. »

« Nous poursuivons les ennemis fuyant dans les faux bourgs du Mans ; tout ce qui se présente devant nous est renversé et taillé en pièces. »

« Sans m’arrêter un instant dans la ville, je le suivis sur la route de Laval, où à chaque pas des centaines et des milliers de brigands trouvèrent la mort, ils se dispersèrent dans les bois abandonnant leurs armes, les citoyens des environs les traquèrent et les ramenèrent par douzaines, tous furent taillés en pièces ; (…) C’est sur des monceaux de cadavres que le 24, au soir, je suis arrivé à Laval, avec ma cavalerie et artillerie. »

„ Je suis l’ennemi à Craon, de-là à Saint-Marc, chaque pas, chaque ferme, chaque maison devinrent le tombeau d’un grand nombre de brigands.”

« L’armée évacue Ancenis le 28, à la pointe du jour. Aussitôt je me porte sur cette ville, plusieurs cents brigands y étoient resté. Tous furent taillés en pièces. »

« Chemin faisant j’apprends que quelques cent brigands étoient restés au village des Touches ; (…) Je place des postes aux deux extrémités du village, le reste de ma cavalerie mit pied à terre, et réveilla les brigands endormis à coups de sabre. Le massacre fut énorme et dura quatre heures. »

« J’approche de Norte vers cinq heures du matin, (…) je tombe sur ce poste, plus de deux tiers furent massacrés, et le reste pris la fuite ; j’entre ventre à terre dans Norte, plus de 1.200 brigands y étoient encore, trois à quatre cents se rendirent, beaucoup furent taillés en pièces et le reste se sauva débandé et fut ramené par les citoyens des environs. »

« et Savenay est à nous. Nous fimes une boucherie horrible. (…) Par-tout on ne voyoit que des monceaux de morts ; moi, je me suis attaché à quelques pelotons de cavalerie et d’infanterie qui s’étoient sauvés sur la gauche, tous furent noyés ou taillés en pièce. Les brigands qui échappèrent cette journée à la mort furent traqués, tués ou ramenés par les habitans des environs. Dans la banlieue de Savenay seule, plus de 6,000 ont été enterrés. »

**********************************

„ digne des plus grands éloges,… tant à cause de sa fermeté que par les principes d’humanité qu’il a manifestés ”

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: