Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | December 11, 2011

Le colonel Argoud: les méthodes

Le colonel Argoud : les méthodes

Grüß Gott !

Il est un militaire français, autoritaire et exemplaire. Contre les résistants algériens, il applique une justice, sévère et célère.

Nice.algerianiste.free.fr / Pages / Argoud2 / Yves Henry / Internet: 

« Brillant, riche des qualités humaines les plus hautes et d’un sens de l’honneur sans compromission. »

« La méthode du colonel Argoud est simple, l’application d’une justice rapide et exemplaire, en faisant fusiller sur la place publique, les chefs rebelles et les responsables d’exactions inhumaines sur des populations civiles désarmées, en présence des survivants ou des familles de leurs victimes. »

« “L’exemplarité est obtenue par la sévérité et la célérité. Il existe une justice pour les temps de paix et une législation pour les temps de guerre or nous sommes en temps de guerre révolutionnaire !”, écrit alors le surdoué Antoine Argoud. »

« Adieu “Albatros” ! Votre nom de code doit vous permettre de survoler notre Univers et notre Société du Troisième millénaire : Souhaitons que vous leur inspiriez les qualités humaines et humanistes qui furent les vôtres ! »

Ecole Supérieure de Guerre / Promotions / Antoine Argoud / Internet:

« Il arrive en Algérie en avril 1956. Il y remplace le lieutenant-colonel de Courtils au 3e régiment de chasseurs d’Afrique et commande le sous-secteur de l’Arba, une zone infiltrée par les maquis du FLN qui appliquent leur terrorisme sur les populations des douars éloignés de toute ville importante. Il comprend alors que cette insurrection est passée au rang de la rébellion et que seules les méthodes de l’action psychologique et de la guerre subversive peuvent la mater. Il en devient un éminent spécialiste et fait appliquer des méthodes expéditives qui vont dérouter ses adversaires. »

Les crimes de l’armée française / Algérie 1954-1962 / Pierre Vidal-Naquet / La Découverte / Poche / 2001:

Colonel Argoud:

« Ayant commandé un secteur à l’Arba pendant la bataille d’Alger en 1957, ne voulant pas appliquer la justice mise à ma disposition, parce que j’étais responsable de vies humaines, civiles ou militaires, et que, si je l’avais appliquée, cette justice légale, j’aurais eu l’impression de faillir à ma mission, je ne voulais pas non plus appliquer certains procédés, peut-être effficaces, mais qui n’étaient pas conformes à l’éthique occidentale ; alors j’ai décidé,  bien entendu après y avoir mûrement réfléchi et ne me dissimulant pas du tout les inconvénients du système, j’ai appliqué cette justice personnellement, sous ma propre responsabilité, c’est-à-dire que je fusillais après une enquête précise, serrée, aidée par les inspecteurs de la police judiciaire, les assassins ou les responsables sur la place publique. »

La décadence, l’imposture et la tragédie / Antoine Argoud / Livre Poste / Albatros / 1990:

« Accepter  la domination d’un peuple mâle, d’un peuple apte aux conquêtes, apte à la victoire, passe, on peut même y voir le doigt de Dieu, mais subir le joug d’un peuple femelle, d’un peuple dix fois battu, même et surtout si ce joug est assorti de bonnes manières et de générosité, c’est là insulte insupportable pour une âme musulmane. »

« C’est à M’sila que je mets au point mes méthodes et, en particulier, que je fixe mon attitude à l’égard de la population. Je m’inspire directement de l’exemple de Kemal Atatürk. »

………

« Ces lignes téléphoniques qui jonchent le sol attestent de notre défaite. Je décide par priorité de les faire rétablir par la population. Je la préviens qu’en cas de nouvelles coupures je m’en prendrai aux riverains. »

« Trois coupures sont faites dans les jours suivants. Je procède instantanément, comme promis, à la destruction, au canon de 75, des mechtas environnantes, préalablement vidées de leurs habitants. »

………

« Une école destinée aux musulmans vient d’être sabotée dans la nuit à Melouza. »

« Je me rends immédiatement à Melouza. Je réunis tous les hommes (une cinquantaine) sur la place du marché. »

« Je fais alors avancer une A.M. et je fais coucher les cinquante hommes à plat ventre, devant l’engin blindé. »

« Je détruis à coups de canon deux mechtas appartenant à des fellaghas notoires fichés par la gendarmerie. Les obus -une douzaine- passent à un mètre à peine au-dessus des têtes. »

« L’opération terminée, je leur ordonne de se relever. Je les fais aligner sur un rang. Je les passe en revue et je leur fais crier : « Vive la France ! » »

………

« Le 21 mai, nous sommes alertés par radio. En début d’après-midi, un détachement du régiment est tombé dans une embuscade, dans la même région. »

« Je propose au colonel des Courtils de me rendre immédiatement sur place. Une heure plus tard, je rejoins le détachement. »

« Je lance les A.M. dans la hamada. Les fellagha [une quarantaine], les voyant arriver, sortent de leurs abris rocheux et cherchent à s’enfuir. Mais ils sont mitraillés à bout portant par les canons de 75 et par l’aviation, qui, alertée, est intervenue. »

« C’est une boucherie. Seuls quelques rebelles parviennent à s’en tirer. »

« Je prends alors, au grand étonnement de mes hommes, la décision de ramener les cadavres à Msila et de les exposer à la population. »

« Je les fais empiler dans des sacs et emporter jusqu’à Mélouza, où nous arrivons dans la soirée. »

« Je dépêche aussitôt un officier au conducteur pour le prévenir que, si mes ordres ne sont pas exécutés immédiatement, il rejoindra ses frères au paradis d’Allah. »

« Les cadavres restent exposés pendant vingt-quatre heures sur la place avant d’être enterrés. »

………

« Le renseignement est obtenu à n’importe quel prix. Les suspects sont torturés comme les coupables, puis éliminés si nécessaire. Pour ces combattants, habitués à courir tous les risques, la vie humaine n’a aucune valeur. »

………

« On m’annonce à 8 heure 30 que tous les magasins de la ville, européens et musulmans, ont leurs rideaux baissés. C’est l’épreuve de force. Céder, il n’en est pas question. (…) Je me rends personnellement au village. Les rues sont désertes. Je fais avancer une automitrailleuse. Je la fais poster face à un magasin de radio, tenu par un musulman. La rue a quinze mètres de large. La bouche de canon de 75 est à dix mètres de la devanture. »

« Je fais effectuer les sommations. (…) Je donne l’ordre d’ouvrir le feu. Trois obus trouent la devanture du magasin. (…) Une demi-heure après tous les magasins de L’Arba sont ouverts. La grève est brisée, sans effusion de sang. »

Leweb2karlzero / la Pacification de l’Algérie / Vidéo / part 2 / Internet:

Colonel Argoud:

« Ces exécutions capitales, je les faisais publiques, précisément pour obtenir le maximum de rentabilité de la mort d’un homme, contrairement à beaucoup de mes camarades, qui, si vous voulez, pour obtenir la même efficacité, euh, un homme exécuté publiquement chez les Arabes a autant d’efficacité que dix hommes exécutés dans la clandestinité ou derrière les murs d’une prison. Et je faisais, je pratiquais la même chose, c’est-à-dire que, non content de les exécuter publiquement, et bien, je laissais leurs cadavres exposés sur la place publique. »

Youtube / Watch / La Bataille d’Alger / Futur4africatv / Internet:

Colonel Argoud:

« Toutes les polices du monde utilisent les coups de poings dans la figure ou d’autres procédés. Bon, il s’agit de savoir jusqu’à quel point on peut aller. Moi, j’ai torturé, j’ai fait torturer, puisque je suis bien obligé d’utiliser ce mot-là, parce qu’il n’y en pas d’autres, j’ai fait torturer environ quinze cent Arabes. Mais je donnais comme conditions à mes officiers, à mes officiers de renseignements, que l’intégrité physique et morale de l’individu ne soit absolument pas touché… »

*******************************

« Brillant, riche des qualités humaines les plus hautes … »

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: