Posted by: secondeguerremondialeclairegrube | May 4, 2011

Les années doubles

Les années doubles

Grüß Gott !

Les femmes françaises, pendant l’Occupation, cohabitent avec les soldats allemands. Et ressentent des émotions profondes.

Les années doubles / Journal d’une lycéenne sous l’Occupation / Micheline Bood / Robert Laffont / 1974:

Mercredi 9 décembre 1942:

« Après j’ai été à Breteuil voir Mme Bissell, qui m’avait invitée. »

« J’ai vu toute la famille mais le plus intéressant, c’est l’officier allemand qui habite chez eux. »

Jeudi 10 décembre 1942:

« En arrivant dans la salle à manger où tout le monde se tenait j’ai vu « le Boch », ce fameux officier qui excitait tant mon imagination.»

« Il s’appelle Kurt Rehm, il est de Karlsruhe, il a 23 ans et deux frères dont un, aviateur, a été tué. C’est très difficile de le juger ; j’étais pourtant assise en face de lui et je l’ai observé longuement. Je le classe dans les gens pas antipathiques, mais pas sympathiques non plus. »

« Physiquement, il est bien. Très brun, des yeux bleus très grands ; le reste n’a rien d’extraordinaire. Il est grand et bien bâti, très mince, des jambes fines. J’ai la ferme résolution de flirter avec lui ; ça me changera des camarades. »

« Là-dessus, j’ai commencé à faire son portrait… Il allait à un banquet offert par les sous-officiers en l’honneur de la fin de leur training. (Il était d’ailleurs magnifique en costume de gala.) »

Samedi 12 décembre 1942:

« Il a posé sa main sur mon épaule. Oh, cette main… Il a caressé mon pull-over de laine angora en disant : « C’est doux. » Je ne sais pas comment cela s’est produit, mais j’avais l’impression de brûler complètement et j’entendais les battements de mon cœur. »

« Puis je dors une heure environ et je rêve que je suis désespérée parce que Rehm va partir et qu’il ne m’a pas embrassée. »

Dimanche 13 décembre 1942:

« Il était splendide aujourd’hui ; il était si mince et si svelte… et si souple. Il fait vraiment penser à un jeune dieu. »

« Après le déjeuner, j’ai été m’étendre pour essayer de dormir, mais naturellement, impossible. Cette violence nouvelle est effrayante. C’est du feu que j’ai dans les veines quand je pense à lui. Oui, j’ai l’impression très nette d’une boule de flammes au milieu de la poitrine ou dans le ventre. C’est la première fois que je ressens de telles sensations. Et je sais que je ne l’aime pas, que je ne peux pas l’aimer, que c’est uniquement un soldat et un chef, qu’il n’a aucune culture. C’est seulement physique, mais il n’y rien à faire contre ça. Je rage. Je ne peux qu’accepter et je me tourmente sans issue. Par moments, c’est beaucoup plus violent et après, je suis trop faible. »

« Donc, nous sommes montés. … Je peux dire que je savais exactement ce qui allait se passer. Il est possible qu’on ait dans l’ivresse un don de double vue, mais je savais et j’attendais ! … Alors, comme cela devait être, Rehm est sorti de sa chambre et est venu me trouver. J’ai oublié ce que nous avons dit d’abord ; je me souviens seulement qu’il me caressait les cheveux. … Je crois que j’ai du dire : J’ai rêvé de vous. … Il a pris ma main et l’a baisée – avec beaucoup de douceur. … J’avais la tête baissée, je l’ai relevée et il m’a embrassée. Je me suis demandé pourquoi pas sur les lèvres, mais je trouve que c’était mieux comme ça – il est fiancé ! »

Samedi 8 avril 1944:

« En partant je suis rentrée dans un tankiste… Il m’a demandé où j’allais. Quand je lui ai dit que j’allais du coté de Grosbois, il m’a dit qu’il habitait le château et m’a demandé s’il pouvait venir me voir. Naturellement, je lui ai répondu que non, que j’habitais chez des paysans que je ne connaissais pas très bien et que je ne savais pas comment ils le prendraient. »

« Il parait qu’on a envoyé son unité en Normandie pour se reposer car ils ont passé deux ans sur le front russe. »

« Quand  je suis rentrée, j’ai raconté l’histoire à Thérèse et depuis elle n’arrête pas de m’en parler. Elle dit que j’ai eu tort de ne pas le laisser venir. Elle est vraiment bizarre, Thérèse, très romanesque. Elle dit qu’elle ne parle pas aux Allemands, mais que le pays est moins ennuyeux depuis qu’ils sont là. Elle m’a raconté qu’elle ne s’entend pas avec son mari, qui est une vraie brute et qui ne dit pas un mot de la journée. »

Dimanche 9 avril 1944:

« … et nous avons rencontré le SS de l’autre jour. Il m’a dit qu’il était venu exprès pour me voir. Moi, j’étais plutôt ennuyée, mais Thérèse a tenu absolument à l’inviter et elle lui a même offert du calvados. C’est tout juste si elle ne lui a pas fait la révérence quand il lui a tendu la main. Je dois dire qu’il était très chic avec son uniforme noir de tankiste et les têtes de mort d’argent. En plus il a vraiment de beaux yeux… Il était quand même intéressant, mais j’étais bien contente de m’en débarrasser, ce qui n’était pas facile avec Thérèse qui lui disait de rester dîner. »

Dimanche 16 avril1944:

« Je suis allée à la messe à Piseu avec Alain et Il était là. » …

« Immobile, très noir et droit, les bras croisés avec élégance, je ne pouvais pas m’empêcher de me dire que je le trouvais beau, car, évidemment, je n’ai pensé à rien d’autre pendant toute la messe. »

Lundi 17 avril 1944:

« … la porte s’est ouverte et Karl est entré. Il s’est assis avec nous à la table de la cuisine sans dire un mot. Je n’ai rien dit lui non plus. J’ai seulement continué à dessiner. Mais le silence est devenu tellement effrayant que je n’ai plus pu me retenir de parler. J’ai pris mon élan et le lui ai dit : Je vous déteste, mais il faut que vous sachiez que jamais aucun homme ne m’avait embrassée avant vous. »

« Nous avons fait quelques pas dans le jardin. Il me tenait par la main et je ne peux pas expliquer ce que j’ai ressenti; auprès de lui je me sentais bien. »

Mardi 18 avril 1944:

« Je n’ai pas dormi de la nuit et j’ai cru que j’allais devenir folle tant les pensées tournaient dans ma tête – comme la première nuit où j’étais ivre à Breteuil, mais en pire. »

*********************************

” la porte s’est ouverte et Karl est entré ”

Claire GRUBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: