Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | July 6, 2011

Soldats noirs américains

Soldats noirs américains

Grüß Gott !

Les femmes, anglaises, allemandes, françaises, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont de bons rapports avec les soldats noirs américains.

UNITED KINGDOM:

Mixed-race babies were sent to the US / Telegraph.co.uk. news / 4 february 2008 / Internet.uk:

” Thousands of illegitimate mixed-race children fathered by American GIs were given up by their British mothers and shipped across the Atlantic, according to newly released papers. ”

” The issue of how to deal with the unwanted offspring of the illicit affairs divided the country towards the end of the Second World War and exposed the racial prejudices of the time. ”

” It was considered so serious that there were dire warnings it could harm Anglo-American relations and the Government was urged to treat the children as ” war casualties “. ”

” The problem began to emerge in 1944, when increasing numbers of US servicemen were stationed around Britain. ”

” Many of the women they fathered children with were wives of British soldiers fighting abroad. ”

” The documents suggest that where the baby was white it was often possible for husband and wife to be reconciled and keep the child. However, this was rarely possible when the child was mixed race. ”

Vie et mœurs des G.I’s en Europe / Marc Hillel / Balland / 1981:

« Rapports de divers officiers de police, responsables de districts : Certaines femmes anglaises sont fascinées par les soldats de couleur. Le moral des troupes britanniques se trouve atteint du fait que des femmes et des filles sont débauchées par les noirs. »

« A Cardiff, trois personnalités se sont rencontrées, cet automne, pour discuter d’un problème qui scandalise l’opinion publique en Ecosse. Il s’agit du maire de la ville, du chef de la police et d’un officier supérieur de l’armée américaine. Motif : trouver une solution a un problème épineux, à savoir : comment empêcher de toutes jeunes filles (teenagers) de quitter leur famille et leur région pour suivre les soldats noirs transférés dans un autre camp. »

« L’entrée en compétition des mâles noirs américains sur le marché du sexe donna pourtant lieu à une série de réactions discrètes, pour la simple raison que l’accident demeurait plus visible. »

« Les premières amourettes avec les noirs mirent, il est vrai, un peu plus de temps à fleurir que celles qui impliquaient des soldats blancs. Cependant, la campagne contre le racisme ne tarda pas à porter. Et aussitôt, ce fut la ruée vers ces hommes de couleurs beaux, riches, gentils, doux avec les femmes et avec les enfants. »

« Quoi qu’il en soit, quelques milliers de petits citoyens britanniques, nés noirs et qui allaient le demeurer leur vie durant, vinrent au monde pendant cette période. »

Heretical / Graham A. Smith / When Jim Crow Met John Bull / The result of importing black troops / Internet.uk:

“ Despite all the prohibitions, white girls did go out with black soldiers. Females were largely blamed for chasing the blacks. There were several hundred illegitimate brown babies born to English mothers. ”

“ The girls really go for them in preference to the white boys. ”

“ The problem of very young girls chasing the black American soldiers certainly was not easy to solve. Their behaviour was considered by many as quite brazen and disgusting and beyond any measure of parental control… there is no doubt that girls today are laying themselves out to attract these men especially oversees troops and coloured men in particular who do not understand the fact that white girls are ready and anxious to give themselves as they undoubtly do for money and to have a good time. Frequently girls of thirteen and fourteen have attached themselves to coloured soldiers.”

“ Despite all the adverse publicly or perhaps because of it many girls remained faithful to the black Americans right to the end of the war. (…) Hundreds of screaming girls aged 17 to 25 besieged the barracks where black soldiers were preparing to go back to the US. (…) “ We want our coloured sweethearts” was the cry. (…) “ We intend to give our sweeties a good send off. And what’s more, we intend going to America after them.”

Love, Sex and War / John Costello / Internet.uk:

“ A sexual element deriving from the fascination of the exotic affected those women who had never before encountered a black man. ”

“ Barbara Cartland wrote from her experience as a WAAF moral welfare adviser:

 “ It was the white women who ran after the black troops, not vice versa. Approximately one thousand five hundred coloured babies were born in Britain during the war, but I am prepared to bet that if the truth were known it would prove in nearly every case the woman’s fault. Women would queue outside the camps, they would not be turned away, they would come down from London by train, and they defeated the Military Police by sheer numbers.”

“ There were, of course, some hard cases. One girl I knew of personally married a very nice American flier. They were extremely happy, and she was delighted when she knew she was going to have a baby. She gave birth to twins ; after twenty-four hours they slowly turned black. It was a third generation throwback and the young flier swore, with tears in his eyes, he had no idea that his blood was mixed.”

Untold Black history / Season channel 4 history microsites babies / Internet.uk:

“At the same time with most eligible white men away in the services and few black women available, the TanYank was a hit with many local white women. They found the black troops fascinating and appreciated their attentiveness and good manners. ”

……………………………….

DEUTSCHLAND:

Atlantic.times.com / An Unexpected Freedom What black U.S. soldiers experienced in Germany after the war / Peter H. Koepf / April 2009 / Internet.de:

“ Of all places, the country that took racism to the absolute extreme appeared to black U.S. soldiers as a haven of racial tolerance. In the land of the Nazis, which they had helped to defeat, they felt like emancipated human beings for the first time in 1945.” 

“ In Germany however, where racist mania had raged only a short time earlier, the black soldiers were very popular after initial distrust. Among those Germans who had direct contact with them, they were considered good-natured, generous and nice to children.”

“ They ” particularly distinguished themselves through their amiable manner and through an impeccable comportment toward German citizens and they helped wherever they could. Due to this behavior, they were known and popular in every family and even established close ties within some families on occasion.”

“ Still, there was certainly much consensual fraternization. First of all, in 10 percent of the documented cases it was supposedly the parents who compelled their daughters to have intercourse with the occupying Allied soldiers, according to the Geneva study. The goal was always the same: ” The black soldiers were particularly sought-after as a source of food, candy and tobacco products because they were known for their benevolence and generosity.”

Vie et mœurs des G.I’s en Europe / Marc Hillel / Balland / 1981:

« Là où dominaient il y a encore peu de temps les théories aryennes, les noirs ont trouvé plus d’amitié, plus de respect, plus d’égalité qu’ils n’en trouvent chez eux, à San Francisco ou à Broadway. La haine raciale s’est atténuée grâce à une meilleure connaissance et les mélanges raciaux fleurissent à Berlin. »

« Beaucoup d’Allemandes de dix-huit à vingt-six ans ont un amoureux noir attitré. La plupart  d’entre elles se sont liées avec ces soldats par intérêt, pour obtenir des cigarettes, du café, du savon ou autres denrées rares. Mais, bien vite, elles trouvent que les amis de couleur sont de bons compagnons dont elles tombent parfois amoureuses bien qu’elles sachent qu’un jour ou l’autre, leur Schwarze Amerikaner retournera aux Etats-Unis. C’est pourquoi ont a enregistré une très forte demande d’appelés noirs voulant servir en Europe et principalement en Allemagne. »

« Aujourd’hui encore et pour l’ensemble des témoins interrogés, l’amour des Allemands, et surtout, des Allemandes, pour le Schwarz Amerikaner qui se manifesta dès les premiers contacts, reste un véritable mystère, tout autant qu’une réalité encore nettement perceptible dans la population de certains villages autrefois occupés par des unités de soldats noirs. »

……………………………….

FRANCE:

La face cachée des GI s / PJ. Robert Lilly / Payot / 2003 / 2008:

« Les femmes agressées au Royaume-Uni le furent dans un contexte de panique morale concernant les relations sexuelles entre les soldats noirs et les femmes blanches. Panique importée des Etats-Unis. Les femmes agressées furent souvent décrites dans les archives comme victimes innocentes. Des termes similaires furent utilisés pour décrire les victimes françaises, particulièrement lorsque les viols avaient été commis par des soldats noirs, malgré la réputation et l’image fantasque des femmes françaises. »

Vie et mœurs des G.I’s en Europe / Mark Hillel / Balland / 1981:

« D’ailleurs, à peine débarqués en France, les noirs américains s’extasient sur cette liberté qu’ils découvrent, à l’accueil des femmes qui trouvent tout naturel de sortir avec eux, sur l’affabilité des hommes qui les invitent souvent à prendre un verre au bistrot ou même chez eux, sans façon et parce qu’ils sont Américains. »

Anthony Beevor / La seconde guerre mondiale nous hante encore / Internet:

« On a fait état de nombreux viols de Françaises commis par des soldats américains. Qu’en est-il vraiment ? »

« C’est une question très compliquée. Je ne l’aborde pas dans mon livre car elle mériterait une étude spécifique. Ce que l’on sait, d’après les documents, c’est que la majorité des GI traduits pour viol devant des cours martiales étaient noirs. »

« En général, quelle que soit l’armée, les viols sont majoritairement causés par les soldats de l’intendance, pas par ceux des unités combattantes. Or, dans l’intendance américaine, la majorité des soldats sont noirs. »

Cairn.info / Thomas Russell Jones / Internet:

« Mais par ailleurs il y avait des choses étonnantes. Des prostituées accusaient des soldats noirs de les avoir violées. Elles avaient couché pendant des années avec les Allemands qui avaient développé chez elles des préjugés raciaux et elles étaient d’un racisme ahurissant. Par ailleurs, les tribunaux militaires avaient la main particulièrement dure vis-à-vis des soldats noirs. Les accusés avaient le choix de leur avocat et, comme j’étais un des rares avocats noirs sur le théâtre des opérations, j’ai eu à intervenir un certain nombre de fois. Je dois dire que je suis assez fier du travail que j’ai fait à cette occasion. J’ai tiré quelques braves types d’un mauvais pas. »

Sitemap.dna.fr / La fille du GI Anderson / Claude Keiflin / Internet:

« Marie-Rose Bilger, enfant de la Libération »

« Marie-Rose Bilger, 62 ans, a fait un rêve : elle se tient, samedi prochain, au cimetière de Colleville en Normandie, au garde-à-vous, la main crispée sur la hampe du drapeau de la Légion d’honneur, tout près d’Obama ; après la cérémonie, elle lui glisse à l’oreille : remember president, souvenez-vous des cadeaux que 55 000 de vos soldats ont laissés aux Françaises au moment de la Libération. Ce n’est hélas, pour l’instant, qu’un rêve. »

« Elle avait huit ans lorsqu’elle a vu pour la dernière fois son père biologique, un Noir américain bien bâti. C’était la deuxième ou troisième fois qu’il revenait à Bouxwiller depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Place du Château, accompagné de son épouse Louise et de la tante de Marie-Rose, il accueille la fillette que la maîtresse d’école a autorisée à quitter la classe. « On est tous allés au restaurant de la Poste où il a dit à ma tante qu’il voulait m’emmener aux États-Unis. »

Catherinedn.over-blog.com / Normande et fille de GI / Internet:

« Comment j’ai retrouvé la trace de mon père inconnu, un soldat Afro-Américain du débarquement de Normandie en 1944. »

« Chercher un père inconnu, à cette époque, c’était honteux. Un père Noir par-dessus le marché et votre mère était une pute, ou le père un violeur. Ou bien les deux. Votre identité ravalée à celle d’une personne conçue dans la violence et la honte. »

« Un soir au bal, elle s’est étonnée parce que les Noirs ne dansaient pas. Son cavalier lui a répondu qu’ils n’avaient pas le droit d’inviter des femmes Blanches. »

« Avec mon amie on en a repéré deux, à l’écart. J’ai invité celui qui semblait timide. C’était ton père ».

« Il était gentil, intelligent, cultivé. Il s’appelait Thomas May, venait de Chicago. » 

« Ma mère m’a raconté que durant sa grossesse, ma grand-mère (qui m’a d’ailleurs élevée avec amour) insistait pour qu’elle aille porter plainte pour viol. »

************************************

” porter plainte pour viol ” ?

P1050809 (2)

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: