Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | October 15, 2011

La Milice française

La Milice française

Grüß Gott !

Les miliciens français, pendant l’Occupation, aident les soldats allemands. Ils sont des complices vicieux et malicieux.

Persee.fr / Web / Revues / Azema / la Milice / Internet:

« Ces exactions furent épouvantables. Fille de la deuxième guerre mondiale, la Milice introduisit dans l’histoire contemporaine française ce que l’on dénommera plus tard, pendant une autre guerre, la gangrène, avec l’utilisation systématique et méthodique de la torture. »

« En laissant derrière elle des cadavres affreusement défigurés dans des lieux convertis en centre de torture spécialisé. »

Pierre Giolitto / Alapage / Internet:

« La milice française se voulait une chevalerie porteuse de force et de renouveau. Elle devint une phalange maudite. Souvent évoquée, mais peu étudiée, mal connue (la seule Histoire de la Milice, celle de Delperrié de Bayac, est parue il y a trente ans), la milice a fini par être considérée comme une sorte de Gestapo française au service de l’ennemi, comme un ramassis de pillards et d’assassins vaguement coloré de blanc par la présence en son sein de quelques hobereaux du Centre et du Sud-Ouest. »

Wikipedia / Milice française / Exactions et terreur / Internet:

« La Milice française, souvent appelée simplement Milice, fut une organisation politique et paramilitaire française créée le 30 janvier 1943 par le gouvernement de Vichy pour lutter contre le terrorisme (c’est-à-dire contre la Résistance). Supplétifs de la Gestapo et des autres forces allemandes, les miliciens participèrent aussi à la traque des Juifs, des réfractaires au STO et de tous les déviants dénoncés par le régime. C’était aussi la police politique et une force de maintien de l’ordre du régime de Vichy. »

« Comme les nazis, les miliciens usaient couramment de la délation, de la torture, des rafles, des exécutions sommaires et arbitraires, voire de massacres. Leur pratique systématique de la violence et leurs nombreuses exactions, tout comme leur collaborationisme jusqu’au-boutiste, contribuèrent à les faire rester très minoritaires au sein d’une population qui les rejetait largement. »

« Déstabilisés par leur impopularité auprès de la nette majorité des Français, les miliciens redoublèrent d’extrémisme. Les immeubles de la Milice, à commencer par son QG. au Petit Casino de Vichy, devinrent des lieux de torture systématique. Les miliciens pratiquaient également la délation, contribuèrent à l’organisation des rafles et se livrèrent parfois, même seuls, à d’authentiques massacres, ainsi à Saint-Amand-Montrond (11 juin 1944) où plus de 80 cadavres de civils seront retirés d’un puits après leur passage. »

« La Milice finit par se substituer aux forces de police et coopéra avec la Gestapo, notamment en contribuant activement à l’arrestation des Juifs. (…) Sa Franc-garde participa dès l’hiver 1943-1944 à la répression sanglante des maquis, à commencer par l’assaut du plateau des Glières fin mars 1944. »

Le rôle de la Milice / Mémoire juive et éducation / Internet:

« Il y aura environ 30.000 miliciens qui se livreront à une lutte sans merci contre la Résistance, qui se rendront célèbres par des exécutions sommaires, des tortures et des assassinats (Maurice Sarraut, Victor Basch et sa femme), qui traqueront les Juifs. La Milice était dirigée par Joseph Darnand. »

Histoire de la Milice / Pierre Giolitto / Tempus / Perrin / 2002:

« En matière de torture l’imagination des miliciens parait sans borne. A Montpellier, Guisonnier, président du CDL, est arrêté et sauvagement torturé. Pour finir on étrille son corps avec une brosse à chiendent, avant de le plonger dans la saumure et de le noyer dans du béton. »

« Les brûlures figurent en  bonne place dans la panoplie des moyens de torture utilisés par la Milice. Brûlures de cigarette – ou de cigare si l’interrogatoire suit un copieux  repas, richement  arrosé. Parfois on raffine. Un déshabillage progressif permet d’atteindre successivement chacune des parties du corps. On utilise également des roseaux enflammés, des tisonniers rougis, des fers à repasser brûlants, que l’on promène sous la plante des pieds, voire des chalumeaux à acétylène, quand ce ne sont pas des allumettes enflammées que l’on enfonce dans les narines. »

« Après avoir brûlé, on pique. Aiguilles que l’on enfonce sous les ongles, ou à la base du cervelet, ou dont on constelle les épaules. Puis on arrache à la tenaille les ongles, les oreilles, ou bien l’on mutile à la cisaille les seins des femmes. Enfin on écrase : les genoux, les doigts et les orteils avec de instruments empruntés au vieil arsenal de l’Inquisition. »

« Les tortures sexuelles sont appréciées des miliciens, car particulièrement efficaces. Déshabillé, le prévenu est poussé vers une table sur laquelle il doit poser sa verge, qui est frappée à coups de bâton. »

« L’électricité est souvent mise à contribution. Un fil était relié à une lampe, un deuxième fixe à l’une des parties du corps de la victime poignets, oreilles tandis qu’un troisième se terminant par une sorte de manchon en métal blanc était appliqué en divers points du corps et les plus sensibles, comme les parties sexuelles. »

« Le supplice de la baignoire, qui aurait été inventé par le gestapiste Georges Masuy, s’il est atroce pour les suppliciés est simple dans son principe. Il consiste à plonger le détenu, mains attachées derrière le dos, dans une baignoire d’eau glacée, et à lui maintenir la tête sous l’eau jusqu’à ce qu’il suffoque. »

« Comme l’interrogatoire ne marchait pas comme ils l’auraient voulu, ils m’électrifièrent l’intérieur du corps. Au bout d’un des fils, ils placèrent une fiche qu’ils m’introduisirent dans l’anus, au bout d’un autre fils, ils fixèrent une pince servant au chargement des accus et me l’attachèrent à la verge. La machine se mit en marche. »

« Des brutes sadiques, à en juger par le sort réservé à M.Raymond, boulanger à Annecy. A la veille d’être fusillé au Grand-Bornand, le 24 août 1944, le milicien Lucien Boiret avoue avoir ouvert à l’aide d’un couteau de cuisine le ventre du malheureux boulanger, en vue de le remplir de cailloux. On devait finalement faire l’économie des cailloux et se contenter d’attacher une grosse pierre à la jambe du supplicié avant de le jeter dans le lac d’Annecy. »

« C’est ensuite au tour de Me Darres et de Pierre Gendreault de subir la fureur homicide des miliciens. Les deux hommes sont traînés par les cheveux dans la cour du château. Mis à nus, ils sont cravachés, martelés de coups de poing et de pied, puis de gourdin, brûlés avec des pincettes rougies au feu. Leurs tortionnaire leurs crèvent enfin les yeux et les achèvent en leur fracassant le crâne avec le maillet qui avait déjà fait passer à trépas le malheureux Basile. »

Le chagrin et la pitié / Marcel Ophuls / Part 6 / Vidéo / Internet:

Maître Rochat, avocat à Clermont-Ferrand :

« On a jugé des choses atroces. Moi, j’ai assisté à un procès de trois miliciens qui étaient accusés, et qui le reconnaissaient, d’avoir arrêté des jeunes maquisards, et de les avoir énucléés, et d’avoir mis dans leurs orbites des hannetons, et d’avoir recousus les paupières. Lorsqu’on voit ça, on se demande évidemment si une justice est nécessaire. Il aurait peut être mieux valu les fusiller purement et simplement. »

Books google.com / L’Auvergne des années noires / 1940 1944 / Gilles Levy / Internet:

« Lors de son interrogatoire, Jean Vernières reconnut qu’il maltraitait et brutalisait les femmes lorsqu’il s’agissait de les faire parler. En principe, toutes les femmes étaient entièrement dévêtues et leur interrogatoire commençait dans ces conditions, précise-t-il ; et il ajoute : c’est ainsi qu’une vingtaine de femmes ou jeunes filles furent violées par nous. »

**********************************

« Je crains que la Milice ne laisse dans l’histoire de France, la tache la plus honteuse de la période troublée que nous traversons. »  Pétain

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: